Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : BIPLAN
  • : Territoires, réseaux, formation
  • Contact

Le blog d'Odile Plan

Ce blog est animé par Odile Plan         créatrice de BIPLAN

envoyez vos réactions et informations à :

biplan46@wanadoo.fr

undefined









Recherche

territoires-réseaux-formation

BIPLAN, un blog de partage et d’échange d'informations,sur les initiatives participatives des territoires,les partenariats et les réseaux,la création d'activité, l'égalité de chances pour un développement durable et un monde solidaire...

Articles Récents

  • Bertrand Schwartz est parti, un grand monsieur nous a quitté
    Bertrand Schwartz est parti, la nuit de vendredi à samedi, calmement dans son sommeil. Il était très mal depuis plusieurs jours, veillé par Antoinette, mais il souriait toujours. C’était attendu, mais ça fait un grand vide, nous lui devons tant que ce...
  • Les billets suspendus ne tiennent qu’à un fil…à Pamiers –Midi Pyrénées- 09 -
    A Naples il est de tradition, quand on entre dans un café, d’en commander un et d’en payer deux. Le café ainsi ‘’suspendu’’ sera offert à une personne dans le besoin qui viendra le réclamer. Cette initiative a poursuivi sa route à travers l’Europe et...
  • Des plateformes de services pour promouvoir une "mobilité inclusive"
    Les rencontres de la mobilité inclusive ont réuni, le 28 janvier 2016 à Paris, des acteurs associatifs de la mobilité solidaire, des collectivités locales et des entreprises. L'objectif : amplifier la prise de conscience sur cet enjeu et structurer davantage...
  • Territoires ruraux : comment sauver les cafés ?
    Avec la disparition des bistrots, les habitants ont le sentiment que le lien social se délite dans les territoires ruraux, comme le montre une étude de l'Ifop pour France Boissons, présentée le 20 janvier à l'occasion du lancement de la nouvelle édition...
  • E-rando : Bourgogne - 58 -
    Le pays Nivernais Morvan propose depuis l’été 2015 seize e-randos numériques, comme autant d'histoires à découvrir au rythme de la marche. Des circuits aussi variés que les territoires des neuf communautés de communes engagées dans l'aventure ! Les e-randos...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • En 2016, la métamorphose…
    La lune était pleine cette nuit de Noël, maintenant, elle est gibbeuse. Puisse-t-elle éclairer ces périodes sombres… Pour l'année nouvelle, nous vous proposons ce texte écrit en 2010 par Edgar Morin ; c'est un peu long, mais cela en vaut la peine. Eloge...
  • Un séjour à la ferme pour aider à la réinsertion - CIVAm et Accueil Paysan -
    Accueil paysan et le CIVAM (Centres d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu rural) organisent des séjours de rupture à la ferme, allant de quelques jours à quelques semaines, pour des personnes en difficultés. Les profils sont multiples...
  • Réfugiés : En Bretagne, plusieurs dizaines d'offres d'hébergement
    Plusieurs dizaines d'offres d'hébergement de réfugiés en Bretagne ont été reçues par le dispositif CALM ("Comme à la maison") mis en place par l'association Singa d'aide aux demandeurs d'asile. Dans les grandes villes (Brest, Rennes, Nantes, Lorient,...
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 10:10

Le Commissariat général au développement durable vient de publier une étude préconisant une évolution de la réglementation des voies vertes pour faciliter leur réalisation et mieux les intégrer dans une démarche de développement durable.

Le Commissariat général au développement durable (CGDD) a présenté les recherches menées par la Mission nationale des véloroutes et voies vertes (MN3V) visant à dégager des pistes pour l'évolution de l'encadrement juridique des voies vertes. Il s'agit des "voies de communication autonomes réservées aux déplacements non motorisés, développées dans un souci d'aménagement intégré valorisant l'environnement et la qualité de la vie et réunissant des conditions suffisantes de largeur, de déclivité et de revêtement pour garantir une utilisation conviviale et sécurisée pour les usagers de toute capacité", selon la définition commune aux pays européens élaborée par l'Association européenne des voies vertes (AEVV).
L'utilisation des chemins de halage, des voies ferrées désaffectées ou des chemins forestiers constitue un support privilégié pour le développement de ces infrastructures destinées à la circulation non motorisée (piétons, cyclistes, cavaliers...). Le Code de la route (art. R.110-2 et R.412-7) ne prévoit aucune exception à l'interdiction de la circulation motorisée sur ces voies. En outre, aucun texte n'encadre leur création. Enfin, la diversité des assiettes foncières utilisées implique la mise en œuvre d'outils juridiques spécifiques pour disposer de l'espace nécessaire à la réalisation des voies vertes.
Au final, si l'intérêt des voies vertes en termes de développement durable est unanimement reconnu, leur développement demeure hésitant en France. En cause une réglementation lacunaire et la rigueur des dispositions introduites dans le Code de la route par le décret du 16 septembre 2004 qui ne souffrent d'aucune exception et ne permettent pas la conciliation avec d'autres usages. Or, la présence de quelques véhicules motorisés est nécessaire, ne serait-ce que pour entretenir les voies vertes et pour assurer leur surveillance, ou encore pour le fonctionnement d'activités socio-économiques qui voisinent avec l'usage habituel de la voie verte (exploitation des voies d'eau, activités agricole et forestière).

          Concilier les différents usages

Les acteurs locaux boudent la création de voies vertes, en raison notamment du risque de voir leur responsabilité aggravée en cas d'accident dû à la circulation d'un véhicule de service, voire lui préfèrent d'autres dénominations. Le statut juridique de la voie verte se révèle en effet inabouti et l'exercice de la police administrative suscite des interrogations, relève l'étude. Tout en maintenant le principe de l'interdiction de circulation pour les véhicules à moteur, la modification proposée introduit une dérogation à ce principe, limitée aux véhicules utilisés pour la gestion et l'exploitation du domaine (en particulier pour Voies navigables de France et l'Office national des forêts). Elle permet en outre à l'autorité de police compétente de délivrer des autorisations exceptionnelles. Sur le modèle des dispositions introduites dans le Code de la route au sujet des zones de rencontre et zones 30, l'étude envisage de clarifier le statut juridique de la voie verte et en organise la procédure de création. Enfin, il est proposé une lecture de la répartition des pouvoirs de police, afin de déterminer l'autorité compétente pour veiller au respect de la réglementation sur une voie verte (soit en fonction de l'assiette foncière considérée, le maire, le président du conseil général ou le préfet).

        Démarche de développement durable

Afin de dynamiser la réalisation de ces voies, l'étude propose également de tisser des liens avec les instruments de développement durable existants, juridiquement obligatoires ou non. Le lien avec les Agenda 21, la planification territoriale (schéma de cohérence territoriale, règlement du plan local d'urbanisme, programme d'action du plan de déplacements urbains) et la trame verte et bleue pourrait ainsi être renforcé pour faire des voies vertes un moyen d'atteindre certains objectifs du développement durable. Enfin, l'étude valorise l'emploi de méthodes de concertation territoriale, susceptibles de remédier aux conflits d'usage récurrents sur certaines voies vertes et de fédérer les habitants d'un territoire autour d'un projet commun. Cette contribution de la Mission nationale des véloroutes et voies vertes a pour vocation d'ouvrir la concertation entre tous les partenaires préalablement à une évolution de la réglementation. Pour ce faire, la Mission a confié à l'Association pour l'information et la recherche sur les équipements de sport et de loisirs (AIRES), dont les membres sont des collectivités territoriales, des entreprises et des associations, la charge de l'assister dans l'élaboration du projet de décret modificatif et dans la conduite de la concertation.

Philie Marcangelo-Leos / Victoires-Editions, publié le mercredi 16 février 2011, parlocaltis

http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/LOCActu/ArticleActualite&jid=1250261250927&cid=1250261244762

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires