Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : BIPLAN
  • : Territoires, réseaux, formation
  • Contact

Le blog d'Odile Plan

Ce blog est animé par Odile Plan         créatrice de BIPLAN

envoyez vos réactions et informations à :

biplan46@wanadoo.fr

undefined









Recherche

territoires-réseaux-formation

BIPLAN, un blog de partage et d’échange d'informations,sur les initiatives participatives des territoires,les partenariats et les réseaux,la création d'activité, l'égalité de chances pour un développement durable et un monde solidaire...

Articles Récents

  • Bertrand Schwartz est parti, un grand monsieur nous a quitté
    Bertrand Schwartz est parti, la nuit de vendredi à samedi, calmement dans son sommeil. Il était très mal depuis plusieurs jours, veillé par Antoinette, mais il souriait toujours. C’était attendu, mais ça fait un grand vide, nous lui devons tant que ce...
  • Les billets suspendus ne tiennent qu’à un fil…à Pamiers –Midi Pyrénées- 09 -
    A Naples il est de tradition, quand on entre dans un café, d’en commander un et d’en payer deux. Le café ainsi ‘’suspendu’’ sera offert à une personne dans le besoin qui viendra le réclamer. Cette initiative a poursuivi sa route à travers l’Europe et...
  • Des plateformes de services pour promouvoir une "mobilité inclusive"
    Les rencontres de la mobilité inclusive ont réuni, le 28 janvier 2016 à Paris, des acteurs associatifs de la mobilité solidaire, des collectivités locales et des entreprises. L'objectif : amplifier la prise de conscience sur cet enjeu et structurer davantage...
  • Territoires ruraux : comment sauver les cafés ?
    Avec la disparition des bistrots, les habitants ont le sentiment que le lien social se délite dans les territoires ruraux, comme le montre une étude de l'Ifop pour France Boissons, présentée le 20 janvier à l'occasion du lancement de la nouvelle édition...
  • E-rando : Bourgogne - 58 -
    Le pays Nivernais Morvan propose depuis l’été 2015 seize e-randos numériques, comme autant d'histoires à découvrir au rythme de la marche. Des circuits aussi variés que les territoires des neuf communautés de communes engagées dans l'aventure ! Les e-randos...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • En 2016, la métamorphose…
    La lune était pleine cette nuit de Noël, maintenant, elle est gibbeuse. Puisse-t-elle éclairer ces périodes sombres… Pour l'année nouvelle, nous vous proposons ce texte écrit en 2010 par Edgar Morin ; c'est un peu long, mais cela en vaut la peine. Eloge...
  • Un séjour à la ferme pour aider à la réinsertion - CIVAm et Accueil Paysan -
    Accueil paysan et le CIVAM (Centres d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu rural) organisent des séjours de rupture à la ferme, allant de quelques jours à quelques semaines, pour des personnes en difficultés. Les profils sont multiples...
  • Réfugiés : En Bretagne, plusieurs dizaines d'offres d'hébergement
    Plusieurs dizaines d'offres d'hébergement de réfugiés en Bretagne ont été reçues par le dispositif CALM ("Comme à la maison") mis en place par l'association Singa d'aide aux demandeurs d'asile. Dans les grandes villes (Brest, Rennes, Nantes, Lorient,...
29 décembre 2008 1 29 /12 /décembre /2008 10:00

RURART

Art contemporain et éducation artistique, la persistance d'un malentendu ?
les 28 après-midi et 29 janvier 2009, à l'amphithéâtre du lycée agricole Venours (Rouillé) et à l'auditorium du musée Sainte-Croix de Poitiers (Vienne).
<http://www.rurart.org/N/espace_reseau_rurart/colloques_seminaires/seminaire_ac_jv09/seminaire_ac_jv09.php#haut> ,
Depuis plus de 20 ans, RURART organise exposition et débats sur l'art contemporain en plein milieu rural; à partir du Lycée agricole de Venours.
Ceux de la région Poitou Charentes qui ne connaissent RURART pas ont tort.

En questionnant la perception des enjeux de l'éducation artistique par les professionnels de l'art et de l'éducation, en mettant en débat la pertinence d'une éducation à l'art contemporain, en envisageant sans tabou la richesse et les limites du dialogue entre l'institution et la radicalité artistique, ce séminaire se propose de définir la place de l'art contemporain dans une politique d'éducation artistique refondée.
Ainsi, pour mieux appréhender les réticences, les représentations et les fantasmes des acteurs culturels, des artistes et des enseignants quand il s'agit de croiser l'art contemporain et l'éducation artistique, chacune des demies journées s'attachera à soulever une des questions : L'art et l'époque ; L'art et sa réception ; L'art et l'éducation, en proposant deux interventions de professionnels de l'art, de l'éducation, ou de
la diffusion...
Interventions qui seront suivies d'une table ronde pour prolonger la réflexion et engager les échanges.
Les trois questions de ces tables rondes sont :
- Quelle place l'art contemporain tient-il dans l'époque contemporaine ?
- L'art contemporain est-il voué à être réservé à une élite ?
- Une pédagogie spécifique est-elle inventée ?

