Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : BIPLAN
  • : Territoires, réseaux, formation
  • Contact

Le blog d'Odile Plan

Ce blog est animé par Odile Plan         créatrice de BIPLAN

envoyez vos réactions et informations à :

biplan46@wanadoo.fr

undefined









Recherche

territoires-réseaux-formation

BIPLAN, un blog de partage et d’échange d'informations,sur les initiatives participatives des territoires,les partenariats et les réseaux,la création d'activité, l'égalité de chances pour un développement durable et un monde solidaire...

Articles Récents

  • Bertrand Schwartz est parti, un grand monsieur nous a quitté
    Bertrand Schwartz est parti, la nuit de vendredi à samedi, calmement dans son sommeil. Il était très mal depuis plusieurs jours, veillé par Antoinette, mais il souriait toujours. C’était attendu, mais ça fait un grand vide, nous lui devons tant que ce...
  • Les billets suspendus ne tiennent qu’à un fil…à Pamiers –Midi Pyrénées- 09 -
    A Naples il est de tradition, quand on entre dans un café, d’en commander un et d’en payer deux. Le café ainsi ‘’suspendu’’ sera offert à une personne dans le besoin qui viendra le réclamer. Cette initiative a poursuivi sa route à travers l’Europe et...
  • Des plateformes de services pour promouvoir une "mobilité inclusive"
    Les rencontres de la mobilité inclusive ont réuni, le 28 janvier 2016 à Paris, des acteurs associatifs de la mobilité solidaire, des collectivités locales et des entreprises. L'objectif : amplifier la prise de conscience sur cet enjeu et structurer davantage...
  • Territoires ruraux : comment sauver les cafés ?
    Avec la disparition des bistrots, les habitants ont le sentiment que le lien social se délite dans les territoires ruraux, comme le montre une étude de l'Ifop pour France Boissons, présentée le 20 janvier à l'occasion du lancement de la nouvelle édition...
  • E-rando : Bourgogne - 58 -
    Le pays Nivernais Morvan propose depuis l’été 2015 seize e-randos numériques, comme autant d'histoires à découvrir au rythme de la marche. Des circuits aussi variés que les territoires des neuf communautés de communes engagées dans l'aventure ! Les e-randos...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • En 2016, la métamorphose…
    La lune était pleine cette nuit de Noël, maintenant, elle est gibbeuse. Puisse-t-elle éclairer ces périodes sombres… Pour l'année nouvelle, nous vous proposons ce texte écrit en 2010 par Edgar Morin ; c'est un peu long, mais cela en vaut la peine. Eloge...
  • Un séjour à la ferme pour aider à la réinsertion - CIVAm et Accueil Paysan -
    Accueil paysan et le CIVAM (Centres d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu rural) organisent des séjours de rupture à la ferme, allant de quelques jours à quelques semaines, pour des personnes en difficultés. Les profils sont multiples...
  • Réfugiés : En Bretagne, plusieurs dizaines d'offres d'hébergement
    Plusieurs dizaines d'offres d'hébergement de réfugiés en Bretagne ont été reçues par le dispositif CALM ("Comme à la maison") mis en place par l'association Singa d'aide aux demandeurs d'asile. Dans les grandes villes (Brest, Rennes, Nantes, Lorient,...
16 décembre 2009 3 16 /12 /décembre /2009 12:28

Quand l'entreprise vaut le détour

Suivre une visite guidée des Chantiers de l’Atlantique à Saint-Nazaire, découvrir une ferme d’élevage en Lozère, ou parcourir l’atelier d’un potier normand : les visites d’entreprises sont déjà courantes en France. En 2006, 836 sociétés auraient ainsi reçu plus de 8 millions de visiteurs, d’après une enquête de l’Assemblée des chambres françaises de commerce et d’industrie (ACFCI) et de la Direction du tourisme. L’ACFCI leur a consacré la journée du mercredi 25 novembre à Paris en rappelant que si ces visites sont souvent bénéfiques aux entreprises, elles peuvent aussi profiter à leurs territoires environnants.

La coopérative des Salines de Guérande, en Loire-atlantique, a ainsi largement bénéficié de la création de sa filiale Terre de sel, en 2002. Comme l’a expliqué son directeur Emmanuel Blanc, elle fait visiter les marais salants à près de 60.000 personnes chaque année - et accueille, en plus, 40.000 clients dans sa seule boutique de vente de sel et de produits dérivés. La filiale écoule de cette manière 120 tonnes de sel, chaque année, à ces visiteurs individuels, tout en offrant 10 emplois permanents. Terre de sel a également permis de canaliser le tourisme sur le site et de renforcer l’image de marque des quelque 200 paludiers locaux.

Dans les Landes, les visites d’entreprises constituent, au-delà, un atout pour la communauté de communes de Mimizan, selon Laurent Ignacel, vice-président en charge du développement économique. "Du 14 juillet au 15 août, nous avons énormément de monde. Mais de Pâques à la Toussaint, nous avons une autre clientèle, qui a envie d’autre chose que d’aller se baigner." Pouvoir lui proposer la visite d’une papeterie, dans l’arrière-pays, par exemple, permet de mieux la retenir.

Une marque "Qualité tourisme"

Globalement, les visites d’entreprises ont quatre intérêts majeurs pour les collectivités, d’après la directrice de l’Agence de développement de la visite d’entreprises (Adeve), Cécile Pierre. D’abord, ces portes ouvertes permettent d’enrichir les possibilités locales de tourisme d’affaires, mais aussi de tourisme culturel. Elles apportent aussi de l’image : par exemple, avec "Et voilà le travail", la Seine-Saint-Denis met en valeur ses activités à travers des visites d’entreprises et des expositions biennales. Enfin elles peuvent favoriser l’insertion : dans le Pas-de-Calais, notamment, des visites permettent de trouver des postes pour des jeunes ou des demandeurs d’emploi locaux. En somme, les visites d’entreprises "n’englobent pas seulement le développement touristique, mais aussi le développement des territoires, et leurs publics sont locaux, pour l’essentiel", d’après Cécile Pierre.

Pour cette directrice de cabinet-conseil, il demeure que la visite d’entreprise manque encore de "professionnalisation". Voilà pourquoi les chambres de commerce et d’industrie ont créé, en 2003, le label "destination entreprise" : il distingue aujourd’hui 56 sociétés pour leurs engagements en matière d’information, d’accès, ou encore de qualité du guidage. Depuis juin, cette démarche porte désormais la marque "Qualité tourisme", attribuée par le secrétariat d’Etat au Tourisme. A Terre de sel, Emmanuel Blanc insiste aussi sur l’importance "de faire appel à des professionnels du tourisme" pour mettre en oeuvre les visites. Franck Le Peculier, de www.voyager-en-car.com, juge pour sa part crucial de s’attacher aux partenaires touristiques locaux. Et en la matière, syndicats d’initiatives et comités départementaux du tourisme peuvent être précieux pour donner envie de passer ses vacances en entreprise…


Olivier Bonnin, publié le 26 novembre 2009 par Localtis

 http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/artVeille/artVeille&c=artVeille&cid=1250259166646

                                                                          

Repost 0
10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 10:56

Tourisme :

Atout France, de grandes ambitions, mais de faibles moyens


Dans le cadre de l'examen par l'Assemblée nationale du projet de loi de finances (PLF) pour 2010, le rapporteur spécial des crédits du tourisme - Jean-Louis Dumont, député (PS) de la Meuse - s'est plus particulièrement penché sur les actions de promotion de l'offre touristique française. Il est vrai que l'enjeu économique est important : même si elle doit être bientôt dépassée par la Chine, la France demeure la première destination touristique mondiale et les pouvoirs publics se sont fixés un objectif ambitieux - et désormais assez peu réaliste avec la crise économique - de 100 millions de visiteurs étrangers à l'horizon 2015.

Atout France - principal instrument de promotion internationale de l'offre touristique française et désormais opérateur unique de l'Etat dans le secteur - a été officiellement lancé en mai dernier, par fusion entre Odit France et la Maison de la France (voir article ce printemps dans la catégorie Tourisme de BIPLAN).

Organisé sous la forme d'un groupement d'intérêt économique (GIE) associant public et privé, Atout France doit disposer en 2010 d'une enveloppe budgétaire de 34,7 millions d'euros. Ainsi que le relève le rapporteur spécial, cette somme est inférieure au total alloué en 2009 à Odit France et à la Maison de la France. Cette diminution pourrait se justifier par des économies consécutives à la fusion, mais tel n'est pas le cas, puisque Atout France a, au contraire, reçu des missions supplémentaires après la fusion (tenue du registre des opérateurs de voyage, interventions dans le domaine du classement des hébergements touristiques...). Pour être complet, il faut ajouter à ces 34,7 millions d'euros, 7,74 millions de dépenses d'intervention directe de l'Etat, ce qui porte à 42,48 millions d'euros le total des autorisations d'engagement et des crédits de paiement consacrée à l'action "Promotion de l'image touristique de la France et de ses savoir-faire", soit une légère progression de 4% par rapport à 2009.

Même ainsi augmentée, l'enveloppe budgétaire demeure modeste, comme le montre la comparaison effectuée par le rapporteur avec la situation de l'Espagne, le principal rival européen de la France en matière touristique. Turespaña - l'équivalent ibérique d'Atout France - dispose ainsi en 2009 d'une enveloppe de 224,7 millions d'euros, dont 83,4 millions consacrés directement à des actions de promotion et de communication, c'est-à-dire deux fois le budget global d'Atout France (qui couvre également bien d'autres dépenses que la promotion). Pour faire face à la crise, qui touche durement le tourisme espagnol, l'Etat a en outre alloué une enveloppe supplémentaire de 42,5 millions d'euros, destinée à renforcer les actions de communication à l'international. Malgré ces écarts, la France est tout de même parvenue à conserver, en 2008, son rang de première destination touristique mondiale, avec 79,3 millions d'arrivées de touristes non-résidents (-3 % par rapport à 2007). Mais elle reste aussi toujours au troisième rang, derrière les Etats-Unis et l'Espagne, en termes de recettes du tourisme international.

 

Jean-Noël Escudié / PCA, publié le 06 novembre 2009, par Localtis

http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/artVeille/artVeille&c=artVeille&cid=1250259086773 

 

 

Repost 0
4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 11:19

Quatre mesures pour relancer le tourisme social

Clôturant, le 12 octobre, les premières Rencontres nationales du tourisme sur la nouvelle politique du tourisme social, Hervé Novelli a annoncé plusieurs mesures en faveur de ce secteur. Crise économique oblige - même si celle-ci n'a pas fait baisser le taux de départ en vacances -, le gouvernement entend développer des dispositifs de soutien en ce domaine. Le secrétaire d'Etat chargé du tourisme en avait d'ailleurs annoncé le principe lors de la réunion de l'ensemble des acteurs du tourisme social et associatif en mars dernier (voir ci-contre notre article du 12 mars 2009). Certaines mesures ont été intégrées à la loi du 22 juillet 2009 de développement et de modernisation des services touristiques. Estimant que "cela fait trop longtemps que le tourisme social n'a pas été traité à sa juste mesure", Hervé Novelli s'est refusé à trancher dans le débat récurrent entre aide à la pierre et aide à la personne, préférant "construire une offre déspécialisée et mettre en place des dispositifs d'accompagnement des personnes tant sur le plan financier que dans celui des autres domaines, l'ensemble s'articulant pour multiplier les possibilités de départ".

En pratique, le secrétaire d'Etat a annoncé quatre mesures principales.

- La première consiste à s'appuyer sur la loi du 22 juillet 2009 pour renforcer l'Agence nationale des chèques vacances (ANCV) dans ses missions sociales. Hervé Novelli compte sur l'extension du dispositif des chèques vacances aux entreprises de moins de 50 employés (8 millions de salariés) pour dégager les ressources permettant de financer de nouvelles aides à destination de "publics cibles", comme les personnes handicapées.

- Plus étonnante, la seconde mesure annoncée consiste en la création d'un "coffret séjour jeunes" pour les 18-25 ans, sur le modèle désormais bien connu des coffrets cadeau. Cette tranche d'âge présentant un taux de départ en vacances inférieur à la moyenne, ces coffrets proposeront une offre "tout compris" intégrant, par exemple, le transport, deux nuits avec demi-pension et une activité récréative. Ce produit s'adressera à la fois au public général via les circuits traditionnels de distribution et à un public social ciblé, constitué de "jeunes adultes à faibles revenus mais non désocialisés". Ce second circuit de distribution passera par les acteurs sociaux de terrain et les coffrets seront subventionnés pour en ramener le coût à des niveaux compatibles avec les revenus des bénéficiaires. Expérimental dans un premier temps, ce dispositif pourrait ensuite - en cas de succès - être étendu à d'autres publics comme les personnes âgées ou handicapées.

- La troisième mesure concerne la recherche de "solutions nouvelles pour régler le dossier central de la rénovation de l'offre d'hébergement social". Le dossier est en effet pendant depuis la suppression des aides à la pierre de l'ANCV, pour des raisons de conformité juridique. Hervé Novelli évalue le coût de rénovation de ces structures à 500 millions d'euros sur dix ans. Parmi les solutions envisagées, le secrétaire d'Etat au Tourisme a annoncé la création, "avec l'accord de la Caisse des Dépôts et la mobilisation d'une partie des ressources financières de l'ANCV", d'un fonds d'investissement dédié au financement des actifs du Tourisme social. Dénommé "Tourisme Social Investissement" (TSI), il interviendra en fonds propres dans des sociétés immobilières à créer ou à reprendre, afin de mener des travaux de remise à niveau dans des équipements du tourisme associatif et familial. S'inspirant clairement du dispositif de modernisation de la restauration (voir notre article ci-contre du 17 septembre 2009), Hervé Novelli a indiqué que le fonctionnement de ce fonds supposera l'apport d'autres financeurs que la Caisse des Dépôts et l'ANCV, au premier rang desquels les acteurs du tourisme social eux-mêmes, invités à mutualiser une partie de leurs ressources. Un dispositif d'assistance technique, mis en place autour d'Atout France, viendra appuyer les opérateurs dans cette démarche.

- Enfin, de façon plus classique, Hervé Novelli a annoncé la création d'un centre de ressources dédié à la politique sociale du tourisme. Celui-ci aura pour mission prioritaire, grâce notamment à une base de données et à un site internet, "d'accroître la connaissance des composantes et des acteurs de la politique sociale du tourisme".

Jean-Noël Escudié / PCA, publié le 14 octobre 2009, par Localtis

 http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/artVeille/artVeille&c=artVeille&cid=1250258974755

Repost 0
20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 10:44
Les Femmes du Tourisme lancent le Trophée Femmes Du Tourisme

« Reconversion dans le tourisme : Pari gagné ! »(...)

L’association « Femmes du Tourisme » lance un challenge qui récompensera chaque année, avec un thème différent, une femme ayant réalisé un parcours professionnel exemplaire ou remarquable. « Reconversion dans le tourisme : Pari gagné » est le thème retenu pour cette première édition. Les candidatures sont ouvertes. Date limite pour la remise des dossiers : 15 décembre 2009.
« Nous encourageons toute femme ayant réalisé une reconversion dans le tourisme à poser sa candidature afin de se faire connaître, de valoriser son action, de partager son expérience et nous l’espérons, de créer ainsi de nouvelles vocations. La reconversion illustre des valeurs qui nous sont chères comme le courage, l’innovation, la créativité, la volonté et l’audace » a déclaré à Top Resa la présidente de « Femmes du Tourisme » Agnès Gascoin qui occupe le poste de directrice des Ventes Entreprises et Agences du Groupe Air France -KLM.
Le trophée sera remis le 8 mars 2010, date de la Journée de la Femme. Le jury composé de 8 membres de l’association et d’une personnalité non membre examinera les dossier selon les critères suivants : originalité, prise de risque, réussite avérée.
Promouvoir la femme à des postes de responsabilité Créée en 2005 à l’initiative de Léon Bertrand alors Secrétaire d’Etat au Tourisme (feu secrétariat d'État), l’association compte aujourd’hui 35 membres représentant l’ensemble des métiers du tourisme. « Femmes du Tourisme » agit avec l’objectif d’encourager l’accès des femmes aux postes traditionnellement occupés par des hommes et de promouvoir leur recrutement dans les postes à responsabilité. Soutenir les objectifs de l’égalité salariale entre hommes et femmes à poste équivalent est aussi un sujet qui mobilise ces femmes du tourisme.
L’Association qui souhaite devenir un véritable Cercle d’échanges, d’influence et d’intérêt pour tous les métiers du tourisme souhaite augmenter d’ici 2010 le nombre de ses membres afin d’avoir une représentativité de tous les métiers du tourisme.

. Ce prix a pour vocation de "récompenser, chaque année, avec un thème différent, une femme ayant réalisé un parcours professionnel exemplaire », explique Agnès Gascoin, Présidente des Femmes du Tourisme.
A travers une expérience particulière ou originale, Femmes du Tourisme souhaite donner de la visibilité sur les opportunités de réussite dans le Tourisme et sur la diversité des carrières qui peuvent y être menées.

Télécharger le dossier de candidature sur le site « Les Femmes du Tourisme »
http://www.femmesdutourisme.org/spip.php?article1

Nous, on demande un trophée spécial "Tourisme rural", et on a plein de candidates…

Repost 0
11 septembre 2009 5 11 /09 /septembre /2009 10:35


Vous ne vous êtes toujours pas inscrits
à la 19ème université d'été du tourisme rural ?
Dépêchez-vous !
Vous n'avez plus que quelques jours pour nous renvoyer votre bulletin...

19° Université d'été du tourisme rural

du Mercredi 30 septembre 9h, au Vendredi 2 octobre

VichyPalais des Congrès

Allez voir le programme détaillé et inscrivez vous vite

sur le site : www.ue.tourisme-rural.fr

…BIPLAN y serat


Inédit cette année en off  Source présente son projet et ses partenaires :
Mairie Conseil, Espaces, la Librairie des Territoires,, Vulcania, le Crédit Mutuel, du Massif Central…

Repost 0
29 juillet 2009 3 29 /07 /juillet /2009 22:05

Le rapport Fouché sur les parcs de loisirs
veut mieux organiser la complémentarité public/privé


Le gouvernement publie le rapport d'information relatif aux enjeux liés à l'évolution des parcs de loisirs en France, remis au Premier ministre au début du mois. En septembre 2008, François Fillon avait en effet chargé Alain Fouché, sénateur de la Vienne, d'une mission sur la question. Vice-président (et ancien président) du conseil général de la Vienne, celui-ci connaît bien le sujet, compte tenu de l'implication du département dans la création et le développement du Futuroscope. Intitulé "Choisir la professionnalisation, professionnaliser les choix", le rapport dresse le tableau de la situation et des perspectives des parcs de loisirs. Le constat est nuancé sur ce "secteur sans doute mature, mais sûrement fragile". Il s'agit en premier lieu d'"un secteur qui se connaît mal". Le rapport n'est d'ailleurs pas en mesure de fournir des chiffres précis et incontestables sur le poids économique de cette activité. Seule certitude : le marché des parcs de loisirs est très déséquilibré, avec de grands parcs à vocation plurirégionale, voire nationale ou internationale et des parcs à vocation purement locale. Le phénomène est encore accentué par la présence d'Eurodisney qui représente, à lui seul, 73% du chiffre d'affaires des 70 premiers parcs de loisirs français.
Conformément à la lettre de mission du Premier ministre, Alain Fouché s'est particulièrement intéressé à la place des collectivités territoriales dans les parcs de loisirs. Cette place se révèle elle aussi difficile à quantifier, compte tenu de la grande diversité des structures juridiques : régies municipales ou départementales, syndicats mixtes, établissements publics de coopération culturelle (EPCC), établissements publics industriels et commerciaux (Epic), sociétés d'économie mixte (SEM) locales ou non... Comme le rappelle le rapporteur, ces engagements des collectivités sont en revanche suivis de très près par les chambres régionales des comptes, qui ont déjà contrôlé les 35 premiers parcs français par le chiffre d'affaires. Certaines observations ont même été reprises dans le rapport public annuel de la Cour des comptes (voir notre article ci-contre du 9 février 2007). Alain Fouché confirme d'ailleurs le danger d'une intervention publique mal calibrée, qui "peut se révéler déstabilisante", pour le marché local, mais aussi pour la collectivité elle-même (en particulier en cas de surestimation de la fréquentation attendue ou de sous-estimation des risques de financement et d'exploitation).
Le rapport formule donc un ensemble de propositions, destinées à "organiser une meilleure complémentarité des interventions publiques et privées". Outre une nécessaire amélioration de la connaissance du secteur - sous forme de la création d'un observatoire - et de la professionnalisation des acteurs, le rapport préconise d'"enclencher une dynamique de coopération compétitive". Pour cela, il recommande en particulier d'organiser, avec Odit France (désormais remplacé par Atout France), une rencontre nationale des parcs de loisirs et des collectivités territoriales. Cette rencontre pourrait ensuite être déclinée à travers la mise en place d'instances locales de concertation. Dans le même esprit, le rapport suggère de s'appuyer sur ces instances pour "mettre en oeuvre des projets locaux d'intérêt commun", en s'inspirant des principes et des mécanismes qui ont guidé la collaboration entre public et privé tout au long de la réalisation d'Eurodisney. Ce rapprochement pourrait se traduire, à titre expérimental, par l'élaboration d'un "schéma local de développement d'initiatives conjointes".

Jean-Noël Escudié / PCA, publié le 29 juin 2009 par Localtis

Aller plus loin sur le web : * Le rapport Fouché sur les parcs de loisirs".
http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/094000267/0000.pdf

Repost 0
22 juillet 2009 3 22 /07 /juillet /2009 23:04
Projet de loi Tourisme :
l'Assemblée interdit la sédentarisation des mobil-homes


L'Assemblée nationale a entamé l'examen du projet de loi de développement et de modernisation des services touristiques, déjà adopté en première lecture par le Sénat le 8 avril (voir notre article ci-contre du 10 avril 2009). Comme au Sénat, les débats se déroulent dans un climat plutôt consensuel, ce qui n'a pas empêché l'adoption de plusieurs amendements significatifs. Ainsi, les députés ont ouvert aux offices de tourisme communaux la possibilité d'implanter plusieurs bureaux permanents en des endroits différents, sans pour autant devoir leur donner une personnalité juridique. Le texte adopté par la commission limitait cette possibilité aux seuls offices intercommunaux. De même, un amendement du rapporteur prévoit que la future Agence de développement touristique de la France "assure sa représentation au niveau territorial en s'appuyant, le cas échéant, sur des structures existantes". Ces représentations territoriales s'ajouteront aux 35 bureaux de représentation à l'étranger dont l'Agence va hériter (voir encadré ci-dessous).

Un autre amendement, toujours du rapporteur, encadre la vente de lots au sein de terrains de campings destinés à l'installation de résidences mobiles de loisirs (mobil-homes). Il prévoit en effet que "les résidences mobiles de loisirs situées sur des terrains de camping classés au sens du Code du tourisme ne peuvent être installées sur des emplacements ayant fait l'objet d'une cession en pleine propriété". L'objectif est de lutter contre la "sédentarisation" des mobil-homes. En matière de classement, l'Assemblée a adopté un amendement instaurant des sanctions (celles prévues aux articles L.120-1 à L.121-7 du Code de la consommation) pour "l'usage de dénominations et appellations réglementées par le présent titre, de nature à induire le consommateur en erreur". Cette disposition vise la multiplication de dénominations proches d'appellations réglementées, mais qui ne correspondent à aucune classification : hôtel-club, maisons d'hôtes, résidences locatives... Un autre amendement autorise les départements à "exonérer de taxe de publicité foncière les baux à durée limitée d'immeubles, faits pour une durée supérieure à douze années, relatifs à des résidences de tourisme soumises au classement prévu à l'article à l'article L.321-1 du Code du tourisme". Les documents de commercialisation de ces résidences devront également "mentionner explicitement l'existence du droit à l'indemnité dite d'éviction [...] en cas de refus de renouvellement du bail, ainsi que les modalités générales de son calcul". Ce point, méconnu des investisseurs lors de l'acquisition et soigneusement tu par les opérateurs, est en effet une source récurrente de conflit.

Jean-Noël Escudié / PCA, publié le 18 juin 2009 par Localtis
http://www.localtis.info/servlet/ContentServer?pagename=Localtis/artVeille/artVeille&c=artVeille&cid=1245300209059
Référence :  projet de loi de développement et de modernisation des services touristiques (adopté en première lecture par le Sénat le 8 avril 2009, en discussion à l'Assemblée nationale du 16 au 23 juin 2009).


Renaud Donnedieu de Vabres nommé président d'Atout France
Réuni le 17 juin, le conseil d'administration du groupement d'intérêt économique (GIE) Atout France - la raison commerciale de l'Agence de développement touristique de la France - a élu à sa tête Renaud Donnedieu de Vabres. Ancien ministre délégué aux Affaires européennes (2002-2004), puis ministre de la Culture et de la Communication (2004-2007), celui-ci était, depuis décembre 2007, ambassadeur pour la dimension culturelle auprès du président de la République, dans le cadre de la présidence française du Conseil de l'Union européenne. Sur proposition du conseil d'administration, Hervé Novelli - le ministre délégué en charge du Tourisme - a aussitôt nommé, comme prévu, Christian Mantei comme directeur général d'Atout France. Celui-ci était jusqu'alors directeur d'Odit France.
Née de la fusion d'Odit France (ingénierie touristique) et de la Maison de la France (promotion touristique), l'Agence de développement touristique de la France - Atout France sera chargée de mettre en oeuvre "une politique publique du tourisme plus coordonnée et plus efficace". Elle sera pleinement opérationnelle après la promulgation de la loi de développement et de modernisation des services touristiques, qui lui fixe ses missions.


Repost 0
17 juillet 2009 5 17 /07 /juillet /2009 22:16
Les secrets de l'Auvergne pour faire face à la crise

Alors que le secteur du tourisme est fortement touché par la crise et que les Français affichent à la fois un moindre taux de départ en vacances et un budget plus serré, l'Auvergne présente des résultats insolents. Une étude réalisée conjointement par le comité régional de développement touristique d'Auvergne (CRDT) et par le Système permanent d'observation du tourisme en Auvergne (Spot) montre en effet un très fort dynamisme de ce secteur. Reposant sur les réponses de 450 professionnels des quatre départements auvergnats - représentant à la fois l'hébergement, les restaurants et les loisirs -, elle confirme les "scores records" de la saison d'hiver. Le nombre de journées-skieurs dans la région a en effet progressé de 49% par rapport à la saison précédente, alors que la Savoie et la Haute-Savoie - destinations phares pour les sports d'hiver - ne progressaient que de 1% et 3% (voir notre article ci-contre du 24 avril 2009).
Les résultats s'annoncent tout aussi bons pour la saison de printemps. Ainsi, 58% des répondants se déclarent satisfaits ou très satisfaits de l'activité au mois de mai et un quart des responsables d'hébergement font même état d'un chiffre d'affaires en hausse de plus de 5%. Pour cet été, 57% des professionnels interrogés se disent d'ores et déjà satisfaits ou très satisfaits des perspectives d'activité. Il est vrai que 60% des répondants signalent des réservations stables ou en hausse par rapport à la même période de l'an dernier. D'autres indices témoignent de cette progression de l'activité touristique. Les deux principaux parcs de loisirs de la région - Vulcania et le PAL (Parc d'attractions et de loisirs) - ont ainsi connu, au mois de mai, une hausse de fréquentation de 10 et 20%. Conséquence de ces évolutions convergentes : l'Auvergne progresse dans le classement des régions touristiques françaises. En 2008, elle est notamment rentrée pour la première fois dans le Top 10 des régions affichant la plus forte fréquentation touristique, gagnant ainsi deux places depuis 2002 et quatre depuis 1999. Cette évolution est d'autant plus à souligner que d'autres régions sans littoral stagnent (Bourgogne, Franche-Comté et Limousin) ou régressent (Centre et Midi-Pyrénées). Cette situation permet à l'Auvergne de devenir la première région sans littoral en termes de nuitées touristiques par habitant.
Cette réussite a plusieurs causes. La plus immédiate est bien sûr la crise économique. Favorisée par sa position centrale et pratiquant des prix modérés, l'Auvergne constitue un choix intéressant pour les touristes français (85% de la clientèle) en quête de séjours de vacances moins coûteux. Le retour des touristes en provenance des pays limitrophes de la France (Allemagne, Belgique et Suisse) relève de la même explication. Le goût croissant pour des vacances "naturelles" dans des espaces préservés favorise également des régions comme l'Auvergne.

Mais les bons résultats de la région résultent aussi d'une politique volontariste. Considérant le tourisme comme un axe de développement à part entière et un important vecteur d'emplois, les collectivités soutiennent depuis plusieurs années les efforts des professionnels. Elles ont ainsi accompagné la montée en gamme et l'amélioration de la qualité de l'offre d'hébergement et favorisé le développement de modes d'accueil en phase avec le cadre naturel (petits hôtels, auberges, chambres d'hôtes, gîtes ruraux...), autour du concept "Nattitude" (positionnement nature). La région a également mis sur pied un important programme de formation des acteurs du tourisme et a apporté un soutien sans faille - et coûteux - à Vulcania, qui semble sortir de ses difficultés de départ. Le tout a été relayé par des campagnes de communication efficaces et inscrites dans la durée.

Jean-Noël Escudié / PCA
, publié le 26 juin 2009 par Localtis


Aller plus loin sur le web :
* L'étude réalisée par le CRT et Spot Auvergne.
http://www.spot-auvergne.fr/testrecherche/fichier.php?nf=/resultats AUVERGNE.pdf&t=/documents/publication/download
* Le site de Spot Auvergne.
http://www.spot-auvergne.fr/publication
* Le site du comité régional de développement touristique d'Auvergne.
 http://www.auvergne-tourisme.info/  
Repost 0
14 juillet 2009 2 14 /07 /juillet /2009 23:10
Les offres touristiques confrontées à l'internaute expert du Web 2.0


"Le e-tourisme, adapté à tous les métiers en ligne, apparaît particulièrement porteur dans cette conjoncture difficile. Les Français comparent davantage, recherchent le meilleur rapport qualité/prix, réservent de plus en plus tard leurs courts séjours. Inversement ils essaient de profiter, en 'early booking', de prix plus bas pour leurs longs séjours davantage prévisibles", explique Guy Raffour, ancien conseiller technique du Conseil national du tourisme. Le cabinet conseil en stratégie interactive, dont il est PDG, a présenteé le 18 juin prochain à Paris, la sixième édition du baromètre annuel "Courts séjours, vacances, nouvelles tendances, nouveaux comportements et e-tourisme".
L'e-tourisme a représenté 6,9 milliards d'euros pour l'année 2008 entièrement réservés en ligne. Au total ce sont 10 milliards d'euros de chiffre d'affaires qui sont générés par la recherche en ligne de séjours. 9,2 millions de Français ont ainsi réservé en ligne leurs prestations de type transport, hébergement, location de voiture, activités de loisirs, ce qui représente 31% des Français de 15 ans et plus partis en 2008. Le e-tourisme est le 1er poste du e-commerce en France en valeur avec près de 35%. "Toute l'offre est disponible en se déplaçant virtuellement et just in time, au moment où l'impulsion du désir de partir apparaît avec une volonté de raccourcir de plus en plus le temps entre le stimuli et la réponse concrète à celui-ci (même si le départ est prévu un ou deux mois après). Le e-tourisme sert ces nouveaux comportements en y ajoutant un voyage virtuel qui précède le réel grâce à la puissance du multimédia, des liens hypertexte et des échanges entre touristes via le Web 2.0", conclut le consultant.
Qui sont les internautes ?
Quels Français préparent leurs séjours en ligne et de façon exclusive ?
Quels sont les atouts perçus du e-tourisme ?
Combien réservent en ligne et quelles prestations ?
Les e-touristes deviennent-ils de plus en plus experts ?
Lisent-ils les avis des autres internautes et sont-ils influencés ?
Combien ont déposé un avis et de quel type (positif, négatif?) ?
Pour répondre à ces questions, 17 experts se sont réunis pour une journée de conférence., et Philippe Violier, directeur de l'Esthua (études supérieures de tourisme et d'hôtellerie de l'université d'Angers) y a aborderé notamment les principales raisons des succès ou des échecs de projets touristiques lancés par les territoires.

 

Luc Derriano / EVS, publié le 04 juin 2009 sur Localtis
http://www.localtis.info/servlet/ContentServer?pagename=Localtis/artVeille/artVeille&c=artVeille&cid=1242102892381

Aller plus loin sur le web
 * Etude E-tourisme 2003.
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/catalogue/9782110053619/index.shtml#
Repost 0
8 juillet 2009 3 08 /07 /juillet /2009 22:52
Près d'un office de tourisme sur deux propose la réservation en ligne

Alors, si vous n'avez encore rien de prévu pour vos vacances, allez d'abord sur le web…

Une étude de la société Benchmark témoigne de la montée en puissance technologique des structures locales de promotion du tourisme. Longtemps cantonnés à une image un peu poussiéreuse, les offices de tourisme et les comités départementaux et régionaux du tourisme basculent progressivement sur les technologies de l'information et de la communication. Si la plupart des offices et des comités disposaient déjà d'une centrale de réservation, l'enquête menée par Benchmark auprès d'un échantillon de 38 structures montre que 45% d'entre elles proposent désormais un service de réservation en ligne. Pour les offices et les comités concernés, internet représente déjà environ 20% du chiffre d'affaires. Le développement de la réservation en ligne par ces structures s'inscrit pleinement dans le développement très rapide de l'e-tourisme, devenu le principal secteur de la vente en ligne avec, en 2008, 47% du chiffre d'affaires du commerce électronique, hors services financiers et services électroniques payants (fichiers MP3...). L'an dernier, 9,2 millions de Français - soit 18% de plus qu'en 2007 - ont ainsi acheté leurs vacances en ligne, ce qui représente près du tiers (31%) des personnes de 15 ans et plus parties en vacances cette année-là. On peut y ajouter 4,2 millions de Français qui préparent leurs vacances sur internet, sans aller cependant jusqu'à les acheter en ligne.
Ce positionnement se révèle payant pour les offices et les comités départementaux et régionaux du tourisme. Leur activité de vente en ligne a ainsi progressé de 10% en 2008 - un taux toutefois inférieur à celui de l'ensemble de l'e-tourisme (+18%) - et offre encore de fortes perspectives de développement (toutes les centrales départementales et régionales sont encore loin de proposer la vente en ligne). Le développement des services internet, au-delà de la seule vente en ligne, contribue également à moderniser et à améliorer l'image des structures locales de promotion du tourisme. Une autre étude, réalisée par le cabinet Protourisme en mars 2009, montre ainsi que les offices de tourisme sont bien placés parmi les sources qu'utilisent les Français pour préparer leurs vacances. Internet (y compris les sites des offices) arrive certes très loin en tête, avec 77% de citations. Les offices de tourisme occupent le troisième rang avec 27% de citations, juste derrière le bouche-à-oreille (33%), mais devant les guides touristiques (21%) et les agences de voyages (21%).

Jean-Noël Escudié / PCA, publié le 18 juin 2009 par localtis
http://www.localtis.info/servlet/ContentServer?c=artVeille&pagename=Localtis/artVeille/artVeille&cid=1245126820867

Aller plus loin sur le web
* Le portail national des offices de tourisme et des syndicats d'initiative. : http://www.tourisme.fr
•    Le site du Réseau national des destinations départementales (RN2D), ex-Fédération nationale des comités départementaux du tourisme. http://www.fncdt.net/
Repost 0