Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : BIPLAN
  • : Territoires, réseaux, formation
  • Contact

Le blog d'Odile Plan

Ce blog est animé par Odile Plan         créatrice de BIPLAN

envoyez vos réactions et informations à :

biplan46@wanadoo.fr

undefined









Recherche

territoires-réseaux-formation

BIPLAN, un blog de partage et d’échange d'informations,sur les initiatives participatives des territoires,les partenariats et les réseaux,la création d'activité, l'égalité de chances pour un développement durable et un monde solidaire...

Articles Récents

  • Bertrand Schwartz est parti, un grand monsieur nous a quitté
    Bertrand Schwartz est parti, la nuit de vendredi à samedi, calmement dans son sommeil. Il était très mal depuis plusieurs jours, veillé par Antoinette, mais il souriait toujours. C’était attendu, mais ça fait un grand vide, nous lui devons tant que ce...
  • Les billets suspendus ne tiennent qu’à un fil…à Pamiers –Midi Pyrénées- 09 -
    A Naples il est de tradition, quand on entre dans un café, d’en commander un et d’en payer deux. Le café ainsi ‘’suspendu’’ sera offert à une personne dans le besoin qui viendra le réclamer. Cette initiative a poursuivi sa route à travers l’Europe et...
  • Des plateformes de services pour promouvoir une "mobilité inclusive"
    Les rencontres de la mobilité inclusive ont réuni, le 28 janvier 2016 à Paris, des acteurs associatifs de la mobilité solidaire, des collectivités locales et des entreprises. L'objectif : amplifier la prise de conscience sur cet enjeu et structurer davantage...
  • Territoires ruraux : comment sauver les cafés ?
    Avec la disparition des bistrots, les habitants ont le sentiment que le lien social se délite dans les territoires ruraux, comme le montre une étude de l'Ifop pour France Boissons, présentée le 20 janvier à l'occasion du lancement de la nouvelle édition...
  • E-rando : Bourgogne - 58 -
    Le pays Nivernais Morvan propose depuis l’été 2015 seize e-randos numériques, comme autant d'histoires à découvrir au rythme de la marche. Des circuits aussi variés que les territoires des neuf communautés de communes engagées dans l'aventure ! Les e-randos...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • En 2016, la métamorphose…
    La lune était pleine cette nuit de Noël, maintenant, elle est gibbeuse. Puisse-t-elle éclairer ces périodes sombres… Pour l'année nouvelle, nous vous proposons ce texte écrit en 2010 par Edgar Morin ; c'est un peu long, mais cela en vaut la peine. Eloge...
  • Un séjour à la ferme pour aider à la réinsertion - CIVAm et Accueil Paysan -
    Accueil paysan et le CIVAM (Centres d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu rural) organisent des séjours de rupture à la ferme, allant de quelques jours à quelques semaines, pour des personnes en difficultés. Les profils sont multiples...
  • Réfugiés : En Bretagne, plusieurs dizaines d'offres d'hébergement
    Plusieurs dizaines d'offres d'hébergement de réfugiés en Bretagne ont été reçues par le dispositif CALM ("Comme à la maison") mis en place par l'association Singa d'aide aux demandeurs d'asile. Dans les grandes villes (Brest, Rennes, Nantes, Lorient,...
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 10:36

Faux-la-Montagne, lauréate du concours national EcoQuartier 2009

 

Un projet d’écoquartier porté par les acteurs du territoire du Parc naturel régional Millevaches en Limousin a reçu hier le prix “Projets ruraux” du Palmarès EcoQuartier 2009 organisé par le ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de la Mer.

Une distinction encourageante que la Fédération des Parcs naturels régionaux est heureuse de saluer, alors que s’organisent avec le Parc naturel régional Oise-Pays de France les rencontres “Comment accompagner l’émergence d’écoquartiers en milieu rural ?” les 7, 8 et 9 décembre prochain dans l'Oise.

"La Fédération des Parcs naturels régionaux se félicite que la commune de Faux-la-Montagne (364 habitants), membre du Parc naturel régional Millevaches en Limousin, ait été distinguée pour son projet d’écoquartier". La Première conférence nationale Ville durable qui s’est tenue l'autre jour au Musée du Quai Branly, à Paris, a en effet rendu ce verdict élogieux pour cette commune du Parc naturel régional.

Le projet prévoit la création de logements mais aussi de lieux communs permettant de réinventer le “vivre ensemble” : verger, potager, lieu de compostage, restauration d’un four à pain.

Cette distinction est l’occasion de rappeler la tenue des rencontres  :

"Comment accompagner l’émergence d’écoquartiers en milieu rural ?” qui auront lieu dans le Parc naturel régional Oise-Pays de France les 7, 8 et 9 décembre prochain.


Les Parcs naturels régionaux s’inscrivent pleinement dans la démarche des écoquartiers du fait de leur action transversale, qui va de l’appui aux filières économiques en passant par la maîtrise du foncier et l’engagement dans les politiques climat et énergie, le tout dans le respect des enjeux paysagers et patrimoniaux.

Le but de ces rencontres est de contribuer à aider les collectivités rurales dans ce type de démarche et de diffuser les bonnes pratiques. L’exemple de Faux-la-Montagne, lauréate 2009, figure au programme le mercredi 9 décembre : “Faux-la-Montagne : un écoquartier porté par les acteurs du territoire dans le Parc naturel régional Millevaches en Limousin”."

Suivi technique : Philippe Moutet / Nicolas Sanaa – 01 44 90 86 20

erousseau@parcs-naturels-regionaux.fr

info venant de l'acteur rural : http://village.tm.fr/acteur-rural/?2009/12/09/1056-laureate-du-concours-national-ecoquartier-2009-faux-la-montagne-et-colloque-sur-les-ecoquartiers-les-7-a-9-decembre-2009-dans-l-oise

Repost 0
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 10:59

Un quart des Français vivent dans des communes

dotées d'un site Natura 2000

 

L'étude souligne la forte attractivité de ces collectivités, dont le nombre d'habitants a augmenté de près de 10% entre 1990 et 2006, et leur densité touristique, en moyenne deux fois plus élevée qu'ailleurs. Elles sont proportionnellement plus nombreuses sur le littoral (58%) ainsi qu'en montagne et en haute montagne. Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca) est la seule région où les communes Natura 2000 sont majoritaires mais la Franche-Comté, l'Alsace, l'Auvergne, Poitou-Charentes et le Languedoc-Roussillon comptent plus de 30% de communes de ce type. A l'opposé, le Nord-Pas-de-Calais est la région où la proportion de communes Natura 2000 est la plus faible (6%). Les régions Picardie, Limousin, Ile-de-France, Haute-Normandie et Midi-Pyrénées comptent également peu de communes Natura 2000 (moins de 16%). Les communes dont le territoire est intégralement inclus dans le réseau Natura 2000 représentent 9% des communes de ce type et leur proportion est particulièrement forte en Champagne-Ardenne et en Languedoc-Roussillon. Mais dans plus de la moitié des communes Natura 2000 françaises, moins de 25% du territoire est concerné par le réseau, surtout dans des régions comme la Bretagne, la Haute-Normandie et l'Aquitaine.

 

En termes de répartition de la population, on note aussi d'importants contrastes d'une région à l'autre. L'Aquitaine, la Corse, l'Alsace et Paca comptent la part la plus importante (plus de 73%) de personnes résidant dans une commune Natura 2000 alors que cette proportion est inférieure à 7% en Ile-de-France, dans le Nord-Pas-de-Calais et dans le Limousin. En seize ans, la population a augmenté trois fois plus vite dans les communes Natura 2000 qu'ailleurs, le Languedoc-Roussillon connaissant la plus forte croissance. Globalement, la densité de population  reste moindre dans les communes Natura 2000 que dans les autres communes, même si elle a fortement augmenté dans le Languedoc-Roussillon et dans une moindre mesure en Aquitaine et dans les Pays-de-la-Loire.

 

Quant à la densité touristique, elle est deux fois plus élevée dans les communes Natura 2000 qu'ailleurs. Elle est particulièrement marquée en Languedoc-Roussillon, dans les Pays-de-la-Loire, en Bretagne et dans le Nord-Pas-de-Calais. Ce qui s'explique "globalement par un effet littoral", soit "une densité touristique forte sur le littoral conjuguée à une forte présence de sites Natura 2000", conclut l'étude.

 

Morgan Boëdec / Victoires-Editions, et Anne Lenormand, publié le 30 octobre 2009, par Localtis

 

http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/artVeille/artVeille&c=artVeille&cid=1250259042587

Repost 0
22 novembre 2009 7 22 /11 /novembre /2009 10:11

Métiers verts : première réunion des dix comités de filière


Valérie Létard, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Ecologie, a réuni pour la première fois le 5 novembre les présidents des dix comités de filière chargés d'élaborer des propositions dans le cadre du plan de mobilisation pour le développement des métiers de la "croissance verte" annoncé le 9 septembre dernier. "Les filières retenues ne recouvrent pas tous les secteurs de manière exhaustive mais ceux correspondant à dix secteurs identifiés comme particulièrement propices au développement de ces métiers", a précisé le ministère dans un communiqué.

 

Les présidents des comités ont été choisis "en fonction de leur expérience du terrain et de leur connaissance approfondie du secteur spécifique qu'ils seront chargés d'explorer".

- Claude Cham, président de l'Union routière de France, a été choisi pour présider le comité de la filière de l'automobile,

- Jean-Paul Ourliac, du Conseil général de l'environnement et du développement durable, celui des transports,

- Alain Liebard, enseignant à l'Ecole nationale supérieure d'architecture de Paris La Villette, celui des énergies renouvelables,

- Philippe Pelletier, président du comité stratégique du plan bâtiment Grenelle, celui des métiers du bâtiment (logement, architecture, paysage, fournisseurs du bâti).

- Thierry Chambolle, président du conseil scientifique du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) est le président du comité de la filière eau, assainissement, déchets

- Constant Lecoeur, président de la section emploi, formation, recherche du Conseil général de l'agriculture, de l'alimentation et des espaces ruraux est président de la filière agriculture et forêts (papeterie, biomasse bois, phytosanitaires)

- Jean-Luc Thomas, responsable de la chaire électrotechnique du Conservatoire national des arts et métiers, préside le comité de la filière électromécanique, construction électrique et réseaux,

- Gérard Pignault, directeur de l'Ecole supérieure de chimie, physique électronique de Lyon, le comité raffinage, biocarburants et chimie verte

- Gérard Ruiz, inspecteur général de l'administration et du développement durable, le comité tourisme.

Concernant les métiers de la mer, le président sera le pilote du comité opérationnel "Formations, pluri-activités-social" du Grenelle de la mer qui devait être désigné ce 6 novembre.

 

Chaque comité de filière devra remettre le 12 janvier prochain un "rapport-type comportant cinq parties essentielles : la présentation de la filière, l'identification des métiers en développement ou en transformation et l'évaluation des besoins en recrutement, la définition des besoins en formation et l'organisation des parcours professionnels, l'orientation et la mise en cohérence entre l'offre et la demande pour faciliter les recrutements, la valorisation des métiers et des formations qui devront être pourvus en plus grand nombre", détaille le ministère. Ces éléments serviront à "l'élaboration de l'observatoire des métiers" et devraient servir de "colonne vertébrale" de la conférence nationale de janvier prochain au cours de laquelle le gouvernement annoncera ses mesures en faveur de la "croissance verte". Les travaux des comités seront soumis au Conseil national de l'insertion par l'activité économique (CNIAE) et au Conseil national des missions locales (CNML) afin d'intégrer "toute la dimension sociale du développement durable en s'adressant aussi aux qualifications les plus modestes et à l'emploi des personnes les plus en difficulté comme aux jeunes".

Anne Lenormand, publié le 06 novembre 2009, par Localtis

http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/artVeille/artVeille&c=artVeille&cid=1250259088700

A lire aussi sur Localtis.info

* 13/10/2009 : Emplois verts : le gouvernement veut rattraper le retard

Repost 0
19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 15:27


7 ° Festival du livre et de la presse d'ÉCOLOGIE
ouverture samedi 21 novembre 2009, à 13h
 
  Deux jours de festivités autour de l'écrit d'écologie !

Les visiteurs retrouveront :
La librairie éphémère, le forum de la presse, le forum des associations, l'espace jeunesse, l'espace des métiers d'environnement, les conférences et débats dédiés à notre thème 2009  : l'économie sociale et solidaire.

  Plusieurs nouveautés :
- le carrefour des auteurs : un café littéraire dans un cadre convivial et propice aux échanges, ;
- la rencontre professionnelle  métiers du livre ;
- la Turquie : elle est notre invitée d'honneur.

Parmi les temps forts :
- Reconsidérer la richesse : conférence d'ouverture de Patrick Viveret  ;
- Hasankeyf, retour sur une victoire de la société civile turque : conférence-débat en l'honneur de la Turquie ;
- les deux grands débats en partenariat avec Alternatives économiques et Politis ;
- Problématique environnementale et énergétique en Amazonie : une soirée spéciale autour du peuple de Sarayaku (Equateur) avec la venue de Raul Tupak, représentant de la communauté de Sarayku ;
-  la conférence d'Hervé Kempf ;
- la remise officielle du Prix Jeunesse du Festival.

Comme tous les ans, l'entrée du Festival est libre et gratuite. Ce Festival s'adresse à un large public, toutes générations confondues. Il a pour ambition d'informer  sur  l'écologie (la nature et les aspects pratiques mais aussi  les rapports nord-sud,  le féminisme, la non-violence ...) dans un cadre convivial, chaleureux et décontracté. Il permet de rencontrer, de découvrir et d'échanger avec les acteurs de terrains, les auteurs, les éditeurs (livre et presse) indépendants et engagés.

Où et quand ?
horaires : samedi 21 novembre de 13h à 22h, dimanche 22 novembre de 11h à 19h30
Le CentQuatre : 104, rue d'AUbervilliers ou 5, rue Curial, 75019 Paris.
Métro Stalingrad ou Riquet

En savoir plus ?
Consultez et téléchargez le programme des événements et la liste des exposants sur le site Internet du Felipé : www.festival-livre-presse-ecologie.org

Des questions ?
Contactez l'équipe au 06 13 13 34 37 ou contact@flpe.fr
 
Le Festival s'inscrit dans le cadre du mois de l'économie sociale et solidaire.
Pour retrouver les autres manifestations de ce mois de l'ESS en Île-de-France rendez-vous sur :
http://lemois-ess-idf.org/
 
Repost 0
14 novembre 2009 6 14 /11 /novembre /2009 18:26
Moustiques et territoires

Séminaire mensuel INRA-CNRS Conflits et territoires

Quand AEDES Detritus, AEDES Caspius et d’autres

Par Dominique PECAUD, Philosophe, sociologue, Institut de l'Homme et de la Technologie, Ecole polytechnique de l'Université de Nantes

La prise en compte des nuisances et l'estimation d'éventuels risques sanitaires dus à la présence de moustiques dans l'estuaire de la Loire révèle l'existence d'une sédimentation sociale et culturelle des rapports qu'entretiennent les acteurs avec l'espace dans lequel ils agissent. En même temps, les manières de voir qui s'expriment à propos de l'espace renvoient à des manières d'agir au sein ou à propos de cet espace et se manifestent à travers des conflits d'intérêts, d'usages et de représentations. Le séminaire tentera de dresser l'inventaire de ce qui constitue, au delà de l'espace lui-même vu à travers sa morphologie "naturelle", à savoir, la conscience d'un territoire. De ce point de vue, les moustiques présents dans l'estuaire participent à part entière à la construction du territoire, soit directement, soit à travers la convocation que leur adressent les autres acteurs concernés. Le séminaire prendra appui sur la question de la démoustication en presqu'île de Guérande telle qu'elle s'est posée depuis le milieu des années 70 jusqu'à nos jours.

Mardi 24 Novembre de 13h00 à 15h00

Agro Paris Tech, 16 Rue Claude Bernard, Paris Vème  (Métro Censier Daubenton)

Salle J. Delage (Salle des Conseils). 1er étage

L’objectif du séminaire mensuel Conflits et Territoires est de permettre d’engager la discussion sur la question des conflits liés à l’espace, et tout particulièrement sur la place des conflits dans la construction et la gouvernance des territoires.

Le séminaire a lieu tous les derniers mardi du mois. L’accès est gratuit.

Repost 0
11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 10:45

Le Conservatoire du littoral

va protéger 4500 hectares de zones humides en Camargue

Le Conseil d'administration du Conservatoire du littoral a donné le 28 octobre son feu vert à l'acquisition de 4.500 hectares de zones humides en Camargue, sur le territoire de la communes d'Arles. Il s'agit de la plus importante opération foncière réalisée par cet organisme qui va ainsi totaliser près de 21.000 hectares d'un seul tenant sur cette  zone humide d'importance majeure en termes de biodiversité. Les terrains nouvellement acquis accueillent un site de reproduction de flamants roses et de nombreuses espèces d'oiseaux (sterne pierragarin, mouette rieuse, goéland railleur...), de reptiles, d'amphibiens et de mammifères. Ils sont classés au titre de la convention Ramsar relative aux zones humides d'importance internationale et sont classés en zones naturelles d'intérêt écologique faunistique et floristique (Znieff) en raison de leur grand intérêt biologique ou écologique et de leurs potentialités biologiques importantes.

Le Grenelle de l'environnement a prévu l'acquisition d'ici 2015 de 20.000 hectares de zones humides par le Conservatoire du littoral et les agences de l'eau afin de les protéger des multiples pressions générées par l'urbanisation et les activités économiques. Outre la préservation de la faune et de la flore qu'elles abritent, elles contribuent au maintien de la qualité de l'eau et servent de zones-tampons en cas d'inondations.

Dans le cadre du Grenelle de la mer, le Conservatoire du littoral s'est aussi engagé à réaliser par anticipation dès 2030 la protection du tiers du littoral. Son intervention est cruciale dans des régions soumises à une très forte pression immobilière et touristique comme Paca ou le Languedoc-Roussillon.

Anne Lenormand, publié le 30 octobre 2009, par Localtis

http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/artVeille/artVeille&c=artVeille&cid=1250259052428

Repost 0
23 octobre 2009 5 23 /10 /octobre /2009 09:27

Samedi 24 octobre 2009, c’est le premier JOUR DE LA NUIT !

175 villes prévoient des extinctions de leur éclairage : Marseille, Bordeaux, Lyon, Lille, Rouen, Alès, Nancy, Blois, Besançon etc... (et même en milieu rural…) ; 103 animations astronomiques prévues, 68 sorties nature et plus de 30 conférences-débats...


Destiné au grand public, le Jour de la Nuit est une opération de sensibilisation à la protection de la biodiversité nocturne et du ciel étoilé et à la pollution lumineuse. Fort de ses 17 partenaires ancrés partout sur le territoire français, le Jour de la Nuit est une initiative originale et ouverte à tous qui se veut mobilisatrice et festive. Grâce à des activités diverses mises sur pied partout en France, l’évènement permet la découverte ludique de la faune et de la flore et l’observation des étoiles avec des astronomes avertis. Par l’implication de nombreuses villes qui s’engageront à éteindre une partie de l’éclairage public, nous sommes tous invités à renouer le lien avec une nuit préservé et à profiter de ses paysages magiques et fascinants.

Le Jour de la Nuit se déroulera le samedi 24 octobre prochain, jour du changement d’heure et date des Nuits galiléennes*, alors que se déroule actuellement l’année mondiale de l’astronomie. A quelques semaines du Sommet de l’ONU sur le climat à Copenhague, tous les participants au Jour de la Nuit s’impliqueront donc dans une grande marche vers la préservation de la nuit, de la nature, du climat et de l’environnement.

avec la carte de France interactive des sorties, animations et villes participantes !

http://www.jourdelanuit.fr/carte-google

 Passez un bon week end…


Pourquoi un Jour de la Nuit ?

Depuis quelques années, la nuit est confrontée à la montée d’une pollution lumineuse issue d’une généralisation de l’éclairage nocturne. En dix ans, le nombre de points lumineux a augmenté de 30 % en France et s’élève à plus de 8,7 millions de points. Or cet éclairage artificiel perturbe la faune nocturne, faisant déserter certaines espèces des régions urbaines, fait disparaître le ciel étoilé, au grand dam d’astronomes en quête de sites d’observation.

Cette pollution lumineuse alourdit également la facture écologique en gaspillant beaucoup trop d’énergie. Pour lutter contre les changements climatiques, et ce à quelques semaines du Sommet de Copenhague, il est nécessaire de revenir vers une utilisation plus raisonnée de l’énergie et donc de l’éclairage artificiel.

Le Jour de la Nuit, c’est donc une façon de découvrir la biodiversité nocturne et de retrouver le plaisir d’observer le ciel étoilé pour attirer l’attention sur ces enjeux. En participant à cette grande action symbolique et participative, les différents acteurs, collectivités locales, associations, gestionnaires d’espaces naturels et citoyens, s’impliquent donc dans une grande marche vers la préservation de la nuit, de la nature, du climat et de l’environnement.


 * Pour le 400ème anniversaire de l’observation du ciel par Galilée, les "Nuits galiléennes" coordonnées par l’Association Française d’Astronomie proposent à tous d’observer Jupiter et ses satellites. Les 23 et 24 octobre 2009, le public sera accueilli partout dans les clubs et associations d’astronomie (carte des sites sur www.afanet.fr à partir de septembre)
Repost 0
22 octobre 2009 4 22 /10 /octobre /2009 09:38
Massif central :
plus de partenariats pour plus de protection des eaux souterraines


Le 2 octobre, trois agences de l’eau (Adour-Garonne, Loire-Bretagne, Rhône-Méditerranée et Corse), le conseil régional de Bourgogne et le commissariat à l'aménagement du Massif central ont entériné avec le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) un projet commun de protection des ressources en eaux souterraines dans le Massif central. Dans cette région, l'enjeu est tout particulièrement essentiel et sensible. Dénommé "Prescrire", ce projet vise à sensibiliser les gestionnaires de sites thermaux, d’alimentation en eau potable et d’embouteillage, les collectivités locales et les services de l’Etat à la vulnérabilité des masses d’eau concernées, la zone la plus exposée aux risques liés aux activités présentes en surface étant celle dite des "émergences", qui correspond à des niveaux aquifères superficiels peu protégés.

Dès cet automne, ce projet va d'abord permettre de structurer la connaissance nécessaire, de définir les actions à engager et les axes de progrès à soutenir. A partir de 2011, le passage à la phase de mise en œuvre donnera lieu à des analyses plus poussées menées sur une vingtaine de sites pilotes, ce qui nécessitera un travail à mener main dans la main entre communes et exploitants. Enfin, les enseignements qui en seront tirés alimenteront une dernière phase de déploiement du projet, dite phase de prospective car elle visera à transmettre et consolider les acquis au travers d’un guide méthodologique qui s’avérera utile à d’autres porteurs de projets. La fin du projet est prévue à l'automne 2013.
 
Morgan Boëdec / Victoires éditions, publié le 05 octobre 2009 par Localtis

http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/artVeille/artVeille&c=artVeille&cid=1250258932029

Repost 0
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 10:22
Un rapport remis au Parlement européen dénonce   
"l'érosion dramatique" de la biodiversité
 



"Malgré l'entrée en vigueur de la directive Habitats en 1992, le réseau Natura 2000, quatorze années après sa création, n'a pas encore été pleinement réalisé. En raison des retards pris dans l'adoption des mesures de protection, l'érosion de la biodiversité dans l'UE a empiré de manière dramatique."
C'est le constat alarmiste dressé par des experts indépendants dans un rapport remis le 1er octobre à la commission des pétitions du Parlement européen. Cette étude, qui avait été commandée par le groupe Verts du Parlement européen, s'appuie sur les cas de huit pays - Belgique, France, Allemagne, Pologne, Espagne, Suède, Roumanie et Royaume-Uni. Pour l'Hexagone, les auteurs du rapport se sont penchés sur les cas de trois sites : le TGV dans la vallée du Nied (Moselle), l'autoroute dans la vallée du Ciron (Gironde) et la ligne à haute tension dans les gorges du Verdon (Alpes-de-Haute-Provence).
Parmi les insuffisances relevées, les auteurs du rapport pointent le fait que quelques pays dont la France "ne disposent pas de régime de protection Natura 2000 prévoyant l'adoption de régimes préventifs en dehors de l'EAI" (évaluation appropriée des incidences, NDLR). Or, estiment-ils, "sans l'adoption de régimes de protection supplémentaires, le régime général préventif est insuffisant pour garantir la préservation sur le long terme des sites". Ils rappellent aussi que la majorité des sites étudiés abritaient des espèces prioritaires et qu'une balance des intérêts devait donc s'appliquer. Mais le plus souvent, notent-ils, "les autorités admirent d'emblée les avantages découlant des plans et des projets sans pour autant les questionner. Il en résulte que les autorités ne se donnèrent jamais vraiment la peine de mettre en balance ces avantages avec les inconvénients qui pourraient en découler pour la conservation des habitats naturels". Ils constatent ainsi pour la France que dans le "la construction d'une ligne à haute tension prévaut sur la conservation de marais salés (vallée du Nied, en Lorraine)" et que "la construction d'autoroutes prévaut sur la conservation des ZSC (zone spéciale de conservation)". Cependant, dans certains cas, "les juridictions administratives étaient plutôt favorables à faire pencher la balance en faveur des intérêts de la protection de la nature". Ainsi, "les inconvénients d'une ligne à haute tension traversant les gorges du Verdon en France ne pouvaient être éliminés par les avantages découlant du projet".
A partir de ces études de cas, les experts formulent plusieurs recommandations. Ils pressent d'abord les Etats membres de terminer le plus rapidement possible le classement et la protection de leurs sites. Car l'absence de statut de protection ou de plan de gestion aggrave l'érosion de la biodiversité et si un site n'a pas été correctement désigné, les mécanismes prévus par la directive Habitats ne peuvent être mis en œuvre. Le rapport demande aussi aux Etats d'"améliorer la qualité scientifique des EAI sur l'intégrité des sites" et d'appliquer "un processus décisionnel le plus transparent possible, notamment grâce à l'organisation de consultations du public aussi tôt que possible dans la procédure". "L'avis de la Commission européenne doit être sollicité lorsque l'on est en présence d'habitats ou d'espèces prioritaires", conseillent encore les rapporteurs qui veulent voir la Commission jouer "un rôle actif, le cas échéant en poursuivant en manquement devant la CJCE (Cour de justice des Communautés européennes) les Etats membres qui ne respectent pas la directive Habitats".

Anne Lenormand, pour Localtis le 5 octobre 2009
http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/artVeille/artVeille&c=artVeille&cid=1250258929253

Repost 0
7 octobre 2009 3 07 /10 /octobre /2009 10:57
"agriculture et développement durable"

Colloque final
les19 et 20 octobre 2009 à Paris,

clôture du programme ADD 2005 "agriculture et développement durable"

Le programme fédérateur «Agriculture et Développement Durable» (ADD) est un programme inter-organismes de recherche et de recherche-développement soutenu par l'ANR, l'ADEME, le Cemagref, le Cirad et l'INRA.
Il vise à renouveler et élargir la manière d’appréhender les activités agricoles à partir des enjeux du développement durable. Pour son édition 2005 il a permis de financer 15 projets de recherche mobilisant près de 120 équipes d’une trentaine d’établissements publics de recherche et d’enseignement supérieur.

Ce colloque marquant la fin de ces 15 projets, est l'occasion pour les équipes de présenter les résultats des projets mais aussi d'alimenter une réflexion - plus large, critique et prospective sur les liens entre agriculture et développement durable.

Lors de la première journée, deux ateliers parallèles permettront la présentation des résultats de recherche :
- Outils et méthodes pour accompagner les changements techniques et organisationnels des activités agricoles en vue de contribuer au développement durable
- Renouveler et élargir la manière d’appréhender les systèmes agricoles et alimentaires afin de les inscrire dans le développement durable.

La deuxième journée permettra la restitution de ces ateliers et la discussion en session plénière autour de deux axes :
- Agriculture et développement durable, les dimensions territoriales - La recherche et le développement durable : quels enjeux en termes de structuration de la recherche, quelles synergies entre équipes et/ou entre opérateurs ?

Le colloque sera clôturé par Bernard Chevassus-au-Louis.
renseignements et inscription sur le site ; https://colloque.inra.fr/add

info venant de " l'acteur rural"
http://village.tm.fr/acteur-rural/?2009/10/20/974-19-et-20-octobre-2009-a-paris

Repost 0