Le programme complet et le bulletin d'inscription (15 euros) à renvoyer avant le 20 janvier, sont en ligne <http://www.rurart.org/N/espace_reseau_rurart/colloques_seminaires/seminaire_ac_jv09/seminaire_ac_jv09.php#haut> .
Ce séminaire est organisé avec le concours de la direction régionale des affaires culturelles et de la direction régionale de l'agriculture et de la forêt de Poitou-Charentes, du rectorat de l'académie de Poitiers, de la région Poitou-Charentes, du fonds régional d'art contemporain de Poitou-Charentes, du château d'Oiron, de l'école nationale de formation agronomique de Toulouse.
Rappelons que Rurart, dispositif culturel en milieu rural, s'appuie sur trois pôles : le réseau régional d'action culturelle de l'enseignement agricole en Poitou-Charentes, l'espace d'art contemporain et l'espace culture multimédia situés sur le site du lycée agricole Venours (Rouillé). Ses actions croisent l'action culturelle, l'art contemporain, les pratiques numériques et touchent les domaines de la formation, de la création et de la diffusion.
Contact : Marianne Villiers, Rurart, D 150, Lycée agricole Venours, 86480 Rouillé (05 49 43 62 59 – info@rurart.org  <mailto:info@rurart> - marianne.villiers@rurart.org – site : http://www.rurart.org/>


info venant de Complément d’objet
217, le 15 décembre 2008
, publication réalisée par : Ministère de la culture et de la communication, Délégation au développement et , 182, rue Saint-Honoré - 75001 Paris
Rédaction : Élisabeth Daumas (01 40 15 78 16 -elisabeth.daumas@culture.gouv.fr)
Raphaël Loison (01 40 15 78 94 - raphael.loison@culture.gouv.fr)
Les archives de Complément d'objet sont en ligne sur le site du ministère
<http://www.culture.gouv.fr/culture/actualites/co-ddat/index.htm>

Repost 0
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 10:39

Culture et développement des territoires, ça s'active...

une formation  :

"Culture et développement des territoires"
les 11 et 12 décembre au Centre universitaire d'Agen (Lot-et-Garonne).

Cette formation propose d'aborder le sujet en s'appuyant sur un certain nombre de questionnements :
- Quels sont les effets potentiels et les limites de la relation entre c
- En quoi et à quelles conditions l'innovation et la création artistiques, les ressources patrimoniales locales répondent-elles aux enjeux de développement du territoire ?
- Comment mieux activer la diversité des ressources culturelles du territoire ?
- Le développement local par la culture interroge-t-il la gouvernance territoriale ?
- Faut-il rapprocher les logiques de développement local et de développement culturel durable ?


Elle s'adresse aux cadres des collectivités publiques et de leurs établissements, aux directeurs et responsables d'équipements artistiques et culturels, et chargés de mission ; aux élus locaux en charge de la culture ou de politiques transversales incluant une dimension culturelle (développement local, politique de la ville, éducation, jeunesse, pays).

Elle est co-organisée par l'Observatoire des politiques culturelles (OPC)
et l'Office d'action culturelle
e Lot-et-Garonne : http://www.odac47.fr
en partenariat avec la Mission d'observation de la culture en Aquitaine
et l'Institut départemental de développement artistique et culturel de la Gironde  http://www.iddac.net/01_presentation/01_presentation_01.asp

Contact :
Observatoire des politiques culturelles, 1, rue du Vieux-Temple, 38000 Grenoble 
 04 76 44 33 26  formations@observatoire-culture.net
http://www.observatoire-culture.net



une journée de recherche :

"Pratiques innovantes en matière culturelle et retombées économiques"

L'École supérieure de commerce (ESC <http://www.esc-saint-etienne.fr/-ESC-fr-.html> ) Saint-Étienne organise une journée de recherche intitulée Pratiques innovantes en matière culturelle et retombées économiques, le 5 décembre, à Saint-Étienne (Loire).
Comme les marques, les collectivités territoriales ont compris qu’elles devaient mettre en place des actions spécifiques leur permettant de se distinguer d’autres collectivités. Parallèlement, elles mettent tout en œuvre pour attirer et retenir des personnes physiques et/ou morales sur leurs territoires. La ville de Saint-Étienne, en particulier, a utilisé le levier culturel pour stimuler sa croissance démographique et améliorer son image.
Pour cette première journée de recherche, l’accent sera mis sur les activités et les organisations culturelles qui mettent en valeur le territoire sur lequel elles ont lieu de façon innovante ainsi que les implications qu’elles peuvent engendrer pour ses acteurs économiques.
Au programme Attractivité et culture, Pôles culturels, Valorisation du patrimoine culturel et naturel, et Culture et tourisme.
Le programme détaillé est en ligne <http://www.esc-saint-etienne.fr/IMG/pdf/Programme_Final.pdf> .
Contact : Corinne Berneman, ESC Saint-Étienne, 51, cours Fauriel, 42100 Saint-Étienne  ;
04 77 49 63 43 - corinne_berneman@esc-saint-etienne.fr



un appel à communications :

