Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : BIPLAN
  • : Territoires, réseaux, formation
  • Contact

Le blog d'Odile Plan

Ce blog est animé par Odile Plan         créatrice de BIPLAN

envoyez vos réactions et informations à :

biplan46@wanadoo.fr

undefined









Recherche

territoires-réseaux-formation

BIPLAN, un blog de partage et d’échange d'informations,sur les initiatives participatives des territoires,les partenariats et les réseaux,la création d'activité, l'égalité de chances pour un développement durable et un monde solidaire...

Articles Récents

  • Bertrand Schwartz est parti, un grand monsieur nous a quitté
    Bertrand Schwartz est parti, la nuit de vendredi à samedi, calmement dans son sommeil. Il était très mal depuis plusieurs jours, veillé par Antoinette, mais il souriait toujours. C’était attendu, mais ça fait un grand vide, nous lui devons tant que ce...
  • Les billets suspendus ne tiennent qu’à un fil…à Pamiers –Midi Pyrénées- 09 -
    A Naples il est de tradition, quand on entre dans un café, d’en commander un et d’en payer deux. Le café ainsi ‘’suspendu’’ sera offert à une personne dans le besoin qui viendra le réclamer. Cette initiative a poursuivi sa route à travers l’Europe et...
  • Des plateformes de services pour promouvoir une "mobilité inclusive"
    Les rencontres de la mobilité inclusive ont réuni, le 28 janvier 2016 à Paris, des acteurs associatifs de la mobilité solidaire, des collectivités locales et des entreprises. L'objectif : amplifier la prise de conscience sur cet enjeu et structurer davantage...
  • Territoires ruraux : comment sauver les cafés ?
    Avec la disparition des bistrots, les habitants ont le sentiment que le lien social se délite dans les territoires ruraux, comme le montre une étude de l'Ifop pour France Boissons, présentée le 20 janvier à l'occasion du lancement de la nouvelle édition...
  • E-rando : Bourgogne - 58 -
    Le pays Nivernais Morvan propose depuis l’été 2015 seize e-randos numériques, comme autant d'histoires à découvrir au rythme de la marche. Des circuits aussi variés que les territoires des neuf communautés de communes engagées dans l'aventure ! Les e-randos...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • En 2016, la métamorphose…
    La lune était pleine cette nuit de Noël, maintenant, elle est gibbeuse. Puisse-t-elle éclairer ces périodes sombres… Pour l'année nouvelle, nous vous proposons ce texte écrit en 2010 par Edgar Morin ; c'est un peu long, mais cela en vaut la peine. Eloge...
  • Un séjour à la ferme pour aider à la réinsertion - CIVAm et Accueil Paysan -
    Accueil paysan et le CIVAM (Centres d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu rural) organisent des séjours de rupture à la ferme, allant de quelques jours à quelques semaines, pour des personnes en difficultés. Les profils sont multiples...
  • Réfugiés : En Bretagne, plusieurs dizaines d'offres d'hébergement
    Plusieurs dizaines d'offres d'hébergement de réfugiés en Bretagne ont été reçues par le dispositif CALM ("Comme à la maison") mis en place par l'association Singa d'aide aux demandeurs d'asile. Dans les grandes villes (Brest, Rennes, Nantes, Lorient,...
3 décembre 2011 6 03 /12 /décembre /2011 10:00

Les élèves et étudiants des zones rurales ont des ambitions plus modestes que les citadins. Une étude met notamment en cause l'offre de formation, plus réduite à proximité de leurs domiciles. Les collectivités peuvent pourtant faciliter leur mobilité.

L'observation surprendra-t-elle les élus des campagnes ? Les jeunes des zones rurales tendent à mener des études plus courtes que ceux des aires urbaines. Le Centre d'études et de recherches sur les qualifications (Cereq) vient de le rapporter dans une récente publication, consacrée à la "course d'orientation des jeunes ruraux".
Les deux auteures, Yvette Grelet et Céline Vivent, ont exploré diverses sources nationales ainsi que le cas de la Basse-Normandie pour corroborer leur constat. Selon elles, "vivre dans un territoire rural n'est pas pénalisant pour la scolarité", mais "c'est lors de l'orientation après la troisième que les parcours des ruraux et des urbains commencent à diverger notablement". D'une part, l'offre s'y distingue : "Les formations suivies dans les établissements ruraux sont plus souvent à visée professionnelle, en particulier pour les garçons." Mais la demande des élèves se démarque également. "Les jeunes ruraux ne se voient pas entreprendre des études de longue durée : l'âge considéré comme souhaitable pour arrêter les études augmente avec la taille de la commune de résidence." De fait, 47% des bacheliers originaires des campagnes choisissent des filières technologiques courtes, telles que le DUT ou le BTS ; ils ne sont que 38% parmi les citadins. Et "globalement, les niveaux de sortie sont moins élevés pour les jeunes d'origine rurale que pour les jeunes des milieux urbains".

         "Actionner les leviers de l'aide à la mobilité et au logement"

Il est vrai que les études supérieures impliquent une certaine mobilité. Les bacheliers ruraux qui s'y engagent "le font, plus souvent que les urbains, en quittant la région (22% contre 17% pour les urbains)", dans le cas de la Basse-Normandie. "Outre les préférences personnelles, la mobilité s'explique par le choix d'une formation qui n'existerait pas à proximité." Et une fois achevés, les cursus les plus longs favorisent aussi l'exode rural : en France, "trois quarts des jeunes faiblement qualifiés sont toujours à la campagne trois ans après la fin de leurs études, pour seulement la moitié des diplômés du supérieur", note l'étude du Céreq. Rien d'étonnant, comme le précise Yvette Grelet : "D'autres recherches ont déjà montré que dans les zones rurales, les plus qualifiés occupent beaucoup plus souvent qu'en ville des emplois déclassés par rapport à leurs formations."
   Que peuvent donc les élus pour permettre un meilleur accès des jeunes ruraux aux hautes qualifications ? "Il faudrait actionner les leviers de l'aide à la mobilité et au logement", répond Céline Vivent. "Le conseil régional d'Aquitaine, par exemple, organise un système de logements chez des particuliers pour que les baux ne soient pas pénalisants pour ces étudiants." De son côté, le conseil régional du Limousin a institué plusieurs aides à la mobilité : une carte à 30 euros permet aux étudiants de bénéficier de 50% de réduction sur les TER, et quel que soit leur âge les stagiaires en formation professionnelle peuvent louer des cyclomoteurs à bas coût pour se déplacer. Mais les élus peuvent également "aider ces jeunes diplômés à revenir, en développant les emplois qualifiés dans les zones rurales", ajoute Céline Vivent. Les centres de télétravail, les lieux d'accueil des jeunes enfants, les transports régionaux, peuvent y aider, selon la chercheuse. Il reste à savoir si les élus ruraux en ont toujours les moyens. 

vous aurez accès à cette étude sur le site du Cereq : http://www.cereq.fr/index.php/actualites/La-course-d-orientation-des-jeunes-ruraux

Olivier Bonnin, Publié le mardi 22 novembre 2011 par localtis

http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/LOCActu/ArticleActualite&jid=1250262774094&cid=1250262742983

Diapositive 1

Partager cet article

Repost 0

commentaires