Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : BIPLAN
  • : Territoires, réseaux, formation
  • Contact

Le blog d'Odile Plan

Ce blog est animé par Odile Plan         créatrice de BIPLAN

envoyez vos réactions et informations à :

biplan46@wanadoo.fr

undefined









Recherche

territoires-réseaux-formation

BIPLAN, un blog de partage et d’échange d'informations,sur les initiatives participatives des territoires,les partenariats et les réseaux,la création d'activité, l'égalité de chances pour un développement durable et un monde solidaire...

Articles Récents

  • Bertrand Schwartz est parti, un grand monsieur nous a quitté
    Bertrand Schwartz est parti, la nuit de vendredi à samedi, calmement dans son sommeil. Il était très mal depuis plusieurs jours, veillé par Antoinette, mais il souriait toujours. C’était attendu, mais ça fait un grand vide, nous lui devons tant que ce...
  • Les billets suspendus ne tiennent qu’à un fil…à Pamiers –Midi Pyrénées- 09 -
    A Naples il est de tradition, quand on entre dans un café, d’en commander un et d’en payer deux. Le café ainsi ‘’suspendu’’ sera offert à une personne dans le besoin qui viendra le réclamer. Cette initiative a poursuivi sa route à travers l’Europe et...
  • Des plateformes de services pour promouvoir une "mobilité inclusive"
    Les rencontres de la mobilité inclusive ont réuni, le 28 janvier 2016 à Paris, des acteurs associatifs de la mobilité solidaire, des collectivités locales et des entreprises. L'objectif : amplifier la prise de conscience sur cet enjeu et structurer davantage...
  • Territoires ruraux : comment sauver les cafés ?
    Avec la disparition des bistrots, les habitants ont le sentiment que le lien social se délite dans les territoires ruraux, comme le montre une étude de l'Ifop pour France Boissons, présentée le 20 janvier à l'occasion du lancement de la nouvelle édition...
  • E-rando : Bourgogne - 58 -
    Le pays Nivernais Morvan propose depuis l’été 2015 seize e-randos numériques, comme autant d'histoires à découvrir au rythme de la marche. Des circuits aussi variés que les territoires des neuf communautés de communes engagées dans l'aventure ! Les e-randos...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • En 2016, la métamorphose…
    La lune était pleine cette nuit de Noël, maintenant, elle est gibbeuse. Puisse-t-elle éclairer ces périodes sombres… Pour l'année nouvelle, nous vous proposons ce texte écrit en 2010 par Edgar Morin ; c'est un peu long, mais cela en vaut la peine. Eloge...
  • Un séjour à la ferme pour aider à la réinsertion - CIVAm et Accueil Paysan -
    Accueil paysan et le CIVAM (Centres d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu rural) organisent des séjours de rupture à la ferme, allant de quelques jours à quelques semaines, pour des personnes en difficultés. Les profils sont multiples...
  • Réfugiés : En Bretagne, plusieurs dizaines d'offres d'hébergement
    Plusieurs dizaines d'offres d'hébergement de réfugiés en Bretagne ont été reçues par le dispositif CALM ("Comme à la maison") mis en place par l'association Singa d'aide aux demandeurs d'asile. Dans les grandes villes (Brest, Rennes, Nantes, Lorient,...
20 septembre 2008 6 20 /09 /septembre /2008 10:42
Vallée de la Lys : répondre aux demandes de formation