Culture, territoires et société en Europe.
Les politiques culturelles en question
:


L'Observatoire des politiques culturelles (OPC) lance à un appel à communications pour le colloque européen, Culture, territoires et société en Europe. Les politiques culturelles en question, qu'il organise, en partenariat avec le laboratoire de recherche PACTE-CNRS (Université de Grenoble), les 28 et 29 mai 2009, à Grenoble, à l'occasion du vingtième anniversaire de sa création.
Il a pour ambition de valoriser les travaux des jeunes chercheurs européens, de mieux identifier le rôle de la recherche dans le développement d'une société de la connaissance, et de mettre en débat son apport à la décision publique et à l'action professionnelle.
Les propositions de communications sont invitées à s'appuyer sur les axes problématiques suivants :
- La gouvernance des politiques culturelles territoriales en Europe ;
- Culture, société et pouvoirs locaux en Europe : enjeux d'un développement culturel durable ? ;
- Culture, innovation et ville créative ;
- Pratiques culturelles des habitants, éducation artistique et médiation ;
- Industries culturelles, médias et stratégies territoriales : quelle régulation politique ?

L'appel à communications est téléchargeable <http://www.observatoire-culture.net/data/public/pdf394.pdf> (en français et en anglais dans le même document pdf).
Les propositions de contributions devront être envoyées au plus tard le 31 janvier 2009, par courriel : colloque20ans@observatoire-culture.net , ou par courrier à l'OPC.

Il est organisé avec la collaboration de la Fondation européenne de la culture d'Amsterdam, de Culturelink, d'ENCATC  de Relais Culture Europe, de Culture Europe International , et avec le soutien de la ville de Grenoble, du département de l'Isère, de la région Rhône-Alpes et du ministère de la Culture et de la Communication.
1, rue du Vieux Temple, 38000 Grenoble 04 76 44 33 26 –
colloque20ans@observatoire-culture.net –
www.observatoire-culture.net


Ces  3 informations sont tirées de "complément d'objet"
du Ministère de la culture et de la communication, Délégation au développement et aux affaires internationales
Directeur de la publication : Benoît Paumier
Rédaction : Élisabeth Daumas (01 40 15 78 16 - elisabeth.daumas@culture.gouv.fr
Raphaël Loison (01 40 15 78 94 - raphael.loison@culture.gouv.f

Les archives de Complément d'objet sont en ligne sur le site du ministère : http://www.culture.gouv.fr/culture/actualites/co-ddat/index.htm

Repost 0
7 décembre 2008 7 07 /12 /décembre /2008 11:37
Musées en mouvement
: quels projets, quelles structures, quels financements ?


Rencontre COMPA à Chartres (28) 9 décembre 2008

Le COMPA - Conservatoire de l’agriculture et du machinisme agricole - à Chartres,  est le plus grand musée français consacré à l’agriculture, un musée de société qui mêle histoire, société, sciences, techniques et arts...
Installé dans un lieu unique, une rotonde à machines (1905), il abrite sur 3000 m2, de très belles machines et des outils témoins de la révolution agricole des XIXe et XXe siècles. Les centaines de pièces exposées, souvent fort rares, racontent le cycle des opérations agricoles.

Comme chaque année, le Compa, en collaboration avec l’association des personnels scientifiques des musées de la région Centre, et le soutien de la Direction régionale des affaires culturelles du Centre et de la région Centre, organise sa rencontre annuelle qui a lieu le mardi 9 décembre 2008.

Cette année l’intitulé est :
Musées en mouvement : quels projets, quelles structures, quels financements ?


Les 15èmes rencontres scientifiques du Compa proposent un temps d’arrêt sur ces questions. Elles feront le bilan de l’ensemble de ces mutations et examineront les conditions de la réussite d’un projet muséal moderne en se concentrant particulièrement sur les outils administratifs et financiers désormais accessibles aux musées.

Une journée d’échanges et de rencontres entre professionnels de musées autour d’études de cas de projets phares.

