Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : BIPLAN
  • : Territoires, réseaux, formation
  • Contact

Le blog d'Odile Plan

Ce blog est animé par Odile Plan         créatrice de BIPLAN

envoyez vos réactions et informations à :

biplan46@wanadoo.fr

undefined









Recherche

territoires-réseaux-formation

BIPLAN, un blog de partage et d’échange d'informations,sur les initiatives participatives des territoires,les partenariats et les réseaux,la création d'activité, l'égalité de chances pour un développement durable et un monde solidaire...

Articles Récents

  • Bertrand Schwartz est parti, un grand monsieur nous a quitté
    Bertrand Schwartz est parti, la nuit de vendredi à samedi, calmement dans son sommeil. Il était très mal depuis plusieurs jours, veillé par Antoinette, mais il souriait toujours. C’était attendu, mais ça fait un grand vide, nous lui devons tant que ce...
  • Les billets suspendus ne tiennent qu’à un fil…à Pamiers –Midi Pyrénées- 09 -
    A Naples il est de tradition, quand on entre dans un café, d’en commander un et d’en payer deux. Le café ainsi ‘’suspendu’’ sera offert à une personne dans le besoin qui viendra le réclamer. Cette initiative a poursuivi sa route à travers l’Europe et...
  • Des plateformes de services pour promouvoir une "mobilité inclusive"
    Les rencontres de la mobilité inclusive ont réuni, le 28 janvier 2016 à Paris, des acteurs associatifs de la mobilité solidaire, des collectivités locales et des entreprises. L'objectif : amplifier la prise de conscience sur cet enjeu et structurer davantage...
  • Territoires ruraux : comment sauver les cafés ?
    Avec la disparition des bistrots, les habitants ont le sentiment que le lien social se délite dans les territoires ruraux, comme le montre une étude de l'Ifop pour France Boissons, présentée le 20 janvier à l'occasion du lancement de la nouvelle édition...
  • E-rando : Bourgogne - 58 -
    Le pays Nivernais Morvan propose depuis l’été 2015 seize e-randos numériques, comme autant d'histoires à découvrir au rythme de la marche. Des circuits aussi variés que les territoires des neuf communautés de communes engagées dans l'aventure ! Les e-randos...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • En 2016, la métamorphose…
    La lune était pleine cette nuit de Noël, maintenant, elle est gibbeuse. Puisse-t-elle éclairer ces périodes sombres… Pour l'année nouvelle, nous vous proposons ce texte écrit en 2010 par Edgar Morin ; c'est un peu long, mais cela en vaut la peine. Eloge...
  • Un séjour à la ferme pour aider à la réinsertion - CIVAm et Accueil Paysan -
    Accueil paysan et le CIVAM (Centres d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu rural) organisent des séjours de rupture à la ferme, allant de quelques jours à quelques semaines, pour des personnes en difficultés. Les profils sont multiples...
  • Réfugiés : En Bretagne, plusieurs dizaines d'offres d'hébergement
    Plusieurs dizaines d'offres d'hébergement de réfugiés en Bretagne ont été reçues par le dispositif CALM ("Comme à la maison") mis en place par l'association Singa d'aide aux demandeurs d'asile. Dans les grandes villes (Brest, Rennes, Nantes, Lorient,...
13 juillet 2010 2 13 /07 /juillet /2010 09:49

"Le tourisme doit rester une compétence partagée et la région doit rester chef de file", a déclaré André Chapaveire, président de la Fédération nationale des comités régionaux du tourisme (FNCRT) en présentant à la presse son livre blanc, "cartes maîtresses du tourisme français", le 1 juin.