La Maison de l'emploi de Lys Nord Métropole à Halluin (Nord), dans la communauté urbaine Lille Métropole, a organisé le 16 juin 2008 sa première action envers les nouveaux chefs d'entreprises dans le secteur du bâtiment afin de répondre à leur besoin de main-d'oeuvre qualifiée.
L'association Versant Nord Est Initiatives (VNEI, une plateforme de financement du réseau France initiative) et l'ANPE proposaient aux créateurs d’entreprises de se rencontrer. Selon Denis Dalle, de VNEI, cité par le quotidien La Voix du Nord (20/06/2008)  «  Lorsque l'on est nouveau créateur, on a besoin d'un réseau pour pouvoir se rencontrer, échanger et étudier les problèmes ». Pour les entreprises du bâtiment, le plus gros handicap est de trouver du personnel qualifié.
Pour Pierre Davennes, conseiller municipal de Linselles, « il y a à la fois un problème de recrutement et un problème de formation. Or la Maison de l'emploi peut les aider dans ces domaines. »
La Maison de l'emploi de la Vallée de la Lys accueille le public à Halluin, tandis que les actions se déroulent dans de vastes locaux au pôle formation de Linselles.
La Voix du Nord, cite pour preuve le pôle de formation qui, depuis trois ans, a mis en place une formation de plâtriers-plaquistes : « 95 % des personnes, qui ont participé au stage, ont trouvé un emploi dès leur fin de formation ». Laurence Ravit, directrice de la Maison de l'emploi, assure disposer d’un outil qui peut répondre aux besoins des entreprises avec 1 200 m² de locaux, des partenaires financiers et des possibilités de formation.
La nouvelle Maison de l'emploi accueille également les salariés qui souhaitent se former. Des stages de néerlandais devraient notamment voir prochainement le jour. Car la Flandre belge frontalière recherche elle aussi à recruter.


par Benoit Willot publié le 26 août dans : Nord Pas de Calais communauté : Emploi, territoires, insertion
http://www.emploietcreation.info/article-20689649.html

Repost 0
19 septembre 2008 5 19 /09 /septembre /2008 08:53
Bertrand Schwartz anime des ateliers à Ajaccio

Toujours sur le pont !!!

Invité par la ville d'Ajaccio, le pédagogue français Bertrand Schwartz a animé le 23 juin 2008 un atelier sur la formation professionnelle et l'insertion, à l'attention des professionnels de l'emploi et de l'éducation d'Ajaccio et des environs.

Âgé de 89 ans, le fondateur des missions locales reste encore très actif malgré une santé fragile.

Le 11 décembre 2007, Bertrand Schwartz animait déjà une conférence sur des pistes d’action quant à la recherche d’emploi et plus particulièrement de deux métiers pour une même personne. Elle se situait dans le cadre de la manifestation « 7 métiers de mon territoire »,

Bertrand Schwartz
est venu étudier des cas concrets avec les différentes structures de l’emploi de la ville :

    * Comment permettre à un demandeur d’emploi de faire émerger, de valoriser son vécu, qu’il soit positif ou négatif, afin d’en tirer des compétences et des capacités transférables vers un métier ?
    * Comment au travers d’un entretien, relever les dysfonctionnements faisant sens dans la problématique de la personne, pour lever ses freins et lui permettre une prise de conscience qui soit constructive dans le cadre de son insertion sociale et professionnelle ?
    * Comment traiter les fonctionnements et dysfonctionnements dans l’accueil et l’intégration des entreprises.

En partenariat avec le syndicat Synami-Cfdt, qui couvre les missions locales, Bertrand Schwartz a animé en 2007 et 2008 l’action « Innover pour l'insertion, un nouvel élan pour les Missions Locales », avec son complice Gérard Sarazin.

Le lycée professionnel de Pompey, en Meurthe-et-Moselle, porte le nom de Bertrand Schwartz, qui fut notamment directeur de l’école des Mines de Nancy.

par Benoit Willot publié dans la communauté : Emploi, territoires, insertion, sur son blog emploi et création,
dans : Corse

Repost 0
5 septembre 2008 5 05 /09 /septembre /2008 19:24
Laurent Wauquiez rassure les missions locales

Le chômage des jeunes est la priorité de rentrée du secrétaire d'Etat chargé de l'emploi qui a annoncé, jeudi, un "plan de relance" pour octobre. Il a également donné sa confiance aux missions locales en attendant les conclusions du CNML, fin septembre.

 "Le nouvel opérateur (né de la fusion ANPE-Unedic, ndlr) n'est pas là pour manger les missions locales. Elles ont des outils particuliers, on a besoin d'elles." En visite à la mission locale de Franconville, jeudi 4 septembre, le secrétaire d'Etat chargé de l'emploi, Laurent Wauquiez, s'est voulu rassurant et a souhaité effacer la polémique née du lancement du contrat d'autonomie au printemps dernier, dans le cadre du plan Banlieues. Des contrats confiés à des opérateurs privés, sur appels d'offres. "Les missions locales ont manifesté des inquiétudes. Le choix de ma visite ici, le jour où sont divulgués les chiffres du chômage, est de montrer que je crois à cet outil", a déclaré le secrétaire d'Etat. D'ailleurs, pour le secrétaire général du CNML (Conseil national des missions locales), Jean-Jacques Giannesini, la polémique n'a plus lieu d'être. Selon lui, "l'effet d'annonce du contrat d'autonomie est en train de retomber". L'une des craintes des syndicats était la mise en concurrence de ce nouveau contrat avec le Civis (contrat d'insertion dans la vie sociale) dont les missions locales ont la charge depuis 2005. "Le Civis concerne beaucoup plus de jeunes. Avec le contrat d'autonomie, il s'agit plutôt de tester de nouvelles solutions. Mais il n'y a pas de risque de 'privatisation' du service de l'emploi comme cela a pu être dit", a-t-il affirmé.

Un "plan de relance"
Fin de la polémique donc. Reste que le chômage des jeunes est la lanterne rouge de l'emploi en France, avec une progression de 0,9% au deuxième trimestre 2008, à 18,3%. Ce qui fait de l'Hexagone l'un des plus mauvais élèves en Europe. Le secrétaire d'Etat a déclaré vouloir en faire sa priorité de rentrée au côté de l'emploi des seniors. "On a aujourd'hui 20% des jeunes qui quittent le système éducatif et qu'on laisse sur le carreau (...). Il faut s'en occuper d'urgence, sinon, on court au massacre", a-t-il martelé, annonçant pour octobre "un plan de relance". Il pourrait notamment prévoir une augmentation des crédits d'aide à la mobilité. Autre idée : développer les passerelles entre l'Education nationale, les missions locales et les filières en apprentissage. Le secrétaire d'Etat s'est également montré très séduit par une initiative mise en place depuis un an par la mission locale de Franconville : le CV vidéo. "Très utilisé en Allemagne, il faut voir s'il n'y a pas quelque chose à faire pour le développer en France, l'expérimenter en Ile-de-France par exemple."
S'il a réitéré sa confiance aux missions locales dans la lutte contre le chômage des jeunes, Laurent Wauquiez a émis des conditions. "Les missions locales auront deux orientations claires : elles ne sont pas là pour occuper les jeunes de stages en stages et doivent être orientées vers le retour à l'emploi et, par ailleurs, il faut les évaluer." "On ne peut pas continuer à les subventionner sans s'y intéresser. La contrepartie, ce sont les résultats."

 La spécificité des missions locales maintenue
Des résultats, c'est justement ce que la mission locale de Franconville, qui couvre un bassin d'emplois de huit communes, affiche fièrement : 2.000 jeunes accueillis en 2007, près des deux tiers ayant trouvé une formation ou un contrat de travail. Sur un an, le chômage des jeunes a reculé de 19,7%. La clé de cette réussite réside dans un partenariat fort avec les chefs d'entreprises, comme Ikéa qui a récemment recruté cent jeunes par le biais de la mission locale. "Il faut des entreprises qui se sentent concernées, au bout de quelques années, elles nous font confiance", a témoigné le maire de Franconville, Francis Delattre, également président de la mission locale.
Mais la question qui se pose est celle de la place des missions locales dans le cadre de la fusion ANPE-Unedic. Le CNML doit remettre ses conclusions d'ici la fin du mois de septembre après avoir mené une série d'auditions au cours de l'été. Ensuite, le gouvernement délimitera l'offre de services du nouvel opérateur dont le nom devrait enfin être dévoilé dans les tous prochains jours. L'idée un temps formulée de fusionner les missions locales avec les maisons de l'emploi a été rangée au placard. "Les missions locales doivent participer aux maisons de l'emploi, soit comme partenaires, soit comme fondateurs, mais il n'est pas question de fusion", assure Jean-Jacques Giannesini. "S'agissant de l'articulation entre les 489 missions locales et leurs 3.000 points de contacts avec les 1.500 antennes locales du nouvel opérateur, "elles ont un rôle spécifique pour les jeunes, je veillerai à ce que ce rôle soit maintenu", s'est engagé Laurent Wauquiez. Mais le mythe du "guichet unique", qui avait présidé à la création des maisons de l'emploi en 2005 puis au chantier de la fusion ANPE-Unedic, n'est pas pour demain.


Michel Tendil , pour Localtis, le 05 septembre 2008
pour en savoir plus, voir « Emploi des jeunes»sur Localtis
http://www.localtis.info/servlet/ContentServer?c=artJour&pagename=Localtis%2FartJour%2FartJour&cid=1220588911223
Repost 0
28 août 2008 4 28 /08 /août /2008 10:42

RSA : Au moment où sont annoncées les modalités de financements,
petit rappel des points de consensus dégagés la conférence...
et aussi les points de suspension.


"Il s'agissait aujourd'hui de rechercher des lignes de convergence. Et il y a en effet suffisamment de lignes de convergence pour que le cap franchi soit irréversible", s'était félicité le 9 juillet Martin Hirsch à l'issue de la conférence de concertation sur le Revenu de solidarité active (RSA). Cette conférence avait successivement réuni, au fil de la journée et de quatre tables rondes, parlementaires (présidents de commissions, présidents de groupes), représentants des départements, partenaires sociaux, associations et usagers, avant de s'achever par une réunion de synthèse. "Pas un seul acteur ne s'est déclaré défavorable au RSA", a également tenu à souligner le haut commissaire aux Solidarités actives, estimant que cette "adhésion au projet" était loin d'être gagnée d'avance.
Au-delà du bien-fondé même du RSA, "douze points importants" ont été abordés avec les participants, à commencer par le calendrier.
L'objectif reste bien de généraliser le RSA au 1er juin 2009. Ce qui implique que les derniers arbitrages soient faits pendant l'été et que le projet de loi soit présenté à l'automne.
La deuxième question a été celle du champ des bénéficiaires. S'il y a eu un accord clair pour que le RSA vienne remplacer le RMI, l'API et les actuels mécanismes d'intéressement à la reprise d'activité, le débat entre les partenaires sociaux n'est pas clos s'agissant de l'ASS ; il devrait vraisemblablement reprendre dans le cadre de la négociation sur l'assurance-chômage.
Aucune "ligne claire"n'ayant pu être dégagée sur la question de la limite d'âge (faut-il ou non réserver le RSA, comme c'est le cas pour le RMI, au plus de 25 ans ?), celle-ci devrait être conservée, tout en lançant "quelques programmes expérimentaux" sur des mécanismes spécifiques pour les 18-25 ans. "Pas d'engagement" pour le moment non plus sur l'accès des détenus au RSA : "le gouvernement verra", a simplement indiqué Martin Hirsch. En revanche, il y aurait eu unanimité pour que le bénéfice du RSA ne fasse pas l'objet d'une limitation de durée a priori.

Droits connexes locaux : rien n'est tranché :
S'agissant de la fameuse question de la prime pour l'emploi (PPE), les dernières indications fournies par le haut commissariat (voir ci-contre notre article du 8 juillet) restent d'actualité : il y aura bien "maintien" de la PPE (alors que le projet initial, tel que l'a rappelé Martin Hirsch, prévoyait bien de la fondre dans le RSA), avec un "recentrage". "Le principe est une articulation, une continuité, entre le RSA et la PPE. Le cas échéant, le bénéficiaire prendra le plus favorable des deux", a expliqué le haut commissaire, précisant que "il a été acté que la PPE ne sera pas la principale source de financement". Les modalités du "recentrage" n'ont en revanche pas été définies (abaissement des plafonds de revenus, non indexation...). Selon les scénarios, la redistribution de la PPE pourrait apporter entre 400 millions et 1 milliard d'euros (la PPE représentant au total 4,5 milliards d'euros).
Quant aux financements complémentaires, la fourchette envisagée est aujourd'hui comprise entre 1 et 1,5 milliard de crédits nouveaux, la majorité des participants s'étant déclarés pour la version la plus généreuse.
La question des droits connexes a également été abordée, avec un accord sur le fait que ces droits ne devront plus être liés au statut mais au revenu. "C'est une orientation majeure qui a été actée", a estimé Martin Hirsch, tout en reconnaissant que le chantier était tout juste ouvert. Nicolas About, le président de la commission des affaires sociales du Sénat, a de ce fait proposé d'animer un groupe de travail consacré au sujet, notamment à celui des droits connexes locaux.
Le taux de cumul entre RSA et revenus du travail devrait, comme annoncé, s'établir à 35% (même si une minorité de participants auraient plutôt opté pour 40%), après une période de trois mois sans baisse des prestations.
Enfin, la possibilité d'éventuelles "marges de manœuvre départementales" a été discutée, une majorité convenant de la nécessité d'un barème national. Ceci, sans qu'il soit exclu que "des expérimentations départementales puissent être autorisées", tel que l'a noté Martin Hirsch sans plus de précisions. Pas plus que n'a été réellement précisée l'architecture de l'accompagnement vers l'emploi liée au RSA, au-delà de la volonté unanime de privilégier un "mécanisme qui n'écarte personne" et de la nécessité d'une "discussion entre l'Etat, le conseil général et le nouvel opérateur du service public de l'emploi". Et Martin Hirsch de reconnaître que "tous les points ne sont pas tranchés".

article de Claire Mallet, paru sur Localtis du 11 juillet, avec actualisation minimum...
http://www.localtis.info/servlet/ContentServer?pagename=Localtis/artVeille/artVeille&c=artVeille&cid=1215664739912
voir aussi sur Localtis, l'article "Le RSA améliorerait le retour à l'emploi de 25% ", de Jean-Noël Escudié / PCA
publié le 03 juillet 2008
Et surtout toutes les informations de Benoît Willot sur son site "Emploi, territoires, insertion"

Repost 0
27 août 2008 3 27 /08 /août /2008 20:54
Décès de Françoise de Veyrinas


Françoise de Veyrinas, présidente du Conseil national des missions locales (CNML) depuis avril 2003, est décédée le 16 août 2008 à l'âge de 64 ans. Ancienne députée et parlementaire européenne, ex-élue régionale et départementale, elle avait été secrétaire d'État aux quartiers en difficulté dans le premier gouvernement d’Alain Juppé en 1995.
Adjointe au maire de Toulouse jusqu’en mars 2008 et présidente de la mission locale, Françoise de Veyrinas s’était engagée au côté de l’ancien maire Ump Jean-Luc Moudenc lors de l’élection municipale de 2008.
Elle animait un blog qui, par une de ces curiosités de la Toile, reste en ligne. On peut donc lire son dernier papier comme une sorte de testament : « J'ai tant aimé m'investir de toutes mes forces et de tout cœur pour  ma ville ! Mais je m'incline : la France est tout de même un pays merveilleux pétri de démocratie. C'est une valeur extraordinaire. Nous en prenons conscience en ces moments où les tibétains demandent le respect de leur dignité, de leurs droits collectifs et individuels, et la sauvegarde de leur culture. A Cuba, tout blogueur critique est rapidement censuré. La liste des pays souffrant de l'absence de démocratie serait hélas bien longue ! Vive la démocratie, et Vive Toulouse ! »


Nous ne savons pas si, là où est aujourd’hui Françoise de Veyrinas, les blogueurs sont bien vus. Mais c’est bien volontiers que jnous nous inclinons devant elle.

Voir le Blog de Françoise de Veyrinas

par Benoit Willot publié dans : Missions locales communauté : Emploi, territoires, insertion
Repost 0
9 juillet 2008 3 09 /07 /juillet /2008 17:07
De la banlieue à la ferme :
un chemin pour l'insertion


L’apprentissage de la mobilité pourrait constituer une solution pour favoriser l’insertion professionnelle des jeunes des banlieues d’Ile de France. Pour toucher les jeunes, Cap et Vie, association de Mantes la Jolie, implique les parents et les retraités du quartier. Exemple d’un séjour organisé en Creuse sur le thème de la Tapisserie.
Qu’est-ce qui pourrait rapprocher Isabelle Viala, secrétaire vétérinaire à Neuvic en Corrèze et Seghira Djertli, retraitée d’origine algérienne habitant à Mantes la Jolie dans les Yvelines ? Rien a priori. Pourtant, neuf personnes de Mantes la Jolie sont venues en Creuse du 4 au 8 avril 2008 pour un échange de savoir-faire autour du tissage. Au programme de ce stage : découverte de la Tapisserie de Felletin et d’Aubusson, visites d’entreprises, confection d’un tapis marocain, mais aussi partages de recettes de cuisine…
A l’origine de cette rencontre : le partenariat entre la FRCIVAM du Limousin et Cap et Vie. Cette dernière association a été créée en 1998 pour favoriser l’insertion professionnelle des jeunes des quartiers dits défavorisés.
 Michel Moraël, à l’initiative du projet, explique le chômage des jeunes par le cloisonnement des milieux : « les jeunes de Mantes ont peu d’occasion de sortir du quartier. Quand ils doivent trouver un stage en entreprise, hors mis le kebab du coin, ils n’ont que très peu d’opportunités à saisir et ne savent pas vers quelles personnes se tourner en dehors de la cité. On constate que les jeunes et les employeurs se situent bien souvent dans des réseaux de connaissances disjoints et que les rencontres entre les deux sont improbables. »
Cap et Vie
propose ainsi de créer des ponts entre les banlieues et le monde rural.
De son côté, la FRCIVAM Limousin mobilise les bonnes volontés autour de trois axes : accueil d’enfants en séjours de vacances, accueil d’adolescents en stages en entreprises et échanges entre adultes autour de thèmes choisis conjointement. t
« Lorsque les jeunes acceptent de partir en stage en province, parfois, ce sont les parents qui empêchent le départ, explique Cécile Brié, animatrice à la FRCIVAM, les réticences sont fortes. Les médias renvoient une telle image des jeunes des banlieues que les parents s’imaginent que leurs enfants seront mal accueillis en milieu rural. Bien sûr, beaucoup de préjugés resten à combattre en milieu rural et ce sont les rencontres comme celle-ci qui peuvent améliorer la situation. » Au cours des différentes visites, le groupe mantois-limousin prend conscience des similitudes des techniques de tissage. « Les lissiers d’ici travaillent sur des métiers à l’horizontal et font face à l’envers de leur tapisserie tandis que nous travaillons avec des métiers à tisser verticaux et faisons face à l’endroit du tapis mais les bases du tissage sont les mêmes » constate Aïcha Baoud, qui confectionne ses tapis elle-même.
 Au cours de discussions avec les artisans creusois, on aborde des projets de stages-découvertes pour des jeunes Mantois.
Le renouvellement des générations de lissiers semble compromis en Creuse. Des vocations pourraient émerger, qui sait ? 
Quoi qu’il en soit, la découverte de nouveaux métiers pourra permettre d’élargir leurs horizons. Affaire à suivre…

Contact : FRCIVAM Limousin Tel : 05 55 26 07 99 - frcivamlimousin@wanadoo.fr.

Cécile Brié (FRCivam Limousin), Transrural Intitiatives n°360, 17 juin 2008

http://www.ruralinfos.org/spip.php?article2565
Repost 0
24 juin 2008 2 24 /06 /juin /2008 10:44
La fusion entre les maisons de l'emploi et les missions locales est à exclure, a estimé le Conseil national des missions locales (CNML).

Cette idée est issue du rapport intermédiaire d’évaluation des maisons de l'emploi du député de Saône et Loire Jean-Paul Anciaux (UMP), publié le 10 janvier 2008.

Selon le CNML, « les missions locales doivent faire partie du premier cercle des maisons de l'emploi, comme membres constitutifs si elles le souhaitent ou comme partenaires associés. Elles doivent conserver leurs activités propres en direction des jeunes, ainsi que leur personnalité juridique. »

Pour autant, selon un communiqué (16/06/2008), les missions locales ne veulent pas rester à l'écart de la réforme du service public de l'emploi. Le CNML a exprimé sa volonté de coopérer avec le nouvel opérateur issu de la fusion entre l'Anpe et le réseau Assedic.
Le CNML a lancé une consultation nationale basée sur cinq questions  : le public, l'offre de service, l'accès à l'offre d'emploi, le pilotage et le financement.
Sur le sujet, on lira avec intérêt deux papiers du sociologue Philippe Labbé : "L’insertion des jeunes n’est pas une marchandise",  le manifeste de l’ANDML (17/06/2008) et surtout son compte rendu à chaud de l’assemblée générale de l’ANDML : "L’insertion n’est pas une marchandise : des mots et des choses…" (11/06/2008).

Publié sur le site site Emploi et création, article du 19 juin 2008

http://www.emploietcreation.info/article-20544299.html
Repost 0
19 juin 2008 4 19 /06 /juin /2008 19:46
LE MODELE ECONOMIQUE DES STRUCTURES D’INSERTION
DEBAT ORGANISE PAR L’AVISE le 26 JUIN
à
Paris, Caissse des Dépots et consignation

Au sortir du Grenelle de l’insertion, le secteur de l’insertion par l’activité économique voit se développer un certain nombre de chantiers qui vont en faire évoluer la physionomie. C’est le cas notamment de la refonte du mode de contractualisation avec les pouvoirs publics ou du renforcement du pilotage territorial des politiques d’insertion par l’économique.

A l’occasion de son Assemblée générale annuelle, le 26 juin, l’Avise organise une table ronde sur le thème
« Le modèle économique des structures d’insertion : quelles évolutions, quelles innovations ? ».


Cette table ronde a pour objet de creuser la question de la diversification des ressources envisageables et de présenter des initiatives ou des projets apportant des réponses concrètes à cet enjeu majeur.

Claude Alphandéry, président du CNIAE, ainsi que de nombreux représentants des réseaux de l’IAE et des secteurs économique et financier débattront autour de trois entrées majeures :

    * le renforcement des partenariats avec les milieux économiques classiques,
    * l’ouverture à grande échelle des marchés publics aux structures d’insertion,
    * la diversification par le mécénat, le don ou l’investissement.

Pour en savoir plus et s'inscrire :
http://www.avise.org/IMG/pdf/invit_ag3.pdf
Avise, 167 rue du Chevaleret, 75013 PARIS
Tél : 01.53.25.02.25 ; Fax : 01.53.25.02.20
http://www.avise.org
Repost 0
3 juin 2008 2 03 /06 /juin /2008 16:12
Entreprises et structures d'insertion : quelles collaborations ?

Fortes des partenariats noués de longue date avec leurs collègues entreprises, les entreprises d’insertion se sont appuyés sur le Grenelle de l’Insertion pour promouvoir la sortie du guide pratique , co-réalisé par le MEDEF, le CNEI (tête de réseau nationale des entreprises d'insertion) et le CNCE-GEIQ (tête de réseau nationale des groupements d'employeurs pour l'insertion et la qualification) publient un guide pratique sur la collaboration entre entreprises et structures d'insertion :
« Entreprises et insertion : collaborer et co-produire sur le territoire »

Chaque thème est illustré par des témoignages : une entreprise qui répond à un appel d'offre pour un marché public contenant une clause sociale, une autre qui sous-traite une partie de son activité à une entreprise d'insertion, des entreprises d'un même secteur d'activité qui créent un GEIQ pour recruter et former de nouveaux salariés. Tous ces exemples sont destinées à montrer aux entreprises que les structures d'insertion peuvent être des partenaires pour répondre à leurs besoins en main d'œuvre, aux fluctuations de leurs besoins en personnel et à l'évolution des compétences requises. Le partenariat entre entreprises et structures d'insertion est un des objectifs principaux affirmés par le Grenelle de l'insertion.

En savoir plus :
Ce document est téléchargeable sur le site du CNEI : http://www.cnei.org

Fortes des partenariats noués de longue date avec leurs collègues entreprises, les entreprises d’insertion se sont appuyés sur le Grenelle de l’Insertion pour promouvoir la sortie du guide pratique , co-réalisé par le MEDEF, le Comité National des Entreprises d’Insertion et le réseau national des Groupements d’employeurs pour l’insertion et la qualification (GEIQ), avec IMS-Entreprendre pour la Cité et le soutien du Crédit Coopératif.
Actrices du développement économique, vectrices de lien social, les entreprises d’insertion et les GEIQ constituent en effet une ressource incontournable pour les décideurs économiques et politiques de leur territoire : plus de 15 types de collaborations possibles entre entreprises et entreprises d’insertion ont été recensées dans ce guide, :  téléchargeable ici.
De manière exemplaire, il est l'illustration de l'implication de l'ensemble des acteurs dans un projet commun, au service de ceux que l'on qualifie trop vite d'"inemployables".
Bonne lecture !
LE CNEI EN CHIFFRES  521 entreprises adhérentes.
22 représentations régionales.
30472 salariés en insertion.

Information venant du site du CNEI - Centre national des entreprises d’insertion - http://www.cnei.org/index.html
et de ETD :
Repost 0
29 mai 2008 4 29 /05 /mai /2008 16:27
Grenelle de l'insertion : échantillon de réactions

 * un article publié dans
"le Monde"
Le "challenge" des acteurs de l'insertion pour aider au retour à l'emploi des exclus
Le premier ministre a clos, mardi 27 mai, le Grenelle de l'insertion, vaste débat mené pendant six mois, en affichant une priorité : faciliter le retour à l'emploi. "Nous croyons au courage, à la responsabilité et à la dignité qui existent en chaque citoyen", a indiqué François Fillon, qui a appelé à sortir de l'alternative : "l'exclusion par l'argent ou l'exclusion par l'assistanat". Des travailleurs sociaux et usagers des politiques d'insertion témoignent des difficultés rencontrées pour retrouver l'emploi.
pour la suite de l'article taper :http://abonnes.lemonde.fr/politique/article/2008/05/28/le-challenge-des-acteurs-de-l-insertion-pour-aider-au-retour-a-l-emploi-des-exclus_1050723_823448.html



* un article publié dans localtis, le  27 mai 2008,
de Claire Mallet

Insertion : une feuille de route... et bientôt un projet de loi

Les participants au Grenelle de l'insertion se sont accordés sur une feuille de route déclinant douze chantiers prioritaires et une série d'engagements. Certaines dispositions, dont celle d'un contrat unique d'insertion, s'inscriront d'ici peu dans un projet de loi "portant réforme des politiques d'insertion"......
pour la suite de l'article taper :  http://www.localtis.info/servlet/ContentServer?c=artJour&pagename=Localtis%2FartJour%2FartJour&cid=1211862684708



* Mais surtout, l'ensemble de réactions de Benoît Willot sur son blog
"emploi et création" ,

avec le suivi quotidien des débats et les documents à télécharger (ce que BIPLAN ne sais pas faire) :


Le Grenelle de l’insertion accouche d’une feuille de route :
http://www.emploietcreation.info/categorie-1131319.html
et quelques autres :
http://www.emploietcreation.info/article-19843853.html
http://www.emploietcreation.info/article-19841501.html
http://www.emploietcreation.info/article-19730475.html
http://www.emploietcreation.info/article-19205677.html
etc, etc.....

allez fouiller dans sa catégorie "insertion", vous y trouverez des informations prises en direct...
Repost 0