Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : BIPLAN
  • : Territoires, réseaux, formation
  • Contact

Le blog d'Odile Plan

Ce blog est animé par Odile Plan         créatrice de BIPLAN

envoyez vos réactions et informations à :

biplan46@wanadoo.fr

undefined









Recherche

territoires-réseaux-formation

BIPLAN, un blog de partage et d’échange d'informations,sur les initiatives participatives des territoires,les partenariats et les réseaux,la création d'activité, l'égalité de chances pour un développement durable et un monde solidaire...

Articles Récents

  • Bertrand Schwartz est parti, un grand monsieur nous a quitté
    Bertrand Schwartz est parti, la nuit de vendredi à samedi, calmement dans son sommeil. Il était très mal depuis plusieurs jours, veillé par Antoinette, mais il souriait toujours. C’était attendu, mais ça fait un grand vide, nous lui devons tant que ce...
  • Les billets suspendus ne tiennent qu’à un fil…à Pamiers –Midi Pyrénées- 09 -
    A Naples il est de tradition, quand on entre dans un café, d’en commander un et d’en payer deux. Le café ainsi ‘’suspendu’’ sera offert à une personne dans le besoin qui viendra le réclamer. Cette initiative a poursuivi sa route à travers l’Europe et...
  • Des plateformes de services pour promouvoir une "mobilité inclusive"
    Les rencontres de la mobilité inclusive ont réuni, le 28 janvier 2016 à Paris, des acteurs associatifs de la mobilité solidaire, des collectivités locales et des entreprises. L'objectif : amplifier la prise de conscience sur cet enjeu et structurer davantage...
  • Territoires ruraux : comment sauver les cafés ?
    Avec la disparition des bistrots, les habitants ont le sentiment que le lien social se délite dans les territoires ruraux, comme le montre une étude de l'Ifop pour France Boissons, présentée le 20 janvier à l'occasion du lancement de la nouvelle édition...
  • E-rando : Bourgogne - 58 -
    Le pays Nivernais Morvan propose depuis l’été 2015 seize e-randos numériques, comme autant d'histoires à découvrir au rythme de la marche. Des circuits aussi variés que les territoires des neuf communautés de communes engagées dans l'aventure ! Les e-randos...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • En 2016, la métamorphose…
    La lune était pleine cette nuit de Noël, maintenant, elle est gibbeuse. Puisse-t-elle éclairer ces périodes sombres… Pour l'année nouvelle, nous vous proposons ce texte écrit en 2010 par Edgar Morin ; c'est un peu long, mais cela en vaut la peine. Eloge...
  • Un séjour à la ferme pour aider à la réinsertion - CIVAm et Accueil Paysan -
    Accueil paysan et le CIVAM (Centres d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu rural) organisent des séjours de rupture à la ferme, allant de quelques jours à quelques semaines, pour des personnes en difficultés. Les profils sont multiples...
  • Réfugiés : En Bretagne, plusieurs dizaines d'offres d'hébergement
    Plusieurs dizaines d'offres d'hébergement de réfugiés en Bretagne ont été reçues par le dispositif CALM ("Comme à la maison") mis en place par l'association Singa d'aide aux demandeurs d'asile. Dans les grandes villes (Brest, Rennes, Nantes, Lorient,...
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 09:38

Intentions de créer des femmes, sensibilisation à l’entrepreneuriat

Les femmes sont moins tournées vers l’entrepreneuriat que dans d’autres pays, du fait de leur propre jugement sur leurs capacités d’entreprendre et le risque encouru.

« L’entrepreneuriat féminin, document d’étape » N°2013-06, Centre d’analyse stratégique, avril 2013

Le propos ici est de reprendre quelques données d’un travail en cours, qui sera complété ultérieurement.

La France présente parmi les pays développés un des pourcentages les plus élevés de femmes ne se sentant pas capables de créer une entreprise, mais un taux correct d’opportunités perçues par elles, et finalement un des plus faible taux d’intention de se lancer. Elles ont également moins l’intention de créer des entreprises que les hommes ; dans l’enquête GEM, l’écart sur la décennie (2001-2009) est très significatif, avec 15,9 % des hommes contre 9,3 % des femmes déclarant une intention de se lancer dans l’entrepreneuriat à court terme ; les taux de créations, y sont de 3,7 % pour les femmes contre 7,4 % pour les hommes. Ce constat reposerait notamment sur des représentations où les qualités requises pour entreprendre seraient masculines

Trois variables subjectives « d’intériorisation » (se sentir apte à être entrepreneur, la peur d’échouer, le fait de détecter des opportunités pour se lancer) expliquent ces décalages.

Dans l’analyse pays par pays, le « facteur femme » n’a pas d’effet statistiquement significatif en Allemagne, au Danemark, voire même aux États-Unis et en Espagne, alors que la France se distingue par le rapport le plus négatif quant à la peur d’échouer. L’écart hommes femmes serait le fruit d’une intériorisation des freins ; les variables subjectives utilisées intègrent en effet les représentations associant création et masculin, particulièrement marquées pour la France.

L’enquête patrimoine de l’Insee montre que le rapport au risque est plus marqué chez les femmes chefs d’entreprise que chez les hommes ; les comportements de prudence sont plus fréquents parmi les femmes, une proportion qui varie en fonction notamment de l’âge et du niveau de diplôme.

Trois facteurs objectifs de la création d’entreprise

-La difficulté de concilier vie professionnelle et vie familiale peut être vue à la fois comme un obstacle ou un facteur positif, l’entrepreneuriat offrant une plus grande liberté pour gérer ses horaires. Par exemple, Paris Pionnières souligne que la conciliation vie professionnelle et familiale n’est pas une difficulté majeure pour la création et le développement de leur entreprise ; le Baromètre Caisse d’Épargne confirme ce constat puisque la peur de rompre l'équilibre familial n’est citée qu’au dixième rang des difficultés par 17 % des femmes et 21 % des hommes.

Dans l’enquête patrimoine de l’INSEE, où l’on observe l’impact de la présence d’enfants dans le ménage sur le fait d’être entrepreneur, le fait d’avoir un enfant ne joue pas significativement sur le fait d’être entrepreneur lorsqu’on est une femme. De plus, dans SINE, le fait d’être en couple avec enfant joue positivement sur le taux de survie.

- L’importance de l’expérience : les femmes, plus souvent « primo-entrepreneurs », seraient moins préparées ; l’existence d’un « plafond de verre » les auraient privées d’expérience de direction

- L’importance d’avoir un réseau : l’environnement social et professionnel (qualifié plus largement de réseau) est considéré comme un facteur important dans la décision d’entreprendre et dans les performances de l’entreprise. Plusieurs travaux sur l’entrepreneuriat féminin indiquent que les femmes bénéficieraient d’un réseau peu étendu, qu’elles utiliseraient moins d’une façon tournée vers une stratégie professionnelle.

André Letowski

Repost 0
26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 21:18

Adoptez des poules pour recycler vos déchets 

Déchets : l'idée des poules composteuses se répand dans l’HexagoneCe sont 150 nouvelles familles qui, à Barsac en Gironde, viennent d’acquérir des poules. Elles leur permettront non seulement d’avoir chaque jour des œufs frais, mais surtout réduiront grandement la quantité des déchets alimentaires habituellement incinérés De plus en plus de communes, en France, distribuent des poules à leurs habitants pour réduire de façon importante les déchets.

Comme l’explique Jean-Louis Bergey, directeur de l'Ademe (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'énergie), "cela reste marginal, mais ce n'est pas du tout farfelu, c'est un excellent moyen de réduction des déchets, au côté d'actions de masse comme le compostage individuel. Ce peut aussi être un formidable outil pédagogique".

Ainsi, à Barsac, en Gironde, 150 familles ont récupéré samedi, pour 2 euros, une paire de "poules rousses hybrides, bonnes pondeuses et assez sociables" lors d'une "cérémonie d'adoption" festive sur la place du village. Une charte d’adoption a été signée par chaque acquéreur et des conseils ont été prodigués à tous les adoptants, notamment par Agnès Hémon, l’avicultrice qui a fourni les poules. Comme l’explique, le maire centriste Philippe Meynard, une poule est un charognard qui consomme près de 150 kilos de déchets alimentaires par an. Avec les 1.000 poules qu’offrira cette année la communauté de communes (CDC) de Podensac, on économise 150 tonnes de déchets ce qui permet d’économiser 15 000 euros sur l'incinération. Mme Hémon souligne également que "les gens saisissent une chance de retrouver quelque chose de leur enfance, des choses simples, des méthodes qui existent depuis longtemps : les poules mangent des déchets, nos déchets, recyclent, en produisant des œufs. Et des fientes, très bon engrais".Une façon "plus sexy" d'aborder le problème des poubelles M. Meynard avait annoncé lors de ses vœux fin janvier son "plan poules" mais il a été pris de court par l’engouement de dizaines d'habitants qui, dès le surlendemain, appelaient pour savoir comment obtenir "leur" poule."On a été pris par l'impatience et l'engouement des familles, moi j'avais imaginé mettre cela en place avant l'été...", confie le maire cité par l'AFP. Une liste d’attente à même dû être mise en place. Ce n’est pas la seule commune à mettre en œuvre cette idée de poules composteuses. Ces derniers mois Pincé (Sarthe), Mandres-les-Roses (Val-de-Marne), l'agglomération de Besançon (Doubs), entre autres, ont lancé des expériences similaires. Mais aucune n’a mis en place le projet à l'échelle de la CDC de Podensac. Pour que même les personnes vivant en appartement puisse profiter de leur poule, un "poulailler communal", où les habitants viendront apporter leurs déchets, et récupérer des œufs pourrait voir le jour à Barsac. Pour M. Meynard, "les mentalités évoluent. Ça peut paraître rigolo notre histoire de poules, mais sur le long terme, ça va influencer les consciences, notamment via les enfants. Et puis c'est un moyen sympa d'aborder un sujet, le traitement des poubelles, qui n'est pas des plus sexy".

Publié par Emmanuel Perrin, le 26 février 2013 dans Top ; Flop

  En savoir plus: http://www.maxisciences.com/poule/dechets-l-039-idee-des-poules-composteuses-se-repand-dans-l-hexagone_art28729.html
Copyright © Gentside Découvertes

Repost 0
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 20:27

Un siècle de travail des femmes. 1901-2011

Margaret Maruani et Monique Meron signent un ouvrage de référence qui, en s'appuyant sur des analyses statistiques précises, remet en cause bon nombre d'idées reçues sur le travail des femmes. Ainsi, nous rappellent les auteures, les femmes ont toujours travaillé, même si cela a rarement été reconnu. L'effet des guerres, souvent cité comme l'un des principaux moteurs de l'activité féminine, est en réalité limité et a surtout été l'occasion pour elles de passer provisoirement de "l'univers obscur du travail peu réglementé et mal payé" à celui de l'industrie et de l'armement. Majoritairement, elles cumulent en France vie familiale et activité professionnelle, et interrompent de moins en moins leurs carrières professionnelles. Etant en outre de plus en plus diplômées et généralement concentrées dans le secteur tertiaire, moins exposé que l'industrie aux aléas conjoncturels, rien ne justifie qu'elles soient plus souvent au chômage.

    Idée reçue

Quant au temps partiel, il s'agit d'un phénomène assez récent en France, où les femmes sont massivement entrées dans le salariat à temps plein. Favorisé par les politiques publiques, il contredit "la tendance à l'homogénéisation des comportements d'activité masculins et féminins observée depuis les années 1960". Une tendance que les chiffres passés au crible dans l'ouvrage n'ont de cesse de confirmer. La mixité tarde à se développer dans les professions les moins qualifiées, que cela soit dans les métiers traditionnellement féminins ou masculins. A l'inverse, du côté des métiers les plus qualifiés, "les subversions" se multiplient. De plus en plus de jeunes médecins, avocats et de jeunes cadres sont des femmes, sans pour autant que ces métiers, comme on l'entend trop souvent, se dévalorisent. Encore un cliché battu en brèche par Maruani et Meron !

    Brouillage idéologique

"Compter et conter", telle est l'ambition que les auteures affichent au début de ce livre à la fois extrêmement bien documenté et bien écrit. Elles nous rappellent ainsi que les chiffres ne sont jamais neutres et que la façon dont on fabrique les statistiques participe à la construction sociale des phénomènes. En l'occurrence, écrivent-elles, il existe "un brouillage idéologique qui, de façon récurrente, occulte l'importance du travail professionnel des femmes, minimise le poids de leur contribution à l'activité économique du pays - et dévalorise par là même leur statut dans la société". Le travail d'analyse mené par Margaret Maruani et Monique Meron permet de leur redonner leur juste place.

Un siècle de travail des femmes. 1901-2011, par Margaret Maruani et Monique Meron, La Découverte, 2012, 230 p., 24 euros.

www.editionsladecouverte.fr

Repost 0
14 mars 2013 4 14 /03 /mars /2013 09:32

Le chômage des hommes rejoint celui des femmes

Paradoxe dû à la crise, l’écart des taux de chômage entre les hommes et les femmes se resserre. Les emplois où les hommes dominent disparaissent en plus grand nombre que ceux des femmes. D’où ce resserrement paradoxal. Mouvement limité aux pays développés.

Au niveau européen, le pourcentage des taux de chômage des hommes et des femmes a toujours fait apparaître un écart au détriment de ces dernières. Or la crise qui détruit de nombreux emplois a, à ce jour, pour conséquence de diminuer cet écart. Cette diminution n’est pas dûe au recul du chômage des femmes, mais à l’augmentation du taux de chômage des hommes. En effet, les hommes sont majoritairement employés dans les secteurs les plus touchés par les restructurations comme l’industrie et la construction. Alors que les femmes sont majoritairement employées dans les services, secteurs moins frappés par la crise. Les taux de chômage des uns et des autres se trouvent alors à égalité.

Pour la France, en 2009, pour la première fois depuis 1970, l’écart entre les taux de chômage des hommes et des femmes était quasiment nul. Puis, les disparités s’accroissent à nouveau et reculent en 2011. L’écart entre les deux taux de chômage était de 1,4 en 2010 et de 0,8 au 2e trimestre 2011.

Ce phénomène est la conséquence de la répartition inégale des hommes et des femmes dans les différents métiers.

Cette évolution ne touche que les pays développés. Dans les pays en développement, les femmes ont été plus durement touchées, notamment dans les secteurs liés au commerce. Dans ces pays, l’écart entre les taux de chômage des hommes et des femmes s’est encore aggravé du fait de l’augmentation du chômage chez les femmes.

article mis en ligne le 21/02/2013 par clés du Social

http://www.clesdusocial.com/france/fr03-emploi/le-chomage-des-hommes-rejoint-celui-des-femmes.htm

 

Repost 0
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 10:00

8 mars : coup d'oeil chiffré  sur les Femmes dans les CA et CE

La France est en 2012 en tête du classement mesurant la féminisation des conseils d'administration des 200 plus grandes entreprises du globe.

http://www.globewomen.org/cwdi/cwdi.htm

 

    % femmes dans CA des entreprises

2007

2008

2009

2010

2011

8,5

10,2

10,5

5,3

20,8

La France a le meilleur résultat des pays européens.
La France est en 2012 en tête du classement mesurant la féminisation des conseils d'administration des 200 plus grandes entreprises du globe.
Les femmes représentent plus d'un quart (25,1%) des administrateurs des plus grandes entreprises françaises figurant dans ce top 200 alors que cette proportion n'atteignait que 20,1% en 2011, selon l'étude menée par le Corporate Women Directors International (CWDI).
Les trois pays dont les entreprises ont le plus augmenté le taux d’administratrices depuis 2004 femmes ont été la France (7,2% à 25,1%), l'Espagne (1,9% à 12,7%) et l'Italie (1,8% à 9,3%). Tous les trois ont des quotas pour les femmes réalisatrices.
Alors que les trois plus grandes économies du globe -- Etats-Unis, Chine et Japon -- ne disposent pas de tels mécanismes d'incitation et ont enregistré les plus faibles progrès entre 2011 et 2012, d'après le CWDI.

 

    Comités d’entreprise
% femmes élues dans les comités d’entreprise Elections 2004-2005

CFDT

FO

CGT

CFE-CGC

total

35,9

31,1

27,7

23,3

35,2

article mis en ligne le 08/03/2013 dans Clés du Social

http://www.clesdusocial.com/france/fr23-femmes/8-mars-coup-d-oeil-chiffre.htm

Repost 0
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 09:28

Les femmes creusent leur sillon en agriculture

Elles représentent 25 % des chefs d'exploitation, avec une présence plus forte dans l'élevage. Les agricultrices ne se sentent pas assez reconnues. Pourtant, elles représentent un quart des chefs d'exploitation en France - elles dirigent ou codirigent 167 000 d'entre elles - et 30 % des salariés de ce secteur.

C'est l'un des enseignements du sondage de BVA pour leCrédit agricole, publié lundi 25 février.

Les deux tiers des femmes interrogées déclarent être issues d'une famille d'agriculteurs. C'est le cas d'Elise Michallet, qui exploite avec son mari une ferme d'élevage bovin dans le Rhône. Ou d'Aline Burri, qui a repris l'élevage familial de vaches montbéliardes dans le Jura. D'autres sont entrées dans le milieu en épousant un agriculteur.

« Après avoir eu mes enfants, je voulais avoir une activité. J'ai suivi une formation en agriculture et me suis lancée dans la production d'asperges en créant un atelier de traitement », explique Evelyne Margariti. Aujourd'hui, elle exploite, avec ses deux fils, 13,5 hectares d'asperges vendues sous le label

« Asperges des Landes ». Et copréside la coopérative Copadax, qui les commercialise.

     Volonté d'innovation

Souvent, les femmes revendiquent cette volonté d'innovation. Angélique Delahaye, qui souhaitait être interprète, a rejoint son mari, dans sa ferme familiale, spécialisée dans la culture « légumière ». « J'ai commencé par la comptabilité, mais finalement ce qui m'a intéressée, c'est la production hors sol des endives et des concombres. Je suis passée de 21 à 4 jours d'engrais pour les endives, et j'ai optimisé la circulation d'eau », raconte Mme Delahaye. Aujourd'hui, elle est chef d'une exploitation de 55 hectares en Loir-et-Cher, qui est venue s'ajouter à celle de son mari en Indre-et-Loire. La société qu'ils ont créée ensemble emploie 30 permanents.

Innovation toujours pour Aline Burri, qui n'a pas hésité à aller voir les pratiques de ses voisins suisses. Elle a, depuis, revu le parcellaire de la ferme, afin de mieux valoriser l'herbe et accroître l'autonomie fourragère de l'exploitation.

Elle a aussi mis en place un système d'abreuvoirs plus économe qui évite de nombreux ravitaillements, ce qui a permis de réduire d'une heure par jour le temps de travail, mais aussi la pénibilité.

Un argument de poids, alors que sa fille s'apprête à s'installer à son tour dans la ferme familiale. La moitié des sondées souhaitent voir leur fille devenir agricultrice.

Aline Burri, comme 35 % des agricultrices interrogées par BVA, produit sous le signe de la qualité. Le lait de ses montbéliardes sert à la fabrication du comté. Selon BVA, 30 % des sondées disent pratiquer la vente directe aux consommateurs et 10 % développer une activité de tourisme rural.