Pour plus d'informations : http://www.lecompa.com
http://village.tm.fr/acteur-rural/?2008/12/09/747-9-decembre-2008-a-chartres-28

C'est au printemps 1990, au cours de l'inauguration du COMPA à Chartres, qu'a été signé la première convention Culture-Agriculture, et j'y étais, même si ce n'était pas encore BIPLAN.
OP.

Repost 0
18 novembre 2008 2 18 /11 /novembre /2008 17:32
L'intercommunalité culturelle : un état des lieux,
Jean-Cédric Delvainquière, Bruno Dietsch,
ministère de la Culture et de la Communication (DDAI/Deps),
collection Culture études,
programme Politiques publiques et régulations, 2008-5.

Cet ouvrage offre des résultats contrastés sur les nouvelles formes de décentralisation culturelle et confirme l'importance du rôle des groupements de communes dans la vie culturelle nationale. Tout en montrant l'intensité des transferts d'équipements culturels vers les intercommunalités et la réelle présence de ces structures dans le champ culturel, l'analyse témoigne d'avancées très variables et d'un panorama encore assez hétérogène en matière de construction des politiques culturelles publiques à l'échelon intercommunal. Cette synthèse, propose d'en tirer quelques conséquences quant aux possibilités d'intervention de l'État dans ce domaine.
Elle est téléchargeable sur le site : <http://www2.culture.gouv.fr/deps/>
Réalisée par le Deps, cette synthèse restitue certains résultats de l'étude, Intercommunalités : le temps de la culture (publiée en octobre), réalisée par l'Observatoire des politiques culturelles en partenariat avec la Délégation interministérielle à l'aménagement et à la compétitivité des territoires  le ministère de la Culture et de la Communication, le ministère de l'Intérieur, l'Assemblée des communautés de France (, le Club des agglomérations pour la culture et Dexia-Crédit lo
cal.

info venant de "complément d'objet", 31 octobre
Ministère de la Culture et de la Communication
Élisabeth Daumas (+33(0)1 40 15 78 16 - elisabeth.daumas@culture.gouv.fr

et voilà  unappercu du contenu, par Localtis :

La culture "pourrait devenir le domaine majeur
                                                de la coopération intercommunale"


L'observatoire des politiques culturelles livre un état des lieux de l'intercommunalité culturelle, étude réalisée entre 2005 et 2007, en partenariat avec l'Assemblée des communautés de France, le département des études de la prospective et des statistiques du ministère de la Culture et Dexia.
Premier constat : une grande hétérogénéité des situations en matière culturelle, "la période actuelle semble encore être celle d'une transition entre le tout municipal et l'intercommunal, elle reste propice aux tâtonnements et aux pratiques variées". La pertinence et la légitimité des actions des groupements de communes sont, selon l'enquête, fortement déterminées par leurs relations avec les autres niveaux territoriaux, départements, régions, Etat ainsi que par les liens entre les communes membres. Il apparaît que les régions sont "encore un peu à l'écart mais tournées vers leurs agglomérations".
Les départements, dans un premier temps réticents, deviennent partenaires des intercommunalités.
La position des communes est quant à elle, qualifiée d'ambivalente : "les communes-centres ont parfois du mal à se défaire de la maîtrise de leurs grands équipements ou manifestations culturels, d'autant plus si ces communes pensent y perdre aussi le bénéfice exclusif des fortes retombées symboliques et économiques qu'elles leur attribuent".
Les communes périphériques semblent, à l'inverse, avoir admis "l'utilité d'une mutualisation des coûts en particulier lorsque celle-ci permet une montée en gamme ou en taille des équipements ou manifestations concernés ou tout simplement leur mise à niveau par rapport aux normes actuelles".
L'enquête livre des chiffres et des repères historico-juridiques sur ce mouvement culturel intercommunal.
Elle montre également les domaines d'intervention :
- la lecture publique et les enseignements artistiques qui sont souvent considérés comme "les domaines par excellence" ;
- la "grande nouveauté" est le spectacle vivant ce qui, précisent les auteurs, "devrait se traduire à terme par des dépenses de fonctionnement assez fortes".
En conclusion, si régions et départements sont encore très inégaux dans leurs démarches de formalisation partenariale avec les groupements de communes, pour certaines entités, "la culture pourrait constituer le domaine majeur de la coopération intercommunale".

 Catherine Ficat, publié le 24 octobre 2008 sur Localtis


http://www.localtis.info/servlet/ContentServer?c=artVeille&pagename=Localtis/artVeille/artVeille&cid=1224736190242
Repost 0
6 novembre 2008 4 06 /11 /novembre /2008 09:15
L’université des bistrots met de l’eau dans sa bière

dans les cafés de la Nièvre et du Morvan
26 septembre 2008 au 20 mars 2009


« Alors ?On s’en brasse »
est une action relevant de la mise en scène dans l’espace social
mise en place par le TéATr’éPROUVèTe en 2007 autour du thème « mensonge et réalité ».
Elle s’inspire de l’histoire locale et du mensonge sur les reliques de Saint Léonard.

Détournant la terminologie utilisée en brasserie, Jean Bojko et son équipe inventent un outil de médiation, la Bière de l’Abbaye du Jouïr, pour investir les lieux publics que sont les cafés et leur proposer de recevoir des connaisseurs en mesure de provoquer une haute fermentation des esprits.

La Bière de l’Abbaye du Jouïr est tout à fait virtuelle, c’est un leurre amical, pour réunir les gens autour d’un sujet d’intérêt collectif et brasser ensemble des idées. 16 rencontres chaleureuses , vivifiantes, animées, ont été ainsi proposées dans les cafés d’octobre 2007 à mars 2008 avec des intervenants comme Gilles Clément , Serge Latouche ou Pierre Carles donnant naissance à « l’Université des Bistrots ».
Celle-ci s’inspire des cafés philo, cafés géo, cafés des sciences et autres universités populaires, mais en investissant le milieu rural et en intégrant la touche artistique apportée par le TéATr’éPROUVèTe elle devient une utopie en actes.

L’année universitaire commencera le 26 septembre avec le Professeur Belpomme (professeur des universités d’oncologie médicale) au café du centre à Corbigny. Elle se terminera le 20 mars avec Christian Vélot (enseignant chercheur en génétique moléculaire). Entre temps elle aura reçu 15 autres « menteurs » du même acabit dans les cafés de la Nièvre et du Morvan pour éclairer les consciences.

Les sessions ont lieu le vendredi à 19h00, du 26 septembre 2008 au 20 mars 2009
L’Université est ouverte à tous. "Elle est gratuite même pour les riches". Pour ceux qui ne peuvent pas se déplacer les rencontres sont mises en ligne.
Prochaine session :
14 novembre 2008 : rencontreconférencedébat avec Marc Laimé, spécialiste de l'eau, sociologue et journaliste, institut européen de recherche sur les politiques de l'eau. Auteur de "Dossier de l'eau. Pénurie, pollution, corruption" editions du Seuil. Conseiller en politiques publiques de l'eau auprès des collectivités locales.
"Les eaux glacées du calcul égoïste".
Café hôtel de La Poste à Cervon (58)
Réalisation : TéATr’éPROUVèTe
Abbaye du Jouïr 58800 Corbigny
Tél.: 03 86 20 05 17
universitedesbistrots@orange.fr
Site : http://www.universitedesbistrots.fr
info relevée dans le dernier " acteur rural" :  http://www.village.tm.fr/acteur-rural/?2009/03/20/586-26-septembre-2008-au-20-mars-2009-dans-les-cafes-de-la-nievre-et-du-morvan
Repost 0
23 octobre 2008 4 23 /10 /octobre /2008 10:42
Vivre la diversité culturelle !?
la prochaine université de Peuple et Culture


Organisée, cette année, en coopération avec Peuple et Culture Wallonie-Bruxelles
et l'université populaire de la Province de Liège,
la 48ème université de Peuple et Culture s'intitule " Vivre la diversité culturelle !?",
Elle se tiendra à Ferrières (Belgique) du 31 octobre au 3 novembre.


Les Universités de Peuple & Culture offrent un cadre privilégié à celles et ceux qui prennent part à la construction d’une vie démocratique. Elles invitent à des approfondissements méthodologiques, à partir d’expertises et de recherches menées en commun. Suscitant la curiosité pour des approches novatrices, elles éclairent les choix pour des actions futures.

Point d’orgue d’un cycle qui a déjà permis d’aborder la mixité sociale, les inégalités et la laïcité, l’Université de Peuple & Culture 2008 se consacre à la diversité culturelle.
Fait nouveau : elle est organisée en coopération avec Peuple & Culture Wallonie-Bruxelles et l’Université Populaire de la Province de Liège. Elle se tient à Ferrières, dans une région où l’éducation permanente et l’action culturelle représentent un enjeu crucial en termes d’autonomie et de responsabilisation éthique.

A un moment où l’Union Européenne, qui se préoccupe du dialogue interculturel, dans le prolongement de la convention de l’Unesco sur la diversité culturelle, tente néanmoins de mettre en place un plan draconien de refoulement des étrangers, de nombreuses interrogations se posent
• Comment favoriser l’existence d’une communauté de citoyens égalitaire, tout en respectant les identités culturelles ?
• Comment penser et agir, dans le contexte du capitalisme mondialisé, pour redonner à la culture sa dimension politique et transformatrice ?
• Comment, face et aux poussées identitaires et au renforcement des exclusions, promouvoir une culture émancipatrice et humaniste ?

Du 31 octobre au 3 novembre 2008, un programme de 4 jours alterne des interventions sur l’égalité des chances, les droits culturels et l’engagement citoyen avec de nombreux ateliers de réflexion et de production. Des café-débats, des spectacles, des jeux, des ciné-débats, des animations philo pour les enfants, des visites… prolongent et accompagnent, dans une ambiance chaleureuse et conviviale, des travaux ouverts sur des perspectives de changement.

Pour plus de renseignement, demander le programme ou vous inscrire, contacter par mail ou téléphone :
• Pour la France : Union Peuple et Culture, union@peuple-et-culture.org, t/ 01 49 29 42 80

http://www.peuple-et-culture.org/spip.php?rubrique179
Pour la Belgique :
- Peuple & Culture Wallonie-Bruxelles, info@peuple-et-culture.be, 04 36 88 232 - 04 98 52 97 99
- Université populaire: nancy.hardy@pac-g.be, 04 36 52 871 - 04 76 22 89 46


Organisé avec le soutien de la Communauté française de Belgique, du service des Affaires Culturelles de la Province de Liège, du ministère de l’Education nationale en France, du ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports en France

Repost 0
10 octobre 2008 5 10 /10 /octobre /2008 20:25
Label patrimoine vivant

Un article de Source, Patrimoine : Label patrimoine vivant. Collecter un savoir-faire.

Le label "Entreprises du patrimoine vivant" est une marque du ministère de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi, mise en place pour distinguer des entreprises françaises aux savoir-faire artisanaux et industriels d’excellence. Ces maisons se distinguent par une histoire et un patrimoine parfois séculaires, des capacités d’innovation et des savoir-faire rares et pointus.
L'article de Source présente le profil des entreprises qui bénéficient de ce label opérationnel depuis 2006 et donc de celles qui pourraient en être distinguées. Les Entreprises du patrimoine vivant totalisent plus de 22 000 emplois. 52% d'entre elles ont moins de 10 salariés, 25% ont été créées avant 1900, 15% seront confrontées à la question de leur transmission dans les cinq prochaines années. Une caractéristique de ces entreprises est d'être profondément ancrées sur leur territoire et en même temps d'être largement tournées vers l'international, l'export représentant le principal débouché pour 24% d'entre elles. De plus, un tiers s'ouvre au public en organisant des visites d'atelier ou en ouvrant des musées ou des espaces de présentation de collections.
Un site dédié <http://www.patrimoine-vivant.com/>  existe.
Vous y trouverez une présentation des entreprises labellisées, ainsi que toutes les informations pour obtenir ce label.

article à retrouver dans Source, n°96, juillet 2008.

Source :  <http://www.source.asso.fr> , 04 73 98 13 16 - contact@source.asso.fr
Repost 0
5 octobre 2008 7 05 /10 /octobre /2008 14:01




















Du 8 au 10 octobre 2008, à l'occasion du Congrès national des Parcs Régionaux à la Bourboule, les partenaires d’Equal DEPART communiqueront sur les résultats du projet  à travers une exposition interactive sur plus de 100 m²  intitulée "Et voilà le travail ! "
L’exposition sera ouverte sur toute la durée du Congrès.


·         Qu’est-ce qui caractérise le travail dans le patrimoine rural ?
·         Comment les professionnels et les bénévoles du patrimoine rural parlent-ils de leur travail et comment sont-ils compris, reconnus ?
·         Quels sont les espaces d’intervention et de débat des acteurs ? et qu’est-ce qui se joue sur ces scènes-là (professions, médiation territoriale, médiation culturelle…) ?
·         A quels niveaux la formation pourrait-elle agir afin de mieux accompagner les évolutions individuelles et collectives dans ce secteur ?
·         Que faut-il encourager pour développer l’emploi et le travail dans le patrimoine rural ?
Par la photographie, des témoignages, des modules d’animation (jeux, films d’animation, reportages filmés, maquettes, etc.) l’exposition se propose d’être un lieu de débat avec les professionnels du secteur, les opérateurs de la formation professionnelle et les décideurs (élus et techniciens des collectivités territoriales du Massif central).
L’exposition n’est pas exclusivement réservée aux congressistes. Toutes les personnes intéressées pourront avoir accès.
8, 9 et 10 octobre 2008, Hall d’exposition et rotonde du Casino de La Bourboule

Le projet Equal DEPART
(Développer l’Emploi et l’égalité dans le PAtrimoine Rural sur les Territoires),
est porté par Source,   
"Carnet des Préconisations", document  de synthèse "Patrimoine et Insertion", document de synthèse du projet Equal Depart "Boîte à outils", document de synthèse sur l'"Observatoire"


Repost 0
3 octobre 2008 5 03 /10 /octobre /2008 08:50
Rendez-vous à Goût du Paysage
samedi 4 et dimache 5 octobre 2008
Potager du Roi, Versailles.

L'exposition Goût du Paysage se tiendra    
le week-end du 4 et 5 octobre 2008

au Potager du Roi à Versailles.

Manifestation grand public dans le cadre de  Versailles et les Saveurs du Potager, l'exposition Goût du Paysage prend pour décor un Site Remarquable du Goût, le Potager du Roi, et met en scène une vingtaine de Sites Remarquables du Goût.
Elle sert également de support à une exposition "Images du Goût", un spectacle-promenade "Des Goûts et des Saveurs", des conférences et des projections de films, des dégustations, des animations, des visites du Potager du Roi...
Trois Maîtres d'art nommés par le Ministère de la Culture et de la Communication exposent des objets liés au goût. Des propositions culturelles et touristiques sont associées.







www.sitesremarquablesdugout.com

Contact : Jennifer Magueijo
de 9h00 à 12h30 et de 13h30 à 17h00
Association nationale des Sites Remarquables  du Goût
Tél : +33 (0) 3 63 35 00 31
contact@sitesremarquablesdugout.com


Le Potager du Roi à Versailles est le site remarquable du goût qui se prête le mieux à la mise en scène du lien entre goût et paysage. Créé par La Quintinie pour le plaisir des yeux et des papilles du roi Louis XIV, il est aujourd’hui le siège de l’École nationale supérieure du paysage <http://www.versailles.ecole-paysage.fr/> , organisatrice de l'événement qui propose une exposition, Images du Goût, un spectacle-promenade, Des goûts et des saveurs, des conférences, des projections de films, des dégustations, des animations... Des propositions culturelles et touristiques présentées par une vingtaine de sites remarquables du goût.
Un enjeu de cette exposition est de susciter de la part de sites remarquables du goût des propositions de thèmes et de dates de manifestations et d’établir une programmation pour les années à venir, mais aussi de susciter des vocations, et plus largement de développer des emplois en s’appuyant sur les compétences mobilisées pour réaliser ce prototype.
La manifestation est gratuite pour les moins de 18 ans.
Rappelons que depuis 2005, l’association nationale des sites remarquables du goût participe au projet Equal DEPART  (Développer l’Emploi et l’égalité dans le PAtrimoine Rural sur les Territoires) et que, depuis 2006, les ministères en charge de l’agriculture et de la pêche, de la culture et de la communication, du tourisme, de l’écologie et du développement durable, l'accompagnent pour développer une production culturelle et touristique attractive, vitrine de la culture alimentaire française.
Contact : Association nationale des Sites remarquables du goût, 2, avenue Arthur Gaulard, 25000 Besançon

Repost 0
28 septembre 2008 7 28 /09 /septembre /2008 13:21
"Paysage traversé" :
une rencontre entre l'art contemporain et l'agriculture


Du semis d'avril à la récolte d'octobre, une œuvre évolue au fil des saisons, dans un méandre de la Dordogne... C'est un dessin géant dans le paysage, fruit de la rencontre entre un lieu exceptionnel, l'association "Les Rives de l'art", un artiste paysagiste, cinq agriculteurs, le village de Calès et les habitants de la communauté de commune de Cadouin.

Le souhait d'Annie Wolff, enseignante d'art plastique à la retraite, est de rapprocher le département de la Dordogne, qui compte plusieurs sites remarquables, de l'art contemporain.
Le principe de l'association " Les Rives de l'art", dont elle est la présidente, est de distiller l'art contemporain au sein du patrimoine local. Or, le long de la Dordogne, existe un lieu dit "le cingle de Trémolat", méandre de la rivière surplombé d'une falaise, d'où le point de vue est remarquable sur les terres qui s'y lovent et entourent le village de Calès. La vision de ce lieu a fait jaillir l'idée de réaliser une oeuvre d'art sur les terres agricoles. Le projet, intitulé "Paysage traversé" est réalisé en 2008, après une année de préparation et de rencontres entre de multiples acteurs.
La première personne contactée par Annie Wolf est l'artiste Jean-Paul Ganem, issu du mouvement "Land-Art", qui crée des fresques végétales s'inscrivant dans les paysages dessinés par le travail des hommes. Inspiré par les terres de Calès, vues du cingle de Trémolat, Jean-Paul Ganem manifeste immédiatement son intérêt pour le projet. Le maire de Calès (600 habitants), Georges Pivetta, est également enthousiasmé par l'idée et en parle aussitôt à son premier adjoint, agriculteur sur une partie des terres concernées. "Ce projet offre l'opportunité de mettre en valeur le territoire, la commune et le monde agricole, estime Georges Pivetta. C'est l'occasion de prouver que le monde agricole peut travailler avec d'autres dans le cadre d'une réalisation collective." Jean-Paul Ganem a dessiné des projets qui ont évolué avec le point de vue des cinq agriculteurs volontaires, lors de plusieurs séances de travail, dans le respect des contraintes de chacun.

Partenariat public-privé
Au fur et à mesure de son élaboration, le projet s'est enrichi avec de nouvelles idées et de nouveaux partenaires. Le conseil général a décidé de soutenir cette approche à la fois culturelle et agricole et ses services juridiques ont contribué à rédiger les documents contractualisant le projet. La communauté de commune de Cadouin, dont font partie les terres de Calès, s'est impliquée également grâce à sa connaissance des réseaux et ses connections avec les acteurs et partenaires régionaux. Ainsi différentes activités se sont mises en place : randonnée, expositions de photos, films, théâtre, forum, conférences, marchés... Le pays du Grand Bergeracois a permis le montage du dossier de demande de subvention européenne et présente sur son site internet les photos du projet avec l'évolution du paysage des terres de Calès. La société d'économie mixte qui gère l'abbaye de Cadouin a mis à disposition la salle d'exposition de l'abbaye, en juillet et en aout. Deux expositions y sont organisées : l'une, "Paysages et terres de Calès", présente la vie des agriculteurs. L'autre exposition porte sur la mémoire de l'opération, avec deux photographes locaux, dont un spécialiste de photos aériennes qui s'est proposé spontanément.
Le budget total de cette performance s'élève à 42.000 euros, provenant de fonds publics et de fonds privés : conseil régional d'Aquitaine (5.000 euros), conseil général de la Dordogne (15.000 euros), Fond européen Leader +, via le pays du Grand Bergeracois (10.000 euros), communauté de commune de Cadouin et, communes de Calès et de Trémolat (1.500 euros chacune). Une dizaine d'entreprises privées dont le Crédit agricole ont également participé au financement. Les semenciers locaux ont fourni les semences pour couvrir 85 hectares en maïs et tournesol. Ce budget couvre la rémunération des artistes, Jean-Paul Ganem et Frédérique Bretin, photographe de l'exposition, l'achat des semences et le dédommagement des agriculteurs pour la mise à disposition des terres. En effet, les terres de Cales, riches des alluvions apportées par la Dordogne, sont des terres de très haut rendement. La communication est un autre poste de dépenses important (création et impression, des invitations, plaquettes, dossiers de presse...).  Enfin, ce budget a financé la signalétique, l'installation de deux expositions de photos et la production d'un DVD "mémoire de la manifestation".
Ce projet a par ailleurs bénéficié de l'aide technique de la chambre d'agriculture et de la direction départementale de l'agriculture pour ce qui concerne le respect de la réglementation relevant de l'agriculture.

Tous les acteurs regardent la météo et le ciel

Au bout du compte, un réseau humain s'est tissé autour de ce projet ponctuel mais très riche. Le travail commun entre agriculteurs et artistes a été très satisfaisant, à tel point que d'autres projets sont envisagés, par exemple avec la filière bois. Les différentes étapes de la mise en oeuvre du projet - préparation de la terre, semis...- ont été l'occasion de réunir partenaires et habitants. Cette émulation collective a animé tout le village et contribue à donner une image positive du territoire. Seule grosse difficulté rencontrée : la météo !  En effet, en cette année 2008, la végétation accuse un retard de près de deux mois. Le résultat visuel des plantations en sera sûrement diminué. Du coup, comme les agriculteurs, tous les acteurs du projet regardent quotidiennement la météo et le ciel et partagent ainsi les préoccupations agricoles...

Nathalie Froissart, mardi 16 septembre 2008, pour Mairie-conseils et Localtis
http://www.localtis.info/servlet/ContentServer?pagename=Mairie-conseils/experience/Experience&cid=1221539535522

Contact

Association "Les Rives de l'Art", 24150 CALES, Wolff Annie, Présidente
Tel : 06 20 22 09 63, lesrivesdelart@orange.fr

Communauté de communes Cadouin, Rue François Meulet
24480 LE BUISSON DE CADOUIN, Tel : 05 53 63 57 18
Nombre de communes : 8
Nombre d'habitants : 3652
Lachaud Estelle, Coordinatrice, e.lachaud@wanadoo.fr
Mairie de Calès, Bourg, 24150 CALES, Tel : 05 53 22 50 04
Nombre d'habitants : 304
Pivetta Georges, Maire

Aller plus loin sur le web
    * Le site du Pays de Bergerac :
  http://www.pays-de-bergerac.com/paysage/
    * Le site de l'Association Les Rives de l'Art :
http://www.lesrivesdelart.com


Repost 0