Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : BIPLAN
  • : Territoires, réseaux, formation
  • Contact

Le blog d'Odile Plan

Ce blog est animé par Odile Plan         créatrice de BIPLAN

envoyez vos réactions et informations à :

biplan46@wanadoo.fr

undefined









Recherche

territoires-réseaux-formation

BIPLAN, un blog de partage et d’échange d'informations,sur les initiatives participatives des territoires,les partenariats et les réseaux,la création d'activité, l'égalité de chances pour un développement durable et un monde solidaire...

Articles Récents

  • Bertrand Schwartz est parti, un grand monsieur nous a quitté
    Bertrand Schwartz est parti, la nuit de vendredi à samedi, calmement dans son sommeil. Il était très mal depuis plusieurs jours, veillé par Antoinette, mais il souriait toujours. C’était attendu, mais ça fait un grand vide, nous lui devons tant que ce...
  • Les billets suspendus ne tiennent qu’à un fil…à Pamiers –Midi Pyrénées- 09 -
    A Naples il est de tradition, quand on entre dans un café, d’en commander un et d’en payer deux. Le café ainsi ‘’suspendu’’ sera offert à une personne dans le besoin qui viendra le réclamer. Cette initiative a poursuivi sa route à travers l’Europe et...
  • Des plateformes de services pour promouvoir une "mobilité inclusive"
    Les rencontres de la mobilité inclusive ont réuni, le 28 janvier 2016 à Paris, des acteurs associatifs de la mobilité solidaire, des collectivités locales et des entreprises. L'objectif : amplifier la prise de conscience sur cet enjeu et structurer davantage...
  • Territoires ruraux : comment sauver les cafés ?
    Avec la disparition des bistrots, les habitants ont le sentiment que le lien social se délite dans les territoires ruraux, comme le montre une étude de l'Ifop pour France Boissons, présentée le 20 janvier à l'occasion du lancement de la nouvelle édition...
  • E-rando : Bourgogne - 58 -
    Le pays Nivernais Morvan propose depuis l’été 2015 seize e-randos numériques, comme autant d'histoires à découvrir au rythme de la marche. Des circuits aussi variés que les territoires des neuf communautés de communes engagées dans l'aventure ! Les e-randos...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • En 2016, la métamorphose…
    La lune était pleine cette nuit de Noël, maintenant, elle est gibbeuse. Puisse-t-elle éclairer ces périodes sombres… Pour l'année nouvelle, nous vous proposons ce texte écrit en 2010 par Edgar Morin ; c'est un peu long, mais cela en vaut la peine. Eloge...
  • Un séjour à la ferme pour aider à la réinsertion - CIVAm et Accueil Paysan -
    Accueil paysan et le CIVAM (Centres d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu rural) organisent des séjours de rupture à la ferme, allant de quelques jours à quelques semaines, pour des personnes en difficultés. Les profils sont multiples...
  • Réfugiés : En Bretagne, plusieurs dizaines d'offres d'hébergement
    Plusieurs dizaines d'offres d'hébergement de réfugiés en Bretagne ont été reçues par le dispositif CALM ("Comme à la maison") mis en place par l'association Singa d'aide aux demandeurs d'asile. Dans les grandes villes (Brest, Rennes, Nantes, Lorient,...
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 10:20

 

« C’est un projet qui vise à montrer que changer la société est possible : nous croyons fortement à la mutualisation, à la coopération comme solution pour le futur durable. Nous voulons montrer qu’il est possible de substituer à l’esprit de consommation, celui de la coopération ».Le président desAmis du Zeybu

Afin de (re)créer du lien au cœur de son quartier, l’association les Amis du Zeybu a mis en place une épicerie citoyenne, solidaire et coopérative en partenariat avec les producteurs locaux. Un projet porté par une double volonté : faire vivre l’action avec les habitants du quartier et garantir l’accessibilité à tous. Grâce à un partenariat original avec les acteurs sociaux locaux, les Amis du Zeybu ont développé un système de solidarité s’appuyant sur tous les acteurs, producteurs et usagers, permettant aux adhérents relevant de l’aide alimentaire d’accéder aux mêmes services tout en garantissant leur anonymat. Un concept à l’éthique de développement durable, simple et innovant, créé et porté par des habitants militants.
En octobre 2008, l’épicerie du quartier piéton des Maisons-Neuves à Eybens (Isère) disparaît, emportant avec elle les souvenirs du seul commerce de proximité qui avait résisté. Dans le quartier, il ne reste alors aucun lieu de rencontre pour les habitants. Décidée à ne pas accepter cet état de fait, une poignée d’entre eux se mobilise et créé l’association « Les Amis du Zeybu » en juillet 2009. L’origine de ce nom pour le moins original vient d’un acronyme inspiré par les Z’Eybinoiseries (la fête des quartiers de la ville d’Eybens) : Z pour Zone, EYB pour Eybens et U pour Unitaire.

 Leur projet : ouvrir une épicerie coopérative de proximité dans le but de créer des liens entre les différents habitants du quartier. Fruits, légumes, fromages, œufs… Des produits de qualité, cultivés par des producteurs locaux y seront vendus aux adhérents de l’association au meilleur prix. Fondée sur un principe de solidarité et de partage, l’association vise avant tout à régénérer les liens et la citoyenneté sur son territoire.

En janvier 2010, la mairie qui accepte une expérimentation de deux fois six mois met le local de l’ancienne épicerie, laissé libre, à disposition de l’association pour la vente des produits. Mais très vite, après six mois, les liens entre l’association et la municipalité se distendent car cette dernière souhaite la mise en place d’une double tarification pour les habitants les plus modestes. Cette approche n’est pas du tout du goût des bénévoles de l’association qui ne souhaitent pas qu’une partie des adhérents se voient stigmatisés par leur origine sociale. Mais cette opposition, qui ne remet pas en cause le partenariat avec la municipalité, va permettre aux Amis du Zeybu d’affiner leur méthodologie pour donner naissance à une approche solidaire non stigmatisante basée sur la mutualisation.

Un principe solidaire
Il n’aura fallu qu’une poignée d’habitants, néophytes mais militants, convaincus de l’urgence sociale à lutter contre les replis individualistes, pour permettre à cette action simple et intelligente de voir le jour. C’est d’ailleurs dans le salon du président, professeur contractuel et ancien chef d’entreprise bien décidé à changer les mentalités de ses concitoyens, qu’eurent lieu les premières distributions de denrées.
Le principe : tous les 15 jours, le mardi, « Les amis du Zeybu » organisent leur « Zeybu marché » de 15h à 20h: après les avoir commandés et payés via le site de l’association, entre 60 et 100 adhérents viennent récupérer leurs produits alimentaires, fournis et livrés par des producteurs locaux. Outre le fait de permettre aux 360 adhérents de l’association (pour l’année 2012) d’acheter des produits de qualité au meilleur prix, la distribution offre l’occasion de se rencontrer et d’échanger. L’association ne fait aucune marge sur les produits.
Semblable, au premier abord, à la méthodologie développée par les AMAP (Association pour le maintien de l’agriculture paysanne), l’action des 
amis du Zeybu s’en distingue pourtant par de nombreux points. En effet, ici les adhérents ne s’engagent pas à acheter des paniers toutes les semaines pour une durée définie et peuvent participer au marché de leur choix, sans aucune obligation. Ils sont aussi libres de composer leurs paniers comme ils le désirent, libérés de la contrainte d’acheter un panier type contenant des denrées dont ils n’auraient pas l’usage ou l’envie. De sont côté, le producteur n’a aucune obligation de volume: si sa récolte n’a pas été aussi généreuse que prévue, il ne fournit que ce qu’il peut. Seul impératif : la qualité du produit. 

En outre, l’association se distingue par les principes de solidarité, de coopération et de mutualisation qu’elle a développés. Car permettre aux habitants de tisser des liens c’est une chose, mais encore faut-il que les concitoyens les plus démunis ne soient pas laissés à l’écart. Dés le départ, Les Amis du Zeybu ont donc posé la question de l’accessibilité à tous les publics comme un principe fondateur de l’action. Mais avec une volonté essentielle : ne surtout pas créer de stigmatisation.
Toute l’ingénierie de l’action a donc été construite autour d’un principe de solidarité prenant appui sur les différents acteurs impliqués :
Le jour de la livraison, les producteurs partenaires de l’association font un don de denrées alimentaires proportionnel à la commande qui leur a été passée (il n’y a pas d’obligation chiffrée, mais ils donnent en général l’équivalent de 8 à 10% de denrées en plus de celles commandées par les adhérents de l’association).
Les adhérents qui viennent chercher leur commande peuvent par ailleurs acheter les aliments supplémentaires qui ont été donnés par les producteurs. L’argent généré par la vente de ces dons, le « Zeybu solidaire », est ensuite crédité sur le compte de l’association EAU (Eybens Acceuil Urgence) qui gère l’aide alimentaire sur la commune.
EAU réparti ensuite cet argent sur le compte d’adhérents des Amis du Zeybu relevant de l’aide alimentaire, tout en garantissant l’anonymat des bénéficiaires. Ces adhérents peuvent alors commander les produits du Zeybu à moindre effort, sans être stigmatisés : en effet, ils commandent via le site de l’association, de la même manière que n’importe quel adhérent. Ainsi, personne au sein de l’association Les Amis du Zeybu ne sait qui relève de l’aide alimentaire ou pas. En outre, cette approche garanti la mixité des publics de l’association.
     S’appuyer sur l’expertise des travailleurs sociaux

Plutôt que de tout gérer en interne, l’association a donc fait le choix de s’appuyer sur l’expertise sociale des acteurs locaux déjà présents sur le territoire. La plupart du temps, c’est EAU ou le CCAS qui orientent leurs usagers relevant de l’aide alimentaire vers les Amis du Zeybu. C’est également eux qui répartissent l’argent récolté grâce aux dons sur le compte des adhérents, en fonction des besoins et difficultés de chacun. Cette approche est une garantie, pour les Amis du Zeybu, de transparence et de confiance vis-à-vis de ses adhérents.
Dans les faits, les deux tiers de la somme récoltée au Zeybu solidaire est reversée aux personnes en difficulté, tandis que le tiers restant est utilisé pour l’organisation d’animations solidaires dans le quartier comme la fête de la musique ou des stages pour les enfants à chaque vacance scolaire (voir infra).
Au final, cette approche solidaire repose sur une contribution mutualisée de tous les acteurs : producteurs grâce aux dons en nature, et adhérents susceptibles d’acheter ces produits en plus de leurs commandes.
   Un projet porteur de solidarité et respectueux de l’environnement
Solidarité avec :
- les familles en difficulté grâce à l’aide des producteurs et de l’association EAU
- les producteurs avec lesquels l’association construit des liens durables
- le quartier déserté par les commerces, que l’association contribue à animer
Respect de l’environnement
- un approvisionnement en circuit court : les producteurs sollicités sont des producteurs locaux
- la généralisation du réemploi des emballages, réutilisés à chaque marché. Les produits reçus sont reconditionnés : les adhérents repartent avec des sacs qu’ils remportent au prochain marché.
- la promotion de moyens doux (vélo, marche) pour les déplacements au Zeybu
La notion de développement durable est en effet au cœur du projet. L’idée : aller vers une auto-pédagogie douce qui permette à chacun de changer ses comportements pour faire primer collaboration et écologie.
    Faire ensemble
La survie de l’association est garantie par l’implication de ses adhérents. En effet, pour que l’action fonctionne, chaque famille adhérente doit participer à trois ou quatre distributions annuelle. Un Zeybu marché nécessite en effet la mobilisation d’une vingtaine de personnes. Une méthode qui contribue à la revitalisation du vivre ensemble sur le quartier.
Tout comme les ateliers du « faire ensemble » proposés par l’association : plutôt que d’acheter individuellement la farine solidaire (c'est-à-dire la farine donnée par les producteurs), les adhérents viennent à l’association pour faire leur pain ensemble. Les gains retirés par la vente de la farine ayant servie à faire le pain suivent ensuite le circuit normal en allant créditer le compte de l’association EAU. Sur le même principe, l’association propose des ateliers pizza, glace ou cueillette (les adhérents vont faire leur cueillette en équipes covoiturées chez les producteurs), ainsi que différents ateliers cuisine partagés.
En outre, l’association organise différents ateliers pour les enfants. Elle a par exemple développé un stage de fabrication de four solaire avec la collaboration de l’association Enthropie*. Financé par le Zeybu solidaire, ce stage a été proposé gratuitement à tous les enfants du quartier. Parents et grands-parents n’ont d’ailleurs pas hésité à se joindre à eux pour ce moment de partage, faisant de cet atelier pour enfant un moment d’échange intergénérationnel. Le four solaire ainsi bâti, permet aujourd’hui d’organiser des moments conviviaux. Par ailleurs, l’association propose notamment des ateliers cuisine aux enfants : ceux-ci préparent un ensemble leur gouter avant de le partager.
Bien que ponctuelles, ces actions sont emblématiques d’une idée centrale qui préside à tout projet mis en œuvre par les Amis du Zeybu : le faire ensemble pour partager ensemble.
    Une ingénierie basée sur de nouveaux outils informatique
L’informatique est un élément indissociable de l’émergence de l’action. L’action innove grâce à des outils de communication moderne, en réseau et accessibles à tous les adhérents. Dés le début, l’association s’est en effet appuyée sur un système de bureau virtuel partagé sur son site Internet. Chaque adhérent y a son compte en ligne. Il le crédite de la somme qu’il désire avant de commander. Seul obligation : ne pas avoir un compte négatif. Ce compte lui permet de passer sa commande avant chaque Zeybu marché. Les produits étant déjà réglés, les producteurs sont payés dés la livraison et l’association ne doit avancer aucune trésorerie.
Mais tout le monde ne maitrise pas l’outil informatique. Or, selon les principes des Amis du Zeybu, chacun doit pouvoir accéder au service proposé par l’association. C’est pourquoi, dans une volonté de réduire la fracture numérique et de permettre à ses adhérents une utilisation en toute autonomie de ses outils informatiques, l’association a mis en place des ateliers informatiques informels assurés par des bénévoles de l’association.
    Perspectives
L’association construit actuellement des outils pour permettre aux personnes qui le désirent de développer cette action sur leur territoire.
Elle travaille en outre avec les responsables de l’espace de vie étudiante de l’Université de Grenoble qui souhaitent mettre en place un système similaire sur leur campus.

Impact(s) :
- 570 personnes ont adhéré à l’association en tre sa création et juillet 2012. Pour l’année 2012, ils étaient 360. 80% des bénévoles sont des femmes.
Entre 60 et 100 adhérents participent à chaque Zeybu marché.
- L’association permet de recréer du lien entre les habitants du quartier et de favoriser leur implication citoyenne
- L’approche solidaire permet aux familles, bénéficiaires de l’aide alimentaire, d’accéder à des produits sains sans être stigmatisés
- Le partenariat avec les producteurs locaux permet aux adhérents d’acheter des produits de qualité à bas prix
- Bien que cela soit très difficile à évaluer pour l’association, portée par son principe de non-stigmatisation, de nombreux bénévoles mettent en avant la mixité sociale des adhérents.
En outre, les adhérents sont de tous les âges.
- L’association favorise le développement durable en limitant les emballages (avec la généralisation du réemploi) ainsi que l’impact du transport avec les producteurs (circuits courts et regroupement pour les livraisons).

Partenaire(s) :
- L’association EAU (Eybens Acceuil Urgence)
- La mairie d’Eybens avec la mise à disposition du local dans le cadre d’une convention
- L’espace de vie étudiante de l’Université de Grenoble
- La région Rhône-Alpes : lauréat de l’appel à projet DD 2009
- Grenoble – Alpes métropole : lauréat de l’appel à projet ESS 2009
- La Fondation Orange : lauréat de l’appel à projets solidaires en 2010
- Le projet Zeybu a fait partie des quarante lauréats sélectionnés au niveau national pour participer au village de l’innovation sociale dans le cadre des premiers états généraux de l’ESS (Juin 2011).

Moyens : Humains : - Le président et une bénévole s’occupent de l’administratif ainsi que de la logistique, tandis que certains adhérents aident pour les comptes.- C’est un adhérent qui a créé l’outil informatique permettant de centraliser les commandes via internet. - Chaque Zeybu marché mobilise une vingtaine de personnes : dix de 15h à 18h et dix autres de 18h à 20h.Financiers : - L’adhésion est de 5 euros par personne et par an et de 10 euros par famille.- Le local est prêté par la mairie qui finance également les fluides (eau, électricité…).

Publié et mis à jour le: 27-07-2012 par Apriles

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires