Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : BIPLAN
  • : Territoires, réseaux, formation
  • Contact

Le blog d'Odile Plan

Ce blog est animé par Odile Plan         créatrice de BIPLAN

envoyez vos réactions et informations à :

biplan46@wanadoo.fr

undefined









Recherche

territoires-réseaux-formation

BIPLAN, un blog de partage et d’échange d'informations,sur les initiatives participatives des territoires,les partenariats et les réseaux,la création d'activité, l'égalité de chances pour un développement durable et un monde solidaire...

Articles Récents

  • Bertrand Schwartz est parti, un grand monsieur nous a quitté
    Bertrand Schwartz est parti, la nuit de vendredi à samedi, calmement dans son sommeil. Il était très mal depuis plusieurs jours, veillé par Antoinette, mais il souriait toujours. C’était attendu, mais ça fait un grand vide, nous lui devons tant que ce...
  • Les billets suspendus ne tiennent qu’à un fil…à Pamiers –Midi Pyrénées- 09 -
    A Naples il est de tradition, quand on entre dans un café, d’en commander un et d’en payer deux. Le café ainsi ‘’suspendu’’ sera offert à une personne dans le besoin qui viendra le réclamer. Cette initiative a poursuivi sa route à travers l’Europe et...
  • Des plateformes de services pour promouvoir une "mobilité inclusive"
    Les rencontres de la mobilité inclusive ont réuni, le 28 janvier 2016 à Paris, des acteurs associatifs de la mobilité solidaire, des collectivités locales et des entreprises. L'objectif : amplifier la prise de conscience sur cet enjeu et structurer davantage...
  • Territoires ruraux : comment sauver les cafés ?
    Avec la disparition des bistrots, les habitants ont le sentiment que le lien social se délite dans les territoires ruraux, comme le montre une étude de l'Ifop pour France Boissons, présentée le 20 janvier à l'occasion du lancement de la nouvelle édition...
  • E-rando : Bourgogne - 58 -
    Le pays Nivernais Morvan propose depuis l’été 2015 seize e-randos numériques, comme autant d'histoires à découvrir au rythme de la marche. Des circuits aussi variés que les territoires des neuf communautés de communes engagées dans l'aventure ! Les e-randos...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • En 2016, la métamorphose…
    La lune était pleine cette nuit de Noël, maintenant, elle est gibbeuse. Puisse-t-elle éclairer ces périodes sombres… Pour l'année nouvelle, nous vous proposons ce texte écrit en 2010 par Edgar Morin ; c'est un peu long, mais cela en vaut la peine. Eloge...
  • Un séjour à la ferme pour aider à la réinsertion - CIVAm et Accueil Paysan -
    Accueil paysan et le CIVAM (Centres d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu rural) organisent des séjours de rupture à la ferme, allant de quelques jours à quelques semaines, pour des personnes en difficultés. Les profils sont multiples...
  • Réfugiés : En Bretagne, plusieurs dizaines d'offres d'hébergement
    Plusieurs dizaines d'offres d'hébergement de réfugiés en Bretagne ont été reçues par le dispositif CALM ("Comme à la maison") mis en place par l'association Singa d'aide aux demandeurs d'asile. Dans les grandes villes (Brest, Rennes, Nantes, Lorient,...
6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 22:00

Ils font pousser des légumes, non pas dans leur arrière-cour, mais devant chez eux, et les laissent à disposition de ceux qui en ont besoin. Ce joyeux et généreux mouvement porte l'appellation « Incroyables comestibles ». Il s'inspire de son équivalent anglais, « Incredible Edible », créé en 2008. Le phénomène a pris de l'ampleur au printemps dernier et commence à essaimer partout en France. Ses adeptes professent une solidarité au ras du sol. « O n n'attend pas le «grand soir», on met les mains dans la terre », dit l'un d'eux. Et de renchérir : « Tu bèches, tu sèmes, tu y passes du temps, et en deux jours tout est ramassé. Il faut aller au-delà de l'individualisme. »

Légumes en accès libre, nouvelle idée solidaire

Lancé sur Facebook, le mouvement de partage « Incroyables comestibles » essaime partout en France

"C’est calme en ce moment, trop calme... » En essuyant les verres du restaurant où il est salarié à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), Cédric Dérouin, 34 ans, évoque, pêle-mêle, les fermetures successives de dizaines de commerces dans le centre-ville, le licenciement économique de son unique collègue il y a quelques mois, l'incertitude qui pèse sur son avenir comme sur celui des ouvriers des chantiers de l'Atlantique, principal employeur du secteur. « Y'a plus de commandes... Que va-t-il se passer quand les deux derniers bateaux seront livrés ? », s'interroge-t-il, morose.

 

Mais où est-il celui dont nous avions lu les messages enthousiastes et fédérateurs sur Facebook ? Celui au ton plein d'espoir que nous avions eu au téléphone ? Il faut lui laisser le temps de fermer boutique. Le suivre jusque chez lui et le voir enfin nous présenter, avec un plaisir non feint, malgré la pluie battante, les poireaux et le petit chou qui ont poussé dans le bac qu'il a installé devant sa maison, surmonté d'un accueillant panneau « nourriture à partager », petit supplément d'âme dans ce lotissement neuf.

Faire un potager non pas derrière mais devant chez soi et laisser les légumes qui poussent à disposition de ceux qui en ont besoin : une idée bête comme chou, oserait-on dire, qui est au coeur d'un joyeux mouvement parti d'Angleterre sous le nom d'« Incredible edible », et qui est en train de conquérir la France de commune en commune sous le nom d'« Incroyables comestibles » avec la rapidité d'un bon « buzz ».

« Tout a commencé en 2008 à Todmorden, une cité industrielle du nord de l'Angleterre, touchée de plein fouet par la crise », raconte François Rouillay, qui a repéré puis importé la démarche en France et d'abord chez lui, en Alsace. « Pour recréer du lien social, des habitants ont eu l'idée de transformer un jardin floral en jardin potager et d'indiquer «food to share» («nourriture à partager»). Puis des bacs plantés de légumes sont apparus un peu partout, des cours d'écoles jusque devant le poste de police. Ce qui non seulement a permis de souder la communauté, mais a redonné à tous le goût du consommé local. »

En mai, François Rouillay commence par planter devant chez lui, bientôt imité par un voisin. Puis en homme de son temps, il pose sa bêche et allume son ordinateur. Plutôt que de restreindre le projet à sa seule ville de Colroy-La-Roche (Bas-Rhin), il crée une page Facebook « Incredible Edible France » pour inviter d'autres amateurs à faire comme lui.

Et c'est ainsi que, de « like » en « j'aime » (un clic équivaut à la recommandation d'une publication sur Facebook), le mouvement a traversé la France en moins de six mois, d'est en ouest, du nord au sud, pour former une jolie communauté aux six coins de l'Hexagone.

C'est par ce réseau social que Cédric Dérouin découvre les premières plantations faites en Alsace. Il s'y mettra pendant l'été. « J'avais récupéré des plants de poireaux, mais beaucoup trop pour la taille de mon potager. Plutôt que de les jeter, j'ai décidé de planter mon surplus de poireaux ici et d'inviter les passants à se servir gratuitement et vous voyez, des gens en ont pris ! », dit-il en montrant une rangée dépeuplée.

Une première étape, mais déjà il rêve d'un projet qui se déclinerait dans toute la ville. En lieu et place d'un vaste terrain en friches, il imagine un grand potager collectif : « A côté du foyer des jeunes travailleurs, cela aurait du sens. » Les plates-bandes des HLM pourraient offrir carottes et pommes de terre. Et ces palmiers qui vivotent sur l'avenue principale ? « Nous voudrions convaincre la mairie de remplacer chaque arbre mort par un arbre fruitier, explique t-il. Ce ne serait pas seulement décoratif mais utile. Ceux qui seraient dans le besoin pourraient directement se servir en pommes ou en poires. »

A son tour, il a créé une page Facebook qui a fait boule de neige. C'est ainsi qu'il est devenu l'un des pivots du mouvement dans l'ouest de la France, recevant désormais des sollicitations de toute la Bretagne comme de Poitou-Charentes.

