Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : BIPLAN
  • : Territoires, réseaux, formation
  • Contact

Le blog d'Odile Plan

Ce blog est animé par Odile Plan         créatrice de BIPLAN

envoyez vos réactions et informations à :

biplan46@wanadoo.fr

undefined









Recherche

territoires-réseaux-formation

BIPLAN, un blog de partage et d’échange d'informations,sur les initiatives participatives des territoires,les partenariats et les réseaux,la création d'activité, l'égalité de chances pour un développement durable et un monde solidaire...

Articles Récents

  • Bertrand Schwartz est parti, un grand monsieur nous a quitté
    Bertrand Schwartz est parti, la nuit de vendredi à samedi, calmement dans son sommeil. Il était très mal depuis plusieurs jours, veillé par Antoinette, mais il souriait toujours. C’était attendu, mais ça fait un grand vide, nous lui devons tant que ce...
  • Les billets suspendus ne tiennent qu’à un fil…à Pamiers –Midi Pyrénées- 09 -
    A Naples il est de tradition, quand on entre dans un café, d’en commander un et d’en payer deux. Le café ainsi ‘’suspendu’’ sera offert à une personne dans le besoin qui viendra le réclamer. Cette initiative a poursuivi sa route à travers l’Europe et...
  • Des plateformes de services pour promouvoir une "mobilité inclusive"
    Les rencontres de la mobilité inclusive ont réuni, le 28 janvier 2016 à Paris, des acteurs associatifs de la mobilité solidaire, des collectivités locales et des entreprises. L'objectif : amplifier la prise de conscience sur cet enjeu et structurer davantage...
  • Territoires ruraux : comment sauver les cafés ?
    Avec la disparition des bistrots, les habitants ont le sentiment que le lien social se délite dans les territoires ruraux, comme le montre une étude de l'Ifop pour France Boissons, présentée le 20 janvier à l'occasion du lancement de la nouvelle édition...
  • E-rando : Bourgogne - 58 -
    Le pays Nivernais Morvan propose depuis l’été 2015 seize e-randos numériques, comme autant d'histoires à découvrir au rythme de la marche. Des circuits aussi variés que les territoires des neuf communautés de communes engagées dans l'aventure ! Les e-randos...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • En 2016, la métamorphose…
    La lune était pleine cette nuit de Noël, maintenant, elle est gibbeuse. Puisse-t-elle éclairer ces périodes sombres… Pour l'année nouvelle, nous vous proposons ce texte écrit en 2010 par Edgar Morin ; c'est un peu long, mais cela en vaut la peine. Eloge...
  • Un séjour à la ferme pour aider à la réinsertion - CIVAm et Accueil Paysan -
    Accueil paysan et le CIVAM (Centres d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu rural) organisent des séjours de rupture à la ferme, allant de quelques jours à quelques semaines, pour des personnes en difficultés. Les profils sont multiples...
  • Réfugiés : En Bretagne, plusieurs dizaines d'offres d'hébergement
    Plusieurs dizaines d'offres d'hébergement de réfugiés en Bretagne ont été reçues par le dispositif CALM ("Comme à la maison") mis en place par l'association Singa d'aide aux demandeurs d'asile. Dans les grandes villes (Brest, Rennes, Nantes, Lorient,...
13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 10:06

Le microcrédit personnel connaît une forte progression (+56% en un an) mais reste très en deçà des besoins réels, alors qu'il donne de bons résultats sur le retour à l'emploi. Mais pour les spécialistes, s'il offre une porte d'entrée au crédit, ce n'est pas encore la porte de sortie rêvée.

Non seulement la microfinance suscite de plus en plus d'intérêt mais la France est, en Europe, l'un des pays qui a mis au point l'un des dispositifs les plus aboutis. Depuis 2005, en effet, le fonds de cohésion sociale (FCS) géré par la Caisse des Dépôts garantit jusqu'à 50% de ces prêts destinés aux très petites entreprises ou aux personnes qui ne peuvent prétendre à un crédit classique (le reste du prêt étant garanti par les collectivités et les banques).

