Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : BIPLAN
  • : Territoires, réseaux, formation
  • Contact

Le blog d'Odile Plan

Ce blog est animé par Odile Plan         créatrice de BIPLAN

envoyez vos réactions et informations à :

biplan46@wanadoo.fr

undefined









Recherche

territoires-réseaux-formation

BIPLAN, un blog de partage et d’échange d'informations,sur les initiatives participatives des territoires,les partenariats et les réseaux,la création d'activité, l'égalité de chances pour un développement durable et un monde solidaire...

Articles Récents

  • Bertrand Schwartz est parti, un grand monsieur nous a quitté
    Bertrand Schwartz est parti, la nuit de vendredi à samedi, calmement dans son sommeil. Il était très mal depuis plusieurs jours, veillé par Antoinette, mais il souriait toujours. C’était attendu, mais ça fait un grand vide, nous lui devons tant que ce...
  • Les billets suspendus ne tiennent qu’à un fil…à Pamiers –Midi Pyrénées- 09 -
    A Naples il est de tradition, quand on entre dans un café, d’en commander un et d’en payer deux. Le café ainsi ‘’suspendu’’ sera offert à une personne dans le besoin qui viendra le réclamer. Cette initiative a poursuivi sa route à travers l’Europe et...
  • Des plateformes de services pour promouvoir une "mobilité inclusive"
    Les rencontres de la mobilité inclusive ont réuni, le 28 janvier 2016 à Paris, des acteurs associatifs de la mobilité solidaire, des collectivités locales et des entreprises. L'objectif : amplifier la prise de conscience sur cet enjeu et structurer davantage...
  • Territoires ruraux : comment sauver les cafés ?
    Avec la disparition des bistrots, les habitants ont le sentiment que le lien social se délite dans les territoires ruraux, comme le montre une étude de l'Ifop pour France Boissons, présentée le 20 janvier à l'occasion du lancement de la nouvelle édition...
  • E-rando : Bourgogne - 58 -
    Le pays Nivernais Morvan propose depuis l’été 2015 seize e-randos numériques, comme autant d'histoires à découvrir au rythme de la marche. Des circuits aussi variés que les territoires des neuf communautés de communes engagées dans l'aventure ! Les e-randos...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • En 2016, la métamorphose…
    La lune était pleine cette nuit de Noël, maintenant, elle est gibbeuse. Puisse-t-elle éclairer ces périodes sombres… Pour l'année nouvelle, nous vous proposons ce texte écrit en 2010 par Edgar Morin ; c'est un peu long, mais cela en vaut la peine. Eloge...
  • Un séjour à la ferme pour aider à la réinsertion - CIVAm et Accueil Paysan -
    Accueil paysan et le CIVAM (Centres d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu rural) organisent des séjours de rupture à la ferme, allant de quelques jours à quelques semaines, pour des personnes en difficultés. Les profils sont multiples...
  • Réfugiés : En Bretagne, plusieurs dizaines d'offres d'hébergement
    Plusieurs dizaines d'offres d'hébergement de réfugiés en Bretagne ont été reçues par le dispositif CALM ("Comme à la maison") mis en place par l'association Singa d'aide aux demandeurs d'asile. Dans les grandes villes (Brest, Rennes, Nantes, Lorient,...
21 mai 2011 6 21 /05 /mai /2011 09:32

En Pays de Redon et Vilaine, des associations, des artistes, des représentants des élus, des habitants, associés à des experts, se mobilisent autour d'un programme d'initiative communautaire EQUAL en plaçant la culture au coeur du développement local : les "Articulteurs". Ils organisent un colloque :

Culture et développement territorial : Osons l'Innovation et la solidarité

les lundi 30 et mardi 31 mai 2011, en Pays de Redon (35).


Les arts et la culture portent des dynamiques essentielles pour faire converger développement territorial, économique et social dans une vision d’intérêt général nécessairement renouvelée. Ces initiatives permettent l’émergence d’« écosystèmes socio-économiques » originaux, autour de nouveaux modes de coopération et de gouvernance partagée. Elles s’appuient sur des valeurs telles que la diversité culturelle, les droits de l’homme, mais aussi sur des orientations européennes. Ancrées dans le territoire qu’elles aident à redéfinir et à réinventer, ces initiatives interrogent la démocratie locale et la construction avec les collectivités publiques.
Organisé par l'UFISC et les Articulteurs, ce colloque a pour objectif de rassembler des acteurs, des élus, des chercheurs et des citoyens, afin :
- D’établir des diagnostics et analyses partagées, appuyés sur le repérage de démarches d’innovation
- De produire des propositions comme axes de travail effectif collectif
- De favoriser la mise en réseau permettant de développer des partenariats et coopérations multiples, tant à l’échelle transrégionale que nationale ou internationale.

Ce colloque s'inscrit dans un processus global de rencontres et de productions partagées dans le cadre des Etats Généraux de l'Économie Sociale et Solidaire. Dans l'attente de vous accueillir à Redon, Vous trouverez le programme ci-dessous et en PJ. Pour plus d'informations sur les ateliers, les intervenants, l'organisation précise du colloque, et pour vous inscrire, vous pouvez consulter notre site Internet : http://www.ufisc.org/actucolloque_redon.html Vous pouvez également nous contacter par mail (contact@ufisc.org) ou par téléphone (01 42 49 53 64) pour toute information complémentaire.

http://www.articulteurs.org/

 

Repost 0
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 09:45

FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DOCUMENTAIRE SUR LA RURALITE
La ruralité au coeur des débats :

Caméras des Champs présente ses grandes soirées documentaires
La 13ème édition du Festival International du Film Documentaire sur la Ruralité se tiendra à Ville-sur-Yron du 25 au 29 mai 2011. Caméras des Champs a pour objectif de montrer les mutations des mondes ruraux à travers la projection de films documentaires initiant débats avec le public, table ronde, expositions et atelier de lecture à l'image. La sélection se veut la plus proche possible des préoccupations actuelles liées à l’évolution du monde rural. Durant le festival, le public peut débattre sur le fond et la forme des oeuvres présentées avec leurs auteurs.
La compétition officielle du festival sera annoncée courant avril avec notamment une présence forte de films montrant des ruptures lourdes dans un monde qui n’évolue guère dans ses intentions, puisque l'OMC demeure le cadre des échanges accepté par tous les états et que les conséquences qui en découlent demeurent. Toutefois avant d’offrir un éclairage plus précis sur les films en compétition qui seront diffusés en journée, le festival annonce d’ores et déjà les documentaires hors compétition qui rythmeront ses soirées ainsi que deux conférences en amont qui lanceront la manifestation.
     Les grandes soirées thématiques
Du 25 au 29 mai, Caméras des Champs invite son public à participer à des soirées thématiques associant projection hors compétition, films d’archives de la cinémathèque du Ministère de l’Agriculture et débats avec la salle. En voici le détail :
 - Jeudi 26 mai 2011 à 20h30  Thème : LE PRODUCTIVISME
Entrée gratuite > Salle René Bertin de Ville-sur-Yron
Soirée autour du film Small is Beautiful (réalisé par Agnès Fouilleux). Ce film révèle les mécanismes et enjeux de la mondialisation et de la financiarisation de l’agriculture, et les résistances qui commencent à apparaître. Malbouffe, dégâts environnementaux irréversibles, conséquences sociales, l’agriculture moderne met à mal les quatre éléments fondamentaux qui assurent la souveraineté alimentaire à venir : l’eau, la terre, les semences et la biodiversité. Comment résister à la mondialisation et à la financiarisation de l’agriculture ? Le film sera suivi d’un débat sur le thème du Productivisme en présence de Jean-Pierre Butault, Economiste et Directeur de Recherche à l’INRA.
 - Vendredi 27 mai 2011 à 20h30  Thème : LA FORET
Entrée gratuite > Salle René Bertin de Ville-sur-Yron
Soirée autour du film Deux Mille Fois par Jour (réalisé par Stéphanie Lanthier et Myriam Pelletier-Gilbert). Le film suit pendant deux ans de jeunes reboiseurs d'Abitibi au Québec afin de leur donner la parole et une mémoire. Hommage vigoureux à ces mercenaires de l'épinette, ce documentaire est le saisissant portrait d'une communauté en prise directe avec le quotidien des planteurs. Il révèle leurs contradictions, entre l'idéal et l’argent, la solidarité et la compétition, l'entraide et la solitude.
Caméras des Champs 2011 - SG Organisation, Nancy 2
Sur cette même thématique de la forêt, le festival organisera une table ronde qui se tiendra après la projection du film en présence de Marc Deroy, Directeur de l'Agence interdépartementale de Meurthe-et-Moselle de l'ONF et Laurent Godé, Responsable Environnement au Parc naturel régional de Lorraine.
- Samedi 28 mai 2011 à 20h30  Thème : PORTRAIT DE FEMME
Entrée gratuite > Salle René Bertin de Ville-sur-Yron
Soirée autour du film La Mère (réalisé par Antoine Cattin et Pavel Kostomarov).

Le quotidien d'une femme russe, mère de neuf enfants. Un documentaire poignant sur l'image de la « mère courage », prisonnière du déterminisme social.
     Des conférences pour lancer le festival
deux soirées débat sont organisées en amont :
 - Mercredi 20 avril 2011 à 20h30  Thème : LA PAUVRETE A LA CAMPAGNE
Entrée 3,50 euros > IRTS LORRAINE - Metz (41 avenue de la Liberté - Le Ban-St-Martin)
Soirée autour du documentaire Paroles de Citoyens en présence de son réalisateur Christian Tran, auteur de films au coeur des questions de société : L’Ecole en Campagne, Poste Restante, Le Temps de l’Urgence. Il travaille parallèlement sur des films institutionnels autour des questions sociales : Paroles de Citoyens et Dessine-moi un Avenir, réalisés pour le Conseil Général de l’Ardèche. La projection sera suivie d’un débat animé par Luc Delmas, directeur du festival Caméras des Champs.
- Vendredi 13 mai 2011 à 20h30 Thème : LES PRIX AGRICOLES
Variations et enjeux autour des étiquettes et de la juste rémunération des agriculteurs
Entrée gratuite > Espace Gérard Philippe - Jarny (rue Clément Humbert)
Soirée débat à laquelle participeront des représentants des syndicats agricoles avec projection du film Vers un Crash Alimentaire (réalisé par Yves Billy et Richard Prost).

Dans un univers où la mondialisation est synonyme de croissance, voire d'abondance, les stocks de céréales n'assurent plus que 37 jours de nourriture à la population mondiale ! Bien en deçà du niveau officiel de sécurité alimentaire, fixé à 60 jours.
 

 

Renseignements : Caméras des Champs ,  Foyer rural, 54800 Ville-sur-Yron
Tél. 03 82 33 93 16 ou 03 83 84 25 21  luc.delmas@free.fr ; www.villesuryron.com
Caméras des Champs est organisé par la commune et le foyer rural de Ville-sur-Yron, avec le concours du Parc naturel régional de Lorraine. Le festival est soutenu par le Ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche, le Conseil Régional de Lorraine, le Conseil Général de Meurthe-et-Moselle, la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Lorraine, la Communauté de Communes du Jarnisy, l’Institut National de la Recherche Agronomique et l’Université

Repost 0
31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 10:00

  Réseau des Rencontres, association des villes et régions de la grande Europe pour la culture, 2011.


L’association les rencontres, créée pour et par des élus en charge de la culture et de l’éducation dans les différentes collectivités territoriales de l’Union européenne et au-delà, constitue une plate-forme de coopération, de débats et d’actions dans le domaine de la politique culturelle des villes, départements, régions, provinces… L’association travaille en collaboration étroite avec des experts, des universitaires, des réseaux culturels, des associations d’élus et des artistes avec lesquels se réalise un véritable travail de recherche. Le Livre Blanc est le fruit d’un long travail collectif engagé au sein de ce réseau, réunion après réunion, et ce à travers la Grande Europe. Il est la suite logique du Livre Vert publié en 2004. Le calendrier des prochaines réunions est téléchargeable. 
Le Livre Blanc est consultable en ligne en français et en anglais.



Info venant de :

Raphael Loison, Complément d'objet, 01 40 15 78 94 - raphael.loison@culture.gouv.fr

http://www.culture.gouv.fr/culture/actualites/co-ddat/index.htm

 


« Le marché formate nos désirs, il nous assujettit et fait de nous des consommateurs passifs, produits du matérialisme. La Pensée se dévitalise en perte de socle identitaire et civilisationnel. Pouvons-nous laisser le progrès uniformiser nos rêves dans la course à l'obsession du profit et d'un pseudo bien- être? Pour y faire face, il est nécessaire de consolider nos mécanismes de défense, en dépassant nos doutes, nos croyances et nos fausses certitudes. L'Art permet de puiser au fond de nous-mêmes pour créer une transcendance universelle. L'Art, par son universalisme, répond à nos interrogations afin de consolider notre intime conviction et notre libre-arbitre. La création est l'indispensable pour rationaliser nos imaginaires et irrationaliser notre réel, construire notre sensibilité et nos champs symboliques. Elle nous aide à construire d'autres codes au-delà des tabous, des interdits et des fantasmes induits par l'économie de marché. L'Art nous permet de puiser au cœur de nos pulsions un authentique moi, nous aidant à questionner le monde pour mieux le comprendre et mieux l'appréhender, replaçant la pensée et le sens dans le processus de développement sociétal. Où sommes- nous, qui sommes-nous, comment, pourquoi, pour qui? Quel espoir de construire demain une Europe ouverte à l'autre, enrichie de ses multiples et de ses pluralités pour une unité démocratique dans un monde en pleine mutation?
C'est à travers l'Art et la Culture que l'Europe, au-delà de son histoire, doit créer cette aventure commune. »

Christian PROVOST
Vice Président en charge de la culture,
Conseil Général des Côtes d'Armor, France

Repost 0
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 10:00

Depuis 2006, les Parcs naturels du Massif central se mobilisent autour des politiques d’accueil via le média culturel.

L’IPAMAC, la Fédération des Parcs naturels Régionaux et le Collectif Ville Campagne

vous invitent les 3 et 4 mars aux rencontres dans le Parc naturel régional des Causses du Quercy

Maison Communautaire, place de la Bascule, 46230 Lalbenque

 

L’arrivée de nouvelles populations est un enjeu fort pour leurs territoires qui connaissent un attrait certain et pour une partie d’entre eux un renouveau démographique. Elle transforme en profondeur nos différents espaces de vie et interroge nos relations sociales et culturelles :

- Quels liens entre les habitants qui arrivent, repartent, restent ou ne sont jamais partis ?

- Comment favoriser les interrelations sur ces territoires aux populations parfois très isolées ?

- Comment envisager le rapport à l’autre ?

- Comment « vivre ensemble » ? 

Les Parcs naturels du Massif central ont proposé à des artistes de venir en résidence sur leurs territoires, interroger les habitants, acteurs locaux, élus sur leur vision de l’accueil et du vivre ensemble et créer à partir de ces rencontres des œuvres artistiques. C’est ainsi que sont nés les projets « Parcs en Résidences » et « Vivre ensemble à la campagne ». 

Soucieux de croiser ces initiatives avec d’autres expériences en France ou en Europe, l’IPAMAC, association des Parcs naturels du Massif central, la Fédération des Parcs naturels régionaux et le Collectif Ville-Campagne proposent lors d’un séminaire de deux jours d’échanger, se rencontrer, partager, autour de projets culturels pour questionner plus largement la place, l’impact de la culture dans le développement territorial. 

- En quoi les projets culturels sont-ils vecteurs d’actions collectives ?

- Concourent‐ils à la mise en place de nouveaux modes de participation culturelle ?

- S’insèrent‐ils dans le cadre de pratiques de sociabilité localisées ?

- Dans quelle mesure intègrent-ils les spécificités des territoires où ils se déroulent ?

Comment font‐ils le lien avec les enjeux d’attractivité des espaces ruraux, d’accueil de nouvelles populations ?

Beaucoup d’interrogations auxquelles ce séminaire tentera d’apporter un éclairage à travers des temps de présentation d’expériences, d’ateliers, de débats… avec des acteurs du développement rural, des sociologues, des artistes et des élus.


  Programme

 JEUDI 3 MARS

  9h : Accueil des participants

  9h30 : Ouverture des journées, Parc naturel régional des Causses du Quercy

  9h45 : « La culture, facteur d’attractivité des territoires ruraux et de cohésion sociale entre les populations de ces territoires ? », par Jean-Paul Guérin, IPAMAC, et Nils Brunet, Parc des Causses du Quercy

  10h15 : Regards croisés  de politologues, sociologues et artiste par Vincent Guillon, Pauline Scherer, Fanny Herbert, Patrick Cosnet.

  11h30 : L’agenda 21 de la culture et ses enjeux, par Christelle Blouët, Réseau culture 21

  13h-14h : déjeuner

  14h-18h :

Animation par Jean-Yves Pineau et Ninon Bardet, du Collectif Ville-Campagne

« Solid’art Maurienne », par Yves Pasquier

« Les Pratos », par Anne Lalaire

 « TéATr'éPROUVèTe », par Jean Bojko

« La chambre d’eau », par Vincent Dumesnil et Benoît Ménéboo 

Chaque témoignage sera suivi de temps d’ateliers.

 20h : Coup de projecteur sur le projet « Vivre ensemble à la campagne ».

Projection d’un film documentaire (en cours de programmation).

  

VENDREDI 4 MARS

  9h30 : Accueil des participants

  Modérateur : François Pouthier, Culture et Départements

  10h : Restitution de l’étude réseau sur l’inventaire des pratiques culturelles des Parcs naturels, par Loriane Gouaille et Nicolas Sanaa, Fédération des Parcs naturels régionaux.

  11h15 : « La culture, levier du cadre de vie », Erwan Patte,  Parc des Marais du Cotentin et du Bessin

  12h : « La culture en réponse aux attentes des nouveaux arrivants », par Audrey Legendre, Parc de Scarpe-Escaut. »

  13h : clôture des journées par René Gleizes, Vice-Président du Parc des Causses du Quercy

  Déjeuner

  14h : visite terrain (en cours de programmation)

 


  ACCES :

  Par la route :

Par la Route Départementale 820 (ex N 20)
Par autoroute A20, sortie 58 – Cahors Sud (6 km)

  Par le train :

Gare de Lalbenque (4 km)

Ligne Toulouse-Montauban-Brive

Renseignements (Trafic-horaires) : 36 35


  POUR EN SAVOIR PLUS :

  Julia Steiner, IPAMAC, Moulin de Virieu, 2 rue Benaÿ, 42410 Pélussin

  Tél : 04-74-59-71-70, Courriel : julia.steiner@parcs-massif-central.com

  Nils Brunet, Parc naturel régional des Causses du Quercy

  11 rue Traversière – B.P. 10 – 46240 Labastide-Murat

  Tél : 05-65-24-20-50, Courriel : nbrunet@parc-causses-du-quercy.org

 

Repost 0
25 décembre 2010 6 25 /12 /décembre /2010 10:00

 

La nappe et le couvert : ainsi pourrait-on résumer la moisson opérée par la France à l'occasion de l'annonce des nouvelles inscriptions sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'humanité, annoncée par l'Unesco le 16 novembre. Sur les 46 dossiers acceptés, trois concernent la France.

Le premier - lancé par Nicolas Sarkozy lors du Salon de l'agriculture 2008 - est "le repas gastronomique des Français", à ne surtout pas confondre avec la gastronomie française. Il ne s'agit pas en effet de couronner le savoir-faire des grands chefs mais - selon l'explication de l'Unesco - de distinguer "une pratique sociale coutumière destinée à célébrer les moments les plus importants de la vie des individus et des groupes, tels que naissances, mariages, anniversaires, succès et retrouvailles", qui permet aux convives de pratiquer "pour cette occasion, l'art du 'bien manger' et du 'bien boire'". Bien manger, mais pas n'importe comment : en effet, "le repas gastronomique doit respecter un schéma bien arrêté : il commence par un apéritif et se termine par un digestif, avec entre les deux au moins quatre plats, à savoir une entrée, du poisson et/ou de la viande avec des légumes, du fromage et un dessert". Le ministre de la Santé et la Sécurité routière apprécieront... L'Unesco a cependant tenu à faire preuve d'oecuménisme. Pendant que les Français mangent et boivent, elle a en effet distingué également "la diète méditerranéenne". Une candidature portée par l'Espagne, la Grèce, l'Italie et le Maroc, et qui risque de placer Provençaux et Languedociens devant des choix cornéliens.
Le second dossier français couronné concerne "le savoir-faire de la dentelle au point d'Alençon", qui "doit son caractère singulier au haut niveau de savoir-faire requis et au temps très long qu'il faut pour la produire (sept heures par centimètre carré)".

Enfin, le troisième inscrit est "le compagnonnage, réseau de transmission des savoirs et des identités par le métier", qui perdure depuis l'Ancien Régime et regroupe près de 45.000 personnes. Son originalité "tient à la synthèse de méthodes et procédés de transmission des savoirs extrêmement variés : itinérance éducative à l'échelle nationale (période dite du 'tour de France') voire internationale, rituels d'initiation, enseignement scolaire, apprentissage coutumier et technique".

Ces trois dossiers vont ainsi rejoindre les autres patrimoines immatériels français inscrits depuis deux ans : les chants corses, la tapisserie d'Aubusson, la technique du tracé dans la charpente française, le maloya (musiques, chants et danses de la Réunion) et les géants participant aux processions dans le Nord et le Sud-Est.

           Le patrimoine immatériel cherche sa place

Si, au vu de la liste des inscrits de 2010, on comprend bien tout l'intérêt de préserver l'art du pain d'épices en Croatie du Nord, la danse des ciseaux au Pérou, le chant de la sibylle de Majorque (chanté une fois par an dans les églises de l'île lors des mâtines de Noël) ou le système normatif wayuu, appliqué par le pütchipü'üi (dans la péninsule de la Guajira en Colombie), la notion même de patrimoine immatériel soulève néanmoins un certain nombre de questions. Ces classements sont le prolongement de la convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, adoptée lors de la 32e conférence générale de l'Unesco en octobre 2003 et entrée en vigueur le 20 avril 2006 (la France l'ayant ratifiée le 10 juillet 2006). Ils n'ont donc rien à voir avec la convention du patrimoine mondial de l'Unesco, qui remonte à novembre 1972 et vise le patrimoine matériel et naturel et/ou les lieux de mémoire. Une dichotomie source de confusion, d'autant plus que les deux listes s'ignorent superbement alors qu'elles relèvent toutes deux de l'Unesco. Difficile, par exemple, de trouver la moindre allusion au patrimoine immatériel sur le site du patrimoine mondial... Il est vrai que la liste du patrimoine immatériel - avec 46 dossiers acceptés en 2010 pour 51 candidatures - semble nettement moins sélective que celle du patrimoine matériel. Par ailleurs, si elle prévoit des obligations pour les dossiers distingués, il est encore trop tôt pour juger de leur efficacité réelle sur la préservation de l'héritage culturel. Mais la principale difficulté réside dans la définition même du patrimoine immatériel, qui couvre l'artisanat, les coutumes, les chants, les danses, les rites sociaux... Potentiellement, ce sont ainsi des centaines de milliers de candidatures qui pourraient se manifester. Le dernier argument est plus terre-à-terre : si l'inscription au patrimoine mondial a un effet incontestable et mesuré sur la fréquentation touristique des sites distingués, il n'en va pas de même - pour l'instant - pour le patrimoine immatériel.

Jean-Noël Escudié / PCA, publié le 17 novembre 2010 par localtis

http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/artVeille/artVeille&c=artVeille&cid=1250260736304

et sur le site de l'UNESCO : http://www.unesco.org/culture/ich/

                                est ce que cela concerne ausi les repas de réveillon ?


Repost 0
2 décembre 2010 4 02 /12 /décembre /2010 10:04

L’Arcade, Agence régionale des arts du spectacle, conduit une rencontre, sur le thème La Sauvegarde du Patrimoine Culturel Immatériel, de la Convention de l’UNESCO à l‘action régionale, le 8 décembre, de 14h à 17h, à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône).

Cette rencontre publique est l'occasion de mieux comprendre les objectifs et les enjeux de la Convention de l’Unesco pour la Sauvegarde du Patrimoine Culturel Immatériel (signée en 2003) et de réfléchir à la valorisation de ce patrimoine en Provence-Alpes-Côte-d’Azur. Cette Convention, prônant le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine (article 2), concerne essentiellement les traditions et expressions orales les connaissances et pratiques concernant la nature et l'univers, les savoir-faire liés à l'artisanat traditionnel... 
Les différentes interventions prévues traiteront des sujets suivants : présentation de la Convention de l’Unesco, déclinaison de la Convention sur le Patrimoine culturel immatériel en Région Bretagne, les archives sonores du patrimoine oral, le patrimoine matériel et immatériel. Un programme plus complet de cette journée est en ligne. 
Cette rencontre s’adresse particulièrement aux responsables d’associations, artistes professionnels et amateurs, chercheurs et collecteurs, professionnels du patrimoine et de la documentation qui agissent dans le domaine des langues et cultures régionales, musiques et danses traditionnelles, arts et traditions populaires de Provence, des Alpes, de la Méditerranée.
L’entrée est gratuite sur inscription, avec possibilités de co-voiturage.Contact : Philippe Fanise, ARCADE PACA, 6, place Barthélémy Niollon, CS 30759, 13617 Aix-en-Provence cedex 1 (04 42 21 78 07 - fax : 04 42 21 78 01 - p.fanise@arcade-paca.com www.arcade-paca.com )

- information publiér par Complément d'objet 


Ministère de la Culture et de la Communication 
Secrétariat général


Service de la coordination des politiques culturelles et de l'innovation (SCPCI)


182, rue Saint-Honoré - 75001 Paris, 01 40 15 78 94

archives de Complément d'objet en ligne sur le site du ministère :

http://www.culture.gouv.fr/culture/actualites/co-ddat/index.htm

Raphael Loison, Complément d'objet

http://www.culture.gouv.fr/culture/actualites/co-ddat/index.htm

Repost 0
18 septembre 2010 6 18 /09 /septembre /2010 16:39

Le  Champs culturels n° 23 de septembre 2010  propose  en numéro spécial les actes du colloque  "Art contemporain et éducation artistique, la persistance d'un malentendu ?" qui s'est tenu à Poitiers les 28 et 29 janvier 2009.

-Champs culturel est une revue ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la pêche, ministère de la Culture et de la Communication -


Au sommaire :

Éditorial, Marion Zalay,

Le paradoxe de l'oeuvre, Slimane Raïs,

   L'art et l'époque :

Les enjeux de la perception de l'art contemporain, Paul-Hervé Parsy,

L'art contemporain et le divertissement, Yves Michaud,

Définir l'art contemporain, Paul Ardenne,

Crise systémique de l'art, André Rouillé,

L'art et son époque, Alexandre Bohn ;

   L'art et sa réception :

Alphabétisation culturelle et démocratie, Raphaël Monticelli,

La réception de l'art, un projet complexifié, Alice Vergara-Bastiand,

L'intérêt des publics pour l'art contemporain, Jean-Christophe Vilatte ;

  L'art et l'éducation :

De quoi parle-t-on lorsqu'on parle d'éducation artistique ? Joël Toreau,

Histoire critique de l'éducation artistique en France, Christian Vieaux,

Réflexions sur l'art contemporain et les jeunes, Sylvie Octobre,

L'expérience luxembourgeoise, une éducation par la pratique ? Enrico Lunghi,

L'apport de l'éducation artistique dans les établissements d'enseignement agricole, Patrick Dussauge,

Art contemporain et pédagogie, Sylvie Lay.

 

Repost 0
26 août 2010 4 26 /08 /août /2010 10:16

L'association Les Rencontres organise, en partenariat avec le Conseil général des Côtes d'Armor, une réunion dédiée au rôle de la culture et des politiques culturelles dans les territoires ruraux en Europe,

du 16 au 19 septembre, à Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor).

<http://www.lesrencontres.eu/index.php?option=com_content&amp;task=view&amp;id=84&amp;Itemid=89> ,

 

La journée du 17 septembre sera consacrée, à travers des apports théoriques illustrés par des expériences et témoignages, à mettre en avant les différentes formes de gouvernance culturelle dans les territoires ruraux d’Europe, la place et le rôle des collectivités territoriales, les outils existants pour la mise en œuvre des politiques culturelles dans les territoires, la stratégie et les priorités de l’Union Européenne pour le développement culturel des territoires ruraux.
Le 18, un débat est organisé, avec la population costarmoricaine, sur la question de l’identité régionale et de la citoyenneté européenne :

- comment peut-on être à la fois breton, français et européen ?

- S’agit-il de trois éléments contradictoires ou alors peuvent-ils coexister en contribuant ainsi à créer une nouvelle citoyenneté européenne ?
Des visites culturelles dans le département des Côtes d’Armor ponctueront ces journées.
Le programme prévisionnel
est téléchargeable.

 <http://www.lesrencontres.eu/images/stories/pdf/cda_programme.pdf
Les inscriptions se font en ligne

<http://www.lesrencontres.eu/formulaires/larencontredescotesdarmorfr.php>  

ou en téléchargeant le bulletin d'inscription <http://www.lesrencontres.eu/images/stories/pdf/cda_bulletin_fr.pdf> à renvoyer par fax (+33 1 45 38 70 13) ou par courriel à lesrencontres@lesrencontres.eu.
Contact : Paola Paro, Les Rencontres (

+33 1 56 54 26 37 - paola.paro@lesrencontres.eu -

www.lesrencontres.eu <http://www.lesrencontres.eu/> )

info venant de Complément d'objet, n°251 15 juillet 2010, LOISON raphael <raphael.loison@culture.gouv.fr>

Repost 0
29 juillet 2010 4 29 /07 /juillet /2010 10:44

Le 16 juin, l'Assemblée nationale a adopté, en première lecture, la proposition de loi relative à l'équipement numérique des établissements de spectacles cinématographiques. Comme cela avait déjà été le cas lors des travaux en commission, le texte à été voté dans un climat très consensuel, puisque l'ensemble des députés se sont prononcés en sa faveur, à l'exception du groupe de la gauche démocrate et républicaine qui s'est abstenu.

L'objectif de ce texte est de permettre aux salles de cinéma petites et moyennes (moins de 400.000 entrées par an) de faire face au coût élevé des équipements nécessaires à la projection numérique des films (environ 80.000 euros par écran). L'enjeu est important en termes d'aménagement du territoire, dans la mesure où les salles petites et moyennes représentent près de la moitié des 5.500 écrans français et couvrent 77% du territoire. Faute d'une aide financière à l'investissement, nombre d'entre elles sont menacées de disparition, car plus de 20% des salles françaises sont déjà équipées en numérique et la fin des copies argentiques est d'ores et déjà programmée.

Le principal apport de la proposition de loi - déposée par Michel Herbillon, député du Val-de-Marne, et Michèle Tabarot, présidente de la commission des affaires culturelles et de l'éducation - consiste en la création d'une obligation, pour les distributeurs, de contribuer à l'équipement numérique des salles petites et moyennes. Contrairement aux exploitants, les distributeurs sont en effet les grands bénéficiaires du passage au numérique, dans la mesure où ils n'ont plus à assurer le coût - élevé - des copies argentiques 35 mm (de l'ordre de 500 à 600 euros par copie). Cette contribution instaurée par la proposition de loi est due lors de la première livraison de copies de films sous forme de fichiers numériques. Son versement doit intervenir dans les deux semaines suivant la date de sortie nationale du film considéré. Par ailleurs, cette contribution, destinée à financer l'équipement des salles, est due seulement aussi longtemps que l'exploitant fait face aux frais d'équipement numérique de ces salles et, en tout état de cause, au plus tard jusqu'au 31 décembre 2021.

La particularité du dispositif est que le montant de la contribution doit être négocié "dans des conditions transparentes et équitables" entre les distributeurs et les exploitants de salles. Ce mécanisme complexe - certains professionnels préconisaient plutôt d'affecter directement à un fonds d'aide une partie de la rémunération revenant au distributeur - s'explique aisément : il est déjà en vigueur pour les salles aujourd'hui numérisées, pour lesquels les frais de copie sont négociés directement entre exploitants et distributeurs. Il s'agit par ailleurs de la mise en œuvre du principe du VPF (virtual print fee), en vigueur aux Etat-Unis. En dépit de ce mécanisme, il est probable que les collectivités territoriales et le Centre national de la cinématographie (CNC) seront également sollicités pour aider les salles les plus petites, qui ne présentent que peu de films en sortie nationale.

 

Jean-Noël Escudié / PCA, publié le 17 juin 2010 par localtis

http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/artVeille/artVeille&c=artVeille&cid=1250260004205

 

Référence : proposition de loi relative à l'équipement numérique des établissements de spectacles cinématographiques (adoptée en première lecture par l'Assemblée nationale le 16 juin 2010). http://www.assemblee-nationale.fr/13/dossiers/equipement_numerique_spectacles_cinematographiques.asp

 

 

Repost 0
17 juillet 2010 6 17 /07 /juillet /2010 10:00

"la cavalière au manteau rouge", une BD multimédia interactive,

pour montrer la voie d’un tourisme retrouvé, entre culture et innovation.

Cap3B innove en partenariat avec Orange et propose la première bande dessinée multimédia interactive. Pour promouvoir son image touristique le pays de Bourg-en-Bresse se place sur le créneau de l’innovation, de l’interactivité et du partage, en éditant pour la première fois en France une bande dessinée multimédia. Cette création artistique originale met en valeur les sites culturels du territoire, qui sont accessibles en quelques secondes grâce à des flashcodes présents au détour des illustrations. Il suffit en effet de scanner ces flashcodes avec un téléphone mobile pour accéder simplement sur internet aux vidéos dévoilant la région !

Il en résulte une fiction haletante dans l’esprit des mangas, innovation unique pour un territoire touristique en France et qui peut potentiellement doper l’image du territoire auprès des familles. Le lecteur qui dévore la BD peut ainsi revenir tranquillement dans une deuxième lecture, découvrir le monastère royal de Brou  ou survoler la Dombes en montgolfière, et même découvrir la fabrication des Emaux Bressans ! Les lecteurs non équipés de Smartphones, peuvent retrouver toutes les vidéos et les coulisses de la BD sur le site internet dédié : http://www.aupaysdefifrelin-labd.fr>

En vente dans les librairies, tabacs presse de l’Ain et du Rhône,

dans les offices de tourisme autour de Bourg-en-Bresse. 

Véronique GUILLOT, Chargée de Mission Tourisme

Cap 3b,Syndicat Mixte de développement du bassin de Bourg-en-Bresse 

102 Boulevard Edouard Herriot , CS 50250 – VIRIAT, 01006 Bourg-en-Bresse Cedex

Tél :  04 74 47 25 05,  Courriel : vguillot@cap3b.fr, Site : <http://www.cap3b.fr/>
Pour une découverte de la bande annonce de
"la cavalière au manteau rouge"

1ère BD multimédia......1 clic sur : http://www.aupaysdefifrelin-labd.fr/


Service des droits des femmes et de l’égalité

Repost 0