Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : BIPLAN
  • : Territoires, réseaux, formation
  • Contact

Le blog d'Odile Plan

Ce blog est animé par Odile Plan         créatrice de BIPLAN

envoyez vos réactions et informations à :

biplan46@wanadoo.fr

undefined









Recherche

territoires-réseaux-formation

BIPLAN, un blog de partage et d’échange d'informations,sur les initiatives participatives des territoires,les partenariats et les réseaux,la création d'activité, l'égalité de chances pour un développement durable et un monde solidaire...

Articles Récents

  • Bertrand Schwartz est parti, un grand monsieur nous a quitté
    Bertrand Schwartz est parti, la nuit de vendredi à samedi, calmement dans son sommeil. Il était très mal depuis plusieurs jours, veillé par Antoinette, mais il souriait toujours. C’était attendu, mais ça fait un grand vide, nous lui devons tant que ce...
  • Les billets suspendus ne tiennent qu’à un fil…à Pamiers –Midi Pyrénées- 09 -
    A Naples il est de tradition, quand on entre dans un café, d’en commander un et d’en payer deux. Le café ainsi ‘’suspendu’’ sera offert à une personne dans le besoin qui viendra le réclamer. Cette initiative a poursuivi sa route à travers l’Europe et...
  • Des plateformes de services pour promouvoir une "mobilité inclusive"
    Les rencontres de la mobilité inclusive ont réuni, le 28 janvier 2016 à Paris, des acteurs associatifs de la mobilité solidaire, des collectivités locales et des entreprises. L'objectif : amplifier la prise de conscience sur cet enjeu et structurer davantage...
  • Territoires ruraux : comment sauver les cafés ?
    Avec la disparition des bistrots, les habitants ont le sentiment que le lien social se délite dans les territoires ruraux, comme le montre une étude de l'Ifop pour France Boissons, présentée le 20 janvier à l'occasion du lancement de la nouvelle édition...
  • E-rando : Bourgogne - 58 -
    Le pays Nivernais Morvan propose depuis l’été 2015 seize e-randos numériques, comme autant d'histoires à découvrir au rythme de la marche. Des circuits aussi variés que les territoires des neuf communautés de communes engagées dans l'aventure ! Les e-randos...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • En 2016, la métamorphose…
    La lune était pleine cette nuit de Noël, maintenant, elle est gibbeuse. Puisse-t-elle éclairer ces périodes sombres… Pour l'année nouvelle, nous vous proposons ce texte écrit en 2010 par Edgar Morin ; c'est un peu long, mais cela en vaut la peine. Eloge...
  • Un séjour à la ferme pour aider à la réinsertion - CIVAm et Accueil Paysan -
    Accueil paysan et le CIVAM (Centres d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu rural) organisent des séjours de rupture à la ferme, allant de quelques jours à quelques semaines, pour des personnes en difficultés. Les profils sont multiples...
  • Réfugiés : En Bretagne, plusieurs dizaines d'offres d'hébergement
    Plusieurs dizaines d'offres d'hébergement de réfugiés en Bretagne ont été reçues par le dispositif CALM ("Comme à la maison") mis en place par l'association Singa d'aide aux demandeurs d'asile. Dans les grandes villes (Brest, Rennes, Nantes, Lorient,...
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 09:15

Les marchands de journaux sont confrontés à une crise profonde, avec la disparition de 700 points de vente chaque année... Les professionnels réclament une meilleure rémunération et d'avoir la main sur le choix des titres en fonction de leur clientèle. Ils comptent beaucoup sur la réforme de l'assortiment, validée par la toute nouvelle Autorité de régulation de la distribution de la presse (ARDP), qui doit entrer en vigueur cet automne. En revanche, les collectivités, qui peuvent aussi agir via le droit de préemption, ne semblent pas avoir pris la mesure de l'enjeu...

L'an dernier, 712 points de vente de journaux ont disparu. Leur nombre est ainsi passé de 29.291 en 2010 à 28.579 en 2011. Et ce phénomène est perceptible depuis plusieurs années. Au début des années 2000, on en comptait encore plus de 30.000, d'après le Conseil supérieur des messageries de presse (CSMP). Le chiffre est proche de certains de nos voisins européens comme l'Espagne, où le CSMP dénombre 28.300 points de vente, ou l'Italie (34.200 points de vente), mais il est bien en deçà du nombre de points de vente présents en Grande-Bretagne (55.000) et surtout en Allemagne. Nos voisins allemands disposent ainsi de 119.200 points de vente de presse, soit trois fois plus qu'en France.
La crise du secteur se traduit aussi dans la baisse des ventes. D'après le bilan de l'Office de justification de la diffusion (OJD), l'organisme qui certifie la diffusion de la presse, les résultats pour 2011 sont plutôt mauvais. Les ventes de la presse quotidienne ont encore baissé de 2,04% (-1,36% pour la presse nationale et -2,28% pour la presse régionale). La presse magazine a quant à elle chuté de 3,11% en 2011. Aucun secteur n'est épargné. Le sport (baisse de 7,59%), les titres pour adolescents (-4,65%) et les presse people et économique (-4,57%) enregistrent les reculs les plus importants.
Au-delà de la concurrence des nouveaux supports - presse en ligne et gratuits -, il semble que le problème réside dans la structure même du réseau de vente : le manque d'attractivité du métier et la gestion des invendus. "Les marchands sont livrés sur un mix-produit qu'ils ne choisissent pas", explique ainsi Jehan Coquebert de Neuville, adjoint au maire de Boulogne-Billancourt, chargé des affaires économiques, de l'emploi, des artisans et commerçants sédentaires et des marchés. A Boulogne, "les points de vente sont passés de 45 à 20 en 25 ans, or les marchands sont obligés de mettre des magazines de sexe ou dédiés au matériel agricole dans leurs rayons ! Plusieurs d'entre eux ont l'intention de jeter l'éponge", s'inquiète l'élu. Même constat pour le président de l'Union nationale des diffuseurs de presse (UNDP), qui est lui-même marchand de journaux. "60% de la presse livrée repart en invendu, c'est du temps et de l'espace commercial gâchés pour rien, explique ainsi Gérard Proust. Dans le même temps, 20 à 25% des besoins des clients ne sont pas couverts, du coup un client sur quatre ne trouve pas chez le diffuseur de presse ce qu'il cherche et risque par la suite de se détourner et du produit, et du point de vente."
L'UNDP insiste sur le caractère commercial de cette activité, le marchand de journaux étant un commerçant comme les autres. Connaissant sa clientèle, il sait établir, en fonction des caractéristiques de son implantation (présence d'une école de danse, d'un hôpital ou autre), les besoins et attentes de sa clientèle. Tous les espoirs se portent aujourd'hui sur la réforme de l'assortiment qui doit entrer en vigueur cet automne. C'est la loi Bichet du 2 avril 1947 sur la liberté de la presse qui impose aux diffuseurs de presse les titres en vente. Pour l'assouplir, une norme a été mise au point par le CSMP en novembre 2010. Le but : permettre aux diffuseurs de retirer de la vente les titres qui réalisent moins de 3% de leur chiffre d'affaires. Mais de petits éditeurs, craignant de voir leurs titres déréférencés, ont bloqué la réforme.

      La réforme de l'assortiment en route

Le 20 juillet 2011 a ensuite été votée une loi relative à la régulation du système de distribution de la presse. Objectif : moderniser les mécanismes de régulation institués par la loi de 1947. Elle a notamment permis la création d'une Autorité de régulation de la distribution de la presse (ARDP) ayant le pouvoir de rendre exécutoires les décisions du CSMP et d'ouvrir la voie aux réformes. Justement, cette nouvelle autorité a décidé le 17 février 2012 de mettre en oeuvre la réforme de l'assortiment votée par l'assemblée du CSMP le 22 décembre 2011. Au cœur de cette réforme : le dialogue entre dépositaire (grossiste) et diffuseur de presse pour déterminer l'offre complémentaire de chaque point de vente. En clair, une partie des titres de presse seront incontournables et une autre partie sera choisie par le diffuseur, en collaboration avec le dépositaire et en fonction de l'implantation du magasin et des attentes de la clientèle. Parmi les titres qui devront être obligatoirement diffusés dans les points de vente figurent les titres d'information générale et politique, les titres les mieux vendus au niveau national et les nouveautés. Au-delà de ces titres, le diffuseur aura la main pour compléter son linéaire à sa guise. "On attend beaucoup de cette réforme de l'assortiment, explique Gérard Proust, et notamment sur l'opportunité qu'elle représente pour réaliser des diagnostics sur les points de vente. On va commencer à s'interroger sur la performance des marchands de journaux, et sur la qualité de l'organisation physique de leurs linéaires, sur le relais des opérations promotionnelles, qu'ils n'effectuent pas toujours pleinement (ils ont souvent l'affichage mais pas le produit), sur leur formation professionnelle, etc."

……"Le problème vient aussi du fait que la profession n'a pas réussi à se moderniser contrairement à d'autres secteurs, comme par exemple celui de la boulangerie, assure Jehan Coquebert de Neuville.Les boulangers ont amélioré la qualité de leur produit et leur prix et les clients ont accepté de payer plus cher un produit de meilleure qualité. Du coup, la boulangerie est un marché qui se porte très bien !"

       "Redonner envie aux entrepreneurs"

Mais l'assortiment n'est pas le seul problème auquel les marchands de journaux sont confrontés. La question de leur rémunération devrait être, d'après Gérard Proust, le prochain dossier à mettre sur la table. "Il faut redonner envie à des entrepreneurs d'investir dans ce secteur", assure ainsi le président de l'UNDP. Or, pour le moment, l'activité n'est pas très rémunératrice. …
……

Les collectivités locales peuvent aussi infléchir cette tendance grâce à un dispositif de périmètres de sauvegarde. Grâce au droit de préemption pour les municipalités, institué avec la loi du 2 août 2005 en faveur des PME, dite loi Dutreil, les conseils municipaux peuvent ainsi délimiter un "périmètre de sauvegarde du commerce d'artisanat de proximité" au sein duquel tout vendeur de fonds de commerce doit faire une déclaration préalable à la mairie. La commune a ensuite deux mois pour préempter et se porter acquéreuse du fonds de commerce. Elle doit dans un délai d'un an rétrocéder le fonds ou le bail à une entreprise, avec pour objectif d'assurer la diversité commerciale ou artisanale du périmètre concerné. Seul problème : les élus semblent parfois frileux à utiliser ce droit. "Ils auraient une marge de manœuvre s'ils décidaient d'utiliser la préemption mais cela leur fait peur car ils doivent retrouver rapidement un repreneur, donc ils ne s'en servent pas", explique Gérard Proust, qui a entamé des discussions avec l'Assemblée française des chambres de commerce et d'industrie sur le sujet, et doit prochainement rencontrer l'Association des maires de France (AMF) sur le sujet.
Dans les territoires ruraux où le vendeur de journaux joue un rôle essentiel dans la vie de certains villages, la solution peut passer par l'installation ou le maintien de commerces multiopérationnels, capables d'assurer la vente de tabac, le dépôt de colis, les services administratifs dématérialisés et la distribution de la presse... Le maillage territorial de La Poste avec ses 17.000 points de contacts pourraient lui aussi servir à relayer la diffusion de la presse. A l'heure actuelle, la vente de quotidiens et de magazines est testée dans quelques-uns de ces points. "Il faut que les collectivités réfléchissent à la manière de préserver ces points de vente particuliers pour les territoires ruraux", souligne Gérard Proust. Sans quoi, le paysage des marchands de journaux risque de se transformer en "kiosques low cost et magasins de supermarchés", craint l'élu de Boulogne, Jehan Coquebert de Neuville. Actuellement, sur les 28.579 points de vente, pas moins de 3.141 sont en réalité des rayons de presse intégrés à des supermarchés, hypermarchés ou supérettes ! Et l'évolution se fait à grande vitesse. Le nombre de ces rayons d'hypermarchés a ainsi augmenté de 84% l'an dernier.

Emilie Zapalski, Publié le vendredi 25 mai 2012 par localtis

 

http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/LOCActu/ArticleActualite&cid=1250263703066

Partager cet article

Repost 0

commentaires