"Face aux désengagements de l'Etat, les régions sont les seules qui interviennent au niveau des investissements touristiques", a poursuivi le président. Au moment où la réforme des collectivités territoriales est en discussion à l''Assemblée nationale, les objectifs de cette publication sont bien "d'affirmer le savoir-faire des régions dans cette filière économique vitale" et de "sensibiliser les acteurs politiques, les décideurs économiques et tous les partenaires publics privés ou associatifs, sur l'importance d'investir dans ce secteur". André Chapaveire a rappelé que le tourisme est pourvoyeur de 3 millions d'emplois "de terrain", non délocalisables. La brochure du FNCRT indique qu'en 2007, la France a bénéficié de 150 milliards d'euros de consommations touristiques et 2.300 communes ont récupéré 150 millions d'euros en taxes de séjour et taxes forfaitaires. Si les régions demandent à conserver leur rôle de chef de file, "elles ne demandent pas pour autant que cette compétence ne soit pas partagée comme aujourd'hui avec les départements, les communes et d'autres collectivités locales", a confirme André Chapaveire, illustrant ses propos par le travail de partenariat effectué en Auvergne (le président de la FNCRT est également vice-président de la région Auvergne). Et de citer la formation des personnels à l'accueil des touristes, le travail de promotion via internet ou encore l'amélioration de la qualité des hébergements. Les acteurs du droit au tourisme social, à travers l'Union nationale des associations de tourisme, ont également été associés à la préparation du document. "Là aussi nous constatons un désengagement de l'Etat et là aussi il ne reste que les régions pour faire en sorte qu'un maximum de Français partent en vacances", a argumenté André Chapaveire. Les 22 comités régionaux du tourisme et les 5 des DOM-TOM représentent aujourd'hui un budget annuel de 115 millions d'euros et des effectifs de près de 650 salariés, a précisé Jean-Bernard Michel directeur de la fédération. Le livre blanc dans lequel chaque région présente "la preuve par l'exemple" de son offre touristique, doit être adressé à l'ensemble des parlementaires et élus des comités régionaux et départementaux du tourisme mais aussi aux offices de tourisme.

Catherine Ficat, ; publié le 01 juin 2010, par localtis

http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/artVeille/artVeille&c=artVeille&cid=1250259930400

A lire aussi sur Localtis du 31/05/2010

Une enquête de l'ADCF sur les implications touristiques des communautés

http://www.localtis.info/cs/ContentServer?c=artVeille&pagename=Localtis%2FartVeille%2FartVeille&cid=1250259925770

Repost 0
12 juillet 2010 1 12 /07 /juillet /2010 09:46

 A l'occasion du congrès de l'Association nationale des maires des stations classées et des communes touristiques (ANMSCCT) à Grasse, le 10 juin, Michel Mercier, le ministre de l'Espace rural et de l'Aménagement du territoire, a apporté des précisions sur le développement du tourisme rural, qualifié de "priorité d'aménagement du territoire".

 Ces précisions font suite aux annonces du Comité interministériel d'aménagement et de développement du territoire et d'attractivité régionale (Ciadt) du 11 mai, qui a adopté un plan d'action pour les territoires ruraux (voir notre article localtis du 12 mai 2010). Celui-ci prévoit notamment la création d'une plateforme nationale d'appui au tourisme rural, fédérant les différents réseaux nationaux et chargée - en liaison avec les collectivités territoriales - de faire connaître les atouts et les produits de cette forme de tourisme.

En clôturant le congrès de l'association - qui fêtait pour l'occasion le 80e anniversaire de sa création -, Michel Mercier a indiqué qu'une réunion de cette plateforme se tiendra au début du mois de juillet. Parmi ses premiers objectifs figurent notamment la définition de produits touristiques commercialisables dans les territoires ruraux et l'identification de destinations, ainsi que la mise en oeuvre d'une méthode de travail pour promouvoir ces produits touristiques. Cette action sera secondée par Atout France, l'agence de développement touristique de la France, qui doit créer un site d'e-tourisme pour faciliter notamment la commercialisation de ces produits. Dans ce cadre, Atout France se verra en particulier confier l'ingénierie des cinq premiers contrats de destination, "véritable feuille de route opérationnelle qui se traduit par des objectifs de progrès à atteindre sous trois ans, en fonction de la clientèle visée, du marché et du canal de distribution". Michel Mercier a précisé que ces contrats pourront être portés par des intercommunalités ou par des départements, dans le cadre des pôles d'excellence rurale (PER). Sur ce point, il a d'ailleurs rappelé que, sur les 379 PER de première génération, 159 portaient sur la thématique du tourisme et de la valorisation du patrimoine. L'Etat y a consacré environ 100 millions d'euros, qui ont permis de réaliser 500 millions d'euros d'investissements. Sur la seconde vague de PER, lancée cette année, environ 20% sont liés au tourisme.

Enfin, le ministre du Développement rural a passé en revue diverses autres mesures, issues ou non du dernier Ciadt, qui doivent bénéficier au tourisme rural. Celles-ci concernent notamment la remise à jour du schéma national "véloroutes-voies vertes", qui doit permettre de faire passer le réseau de 6.000 à 20.000 kilomètres, ou la montée en puissance du numérique dans les territoires ruraux, afin de développer l'animation culturelle. Outre la proposition de loi sur l'aide à l'équipement numérique des salles de cinéma petites et moyennes, en cours d'examen au Parlement, Michel Mercier a annoncé que les préfets pourront dès maintenant, à titre expérimental et sur la dotation globale d'équipement, cofinancer des projets d'équipement numérique des salles de fête, afin d'y diffuser des spectacles et manifestations culturelles ou sportives.

Jean-Noël Escudié / PCA, publié le 17 juin 2010 par locatis

http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/artVeille/artVeille&c=artVeille&cid=1250260004205

le site d’Atout France : http://www.atout-france.fr/j0398803.jpg

Repost 0
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 10:02

Le camping confirme sa course en tête des modes d'hébergement touristiques. La Fédération nationale de l'hôtellerie de plein air (FNHPA) a en effet présenté, le 18 mai, les résultats d'une étude réalisée par StrategyOne auprès d'un échantillon représentatif de 3.000 personnes. Selon le président de la FNHPA, le nombre de nuitées dans l'hôtellerie de plein air pourrait progresser de 5% cette année. Après le passage à vide de 2007 (-2,5% alors que le nombre total de nuitées touristiques progressait au contraire de 2,6%), cette forme d'hébergement alignerait ainsi trois années de hausse consécutive et croissante (+1,5% en 2008 et +4,2% en 2009). Difficile de ne pas y voir un lien avec la crise économique. L'hôtellerie de loisirs est en effet le mode d'hébergement le moins coûteux - en dehors de l'accueil par des parents ou des amis - et la crise a incité les Français à se replier sur l'Hexagone.

Mais les professionnels du camping ne veulent pas se laisser enfermer dans cette image de solution par défaut. Ils mettent en avant - non sans arguments - les efforts accomplis en matière d'amélioration de la qualité des prestations, qui a permis d'élargir et de diversifier la clientèle. L'étude présentée par la FNHPA contribue, elle aussi, à lutter contre les idées reçues. Elle montre ainsi que les adeptes du camping affichent des revenus supérieurs à la moyenne nationale. Ainsi, 36% d'entre eux appartiendraient aux catégories socioprofessionnelles supérieures (CSP+). Le niveau d'études serait également supérieur à la moyenne nationale. Cette situation expliquerait l'attirance pour les campings 3 et 4 étoiles : près de 55% des campeurs privilégient ce type d'établissements et 66% avouent une préférence pour le mobil home. Cette montée en gamme justifie aussi le fait que la FNHPA a accueilli "avec enthousiasme" la réforme de la classification de l'hôtellerie de plein air, qui s'appliquera à partir du 1er juillet et verra, à la fois, la création de la cinquième étoile et la prise en compte de nouveaux critères (équipements de loisirs, accueil multilingue, accessibilité, développement durable...).

Autre enseignement, qui offre des perspectives de croissance intéressantes pour l'avenir : le camping n'est pas réservé aux seniors, mais attire au contraire de plus en plus les jeunes. Ainsi, 47% des nouveaux campeurs ont entre 18 et 35 ans, alors que cette tranche d'âge ne représente que 27% de la population. Ce rajeunissement éloigne aussi l'image du campeur casanier et peu féru d'aventure : 65% des nouveaux campeurs sont partis au moins une fois à l'étranger dans les cinq années précédentes (58% pour l'ensemble des campeurs).

La France est particulièrement bien placée pour profiter d'un regain d'intérêt pour le camping. Avec 37% de l'offre, elle dispose de la première capacité d'hébergement en Europe. L'hôtellerie de plein air, qui constitue la première forme d'hébergement touristique marchand, compte en France 8.662 terrains et 937.500 emplacements. Elle a réalisé en 2009 plus de 19 millions d'arrivées et 103 millions de nuitées, pour une durée moyenne de séjour de 5,4 jours et un chiffre d'affaires total de 1,7 milliard d'euros.

Jean-Noël Escudié / PCA , publié le 20 mai 2010 par localtis

http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/artVeille/artVeille&c=artVeille&cid=1250259888861

#Allez voir sur le Web :

- Le site de "Camping qualité" qui promeut la politique de qualité dans les campings.j0356722.gif

http://www.campingqualite.com

- Le site de la FNHPA. : http://www.fnhpa-pro.fr

Repost 0
19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 10:42

Avec 8 500 km de voies navigables, la France bénéficie du plus long réseau fluvial exploitable d’Europe qui représente un potentiel important pour le développement du produit touristique fluvial tant auprès des populations locales que des clientèles françaises ou internationales.

La pratique du tourisme fluvial  est multiple, elle engage deux milieux : l’eau, pour la plaisance fluviale et la pratiques du nautisme,  ainsi que les abords des voies d’eau, pour la pêche et les promenades pédestres ou cyclistes.

Le tourisme fluvial constitue un mode de transport doux et ses multiples escales journalières s’accordent avec la découverte de la nature, des territoires et de leur culture (gastronomie, terroir, identité…). Il engendre des flux touristiques et des retombées économiques vers les sites, les produits et les services touristiques et les prestataires situés à proximité des voies d’eau, tant à l’échelle des villages ruraux que des grandes métropoles françaises. Il existe une importante relation d’interdépendance entre le tourisme fluvial et les territoires, la valorisation de l’un bénéficiant au développement touristique des autres.

Afin de mieux appréhender le tourisme fluvial, ATOUT FRANCE a engagé au cours de l’année 2009 une étude réalisée à partir d’une enquête auprès d’acteurs publics et privés de la filière. Cette étude dresse un panorama du tourisme fluvial en France métropolitaine, l’objectif étant de mettre en évidence la structuration et le fonctionnement de cette filière et des ses acteurs.

Cette publication constitue un premier état des lieux de l’activité touristique fluviale en France, elle analyse les stratégies de développement et de valorisation menées à différentes échelles, elle met aussi en évidence les enjeux à venir, elle élabore quelques préconisations pour le développement et la structuration de la filière, et suggère des outils et des travaux et à mettre en place.

Cette publication s’adresse à l’ensemble des acteurs publics et privés concernés par le développement et la valorisation de l’activité touristique de l’ensemble de la filière fluviale en France : collectivités, élus, services techniques, propriétaires et gestionnaires des infrastructures, prestataires touristiques, associations…

Vient de paraître : Collection : Ingénierie et développement touristique

Cet ouvrage est en vente :

20€ TTC en version PDF sur le site Internet :

www.atout-france.fr

Contacts ATOUT FRANCE :

Etude : Gabrielle LABESCAT - Tél. : 01 42 96 74 58 - gabrielle.labescat@franceguide.com

Presse : Stéphanie CADET - Tél. : 01 42 96 70 75 - stephanie.cadet@franceguide.com

Repost 0
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 09:53

Depuis 2002 déjà, la communauté de communes de La Châtre Sainte-Sévère (Indre) organise des formations au profit des acteurs bénévoles du tourisme en Berry. Anglais, informatique, découverte culturelle et formation au développement local... sont proposés aux volontaires. L’offre est financée par la communauté de communes, en partenariat avec le Greta (groupement d’établissements publics pour la formation continue) et une agence locale de formation. Depuis 2006, la fédération régionale des offices de tourisme et des syndicats d'initiative a repris le flambeau.

Pour la communauté de communes de La Châtre Sainte-Sévère (trente communes, 17.700 habitants), la formation des acteurs du tourisme sur son territoire a pour objectifs d'améliorer la qualité de l'accueil sur le Pays de La Châtre et de renforcer l'attractivité touristique, notamment celui du Pays de George Sand en Berry, empreint d'une forte image culturelle. Plusieurs sites sont entretenus et gérés par des bénévoles d'associations touristiques. C'est avant tout à ces personnes que les formations sont destinées. "Notre but était d’aider les communes à développer leur offre touristique et d’apprendre aux bénévoles et aux professionnels de la filière à se connaître pour travailler ensemble", explique Géraldine Dorin, animatrice du service tourisme de la communauté de communes La Châtre Sainte-Sévère. Au début de 2002, ce service s’est rapproché de différentes associations locales pour évaluer les besoins et définir une offre.

Le service du tourisme de la communauté de communes propose une formation sur le pays de George Sand en Berry en trois journées thématiques (George Sand et ses amis parisiens, les fêtes et manifestations et sites locaux ou encore l'architecture locale), ainsi qu'une session de six jours ayant pour thème l'amélioration de l'hébergement (gîtes, chambres d'hôtes).

Le Greta de l'Indre organise pour sa part des sessions annuelles d'anglais touristique (30 heures) et d'informatique (15 heures). Enfin, une formation de quatre jours sur le développement local est proposée et animée par un prestataire local, afin de soutenir et développer les projets touristiques et les sites existants.

        Grâce à ces formations, les bénévoles ont acquis une culture commune du pays

Deux animateurs du service tourisme de la communauté de communes coordonnent ces formations. Ils s’occupent de la gestion des partenariats, des inscriptions des participants, des dossiers de subvention... Le service tourisme de la communauté de communes La Châtre Sainte-Sévère en finance l'intégralité.

Les frais s'élèvent à 2.500 euros pour l'agence chargée de la formation en développement local, 2.420 euros par an pour les cours d'anglais et 1.290 euros pour les cours d'informatique. Le montant global est couvert par plusieurs subventions obtenues auprès de l'Union régionale des gîtes, du conseil régional du Centre et de l'Union Européenne. Les participants contribuent aux formations d'anglais et d'informatique à hauteur de 25 euros par an. En revanche, les formations proposées par le service tourisme de la communauté sont gratuites (hors frais d'entrée ou de déplacement). Chaque formation réunit entre dix et trente participants en moyenne.

En 2005, le dispositif commence à s'essouffler. "L’offre n’a plus guère d’attrait : les bénévoles des associations se renouvelant assez peu, la plupart ont déjà suivi ces formations. Depuis 2006, La Fédération régionale des offices du tourisme et des syndicats d'initiative a décidé de prendre le relais en 2006. Elle finance les formations des bénévoles lorsqu’il y a lieu", explique Géraldine Dorin. Même s'il est impossible de chiffrer les retombées de ce programme en termes de fréquentation touristique, le retour d’expérience est sans conteste positif. Les bénévoles sont mieux intégrés aux projets, plus à l’aise dans leurs relation avec les touristes et les autres acteurs et partenaires du tourisme, mieux informés des projets et reconnus comme des relais importants du développement local. Ces moments de formation leur ont permis de se rencontrer et d'acquérir une culture commune du Pays.

Aude Rambaud / PCA pour la rubrique Expériences du site Mairie-conseils, lundi 22 mars 2010

Contacts : Communauté de communes de La Châtre Sainte-Sévère

6, rue Champ Galant, 36400 La Châtre, tél : 02 54 62 10 10

* Dorin Géraldine * Animatrice du service tourisme

    * tél :02 54 48 10 65 * paysgeorgesand@pactlachatre.com

Repost 0
22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 10:23

Les repas sont préparés par les lycées hôteliers de Contrexéville et de Gérardmer ou l’Afpa d’Épinal. Les arts de la table régionaux sont également mis à contribution : nappes du Jacquard français, cristallerie de Portieux, faïences de Pillivuyt et couverts de Darney.

Du 30 avril au 19 juin 2010, les week-ends, huit musées ou monuments historiques organisent ces dégustations :

- La mairie de Xertigny estime être l’une des plus belles de France. Installée au Château des Brasseurs, elle organise vendredi 30 avril 2010 à 19h un dîner aux chandelles dans l’orangerie du Château, recréant l’univers bourgeois de la Brasserie « La Lorraine ».

- À Thaon les Vosges, vendredi 7 mai 2010, c’est un patrimoine industriel qui est transformé en scène artistique. La Rotonde, plus grande salle de spectacle des Vosges, est installée dans une ancienne Blanchisserie Teinturerie du 19e siècle.

- Les thermes de Plombières les Bains, construits sous Napoléon III, seront ouverts, pour la seule fois de l’année, vendredi 21 mai 2010.

- La ville forte Renaissance de Chatillon-sur-Saône propose un repas découverte aux sons des musiques anciennes (flûtes et violes) le samedi 22 mai 2010.

- La préfecture des Vosges proposera les secrets du montage de l’exposition « Sur les routes » à la Cité de l’Image à Épinal, vendredi 28 mai 2010 avec la conservatrice du musée. Dans l’atelier artisanal, vous pourrez réaliser vous-même une image au pochoir.

- La forteresse de Châtel-sur-Moselle, un des plus grands châteaux forts d’Europe, organise vendredi 4 juin 2010, dans une ambiance Moyen-âge, visite et dîner à la lueur d’une torche.

- C’est en bateau sur le canal des Vosges qu’est proposée une promenade au fil du 19e siècle, d’industries en littératures et de broderies en monuments. Elle aura lieu à Fontenoy le Château, samedi 12 juin 2010.

- Enfin, la série se conclut le samedi 19 juin 2010 à Rambervillers avec l’exposition « Art nouveau et années 30 », sur la céramique et l’École de Nancy (Louis Majorelle, Jacques Gruber, Eugène Vallin) et au sein de l’atelier de fabrication de grès flammés. Le dîner « art nouveau » est proposé à la Maison du peuple.

Les soirées sont fixées au prix par personne de 40 euros comprenant le dîner de gastronomique (4 ou 5 plats), l’apéritif, les boissons et la visite guidée. La réservation est nécessaire.

 

Renseignements et réservations :

Office de Tourisme d’Épinal : 03 29 82 53 32

info venant de Benoit Willot, publié le mardi 20 avril 2010 sur emploi et création, ou vous pourrez télécharger tout le programme et les réservations.

http://www.emploietcreation.info/article-gastronomie-et-patrimoine-48785495.html

Repost 0
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 10:48

Depuis 2002 déjà, la communauté de communes de La Châtre Sainte-Sévère (Indre) organise des formations au profit des acteurs bénévoles du tourisme en Berry. Anglais, informatique, découverte culturelle et formation au développement local... sont proposés aux volontaires. L’offre est financée par la communauté de communes, en partenariat avec le Greta (groupement d’établissements publics pour la formation continue) et une agence locale de formation. Depuis 2006, la fédération régionale des offices de tourisme et des syndicats d'initiative a repris le flambeau.

Pour la communauté de communes de La Châtre Sainte-Sévère (trente communes, 17.700 habitants), la formation des acteurs du tourisme sur son territoire a pour objectifs d'améliorer la qualité de l'accueil sur le Pays de La Châtre et de renforcer l'attractivité touristique, notamment celui du Pays de George Sand en Berry, empreint d'une forte image culturelle. Plusieurs sites sont entretenus et gérés par des bénévoles d'associations touristiques. C'est avant tout à ces personnes que les formations sont destinées. "Notre but était d’aider les communes à développer leur offre touristique et d’apprendre aux bénévoles et aux professionnels de la filière à se connaître pour travailler ensemble", explique Géraldine Dorin, animatrice du service tourisme de la communauté de communes La Châtre Sainte-Sévère. Au début de 2002, ce service s’est rapproché de différentes associations locales pour évaluer les besoins et définir une offre. Le service du tourisme de la communauté de communes propose une formation sur le pays de George Sand en Berry en trois journées thématiques (George Sand et ses amis parisiens, les fêtes et manifestations et sites locaux ou encore l'architecture locale), ainsi qu'une session de six jours ayant pour thème l'amélioration de l'hébergement (gîtes, chambres d'hôtes).

Le Greta de l'Indre organise pour sa part des sessions annuelles d'anglais touristique (30 heures) et d'informatique (15 heures). Enfin, une formation de quatre jours sur le développement local est proposée et animée par un prestataire local, afin de soutenir et développer les projets touristiques et les sites existants.

  Grâce à ces formations, les bénévoles ont acquis une culture commune du pays

Deux animateurs du service tourisme de la communauté de communes coordonnent ces formations. Ils s’occupent de la gestion des partenariats, des inscriptions des participants, des dossiers de subvention... Le service tourisme de la communauté de communes La Châtre Sainte-Sévère en finance l'intégralité.

Les frais s'élèvent à 2.500 euros pour l'agence chargée de la formation en développement local, 2.420 euros par an pour les cours d'anglais et 1.290 euros pour les cours d'informatique. Le montant global est couvert par plusieurs subventions obtenues auprès de l'Union régionale des gîtes, du conseil régional du Centre et de l'Union Européenne. Les participants contribuent aux formations d'anglais et d'informatique à hauteur de 25 euros par an. En revanche, les formations proposées par le service tourisme de la communauté sont gratuites (hors frais d'entrée ou de déplacement). Chaque formation réunit entre dix et trente participants en moyenne.

En 2005, le dispositif commence à s'essouffler. "L’offre n’a plus guère d’attrait : les bénévoles des associations se renouvelant assez peu, la plupart ont déjà suivi ces formations. Depuis 2006, La Fédération régionale des offices du tourisme et des syndicats d'initiative a décidé de prendre le relais en 2006. Elle finance les formations des bénévoles lorsqu’il y a lieu", explique Géraldine Dorin. Même s'il est impossible de chiffrer les retombées de ce programme en termes de fréquentation touristique, le retour d’expérience est sans conteste positif. Les bénévoles sont mieux intégrés aux projets, plus à l’aise dans leurs relation avec les touristes et les autres acteurs et partenaires du tourisme, mieux informés des projets et reconnus comme des relais importants du développement local. Ces moments de formation leur ont permis de se rencontrer et d'acquérir une culture commune du Pays.

Aude Rambaud / PCA, lundi 22 mars 2010, pour le site Mairie-conseils

Contacts : Communauté de communes de La Châtre Sainte-Sévère

6, rue Champ Galant, 36400 La Châtre, tél : 02 54 62 10 10

* Dorin Géraldine, * Animatrice du service tourisme

    * tél :02 54 48 10 65 * paysgeorgesand@pactlachatre.com

http://www.localtis.fr/cs/ContentServer?pagename=Mairie-conseils/MCExperience/Experience&cid=1250259636879

 

Repost 0
21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 10:13

Tourisme vert en Limousin

Créé en 1965, entre Creuse et Haute-Vienne, le lac de Vassivière a permis de développer une économie touristique dans une zone très rurale. Ces dernières années pourtant, son positionnement touristique est apparu comme dépassé. Une relance du site s'imposait pour concilier culture, nature et développement économique. Les résultats ne se sont pas fait attendre.

 

Le lac de Vassivière est un site d’exception. Au cœur du Limousin, dans un superbe théâtre de verdure, ce lac artificiel s’étend sur 1.000 hectares avec, en son centre, une "île aux trésors", abritant le Centre international d’art et du paysage et un parc de sculptures. Sur les huit communes qui bordent le lac, l’offre touristique est importante, avec 12.000 lits touristiques et de nombreuses animations. Mais quand on a plus de quarante ans, il faut savoir évoluer pour rester attractif !

Amélioration du site

Promouvoir efficacement le site de Vassivière nécessitait de fédérer un vaste territoire et de revoir la politique de communication. Pour ce faire, le syndicat mixte (composé de huit communes), les départements de la Creuse et de la Haute-Vienne ainsi que le conseil régional du Limousin, ont entrepris de réaménager les différents points d’accès au site et d’offrir des services de transport gratuits avec deux bateaux-taxi. Un "sentier des rives" de 43 km est également en cours de réalisation, il permettra aux piétons, aux cyclistes et aux cavaliers de faire le tour du lac. Ce grand projet, porté par Stéphane Cambou, président du syndicat du lac de Vassivière, vise à créer un ensemble touristique cohérent.

 Pleine nature, randonnée, calme, culture et surtout authenticité comme atouts

La Maison de Vassivière, association en charge de la communication et de la promotion du site, a pour sa part entrepris de structurer et de coordonner ce territoire diffus, en concertation avec tous les acteurs locaux. Elle s’est chargée de revoir les outils de communication en créant le site www.lelacdevassiviere.com ainsi qu’une brochure attractive : le Carnet de voyage au pays du lac de Vassivière. Ces deux supports présentent toute l’offre d’animations, concerts, spectacles, feux d’artifice, marchés de producteurs, festival interculturel du conte… qui occupent pleinement les journées d’été et s’ouvrent également au "hors saison". Muriel Meunier, présidente de la Maison de Vassivière, insiste sur le recentrage de la communication : "La cible du balnéaire longtemps privilégiée a été abandonnée. La pleine nature, la randonnée, le calme, la culture et surtout l’authenticité sont les atouts que dorénavant nous mettons en avant. Nous avons pu vérifier la pertinence de cette nouvelle approche : en 2009, la fréquentation du site a enregistré une progression de 29%, nous avons même atteint la saturation en termes d’hébergement pendant plus de trois semaines en août. " Cette nouvelle dynamique devrait s’amplifier dans les années à venir car le syndicat, qui préside au développement du territoire, souhaite attirer de nouveaux investisseurs sur quatre sites en bordure du lac afin de réaliser des projets complémentaires : centre de remise en forme, hôtel dans les arbres, maisons sur pilotis ou camping 4 étoiles. Cela représentera un quasi-doublement de la capacité d’hébergement et une amélioration notable des prestations offertes.

 

Luc Blanchard, pour le site Mairie-conseils, mardi 27 octobre 2009

http://www.localtis.fr/cs/ContentServer?pagename=Mairie-conseils/MCExperience/Experience&cid=1250259025492

 

 Contacts

* Meunier Muriel,  * Présidente de la Maison de Vassivière,  murielcmeunier@aol.com

Syndicat mixte du lac de Vassivière, Maison de Vassivière - Agence locale de tourisme - Auphelle, lac de Vassivière, 87470 Peyrat-le-Château, tél : 05 55 69 76 70, maisonvassiviere@orange.fr

* Cambou Stéphane, * Président
Repost 0
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 11:04

Le Futuroscope, locomotive du département de la Vienne

attractivité des territoires

A partir du 6 février 2010, le Futuroscope va ouvrir les portes de sa nouvelle attraction : Arthur, l'aventure 4D, "Bienvenue chez les Minimoys". L'attraction, dont l'avant-première a eu lieu pendant les vacances de Noël, a été proposée et développée par les équipes de Luc Besson. Elle doit permettre de relancer la fréquentation du parc. Depuis sa création, le parc a accueilli plus de 38 millions de visiteurs, et "malgré la crise économique, le parc a connu une assez jolie année 2009 avec une augmentation du chiffre d'affaires de 11% et 1,7 million de visiteurs, soit 85.000 visiteurs de plus que la saison dernière ; quand ça va mal, on a besoin de se faire du bien !", a détaillé Dominique Hummel, président du directoire du Futuroscope. Mais en termes de visiteurs, le parc a toutefois atteint un palier "difficile à dépasser", d'après Claude Bertaud, président du conseil général de la Vienne, qui considère que "cette animation a tous les atouts pour donner une nouvelle impulsion". Il faut dire que le Futuroscope, qui a été ouvert en 1987, est une véritable locomotive pour le département. S'il a connu quelques difficultés, le conseil général, qui a repris sa gestion en 2002, confiée en 2000 à une entreprise privée, le groupe Amaury, a su lui redonner son dynamisme. "Grâce au parc, nous sommes passés d'un département rural et agricole à un département qui a une attractivité très forte et très diversifiée", explique Claude Bertaud. Le parc attire les habitants des régions françaises de l'Ouest mais aussi d'Espagne et d'Angleterre et il dope les activités économiques du département. Une vingtaine de projets liés au Futuroscope sont ainsi développés dans le domaine touristique, dans les secteurs de l'hôtellerie et de la restauration. Et côté budget, le conseil général s'y retrouve. Le département finance le parc à hauteur de 10,5 millions d'euros dont 7 millions en investissement et 3,5 millions pour la communication. Mais "au fur et à mesure la communication est prise en charge par le Futuroscope", poursuit le président du conseil général. Et un bail de location est versé par le parc au conseil général. "Quand on investit un euro, c'est au final 10 euros qui sont investis dans l'économie départementale", explique encore Claude Bertaud. Un investissement donc très rentable. La nouvelle attraction, qui a quant à elle coûté 6 millions d'euros au département, doit permettre de renouveler l'attractivité du parc, comme le souhaitent les dirigeants du Futuroscope, qui comptent renouveler l'ensemble des attractions du parc sur les cinq ans à venir pour atteindre un objectif de revisite de 60%. Une stratégie qui paye, selon le président du conseil général. "Notre département est en deuxième position en termes d'attractivité en Poitou-Charentes, après la Charente-Maritime !"

Emilie Zapalski, publié le 06 janvier 2010 par Localtis


Repost 0
12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 12:30

Vignobles et Découvertes

Hervé NOVELLI vient de lancier le label œnotourisme français « Vignobles et Découvertes » devant le Conseil supérieur de l’œnotourisme. Un appel à projets sera lancé le 27 janvier 2010

Hervé NOVELLI, secrétaire d’État chargé du Commerce, de l'Artisanat, des Petites et Moyennes Entreprises, du Tourisme, des Services et de la Consommation a réuni  le Conseil Supérieur de l’Œnotourisme. Crée en mars 2009 par le Ministère de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche et le Ministère du Tourisme, ce Conseil est chargé de favoriser le développement du tourisme autour du thème du vin. Le CSO a remis le cahier des charges définissant le label « Vignoble et Découvertes ». Il a dévoilé les modalités permettant aux acteurs touristiques d’un territoire d’obtenir le label œnotourisme.

Premier producteur de vins au monde et première destination touristique, la France attire chaque année près de 5 millions de touristes français et 2,5 millions de touristes étrangers sur le thème du vin. Soucieuses à la fois de répondre à leurs attentes, de participer à l’animation du territoire local et de favoriser les retombées économiques, certaines régions ont engagé des actions pour développer l’œnotourisme, allant parfois jusqu’à l’organisation de produits touristiques : routes touristiques, visites de caves, séjours œnologiques, manifestations locales, gîtes et chambres d’hôtes spécialisés. Pourtant, l’offre française en matière est encore limitée et très éclatée ce qui en limite la visibilité et l’accès.

Attribué par les Ministres chargés de l’Agriculture et du Tourisme, sur recommandation du CSO, pour une durée de trois ans, le label « Vignobles et Découvertes » dévoilé aujourd’hui permettra d’offrir de visibilité à la destination et plus de lisibilité au client. Il permettra d’identifier une destination d’un périmètre d’environs 30 kms conforme à l’échelle d’un territoire visité lors d’un court séjour proposant une offre complète accessible sur cette durée : vignoble, patrimoine culturel, naturel, immatériel (gastronomie, savoir-faire), activités de loisirs, événements, hébergement, restauration…..

Un appel à projets sera lancé le 27 janvier 2010 par les deux Ministres auprès des destinations candidates. Une réunion du Conseil Supérieur de l’Œnotourisme se tiendra au printemps pour l’examen des candidatures après instruction par Atout France. Les propositions de destinations du CSO retenues par les Ministres en charge du Tourisme et de l’Agriculture constitueront les premiers labellisés pour l’été.

Sources : PAIN VIN & COMPANY, 18, rue Duphot, 75001 Paris, Tel. +33 (0)1 55 35 03 84

Et un petit verre pour la route, c'est un circuit labellisé.

On vous conseille plutôt de dormir sur place

Info venant de l'acteur rural

http://village.tm.fr/acteur-rural/?2009/12/21/1105-herve-novelli-vient-de-lancier-le-label-notourisme-francais-vignobles-et-decouvertes-devant-le-conseil-superieur-de-lnotourisme

Repost 0