« Ce qui séduit les gens c'est que le processus est très simple. Il n'y a aucun bulletin d'adhésion à remplir. Il suffit d'installer un bac et de planter, explique-t-il. Récemment, quelqu'un de Nantes a proposé de venir nous aider. J'ai répondu : «plante plutôt ton bac !» Il vit en appartement mais on a aussi été contacté par une Nantaise qui a un jardin mais pas le temps d'y planter des légumes. Il suffisait de faire le lien ! »

Voilà comment des gens d'âge, de milieu et de convictions politiques différents entrent peu à peu en contact au fil de l'hiver dans toute la France, pour mieux se préparer aux plantations du printemps. « A Saint-Nazaire, il y aussi bien des personnes qui vivent en HLM que des propriétaires de grands pavillons qui veulent participer, indique Cédric Dérouin. Certaines personnes qui travaillent, d'autres qui sont au chômage. »

Le projet a élargi son cercle de connaissances. Il lui a fait rencontrer nombre d'associations dont il ne soupçonnait pas l'existence et a également permis à ces dernières - les unes proches du jardinage, les autres intervenant dans le champ de l'insertion - de se rencontrer entre elles.

Ce soir pluvieux de décembre, ils sont une dizaine à se retrouver autour d'un verre pour discuter de la mise en place du projet. Chacun se présente : ils sont « amis » sur Facebook mais pas encore dans la vie ! Il y a là de vieux baroudeurs de la cause écologiste et des mouvements alternatifs, mais aussi des novices, comme Sandra Bacot, 32 ans, institutrice. « J'aime l'idée de voir le jardin comme quelque chose d'utile et pas seulement pour son petit bonheur personnel », confie-t-elle.

Elle écoute, attentive, les plus expérimentés lui expliquer des techniques qui vont lui permettre de planter des légumes pour un investissement minimum en temps et en euros, des solutions écologiques bien sûr. Elle découvre ainsi l'échange de graines ou la «permaculture ». Doucement, la conversation devient débat sur la marche du monde. « Le compost, l'échange de graines, le potager... Quand on parle de cela avec nos grands-mères, elles nous disent qu'on n'a rien inventé, parce qu'elles faisaient tout ça avant. Mais pourquoi ont-elles arrêté ? », s'interroge Christina Brulavoine, 42 ans, assistante de direction.

En Alsace, François Rouillay croit bien qu'une « révolution » est en marche. A Saint-Nazaire, on s'enthousiasme, mais on se demande encore : « Est-ce que les gens vont réussir à dépasser l'idée de la propriété du temps passé ? Tu sèmes, tu bêches, tu y passes du temps, et en deux jours, tout est ramassé par des inconnus... Il faut vraiment réussir à aller au-delà de l'individualisme... », développe Dorothée Bourdeaut, kinésithérapeute de 30 ans qui a fondé la cellule nazairienne avec Cédric. « Il faut que ce ne soit pas rare », lance Sandra. « Il faut que ça ne coûte presque rien », ajoute Dorothée.

« Moi j'y crois à 600 %, s'enthousiasme Cédric. Il n'y a pas de raison que la mentalité des gens n'évolue pas. Là, on voit bien que ça intéresse du monde, il faut tout faire pour que ça se concrétise par des plantations partout au printemps ! »

Militant à Attac, Thierry se souvient combien, lors de la fondation du mouvement en 1998, tout le monde croyait qu'un autre monde était possible. Quatorze ans après, le résultat est en demi-teinte. « La différence, c'est qu'à Attac on a commencé par beaucoup de théorie sur la mondialisation avant de réfléchir à l'action citoyenne. A «Incroyables comestibles», on n'est pas dans la théorie. On dit aux gens : ça vous intéresse ? Très bien, prenez un bac et plantez ! On n'attend pas le grand soir, on met les mains dans la terre ! »

 Aline Leclerc

Article paru dans l'édition du 27.12.12 Logo-Le-Monde-N-B-.jpg

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires