Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : BIPLAN
  • : Territoires, réseaux, formation
  • Contact

Le blog d'Odile Plan

Ce blog est animé par Odile Plan         créatrice de BIPLAN

envoyez vos réactions et informations à :

biplan46@wanadoo.fr

undefined









Recherche

territoires-réseaux-formation

BIPLAN, un blog de partage et d’échange d'informations,sur les initiatives participatives des territoires,les partenariats et les réseaux,la création d'activité, l'égalité de chances pour un développement durable et un monde solidaire...

Articles Récents

  • Bertrand Schwartz est parti, un grand monsieur nous a quitté
    Bertrand Schwartz est parti, la nuit de vendredi à samedi, calmement dans son sommeil. Il était très mal depuis plusieurs jours, veillé par Antoinette, mais il souriait toujours. C’était attendu, mais ça fait un grand vide, nous lui devons tant que ce...
  • Les billets suspendus ne tiennent qu’à un fil…à Pamiers –Midi Pyrénées- 09 -
    A Naples il est de tradition, quand on entre dans un café, d’en commander un et d’en payer deux. Le café ainsi ‘’suspendu’’ sera offert à une personne dans le besoin qui viendra le réclamer. Cette initiative a poursuivi sa route à travers l’Europe et...
  • Des plateformes de services pour promouvoir une "mobilité inclusive"
    Les rencontres de la mobilité inclusive ont réuni, le 28 janvier 2016 à Paris, des acteurs associatifs de la mobilité solidaire, des collectivités locales et des entreprises. L'objectif : amplifier la prise de conscience sur cet enjeu et structurer davantage...
  • Territoires ruraux : comment sauver les cafés ?
    Avec la disparition des bistrots, les habitants ont le sentiment que le lien social se délite dans les territoires ruraux, comme le montre une étude de l'Ifop pour France Boissons, présentée le 20 janvier à l'occasion du lancement de la nouvelle édition...
  • E-rando : Bourgogne - 58 -
    Le pays Nivernais Morvan propose depuis l’été 2015 seize e-randos numériques, comme autant d'histoires à découvrir au rythme de la marche. Des circuits aussi variés que les territoires des neuf communautés de communes engagées dans l'aventure ! Les e-randos...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • En 2016, la métamorphose…
    La lune était pleine cette nuit de Noël, maintenant, elle est gibbeuse. Puisse-t-elle éclairer ces périodes sombres… Pour l'année nouvelle, nous vous proposons ce texte écrit en 2010 par Edgar Morin ; c'est un peu long, mais cela en vaut la peine. Eloge...
  • Un séjour à la ferme pour aider à la réinsertion - CIVAm et Accueil Paysan -
    Accueil paysan et le CIVAM (Centres d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu rural) organisent des séjours de rupture à la ferme, allant de quelques jours à quelques semaines, pour des personnes en difficultés. Les profils sont multiples...
  • Réfugiés : En Bretagne, plusieurs dizaines d'offres d'hébergement
    Plusieurs dizaines d'offres d'hébergement de réfugiés en Bretagne ont été reçues par le dispositif CALM ("Comme à la maison") mis en place par l'association Singa d'aide aux demandeurs d'asile. Dans les grandes villes (Brest, Rennes, Nantes, Lorient,...
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 09:49

Depuis 2009, le CCAS de Grenoble a développé un système de "paniers solidaires" pour redonner l'envie de manger mieux et local, sans forcément dépenser plus. Accessible à tous, avec des tarifs adaptés aux ressources, cette action repose sur la participation des habitants.

     Un tarif progressif, pratique à mettre en œuvre

Le CCAS a eu l'idée d'organiser lui-même un circuit court pour rendre les fruits et légumes accessibles à des ménages à bas revenus, qui souvent n'en consomment plus ou très peu. Pour cela, les responsables ont contacté des producteurs locaux de fruits et légumes et le CCAS a passé contrat avec trois d’entre eux pour leur acheter une quantité définie de produits à un prix fixé. Le CCAS les revend ensuite avec une tarification solidaire : de 4 euros le panier de 3,5 kg pour les plus bas revenus à 9 euros pour le tarif haut. Ce qui lui permet d’étendre le service à un public plus large. Le coût d'achat par le CCAS est de 7,5 euros. Chaque ménage s'abonne pour trois mois minimum. Le coût de son panier est déterminé à partir du quotient familial. La distribution des paniers ayant lieu dans les "maisons des habitants" (les anciens centres sociaux, qui hébergent les CAF), les familles qui souhaitent s’abonner peuvent y consulter directement la borne CAF pour connaitre leur quotient, sans avoir besoin de faire une demande. En 2011, un abonné sur cinq a payé le prix fort (9 euros), 18% le prix de 7 euros, plus d'un tiers 5,50 euros, et un gros quart le plus bas prix.

      Les habitants mettent la main au panier

L'initiative a d'abord été expérimentée à parti de 2009 sur un quartier vieillissant où se réinstallent aujourd’hui de jeunes couples, "avec une bonne diversité sociale" souligne l'élu. A l’issue de cette phase test, l’action a été étendue aux onze centres sociaux, progressivement transformés en maisons des habitants.
Une fois par semaine, les producteurs livrent sur des palettes leurs fruits et légumes aux maisons des habitants. Des habitants bénévoles se chargent ensuite de remplir les paniers. "C'est l’occasion pour eux de se retrouver autour d’une activité simple à mettre en œuvre", commente Olivier Noblecourt, maire adjoint, président du CCAS de Grenoble.

      Une perception nouvelle du service social

Grâce à cela, certains habitants qui évitaient le centre social franchissent désormais le seuil de la maison des habitants avec plaisir. "Nous voulons sortir de la logique du service social - déconsidéré - et nous avons pour cela besoin d'actions collectives fortes qui véhiculent une nouvelle image et ouvrent les maisons des habitants à un plus large public. Les paniers solidaires entrent parfaitement dans ce projet", souligne le président du CCAS. De fait, la mayonnaise a pris : des cours de cuisine se sont rapidement mis en place, puis un concours de master chef. Des habitants se sont également organisés pour faire des achats groupés sur d'autres types de produits et mettent en place des paniers d'épicerie solidaire.

       Préserver la dimension conviviale et la mixité

"Le CCAS a très vite été débordé par le nombre de demandes", se délecte l’élu, qui remarque que le public est fort varié. Familles nombreuses, jeunes couples sans enfants, demandeurs d'asile, etc. Début 2012, le CCAS comptabilisait près de 500 familles abonnées. Le CCAS veut limiter le nombre de bénéficiaires à une cinquantaine par maison des habitants : à la fois pour des questions de place (stockage, distribution des paniers), mais également pour garder une dimension conviviale.

        Premiers enseignements

Le démarrage a été la période la plus difficile. "Un tel projet ne peut pas se monter en trois mois. Il faut trouver le producteur et des habitants réactifs, et prendre le temps d'informer et d'accompagner”, insiste l’élu. Ensuite, lors du premier renouvellement des abonnements, 20 à 30% des ménages ne se sont pas réinscrits. “Cela nous a inquiété et après analyse, nous avons constaté que c'était un taux de déperdition normale. Si certains arrêtent car ils jugent le système trop contraignant, à d'autres cela a donné l'envie d'acheter eux mêmes ces produits." La formule de l'abonnement reste quoi qu'il en soit indispensable pour pouvoir travailler avec des producteurs locaux.

        Coût limité

A terme, l'opération doit être neutre financièrement. Mais ce n'est pas encore le cas, en raison notamment du coût des livraisons. L'objectif pour 2011 a été rempli : 11.000 paniers livrés. Le coût de la collectivité étant d'un euro par panier, le delta pour le CCAS devrait donc se situer entre 10 et 15.000 euros.

Emmanuelle Stroesser / Agence Traverse, lundi 07 mai 2012 le site www.mairieconseils.net

http://www.localtis.fr/cs/ContentServer?pagename=Mairie-conseils/MCExperience/Experience&cid=1250263541074

Contacts

CCAS – Grenoble 28 Gallerie de l'Arlequin, 38029 Grenoble Cedex

Noblecourt Olivier, Adjoint au maire, président du CCAS, olivier.noblecourt@ville-grenoble.fr

Partager cet article

Repost 0

commentaires