Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : BIPLAN
  • : Territoires, réseaux, formation
  • Contact

Le blog d'Odile Plan

Ce blog est animé par Odile Plan         créatrice de BIPLAN

envoyez vos réactions et informations à :

biplan46@wanadoo.fr

undefined









Recherche

territoires-réseaux-formation

BIPLAN, un blog de partage et d’échange d'informations,sur les initiatives participatives des territoires,les partenariats et les réseaux,la création d'activité, l'égalité de chances pour un développement durable et un monde solidaire...

Articles Récents

  • Bertrand Schwartz est parti, un grand monsieur nous a quitté
    Bertrand Schwartz est parti, la nuit de vendredi à samedi, calmement dans son sommeil. Il était très mal depuis plusieurs jours, veillé par Antoinette, mais il souriait toujours. C’était attendu, mais ça fait un grand vide, nous lui devons tant que ce...
  • Les billets suspendus ne tiennent qu’à un fil…à Pamiers –Midi Pyrénées- 09 -
    A Naples il est de tradition, quand on entre dans un café, d’en commander un et d’en payer deux. Le café ainsi ‘’suspendu’’ sera offert à une personne dans le besoin qui viendra le réclamer. Cette initiative a poursuivi sa route à travers l’Europe et...
  • Des plateformes de services pour promouvoir une "mobilité inclusive"
    Les rencontres de la mobilité inclusive ont réuni, le 28 janvier 2016 à Paris, des acteurs associatifs de la mobilité solidaire, des collectivités locales et des entreprises. L'objectif : amplifier la prise de conscience sur cet enjeu et structurer davantage...
  • Territoires ruraux : comment sauver les cafés ?
    Avec la disparition des bistrots, les habitants ont le sentiment que le lien social se délite dans les territoires ruraux, comme le montre une étude de l'Ifop pour France Boissons, présentée le 20 janvier à l'occasion du lancement de la nouvelle édition...
  • E-rando : Bourgogne - 58 -
    Le pays Nivernais Morvan propose depuis l’été 2015 seize e-randos numériques, comme autant d'histoires à découvrir au rythme de la marche. Des circuits aussi variés que les territoires des neuf communautés de communes engagées dans l'aventure ! Les e-randos...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • En 2016, la métamorphose…
    La lune était pleine cette nuit de Noël, maintenant, elle est gibbeuse. Puisse-t-elle éclairer ces périodes sombres… Pour l'année nouvelle, nous vous proposons ce texte écrit en 2010 par Edgar Morin ; c'est un peu long, mais cela en vaut la peine. Eloge...
  • Un séjour à la ferme pour aider à la réinsertion - CIVAm et Accueil Paysan -
    Accueil paysan et le CIVAM (Centres d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu rural) organisent des séjours de rupture à la ferme, allant de quelques jours à quelques semaines, pour des personnes en difficultés. Les profils sont multiples...
  • Réfugiés : En Bretagne, plusieurs dizaines d'offres d'hébergement
    Plusieurs dizaines d'offres d'hébergement de réfugiés en Bretagne ont été reçues par le dispositif CALM ("Comme à la maison") mis en place par l'association Singa d'aide aux demandeurs d'asile. Dans les grandes villes (Brest, Rennes, Nantes, Lorient,...
30 octobre 2010 6 30 /10 /octobre /2010 09:59

Le Mouvement des entrepreneurs sociaux (Mouves) organisait le 14 octobre 2010 son premier congrès. L’occasion pour ce mouvement, créé en février 2010 dans la lignée du Livre blanc pour développer l’entrepreneuriat social, et destiné à fédérer les entrepreneurs sociaux, de mieux expliquer sa démarche : créer une communauté active et ouverte d’entrepreneurs sociaux et d’autres partenaires, et porter leurs attentes et leurs solutions dans le débat public et les politiques publiques.

Actuellement, plus de 5.000 structures d’insertion par l’activité économique, dédiées à l’emploi et l’accompagnement de 70.000 personnes exclues, existent sur le territoire français, auxquelles s’ajoutent plus de 2.000 structures employant et accompagnant plus de 140.000 personnes en situation de handicap, 2.000 sociétés coopérations ouvrières de production (Scop), 152 sociétés coopératives d’intérêt collectif (Scic), 3.500 associations opérant dans le champ des services à la personne, et encore 300 entreprises, associations vendant et promouvant les produits du commerce équitable. Un secteur discret mais qui représente pourtant 14% des emplois et 12% des entreprises en France (200.000). Avec 300 adhérents à son actif, le Mouves compte bien défendre la cause des entrepreneurs sociaux et davantage faire parler de cette économie plus solidaire. Sa démarche s’appuie aussi sur la construction de dynamiques territoriales en faveur de ce type d’entrepreneuriat. "A ce jour, huit groupes de travail dans huit régions différentes, dont l’Aquitaine, la Franche-Comté et Midi-Pyrénées, ont été créés, rassemblant élus, entreprises, et autres acteurs locaux de l’économie sociale et solidaire, explique Jean-Marc Borello, président du Mouves, et délégué général du Groupe SOS,  des réunions qui ont parfois permis à des acteurs locaux qui ne se connaissaient pas de se rencontrer." Le principe de fonctionnement : chaque réseau régional du Mouves propose deux ou trois thèmes qu’il veut traiter avec ses partenaires locaux, dont les élus. Des réflexions thématiques qui sont ensuite remontées au niveau national. "Petit-à-petit l’idée est de rencontrer l’ensemble des régions, détaille le président du Mouves, et dès qu’on est face à une expérience très réussie dans une région, on essaie de la répliquer dans une autre région." En juillet 2010, Rémi Roux, cofondateur de la Scop "Ethiquable", et vice-président du Mouves, réunissait ainsi une vingtaine d’entrepreneurs sociaux en région Midi-Pyrénées pour un séminaire sur le thème "Comment développer l’entrepreneuriat social en Midi-Pyrénées". Des ateliers qui ont réuni des entrepreneurs sociaux mais aussi des conseillers régionaux. Les collectivités locales s’intéressent en effet de près à ces démarches territoriales. "L’objectif n’est plus de vouloir courir après la rentabilité à court terme, là, on a des entreprises efficaces qui rendent un service à la société", analyse Seybah Dagoma, adjointe au maire de Paris, chargée de l’économie sociale et solidaire. Des entreprises sociales que la mairie de Paris serait prête à soutenir pour "remettre l’humain au cœur de l’économie", le projet de Bertrand Delanoë, maire de Paris. Et le fait de voir ces entreprises maintenant fédérées par le Mouves pourrait faciliter les coopérations. "La question est : comment une collectivité peut être associée à ce genre d’initiatives, maintenant que le Mouves est là, on va pouvoir discuter." A l’heure actuelle, aucune collectivité ne participe financièrement au Mouves, qui alimente son budget grâce aux cotisations de ses adhérents. Ses missions sont pourtant nombreuses : créer un label "entreprise sociale", soutenir l’innovation sociale, mieux répondre aux besoins de financement de l’entrepreneuriat social, diffuser un langage de preuve, faire émerger grâce à la formation une nouvelle génération d’entrepreneurs, développer les coopérations économiques, et faire connaître ces nouveaux entrepreneurs. Et depuis la crise, le mouvement est de plus en plus sollicité.

Emilie Zapalski, publié le 15 octobre 2010 par localtis

http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/artVeille/artVeille&c=artVeille&cid=1250260466384


Les Français évaluent la situation sociale et leur situation personnelle

D’après un sondage élaboré par TNS-Sofres pour le compte du Mouves du 24 au 27 septembre 2010 auprès d’un millier de personnes, les Français semblent partager une vision pessimiste de la situation sociale. Ils sont ainsi 71% à considérer que la situation sociale en France se détériore. Mais ils apprécient de manière plus positive leur cas personnel : ils sont ainsi 61% à déclarer que leur situation personnelle reste à peu près stable, tandis que seuls 27% estiment que leur situation se détériore. Le sondage indique également que seulement 7% des Français savent ce que sont les entrepreneurs sociaux.

Partager cet article

Repost 0

commentaires