Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : BIPLAN
  • : Territoires, réseaux, formation
  • Contact

Le blog d'Odile Plan

Ce blog est animé par Odile Plan         créatrice de BIPLAN

envoyez vos réactions et informations à :

biplan46@wanadoo.fr

undefined









Recherche

territoires-réseaux-formation

BIPLAN, un blog de partage et d’échange d'informations,sur les initiatives participatives des territoires,les partenariats et les réseaux,la création d'activité, l'égalité de chances pour un développement durable et un monde solidaire...

Articles Récents

  • Bertrand Schwartz est parti, un grand monsieur nous a quitté
    Bertrand Schwartz est parti, la nuit de vendredi à samedi, calmement dans son sommeil. Il était très mal depuis plusieurs jours, veillé par Antoinette, mais il souriait toujours. C’était attendu, mais ça fait un grand vide, nous lui devons tant que ce...
  • Les billets suspendus ne tiennent qu’à un fil…à Pamiers –Midi Pyrénées- 09 -
    A Naples il est de tradition, quand on entre dans un café, d’en commander un et d’en payer deux. Le café ainsi ‘’suspendu’’ sera offert à une personne dans le besoin qui viendra le réclamer. Cette initiative a poursuivi sa route à travers l’Europe et...
  • Des plateformes de services pour promouvoir une "mobilité inclusive"
    Les rencontres de la mobilité inclusive ont réuni, le 28 janvier 2016 à Paris, des acteurs associatifs de la mobilité solidaire, des collectivités locales et des entreprises. L'objectif : amplifier la prise de conscience sur cet enjeu et structurer davantage...
  • Territoires ruraux : comment sauver les cafés ?
    Avec la disparition des bistrots, les habitants ont le sentiment que le lien social se délite dans les territoires ruraux, comme le montre une étude de l'Ifop pour France Boissons, présentée le 20 janvier à l'occasion du lancement de la nouvelle édition...
  • E-rando : Bourgogne - 58 -
    Le pays Nivernais Morvan propose depuis l’été 2015 seize e-randos numériques, comme autant d'histoires à découvrir au rythme de la marche. Des circuits aussi variés que les territoires des neuf communautés de communes engagées dans l'aventure ! Les e-randos...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • En 2016, la métamorphose…
    La lune était pleine cette nuit de Noël, maintenant, elle est gibbeuse. Puisse-t-elle éclairer ces périodes sombres… Pour l'année nouvelle, nous vous proposons ce texte écrit en 2010 par Edgar Morin ; c'est un peu long, mais cela en vaut la peine. Eloge...
  • Un séjour à la ferme pour aider à la réinsertion - CIVAm et Accueil Paysan -
    Accueil paysan et le CIVAM (Centres d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu rural) organisent des séjours de rupture à la ferme, allant de quelques jours à quelques semaines, pour des personnes en difficultés. Les profils sont multiples...
  • Réfugiés : En Bretagne, plusieurs dizaines d'offres d'hébergement
    Plusieurs dizaines d'offres d'hébergement de réfugiés en Bretagne ont été reçues par le dispositif CALM ("Comme à la maison") mis en place par l'association Singa d'aide aux demandeurs d'asile. Dans les grandes villes (Brest, Rennes, Nantes, Lorient,...
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 10:07

Pépinière d'installation agricole dans le Val de Drôme - Rhône Alpes - 26 -

La communauté de communes du Val de Drôme a ouvert une pépinière d’installation agricole en avril 2011. Sur 9 hectares certifiés en agriculture biologique, les porteurs de projet peuvent tester leur activité durant trois ans avant de s’installer.

Depuis des années, les élus de la communauté de communes du Val de Drôme (36 communes, 31.000 habitants) réfléchissaient à la manière de faciliter l’accès au foncier pour les porteurs d’un projet agricole. Ils sont séduits par une pépinière agricole qu’anime l’association des Compagnons de la terre sur le Diois voisin. En 2009, ils décident de se lancer dans le montage d’un dispositif similaire avec en articulation avec différents partenaires (Terre de liens, chambre d’agriculture, Safer...).

      Un animateur pour suivre le projet recruté par l’association

A l’issue d’une étude financière, juridique et fiscale menée durant six mois par la collectivité, les élus décident de confier la gestion de cette pépinière agricole aux Compagnons de la terre. "Parce que l’association avait déjà une solide expérience grâce à la pépinière du Diois", précise Julie Portier, la chargée de mission agriculture Biovallée® au service des collectivités qui la composent pour monter leurs projets agricoles, dont la Pépinière. En contrepartie, la collectivité apporte une enveloppe financière annuelle, qui participe au salaire de l’animateur recruté par l’association, et également aux investissements (locaux, matériel). L’association reçoit aussi le soutien de la région via Biovallée®, de l’agence de l’eau et de la Fondation de France. Les porteurs de projet participent à hauteur de 10% sur leur chiffre d’affaires… quand ils en dégagent, ainsi que par la location de matériel propriété de l’association, et contribuent ainsi à l’autofinancement des Compagnons de la Terre.

        Le rôle catalyseur de la communauté de communes

Le rôle de Val de Drôme ne s’arrête néanmoins pas au financement. Les contacts entre l’association et la collectivité, élus et agents, sont permanents. "La collectivité joue un rôle de catalyseur dans ce projet, poursuit la chargée de mission agriculture Biovallée®. Par exemple, elle a favorisé les premiers contacts entre l’association et les propriétaires de la ferme sur laquelle s’est concrétisé le projet de pépinière : les propriétaires ne voulant pas vendre le corps de ferme, il a été décidé que l’association des Compagnons de la terre sur le Diois louerait les bâtiments." Aux côtés des membres de l’association et des partenaires les élus de la communauté de communes et de Biovallée® sont invités aux commissions qui sélectionnent les porteurs de projet jugés aptes à s’installer sur la pépinière (voir encadré ci-dessous "Parcours fléché pour les candidats").

      Mise à disposition de terres et accompagnement

Le principe de la pépinière d’installation agricole et fermière (Piaf), lancé depuis avril 2011, est de mettre à disposition de porteurs de projets en agriculture biologique, des terres de la ferme-pépinière, du matériel et un suivi personnalisé via l’animateur recruté par l’association. Pour cela, ils signent avec l’association des Compagnons de la terre un contrat d’appui au projet d’entreprise (Cape) : un contrat d’un an, renouvelable deux fois, qui leur assure un statut social rassurant (voir encadré). L’association a procédé à un aménagement du corps de ferme (hangar de stockage, laboratoire de transformation des produits et point de vente) ainsi qu’à l’achat de gros matériel qui est facturé en fin de saison aux porteurs de projet selon un prix horaire. 
La première année, six personnes ont été accueillies, et en décembre un compagnon et un couple quittent la pépinière : le premier pour s’installer à quelques kilomètres, tandis que les seconds devraient se reconvertir. "C’est aussi l’intérêt de la pépinière : tester et ensuite décider ou pas de la poursuite de son projet.", observe la chargée de mission.

Régulièrement, la chargée de mission Biovallée® rencontre les membres des Compagnons de la terre afin d’évaluer le dispositif et de l’améliorer. La communauté de communes ne souhaite pas en rester là. Elle réfléchit à une autre forme de pépinière. Il s’agirait de mettre des terres et du matériel à disposition de porteurs de projet dans des fermes encore en activité, mais dont l’exploitant approche de la retraite. A suivre.

Lucile Vilboux / Acteur Rural, Lundi 17 Décembre 2012 pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info

Parcours fléché pour les candidats

Ne rentre pas qui veut dans la pépinière. Les candidats, quel que soit l’âge et la provenance géographique, doivent franchir différentes étapes : contact téléphonique, envoi d’une présentation écrite du projet, des motivations, des expériences, puis, si la pépinière d’installation agricole et fermière semble pouvoir l’accueillir, visite sur place et étude des possibilités d’activités, puis présentation orale et entretien avec la commission de sélection. Les personnes actuellement accueillies produisent des fruits, des légumes, des plantes à parfum et aromatiques... Les produits sont vendus sur les marchés, en Amap et dans le magasin de vente à la ferme.

Un statut social rassurant

Le contrat d’appui au projet d’entreprise permet aux porteurs de projet d’être affiliés auprès de la MSA et leur attribue un statut social de "compagnon". Leur rémunération se fait en fonction de leur chiffre d’affaires qui donne lieu à l’édition d’un bulletin de salaire (déduites des charges patronales et salariales). Les documents commerciaux et administratifs se font au nom de l’association des Compagnons de la terre auquel chaque compagnon adjoint ses propres références.


 

CONTACTS

Communauté de communes du Val de Drôme

rue Henri Barbusse - BP 331
26000 Crest Cedex
tél. : 04 75 25 43 82

                Fleury Fabienne, Conseillère communautaire

                Portier Julie, Chargée de mission agriculture Biovallée, tél. :04 75 25 43 82

                       jportier@val-de-drome.com

 

http://www.mairieconseils.net/cs/ContentServer?pagename=Mairie-conseils/MCExperience/Experience&cid=1250264551300

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires