Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : BIPLAN
  • : Territoires, réseaux, formation
  • Contact

Le blog d'Odile Plan

Ce blog est animé par Odile Plan         créatrice de BIPLAN

envoyez vos réactions et informations à :

biplan46@wanadoo.fr

undefined









Recherche

territoires-réseaux-formation

BIPLAN, un blog de partage et d’échange d'informations,sur les initiatives participatives des territoires,les partenariats et les réseaux,la création d'activité, l'égalité de chances pour un développement durable et un monde solidaire...

Articles Récents

  • Bertrand Schwartz est parti, un grand monsieur nous a quitté
    Bertrand Schwartz est parti, la nuit de vendredi à samedi, calmement dans son sommeil. Il était très mal depuis plusieurs jours, veillé par Antoinette, mais il souriait toujours. C’était attendu, mais ça fait un grand vide, nous lui devons tant que ce...
  • Les billets suspendus ne tiennent qu’à un fil…à Pamiers –Midi Pyrénées- 09 -
    A Naples il est de tradition, quand on entre dans un café, d’en commander un et d’en payer deux. Le café ainsi ‘’suspendu’’ sera offert à une personne dans le besoin qui viendra le réclamer. Cette initiative a poursuivi sa route à travers l’Europe et...
  • Des plateformes de services pour promouvoir une "mobilité inclusive"
    Les rencontres de la mobilité inclusive ont réuni, le 28 janvier 2016 à Paris, des acteurs associatifs de la mobilité solidaire, des collectivités locales et des entreprises. L'objectif : amplifier la prise de conscience sur cet enjeu et structurer davantage...
  • Territoires ruraux : comment sauver les cafés ?
    Avec la disparition des bistrots, les habitants ont le sentiment que le lien social se délite dans les territoires ruraux, comme le montre une étude de l'Ifop pour France Boissons, présentée le 20 janvier à l'occasion du lancement de la nouvelle édition...
  • E-rando : Bourgogne - 58 -
    Le pays Nivernais Morvan propose depuis l’été 2015 seize e-randos numériques, comme autant d'histoires à découvrir au rythme de la marche. Des circuits aussi variés que les territoires des neuf communautés de communes engagées dans l'aventure ! Les e-randos...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • En 2016, la métamorphose…
    La lune était pleine cette nuit de Noël, maintenant, elle est gibbeuse. Puisse-t-elle éclairer ces périodes sombres… Pour l'année nouvelle, nous vous proposons ce texte écrit en 2010 par Edgar Morin ; c'est un peu long, mais cela en vaut la peine. Eloge...
  • Un séjour à la ferme pour aider à la réinsertion - CIVAm et Accueil Paysan -
    Accueil paysan et le CIVAM (Centres d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu rural) organisent des séjours de rupture à la ferme, allant de quelques jours à quelques semaines, pour des personnes en difficultés. Les profils sont multiples...
  • Réfugiés : En Bretagne, plusieurs dizaines d'offres d'hébergement
    Plusieurs dizaines d'offres d'hébergement de réfugiés en Bretagne ont été reçues par le dispositif CALM ("Comme à la maison") mis en place par l'association Singa d'aide aux demandeurs d'asile. Dans les grandes villes (Brest, Rennes, Nantes, Lorient,...
31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 10:11

La BPI va regrouper les missions et structures de financement de l'innovation sociale. 

A l'occasion d'un séminaire organisé le 26 septembre 2012 sur la finance solidaire, Benoît Hamon a donné de nouvelles précisions sur le financement de l'économie sociale et solidaire. Au programme : un financement simplifié avec un accompagnement par les structures adaptées (Adie, France Active...) dans le cadre de la future Banque publique d'investissement. Cette dernière est amenée à englober tous les instruments existants dont le fonds d'innovation sociale créé au printemps.

Les nouvelles modalités de financement de l'économie sociale et solidaire commencent à se dessiner. A l'occasion d'un colloque sur la finance responsable, organisé le 26 septembre 2012 à Paris, Benoît Hamon, ministre délégué en charge de l'économie sociale et solidaire (ESS), s'est exprimé sur le sujet. 500 millions d'euros lui sont réservés au sein de la future Banque publique d'investissement (BPI) sur les 20 milliards d'euros dont elle va disposer. La BPI aura vocation à rassembler l'ensemble des missions et structures orientées vers le financement de l'ESS, notamment le fonds d'investissement pour l'innovation sociale. Ce fonds avait été créé en mars 2012 par Roselyne Bachelot, alors ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale. Doté de 5 millions d'euros en 2012, le fonds devait être porté progressivement à 15 millions d'euros. Les montants dédiés à l'ESS dans le programme d'investissement d'avenir (PIA), qui correspondent à 100 millions d'euros, vont aussi rejoindre les ressources de la BPI qui seront dédiés à ce secteur. "La BPI va prendre en charge une grande partie des missions et structures qui existaient auparavant dans ce domaine", a ainsi précisé Benoît Hamon.
Autre point important : l'organisation de ce nouveau financement. "Pour que les structures de l'ESS se développent, encore faut-il que l'offre de financement soit adaptée", a expliqué le ministre, estimant qu'il faut prendre en compte les spécificités et les besoins des entreprises du secteur de l'ESS. Et ce sont les structures telles que l'Association pour le droit à l'initiative économique (Adie), France Active et autres réseaux de ce type, qui seront délégataires des fonds de la BPI et qui seront chargés d'accompagner les entreprises de l'ESS vers le financement de leurs projets. Ils devront notamment tenir compte de la diversité des besoins : d'un financement modeste de 5.000 euros à des demandes d'investissement de plusieurs millions d'euros...

     Un label, des certificats mutualistes et des obligations d'emploi

Benoît Hamon a également précisé que la BPI, pour ce qui concerne l'ESS, serait organisée par filière (transition écologique et économie verte, recyclage, réemploi...). Une organisation qui permettra de "donner des moyens à ce secteur et des marges de croissance supplémentaires", a souligné le ministre, citant le cas d'Emmaüs, pionnier dans le recyclage et aujourd'hui fortement concurrencé par Véolia.
L'autre partie du financement de l'ESS viendra de l'épargne. Le rapport de Pierre Duquesne sur l'épargne réglementée, remis le 20 septembre au ministre, a avancé quelques idées, dont l'inscription dans les obligations d'emploi des crédits des banques du financement de l'ESS, au même titre que la rénovation thermique ou le financement des PME. Mais "comment vérifier la mise en œuvre de ces obligations d'emploi, a questionné le ministre. Est-ce qu'on apprécie les résultats de chaque banque ou est-ce qu'on se base sur une moyenne d'intervention bancaire vers l'ESS ?" En revanche, l'idée de créer un livret spécifique pour financer l'ESS n'est pas retenue pour le moment. C'est le doublement du livret Développement durable (LDD) et le relèvement du plafond du livret A qui devraient permettre d'orienter une partie de l'épargne vers l'ESS.
D'autres instruments financiers pourraient voir le jour comme des certificats mutualistes ou encore des titres associatifs ou participatifs. "Les titres associatifs sont le moyen pour les associations de reconstituer leurs fonds propres mais aujourd'hui, cela ne fonctionne quasiment pas", a souligné Benoît Hamon. Ces questions feront partie de la loi-cadre sur l'ESS qui doit être finalisée en décembre 2012. Enfin, le ministre compte faire en sorte que les acheteurs publics prennent mieux en compte les spécificités des acteurs de l'ESS dans les commandes publiques. Le premier pas étant de faire appliquer les textes existants et de créer un label identifiant les entreprises appartenant au secteur de l'ESS. Un label qui sera également créé dans le cadre de la loi sur l'ESS.

Emilie Zapalski . Publié le mercredi 26 septembre 2012 dans localtis

Partager cet article

Repost 0

commentaires