Et le microcrédit personnel, lancé en 2007 et qui constitue une originalité française en Europe, est en plein essor. En 2009, ces petits prêts destinés à des projets d'insertion professionnelle (pour aider à retrouver un emploi par exemple) ont progressé de 54%, à 5.520 sur un total de 28.863 microcrédits recensés, selon les chiffres de l'observatoire de la microfinance (Banque de France). Le gros reste donc dominé par les microcrédits professionnels plus classiques, accordés pour créer sa micro-entreprise. Mais le rythme de progression des microcrédits personnels s'accélère. Mi-2010, 4.000 microcrédits personnels avaient déjà été octroyés. Des chiffres qui restent cependant très modestes au regard des besoins : un quart de la population n'a pas accès au crédit bancaire. Pire, selon le Secours catholique, 8 millions de personnes peuvent être considérées comme pauvres. L'enjeu pourrait donc être de faire progresser le microcrédit personnel. D'autant qu'il donne de bons résultats sur le retour à l'emploi. La Caisse des Dépôts et la fédération des Caisses d'épargne, qui assure à elle seule 42% de ces microcrédits personnels, ont cherché à connaître son impact économique et social. Résultat : la moitié des bénéficiaires sans emploi à l'origine en ont obtenu un depuis l'obtention de leur microcrédit, selon cette étude réalisée auprès de 800 personnes par le cabinet GMC conseil. Et 85% d'entre eux estiment que c'est le microcrédit qui les a aidés à retrouver un emploi. Certes, il s'agit avant tout d'emplois précaires, mais aussi, dans 28% des cas, de CDI à temps plein. S'agissant de la destination de ces microcrédits, il apparaît que 65% des projets financés sont liés à un impératif de mobilité : 48% pour un véhicule, 11% pour un permis de conduire. En revanche, et c'est une surprise, 18% des crédits n'ont qu'un rapport indirect avec l'accès au travail puisqu'ils ont trait au logement : équipement, amélioration de l'habitat, etc. Enfin, les trois quarts des bénéficiaires ont le sentiment que leur vie s'est améliorée grâce au microcrédit.

     "Sur la bancarisation tout reste à faire"

A terme, l'objectif du microcrédit est de permettre à ses bénéficiaires de remettre le pied à l'étrier et de redevenir des clients comme les autres. Ce qui suppose un véritable accompagnement. Or l'étude a aussi révélé que 80% des personnes rencontrant des difficultés de remboursement n'avaient pas bénéficié d'aide. Pour Alain Bernard, responsable du département emploi–économie solidaire du Secours catholique, c'est l'un des points noirs montrés par l'étude. "Sur la bancarisation tout reste à faire. On a trouvé une porte d'entrée, je me demande s'il y a une porte de sortie", estime-t-il. De fait, les structures d'accueil ne sont pas rattachées aux agences bancaires classiques. C'est le cas des enseignes "Parcours confiance" des Caisses d'épargne.  L'étude montre aussi que le microcrédit peut manquer sa cible : alors que 70% des prêts sont liés à la mobilité, c'est dans ce domaine qu'on obtient les moins bons résultats sur l'emploi. Le plafond de 3.000 euros ne semble pas approprié à l'achat d'une voiture par exemple.
Les résultats de l'enquête masquent par ailleurs une réalité géographique très contrastée. Les microcrédits personnels se retrouvent essentiellement dans l'Ouest : Bretagne, Pays-de-la-Loire et Poitou-Charentes concentrent la moitié d'entre eux. Or les collectivités ont plusieurs possibilités d'intervention. Elles peuvent par exemple abonder le FCS, même si pour l'heure aucune ne l'a fait. Et pour des raisons d'affichage, elles préfèrent souvent créer leur propre fonds de garantie. Il y a donc de ce côté-là des marges de progression.

Insertion sociale et accidents de la vie

Au fil du temps, le dispositif a été peaufiné. Les conditions d'accès sont mieux encadrées. Et la loi portant réforme du crédit à la consommation du 1er juillet 2010 ouvre de nouvelles perspectives. Les réseaux accompagnants ont obtenu que l'inscription au fichier des incidents de remboursements des crédits (FICP) ne constitue plus un motif de refus de prêt. Par ailleurs, les associations de microcrédit telles que l'Adie ou Creasol pourront désormais se financer directement auprès des épargnants et plus seulement auprès des banques. Par souci de transparence, ces dernières devront publier un bilan annuel de leurs actions de microcrédit. Enfin, le champ du microcrédit est officiellement étendu à des projets d'insertion sociale qui ne sont pas directement liés à un objectif professionnel (voir encadré ci-dessous) ou à des projets destinés à faire face à des "accidents de la vie" (divorce, décès, etc.). Dans ce dernier cas, le montant peut être porté à 12.000 euros.
Selon Sébastien Poidatz, de la Caisse des Dépôts, "on est encore très loin d'une industrie du microcrédit mais on peut considérer qu'on sort de l'expérimentation". Selon lui, "on commence à voir ce qu'est l'accompagnement amont, mais pour l'accompagnement aval, tout reste à faire". Sur cette question, l'économiste Georges Goukoviezoff, spécialiste des questions d’inclusion financière des particuliers, se montre assez réservé. "La pauvreté est multiforme, elle évolue constamment, le microcrédit doit rester un outil d'interpellation. Il ne faut pas perdre de vue que les gens doivent trouver des solutions pérennes ailleurs", avertit-il.
Alors faut-il passer à la vitesse supérieure ? A quel coût et pour quelle efficacité ? La Caisse des Dépôts, qui a décidé d'en savoir un peu plus, va mener une étude en 2011 pour apporter d'autres éléments quantitatifs et qualitatifs : profil des demandeurs, études de risques et impact budgétaire. Il sera alors temps d'évaluer les premiers résultats de la loi de 2010.

Michel Tendil, publié le 18 novembre 2010 par localtis

http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/artVeille/artVeille&c=artVeille&cid=1250260733288

Partager cet article

Repost 0

commentaires