Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : BIPLAN
  • : Territoires, réseaux, formation
  • Contact

Le blog d'Odile Plan

Ce blog est animé par Odile Plan         créatrice de BIPLAN

envoyez vos réactions et informations à :

biplan46@wanadoo.fr

undefined









Recherche

territoires-réseaux-formation

BIPLAN, un blog de partage et d’échange d'informations,sur les initiatives participatives des territoires,les partenariats et les réseaux,la création d'activité, l'égalité de chances pour un développement durable et un monde solidaire...

Articles Récents

  • Bertrand Schwartz est parti, un grand monsieur nous a quitté
    Bertrand Schwartz est parti, la nuit de vendredi à samedi, calmement dans son sommeil. Il était très mal depuis plusieurs jours, veillé par Antoinette, mais il souriait toujours. C’était attendu, mais ça fait un grand vide, nous lui devons tant que ce...
  • Les billets suspendus ne tiennent qu’à un fil…à Pamiers –Midi Pyrénées- 09 -
    A Naples il est de tradition, quand on entre dans un café, d’en commander un et d’en payer deux. Le café ainsi ‘’suspendu’’ sera offert à une personne dans le besoin qui viendra le réclamer. Cette initiative a poursuivi sa route à travers l’Europe et...
  • Des plateformes de services pour promouvoir une "mobilité inclusive"
    Les rencontres de la mobilité inclusive ont réuni, le 28 janvier 2016 à Paris, des acteurs associatifs de la mobilité solidaire, des collectivités locales et des entreprises. L'objectif : amplifier la prise de conscience sur cet enjeu et structurer davantage...
  • Territoires ruraux : comment sauver les cafés ?
    Avec la disparition des bistrots, les habitants ont le sentiment que le lien social se délite dans les territoires ruraux, comme le montre une étude de l'Ifop pour France Boissons, présentée le 20 janvier à l'occasion du lancement de la nouvelle édition...
  • E-rando : Bourgogne - 58 -
    Le pays Nivernais Morvan propose depuis l’été 2015 seize e-randos numériques, comme autant d'histoires à découvrir au rythme de la marche. Des circuits aussi variés que les territoires des neuf communautés de communes engagées dans l'aventure ! Les e-randos...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • En 2016, la métamorphose…
    La lune était pleine cette nuit de Noël, maintenant, elle est gibbeuse. Puisse-t-elle éclairer ces périodes sombres… Pour l'année nouvelle, nous vous proposons ce texte écrit en 2010 par Edgar Morin ; c'est un peu long, mais cela en vaut la peine. Eloge...
  • Un séjour à la ferme pour aider à la réinsertion - CIVAm et Accueil Paysan -
    Accueil paysan et le CIVAM (Centres d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu rural) organisent des séjours de rupture à la ferme, allant de quelques jours à quelques semaines, pour des personnes en difficultés. Les profils sont multiples...
  • Réfugiés : En Bretagne, plusieurs dizaines d'offres d'hébergement
    Plusieurs dizaines d'offres d'hébergement de réfugiés en Bretagne ont été reçues par le dispositif CALM ("Comme à la maison") mis en place par l'association Singa d'aide aux demandeurs d'asile. Dans les grandes villes (Brest, Rennes, Nantes, Lorient,...
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 09:29

Dans le cadre des actions du groupe Gestion de l'espace du Réseau Rural Français et comme déclinaison de la Convention européenne du paysage, le collectif des Etats généraux du Paysage présente des expériences de démarches paysagères au service des projets de territoires. (Réseau Rural Bourguignon - Agir local)

A l'image de la pluralité du collectif qui conjugue les différentes entrées du paysage, patrimoniale, aménageuse, agricole, naturaliste, c'est la traduction spatiale des multiples interventions humaines sur le socle géomorphologiques des territoires qui est ici conviée pour qualifier la ruralité et son attractivité. La transversalité et la médiation de cette démarche paysagère territoriale est ainsi l'expression du faire ensemble car prenant en compte les différentes typologies d'espaces et leurs interrelations pour orienter les actions à venir et une gestion qualitative du sol (chartes paysagères, documents d'urbanisme, plans de gestion, d'aménagement). Aujourd'hui tout autant qu'hier, la véritable urgence est celle du projet; qu'il soit de territoire ou de société, pour agir local il doit être situé.

La complémentarité entre écologie et paysage** est par exemple nécessaire pour inscrire la biodiversité dans les sites et les lieux dans lesquels élus et habitants se reconnaissent et s'identifient. Comme application bourguignonne et en relation avec  les priorités régionales, les continuités écologiques sont aussi des continuités paysagères qui doivent être identifiées et reconnues par le plus grand nombre pour être respectées, elles participent ainsi à la qualité et à l'attractivité des territoires ruraux qui composent la mosaïque des paysages de la région. Les ateliers post-Grenelle de l'environnement concernant la trame verte et bleue ont montré qu'il convient d'aborder la biodiversité par les espaces plutôt que par les espèces  en terme de continuités et en supposant à priori que c'est une condition suffisante au maintien des espèces et de leurs habitats. Les Rencontres de Territoires qui se sont tenues à Varzy illustrent en ce sens une collaboration entre le Pays Bourgogne Nivernaise et le Conservatoire des Sites Naturels Bourguignons susceptible d'expérimenter des actions de reconnaissance et de mise en valeur de ces continuités à destination des collectivités et de leurs visiteurs. Supports de parcours de découverte et de lecture, elles doivent être visualisées et interprétées pour être valorisées en associant des objectifs pédagogiques et touristiques

Jean Jacques Verdier - paysagiste - représentant la Fédération Française du Paysage aux www.etatsgenerauxdupaysage.org -(a participé à l'Etat des lieux des paysages protégés d'Ile de France et participe aux actions du Pays Bourgogne Nivernaise )- Paris / Alligny-Cosne - 06 83 53 09 02

Connaître est agir selon le point de vue et le titre d'un ouvrage du philosophe Miguel Benasayag pour qui le paysage est la bonne distance qui permet l'action. Connaître local pour agir local et en situation est ce préalable partagé par les acteurs d'un territoire et qui s'appuie sur la transversalité de l'approche paysagère à l'encontre des cloisonnements des pensées et des actions. Le distinguo entre une considération sujet/objet qui sépare du monde alentour et celle paysagère et intrinsèquement relationnelle (nous sommes le monde alentour) situe le point de vue depuis lequel on peut agir si l'on veut répondre aux enjeux contemporains de territoire et de société. Il s'agit tout autant de donner du sens que de produire du beau.

** Voir Projet TVB Arcs écologiques franciliens entre ville et campagne. Reconquêtes des trames ecopaysagères.

Repost 0
22 décembre 2010 3 22 /12 /décembre /2010 10:27

La Fondation Hulot a lancé le coach carbone, en partenariat avec l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe).

De quoi s’agit-il ? D’un site internet qui permet de mesurer les émissions de gaz à effet de serre de son foyer, et qui propose des solutions pour les réduire.

Réduire nos émissions de gaz à effet de serre demande une réponse collective impliquant chaque citoyen explique le document explicatif de l’Ademe.
Réduire nos consommations d’énergie, principales sources de ces émissions, est également une source d’économies, pour un confort égal voire supérieur.

C’est un outil gratuit qui permet de réaliser une estimation des émissions de gaz à effet de serre de son foyer sur différents postes (logement, transport, alimentation, équipement) et de construire un plan d’action pour les réduire. Pour Nicolas Hulot, il ne s’agit pas d’un gadget mais d’un outil “très concret et très simple”. Ce calculateur d’émissions de CO2 existe déjà depuis trois ans sur le site internet de l’Ademe. Mais la nouveauté de “coach carbone”, c’est qu’il propose en plus des solutions personnalisées.

La navigation dure en moyenne d’1 heure.
Elle se décompose en 2 temps :

 la réalisation du Bilan Carbone du foyer en complétant un questionnaire de 160 questions, concernant les 12 derniers mois. Les internautes peuvent répondre en plusieurs fois. Le Bilan permet de décrypter les habitudes du foyer en matière de logement, de transport, d’équipement et d’alimentation, et déterminer les préconisations les mieux adaptées pour faire évoluer les comportements du foyer.

 la définition de son plan d’action.

D. Sabo pour Place Publique, Magazine Décembre 2010logoPP-reduit

http://www.place-publique.fr/spip.php?article6022

 

Repost 0
12 décembre 2010 7 12 /12 /décembre /2010 09:50

Le sel, communément utilisé en hiver comme fondant routier, a un impact négatif sur l’environnement. Son utilisation est de plus en plus remise en question. En Haute-Savoie, la ville d’Annemasse, après deux hivers presque sans sel, a organisé un séminaire sur la question.

Au cours des manipulations nécessaires au salage des voies, des milliers de tonnes de sel partent dans la nature, polluant les cours d’eau, les nappes souterraines et les sols. Ces dernières années, plusieurs communes de Haute-Savoie ont cherché des solutions pour réduire l’usage du sel. En 2008, la ville d’Annemasse (30.000 habitants) a décidé de limiter son utilisation aux rues à forte pente (plus de 5%), aux trottoirs et aux cours d’écoles. Avec le recul, le bilan est mitigé… "L’hiver 2008-2009 a été doux, explique Yann Oremus, responsable de l’Agenda 21 d’Annemasse. Nous n’avons donc eu aucun mal à tenir nos engagements. Il en a été tout autrement l’hiver dernier, et le maire a été contraint de rétablir le salage des axes importants". Trouver une solution équilibrée pour assurer la viabilité hivernale de la voirie s’avère donc difficile, puisqu’il s’agit de réduire l’impact environnemental du déneigement sans entraver les possibilités de circulation. Comment faire ? C’est cette question que Christian Dupessey, maire d’Annemasse, a posé à ses collègues à l’occasion d’une rencontre que la organisée ville a le 1er octobre 2010, avec l’association départementale des maires de France.

         Les solutions existent, elles sont techniques autant que citoyennes

180 personnes représentant 70 collectivités étaient présentes. Les retours d'expérience d'Annemasse, de Megève, et de la communauté de communes de Faucigny-Glières ont illustré différentes façons d'aborder la réduction du salage. A l’issue des débats, il apparaît qu’il n’y avait pas une mais des réponses ; tout d’abord, un renforcement de la communication est nécessaire auprès des automobilistes sur la nécessité pour chacun d’adapter son comportement et son véhicule (chaînes, pneus neige…). De là à accepter cette contrainte, c’est une autre affaire. Annemasse va entamer un travail avec ses conseils consultatifs (conseils de quartier) afin de cerner les problèmes sur le terrain. La communication doit également concerner les riverains, qui doivent être impliqués eux aussi dans le déneigement des trottoirs. Par ailleurs, des considérations techniques sont à prendre en compte : le passage du chasse-neige et de quelques véhicules suffit souvent à retrouver le "noir" de la chaussée, rendant le salage inutile. S’il fait trop froid (-7° / -9°), le salage n’est pas efficace. Enfin, des techniques alternatives ont été évoquées, telle la pouzzolane, un gravier issu d’une roche volcanique, utilisé par certaines communes. C’est un bon abrasif, mais il n’est pas sans inconvénients : il faut le ramasser, et il peut s’infiltrer dans les canalisations et les abîmer. Autre produit nouvellement apparu, des plaquettes de bois dur de 10x15 mm imprégnées de fondant routier. Utilisées en particulier pour traiter les trottoirs, ces plaquettes agissent comme des "crampons" sur le sol verglacé.

A l’issue du colloque, une déclaration d’engagement à réduire l’épandage de sel a été proposée à la signature des collectivités. "L’idée est de lancer ensuite un réseau de techniciens en contactant toutes les collectivités qui en France manifestent leur intérêt pour cette déclaration", observe le responsable de l’Agenda 21.

Luc Blanchard, pour la rubrique Expériences du site www.mairieconseils.net, lundi 29 novembre 2010
http://www.localtis.fr/cs/ContentServer?pagename=Mairie-conseils/MCExperience/Experience&cid=1250260777962

Contacts, Mairie d'Annemasse, BP 530, 74107 Annemasse Cedex, tél : 04 50 95 07 00

Pacthod Bernard, maire-adjoint aux travaux : bernard.pacthod@mairie-annemasse.fr

Minchella Eric, maire-adjoint en charge du développement durable, eric.minchella@mairie-anemasse.fr

Oremus Yann, responsable de l'Agenda 21 : Yann.oremus@ville-annemasse.fr

 

Repost 0
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 10:14

Un catalogue d'idées novatrices pour la mise en œuvre de mesures climatiques est désormais disponible en ligne surhttp://www.cipra.org/fr/cc.alps/resultats (de/en/fr/it/sl).

Toutes les personnes intéressées, et au premier chef les communes peuvent s'inspirer des nombreuses mesures d'adaptation et d'atténuation du changement climatique réunies dans ce catalogue.

Les mesures sont classées dans les six domaines thématiques à la base du projet cc.alps : Energie, Protection de la nature, Construction et rénovation des bâtiments, Transports, Aménagement du territoire et Tourisme.

Le catalogue de mesures a été élaboré et composé par cc.alps en collaboration avec le Réseau de communes " Alliance dans les Alpes ".

Les communes qui souhaitent participer au concours lancé récemment par le programme dynAlp-climate peuvent s'inspirer concrètement de ces mesures :

http://www.alliancealpes.org/fr/projets (de/en/fr/it/sl)

information venant de : ,

http://village.tm.fr/acteur-rural/?2010/11/05/1407-projets-climatiques

Repost 0
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 10:59

Le Collectif des Etats Généraux du Paysage organise des rencontres nationales sur le thème : Paysage: fil conducteur du développement durable des territoires

le 22 novembre 2010

au Conseil Economique Social et Environnemental (Palais d'Iena) à Paris

Ce projet, copiloté par la FNSafer et la FNCAUE, financé dans le cadre du Réseau Rural Français (groupe Gestion de l'Espace), a analysé une vingtaine de démarches où le paysage sert de clé d'entrée pour le développement durable des territoires, 

Ces expériences, allant d’une relecture spatiale de l’exploitation agricole à des projets d’aménagement à l’échelle d’un pays ou d’un département, ont fait l’objet d’une vingtaine de fiches rendant compte de leurs conditions d’émergence et de succès.

Pour promouvoir l’approche paysagère comme clé d’entrée pertinente pour la gestion des espaces ruraux ou périurbain, la journée du 22 novembre 2010 propose de rassembler les acteurs rencontrés (élus, paysagistes, agriculteurs, aménageurs…) et d’offrir des points de comparaison et de contraste entre les expériences les plus marquantes. Elles permettront de diffuser auprès d’un large public quelles échelles de territoires, quels éléments déclencheurs et quels moyens de sensibilisation ont permis leur réalisation, quels critères d’évaluation sont utilisés, et quels moyens restent à mettre en oeuvre pour éviter la banalisation des paysages et la consommation effrénée d’espaces agricoles et naturels par l’urbanisation.

Ces exemples ont été déclinés en autant de fiches-expériences qui seront bientôt consultables sur le site du Réseau Rural Français et qui seront présentées lors de ces rencontres nationales, afin d'assurer leur mise en réseau et leur diffusion.

Pour consulter le programme, allez sur l’article de l’acteur rural. : http://village.tm.fr/acteur-rural/?2010/11/22/1388-22-novembre-2010-au-conseil-economique-social-et-environnemental-palais-d-iena-a-paris

Les bulletins d'inscription sont à retourner à la FNCAUE, 108-110 rue Saint-Maur, 75011 PARIS avant le 5 novembre.

Contact pour le Collectif des Etats Généraux du Paysage

Dimitri LIORIT, FNSafer, 01 44 69 86 01, dimitri.liorit@safer.fr

Repost 0
2 novembre 2010 2 02 /11 /novembre /2010 09:22

L’Institut national de la consommation (INC) ouvre un site d’information sur le commerce équitable : définitions, enquêtes, reportages vidéos... Le site est l’un des volets d’une action commandée par les secrétariats d’Etat à la Consommation et à l’Ecologie : http://www.jeconsommeequitable.fr/

Information venant du magazine Place-Publique du mois d'octobre 2010 :

http://www.place-publique.fr/spip.php?breve528

 

Repost 0
24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 10:10

Le quartier de la Madeleine à Albi abrite une station d’épuration qui est une vraie nuisance pour le voisinage. Construite en 1979, à ciel ouvert, elle empeste et ne répond plus aux exigences environnementales. La communauté d’agglomération de l’Albigeois a entrepris de la reconstruire en associant les habitants… d’où l’idée du "jury de nez".

La communauté d’agglomération de l’Albigeois, qui regroupe 88.000 habitants sur dix-sept communes, est la deuxième agglomération de Midi-Pyrénées. Elle a, entre autres, la charge de l’assainissement et y consacre 20% de son budget global annuel. La décision de construire une station d’épuration "nouvelle génération" à la Madeleine pèse, par exemple, 18,7 millions d’euros. Les travaux, commencés en 2008, s’achèveront en 2010. Afin d’associer les riverains à cet important projet, les élus ont multiplié les initiatives : réunions d’information, visites du site et… "jury de nez ".

Jean-Claude de Lapanouse, maire de Cunac, vice-président de la communauté d’agglomération délégué à l’assainissement, porte cette initiative : "Nous avons constitué un groupe qui comprend sept riverains et quatre professionnels afin d’apprécier les odeurs de façon objective. Avec l’aide d’un bureau d’étude spécialisé, nous avons appris à décrire une odeur et son intensité. C’est passionnant. Nous voulons montrer aux riverains que tout est fait le mieux possible."

     Bien cerner les odeurs

Les premiers relevés ont été faits à l’automne 2008, les seconds fin mai 2009, sur un rayon de 500 m autour de l’ancienne station et de la nouvelle construite juste à côte. Quinze points de mesure ont été sélectionnés et visités le matin et l’après-midi. Tandis que les professionnels effectuent des prélèvements d’air, des prises de température, relèvent l’orientation et la vitesse du vent, le jury de nez note son impression, forge l’étalon d’un nouvel instrument de mesure "olfactométrique". Les premiers résultats commentés et détaillés ont  été communiqués au grand public et aux riverains en octobre 2009.

Luc Blanchard, mardi 15 septembre 2009, pour la rubrique Expériences du site Mairie-conseils

http://www.localtis.fr/cs/ContentServer?pagename=Mairie-conseils/MCExperience/Experience&cid=1250258827769

Contacts : Mairie de Cunac, 10, Grand Rue, 81990 Cunac

de Lapanouse Jean-Claude, maire de Cunac, vice-président de la communauté d'agglomération

délégué à l'assainissement,  tél :06 86 14 27 28, lapanouse.jc@orange.fr

Repost 0
18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 15:01

Le petit bourg de Combaillaux, près de Montpellier, a choisi une voie originale pour épurer les eaux usées : il expérimente depuis six ans le lombrifiltre, un procédé inédit en France, qui utilise des vers de terre. L’homologation ne devrait plus tarder… 

A la fin des années 1990, la commune de Combaillaux comptait mille habitants et disposait d’un réseau d’assainissement autonome, avec une petite station d’épuration qui arrivait en fin de vie. Différentes solutions de remplacement furent étudiées avec le conseil général de l’Hérault. La plus classique consistait à créer une station d’épuration sur lit bactérien. Mais ce type d’installation produit des déchets polluants, les fameuses boues d’épuration, dont personne ne sait quoi faire. Daniel Floutard, le maire de Combaillaux, a souhaité tester un système utilisé au Chili, dans une commune près de Valparaíso, où les eaux usées sont épurées sur un substrat peuplé de vers de terre. Le système semblait bien fonctionner mais aucune étude scientifique n’avait été menée.

La lombristation, pilote pour les petites communes

Grâce au soutien financier du conseil général, de l’agence de l’eau et de l’Union européenne, la commune de Combaillaux s’est lancée dans la recherche-développement. Une première expérimentation fut mise en place avec des chercheurs de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA). Tout se passa très bien, les eaux domestiques étaient épurées par les vers de terre (lombriciens) aussi efficacement que par le lit bactérien. En 2005, une station d’épuration mixte – dimensionnée pour 2.200 équivalent-habitants – est construite, pour un coût d’un million d’euros financé à 54% par le conseil général, 32% par l’Europe, et le reste par la commune. Le lombrifiltre ne traite, pour l’instant, qu’un quart des eaux, le reste est encore orienté vers un lit bactérien. "Nous finalisons le dossier demandé par l’Union européenne, et je pense que notre procédé ne tardera plus à être validé. Nous l’étendrons alors à toute la station. C’est un très bon procédé pour les petites unités, entre 4 et 8.000 équivalent-habitants". Les limites du système tiennent à ses besoins en surface : il faut un mètre carré pour traiter les eaux usées de 4 à 5 habitants. Les agglomérations importantes recherchent des dispositifs plus concentrés. Par ailleurs, le lombrifiltre n’est pas conçu pour traiter les rejets industriels, car les produits chimiques fortement concentrés pourraient tuer les vers. Il reste que dans de nombreux cas, cette solution écologique pourrait être mise en œuvre avec profit.

Luc Blanchard, lundi 20 septembre 2010, pour la rubrique Expériences du site Mairie-conseils

http://www.localtis.fr/cs/ContentServer?pagename=Mairie-conseils/MCExperience/Experience&cid=1250260348995

Repost 0
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 12:55

Le jury 2010 des Rubans du développement durable (1) vient de distinguer dix nouvelles collectivités "pour leurs politiques globales et concrètes de développement durable". Ces collectivités "illustrent plus que jamais la réalité du développement durable à toutes les échelles et tailles territoriales, a estimé le jury. La dimension environnementale, historiquement privilégiée dans les démarches de développement durable, commence aujourd'hui à être relayée et complétée par d'autres angles d'approche comme la santé, la culture, le handicap". Innovation cette année : le label a aussi été reconduit pour onze collectivités déjà distinguées en 2008, le jury saluant ainsi "la continuité et l'ancrage culturel du développement durable dans leurs pratiques locales".

Parmi les nouvelles lauréates, labellisées pour une durée de deux ans, on trouve huit communes Bras-Panon (La Réunion), Carquefou (Loire-Atlantique), Colmar (Haut-Rhin), Créon (Gironde), Haubourdin (Nord), Lille (Nord), Mellé (Ille-et-Vilaine) et Orléans (Loiret)), une structure intercommunale communauté d'agglomération du Pays de Montbéliard (Doubs)) et une région (Franche-Comté).

"Globalement, lors de cette huitième édition, le jury a constaté avec satisfaction la 'massification' des démarches de développement durable de qualité sur le territoire. Cependant, il a appelé les collectivités à faire preuve de toujours plus de créativité et d'adaptation au contexte local dans leurs actions, pour répondre à la dynamique du développement durable", ont souligné les organisateurs. L'adaptation au changement climatique, l'"économie écologique", le tourisme, la culture, le rôle de la communication publique, la gestion des ressources humaines doivent ainsi figurer parmi "les champs à approfondir".

L'opération est animée depuis sa création en 2003 par l'Association des maires de France, l'Association des maires des grandes villes de France, le Comité 21 et Dexia. Elle est portée par l'"ensemble des acteurs nationaux représentatifs du secteur public local ainsi que par des organismes spécialisés dans le développement durable" : l'Assemblée des départements de France, l'Association des communautés urbaines de France, la Fédération des maires des villes moyennes, l'Assemblée des communautés de France, l'Association des petites villes de France, la Fédération des parcs naturels régionaux, l'association Notre Village, l'Association pour la démocratie et l'éducation locale et sociale, l'Ademe, le Centre national de la fonction publique territoriale, la Datar, le programme des Nations unies pour l'environnement, etc. 87 collectivités ont été distinguées depuis l'origine et le label est actuellement en cours de validité pour 33 d'entre elles.

Anne Lenormand, publié le 16 septembre 2010 par localtis

http://www.localtis.info/cs/ContentServer?c=artVeille&pagename=Localtis/artVeille/artVeille&cid=1250260344640

 (1) Présidé cette année par Denis Cheissoux, producteur de l'émission "CO2 mon amour" sur France Inter, le jury était constitué d'experts issus des dix-huit organismes partenaires de l'opération et d'une personnalité associée issue du monde universitaire, Cyria Emelianoff. Le président d'honneur, Jean-Marie Pelt, président de l'Institut européen d'écologie, accompagne l'opération depuis 2005.

* Les dix nouvelles collectivités labellisées et les onze bénéficiaires d'un renouvellement du label

Aller plus loin sur le web sur le site des Rubans du développement durable

http://www.rubansdudeveloppementdurable.com

Repost 0
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 09:36

Jean-Louis Borloo annonce la naissance du parc national des Calanques

avant la fin de l'année

Le ministre de l'Ecologie, Jean-Louis Borloo, a affirmé le 13 septembre en marge du 35e anniversaire du Conservatoire du littoral à Rayol Canadel (Var), que le parc national des Calanques à Marseille verrait le jour "avant la fin de l'année". "C'est une affaire qui sera définitivement réglée avant la fin de l'année. Ce sera le cadeau de Noël", a dit le ministre, précisant que 90% de l'organisation du parc était réalisée. Le parc "verra le jour avant la fin de l'année. On ne lâchera pas sur le calendrier", a renchéri Chantal Jouanno, secrétaire d'Etat à l'Ecologie, également présente aux célébrations.

Fin avril, le Groupement d'intérêt public (GIP) chargé de préparer le projet avait annoncé la création de ce parc en juin 2011 avec quelques mois de décalage par rapport au projet initial. Le parc national des Calanques - le premier en France métropolitaine depuis 1979 et le troisième péri-urbain au monde après Le Cap et Sydney - a pour objectifs la préservation de la biodiversité, de la quiétude des lieux et du patrimoine culturel.

Chantal Jouanno a en outre répété son intention, déjà annoncée en janvier, de créer une agence de la nature regroupant notamment l'Agence des aires marines protégées (créée en 2006), le Conservatoire du littoral (créé en 1975), les 9 parcs nationaux (créés dans les années 1960), soit tous les grands établissements chargés de gérer des espaces naturels. La création de 5 parcs marins est également à l'étude, a-t-elle précisé.

Etablissement public, le Conservatoire du littoral assure aujourd'hui la protection de 138.000 hectares sur 1.200 km de côtes, soit 12% du linéaire côtier en métropole et Outre-mer. Au total, 800 sites sont protégés dont notamment la Pointe-du-Raz dans le Finistère, l'île aux Oiseaux dans le Bassin d'Arcachon ou les jardins du Rayol dans le Var. Les terrains du Conservatoire sont inaliénables et ouverts au public.

 D'après AFP, publié le 13 septembre 2010 par localtis

http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/artVeille/artVeille&c=artVeille&cid=1250260328777

Repost 0