Principal intérêt du métier aux yeux des agricultrices : l'indépendance. Elles sont 43 % à le dire. Elles sont également 28 % à se féliciter de s'occuper des animaux. Il est vrai qu'elles sont plus représentées dans l'élevage que dans les exploitations céréalières. Enfin, elles sont 33 % à déclarer, à l'instar de Elise Michallet : « C'est une passion avant tout. La partager à deux, c'est encore mieux. »

Laurence Girard

Article paru dans l'édition du 26.02.13 Logo-Le-Monde-N-B-.jpg

Repost 0
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 14:24

Le 8 mars, c’est toute l’année

Le calendrier de l'égalité
 est en ligne


dès aujourdhui, Jeudi 7 mars



 : 365 personnalités,

structures, collectivités,

s'engagent pour l'égalité

femmes - hommes toute l'année

http://8marstoutelannee.fr

 

Le 7 mars, suivez la soirée en direct

La Ministre des Droits des femmes organise jeudi 7 mars un événement "Le 8 mars, c'est toute l'année !" au cours duquel sera rendu public le "Calendrier de l'égalité", mis en ligne sur le site http://8marstoutelannee.fr. Ce calendrier illustre la volonté du gouvernement de faire de l'égalité une réalité : pas un jour par an, mais toute l'année !

 

La soirée sera ouverte par le Président de la République. Se succéderont ensuite sur scène de nombreuses personnalités engagées pour l'égalité femmes - hommes et des personnalités venues témoigner de la façon dont elle agissent pour faire reculer les inégalités au quotidien. La soirée sera animée par Isabelle Giordano.

 

A partir de 18h30, suivez en direct la soirée du 7 mars sur Dailymotion.

Commentez la soirée sur les réseaux sociaux en utilisant : #8marstoutelannee

Repost 0
13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 09:18

 

 

Les femmes ont en moyenne leur premier enfant à 28 ans, soit quatre ans plus tard qu'à la fin des années 1960.

En 2010, en France métropolitaine, près de la moitié des naissances s’étale entre 25 et 30 ans. 44 % des enfants nés en 2010 sont des premiers bébés. Les femmes ont en moyenne leur premier enfant à 28 ans, soit quatre ans plus tard qu'à la fin des années 1960. Un report imputable, en premier lieu, au développement de la contraception et à l'accès à l'interruption volontaire de grossesses (IVG), l'apparition de ce phénomène remontant au milieu des années 1970. Après les années 90, y contribuent l'élévation du niveau d'études des femmes, leur intégration au marché du travail, mais aussi la volonté croissante de vivre un certain temps à deux. Cependant le report de l'âge à l'accouchement ralentit toutefois depuis une dizaine d'années.

Plus le diplôme de la femme est élevé, plus le premier enfant arrive tard. Cela explique en partie que les femmes deviennent mères plus tard dans le sud de la France ainsi qu'en Île-de-France, où les parts des diplômées sont les plus élevées. Inversement, les femmes immigrées, nées en Turquie, ont leur premier enfant près de 4 ans plus tôt que la moyenne, et celles nées en Afrique 9 mois plus tôt.

La France se trouve dans la moyenne de l’Union européenne. En Europe centrale et orientale, les femmes donnent naissance à leur premier enfant plus tôt qu'en France, avant 27 ans. En Italie ou en Espagne, elles ont en revanche leur premier enfant presqu’à 30 ans.

Enfin, les femmes françaises ont mis au monde en moyenne leur deuxième enfant à 30,5 ans, et leur troisième à 32,4 ans. Au total, l’âge moyen des mères quelque soit le rang de naissance de l’enfant atteint 30 ans en 2010, contre 27,3 en 1967.

******************************************************************************************************

Lire aussi :

::: le document sur le site de l'INSEE

info venant de Clé du Social novembre 2012

Repost 0
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 09:28

Un siècle de travail des femmes en France (1901-2011) 2

Un ouvrage de Margaret Maruani et Monique Meron

Un sicle de travail des femme s en France Maruani & Meron

Compter le nombre de femmes au travail dans la France du XXe siècle et conter l’histoire de ces chiffres, telle est l’ambition de ce livre. Au prix d’une recherche de grande ampleur, les auteures ont rassemblé – pour la première fois – les statistiques du travail, de l’emploi et du chômage des femmes de 1901 à 2011, ces chiffres basiques que l’on peine à trouver dans le labyrinthe des publications statistiques. 

A rebours des idées reçues, cet ouvrage met en évidence le poids indiscutable de l’activité laborieuse féminine dans le fonctionnement économique, sa remarquable constance, en dépit des crises et des récessions, par-delà les périodes de guerre et d’après-guerre. Jamais moins du tiers - et désormais près   de la moitié - de la population active : telle est la part des femmes dans le monde professionnel au XXe siècle en France. Telle est la portée de leur force de travail.

 

Au fil des recensements de la population, les auteures analysent les fluctuations de la division sexuelle    du travail, des métiers d’antan aux professions d’aujourd’hui, et décryptent, d’un début de siècle à l’autre,  les illusions d’optique statistique. Un livre original et accessible, qui intéressera, au-delà des spécialistes, toutes celles et tous ceux qui sont attachés à comprendre comment se construisent les stéréotypes sur la place des femmes dans la société.

Editions La découverteContact presse : Marion Staub , Tel : 01 44 08 84 22

e-mail : m.staub@editionsladecouverte.com

 

Margaret Maruani est sociologue, directrice de recherche au CNRS, rattachée au Centre de recherche sur les liens sociaux (CERLIS/CNRS/Université Paris-Descartes). Elle dirige le réseau de recherche « Marché du travail et Genre » (MAGE) et la revue Travail, genre et sociétés.

Monique Meron est statisticienne, administratrice de l’INSEE et affiliée au Laboratoire de sociologie quantitative (LSQ) du Centre de recherche en économie et statistique (CREST). Elle coordonne le projet « European socioeconomic groups » (ESEG).

 

Repost 0
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 09:18

7ème édition du Festival régional Agriculture et Ruralité au féminin

13 octobre 2012, Ferme de Noé à Trets (Bouches-du-Rhône)

Initiative lancée par plusieurs ONGs internationales à Pékin en 1995, la « Journée Mondiale des Femmes Rurales » est une journée internationale adoptée l'Assemblée Générale des Nations-Unies en 2007, en reconnaissance du rôle majeur des femmes pour la souveraineté alimentaire et le développement et la stabilité des campagnes. Elle est célébrée le 15 octobre dans plus de 100 pays dans le monde.

Depuis 2006, le Groupement Régional des CIVAM PACA organise à cette occasion le Festival « Champs Libres », en partenariat avec le GRAIF, Groupement Régional pour l’Action et l’Information des Femmes et le CRIPT PACA ainsi que le soutien de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Champs Libres offre un lieu d’expressions aux femmes rurales, au travers d’échanges, débats et interventions artistiques. La manifestation vise également à sensibiliser étudiants de lycées agricoles, population et élus aux inégalités persistantes entre femmes et hommes, aux difficultés spécifiques des femmes rurales, et à leur rôle, bien souvent porteur d’innovations.
Depuis 2006, Champs Libres s'est essaimé dans des fermes et les lycées agricoles de tous les départements de la région. En 2012, la journée grand public sera l'occasion d'une rétrospective des 6 éditions précédentes.

     Au programme le 13 octobre

rétrospective, table-ronde sur l'évolution et les perspectives de la place et du rôle des femmes dans le milieu professionnel agricole, installations artistiques, espaces d'échange et de création, expositions et projection vidéo, présentation de la publication de « Paysannes – Carnets de rencontres avec des femmes engagées », en partenariat entre le GR CIVAM PACA, le GRAIF et les Carnettistes Tribulants (Édition La boîte à Bulles), marché de productrices-teurs et créatrices-teurs, animations pour petit-es et grand-es, visite de la ferme, repas fermier biologique, concert, buvette, …

Plus d'information sur le site :GR CIVAM PACA
Ferme de Noé: http://www.lafermedenoe.com


info venant de L’acteur rural du samedi 13 octobre 2012 

Repost 0