Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : BIPLAN
  • : Territoires, réseaux, formation
  • Contact

Le blog d'Odile Plan

Ce blog est animé par Odile Plan         créatrice de BIPLAN

envoyez vos réactions et informations à :

biplan46@wanadoo.fr

undefined









Recherche

territoires-réseaux-formation

BIPLAN, un blog de partage et d’échange d'informations,sur les initiatives participatives des territoires,les partenariats et les réseaux,la création d'activité, l'égalité de chances pour un développement durable et un monde solidaire...

Articles Récents

  • Bertrand Schwartz est parti, un grand monsieur nous a quitté
    Bertrand Schwartz est parti, la nuit de vendredi à samedi, calmement dans son sommeil. Il était très mal depuis plusieurs jours, veillé par Antoinette, mais il souriait toujours. C’était attendu, mais ça fait un grand vide, nous lui devons tant que ce...
  • Les billets suspendus ne tiennent qu’à un fil…à Pamiers –Midi Pyrénées- 09 -
    A Naples il est de tradition, quand on entre dans un café, d’en commander un et d’en payer deux. Le café ainsi ‘’suspendu’’ sera offert à une personne dans le besoin qui viendra le réclamer. Cette initiative a poursuivi sa route à travers l’Europe et...
  • Des plateformes de services pour promouvoir une "mobilité inclusive"
    Les rencontres de la mobilité inclusive ont réuni, le 28 janvier 2016 à Paris, des acteurs associatifs de la mobilité solidaire, des collectivités locales et des entreprises. L'objectif : amplifier la prise de conscience sur cet enjeu et structurer davantage...
  • Territoires ruraux : comment sauver les cafés ?
    Avec la disparition des bistrots, les habitants ont le sentiment que le lien social se délite dans les territoires ruraux, comme le montre une étude de l'Ifop pour France Boissons, présentée le 20 janvier à l'occasion du lancement de la nouvelle édition...
  • E-rando : Bourgogne - 58 -
    Le pays Nivernais Morvan propose depuis l’été 2015 seize e-randos numériques, comme autant d'histoires à découvrir au rythme de la marche. Des circuits aussi variés que les territoires des neuf communautés de communes engagées dans l'aventure ! Les e-randos...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • En 2016, la métamorphose…
    La lune était pleine cette nuit de Noël, maintenant, elle est gibbeuse. Puisse-t-elle éclairer ces périodes sombres… Pour l'année nouvelle, nous vous proposons ce texte écrit en 2010 par Edgar Morin ; c'est un peu long, mais cela en vaut la peine. Eloge...
  • Un séjour à la ferme pour aider à la réinsertion - CIVAm et Accueil Paysan -
    Accueil paysan et le CIVAM (Centres d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu rural) organisent des séjours de rupture à la ferme, allant de quelques jours à quelques semaines, pour des personnes en difficultés. Les profils sont multiples...
  • Réfugiés : En Bretagne, plusieurs dizaines d'offres d'hébergement
    Plusieurs dizaines d'offres d'hébergement de réfugiés en Bretagne ont été reçues par le dispositif CALM ("Comme à la maison") mis en place par l'association Singa d'aide aux demandeurs d'asile. Dans les grandes villes (Brest, Rennes, Nantes, Lorient,...
8 janvier 2010 5 08 /01 /janvier /2010 10:04

Les chambres d'agriculture en marche vers leur réforme

Pour répondre aux exigences de la révision générale des politiques publiques (RGPP), les chambres d'agriculture doivent conduire une réforme de leurs métiers et de leur organisation. Les acteurs locaux sont ainsi amenés à se positionner à partir d'une trame nationale, pour arriver à une mise en oeuvre de l'organisation qu'ils préconisent sur les années 2010-2011.

 

Tout comme les chambres de commerce et d'industrie, les chambres d'agriculture doivent se réformer. Une réforme qui, inscrite dans le cadre de la révision générale des politiques publiques (RGPP) lancée par le gouvernement en juillet 2007, doit amener les chambres d'agriculture à se moderniser et à réaliser une économie de 40 à 60 millions d'euros, sur un budget total de 650 millions d'euros, soit 10% d'économie.

Les enjeux de cette réforme sont de deux ordres. Premier point : l'évolution des besoins de l'agriculture et des agriculteurs. Des besoins qui évoluent fortement depuis la réforme de la politique agricole commune (PAC). "On sort d'une réglementation datant des années 1970 et 1980 très structurante avec des chambres d'agriculture qui dispensaient des solutions techniques standard, efficaces, développées sur tout le territoire. Il y avait une homogénéisation des pratiques et les chambres d'agriculture avaient un rôle bien identifié, qui consistait à défendre la vision et les intérêts des agriculteurs et à les aider à innover", explique Etienne Regnaud, chargé de mission auprès du directeur de l'Assemblée permanente des chambres d'agriculture (APCA), responsable de l'animation de la réforme. Mais depuis, les choses ont changé. "Les besoins sont plus spécifiques d'un territoire à un autre et on assiste depuis dix à quinze ans à une multiplication de modèles alternatifs : le bio, les circuits courts...", détaille le responsable de l'APCA. Du fait de marchés devenus beaucoup moins stables, les agriculteurs doivent aussi être plus réactifs. Sans oublier leurs revenus qui sont en berne. D'après les comptes prévisionnels de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), ils ont chuté de 34% en 2009, pour atteindre en moyenne 14.500 euros par an.

Autre enjeu de la réforme : modifier l'image des chambres d'agriculture, qui "n'est pas très bonne", de l'avis d'Etienne Regnaud. "Les agriculteurs ne comprennent pas bien ce que font les chambres. Par rapport aux structures coopératives qui ont des services pointus bien identifiés, nous avons une image un peu vieillotte." Alors, pour faire évoluer l'ensemble - organisation, services et image - l'APCA a choisi la concertation. "Nous ne voulions pas d'un schéma qui tombe d'en haut, à l'image de ce qui se passe dans les CCI, car ce sont souvent des réformes que les gens ont du mal à s'approprier et qui sont mal comprises. L'idée est de faire participer les acteurs locaux à partir d'une trame nationale discutée ensemble", souligne Etienne Regnaud.

 

Mutualiser les compétences au niveau régional

Chaque région doit ainsi déterminer sa propre organisation à partir de cette trame. Et le couple président de chambre (qui est un élu) et directeur est en première ligne dans cette tâche. Ceux-ci discutent entre eux et font valider à leurs équipes le schéma de la réforme pour leur région. "Notre ministère laisse le temps à la profession agricole de se réformer, mais en même temps il faut qu'on prenne l'initiative pour éviter que l'Etat reprenne la main. Ca nous mobilise pas mal mais ça nous laisse en même temps au milieu du gué", détaille Bernard Rebière, directeur de la chambre régionale d'agriculture du Limousin. Les échéances sont souples, la mise en œuvre de la réforme devant s'étaler sur 2010-2011, mais la pression reste donc importante.

Plusieurs pistes sont avancées pour réformer les chambres d'agriculture. Première idée : développer de nouveaux métiers. "De 7.500 personnes, on passe à 10.000 personnes qui seront spécialisées sur les questions environnementales, alors qu'il y a quinze ans, ce profil ne concernait que cent personnes", détaille Etienne Regnaud. Autre piste de modernisation : développer de nouveaux services. Les chambres d'agriculture commencent ainsi à s'intéresser au conseil stratégique, pour aider les agriculteurs à prendre des décisions dans le cadre d'évolutions structurantes. Enfin, la rationalisation des services offerts par les chambres d'agriculture est considérée comme un moyen de réaliser des économies d'échelle. "Aujourd'hui les chambres d'agriculture essaient de fournir tous les services avec en moyenne 70 salariés. C'est peu pour être opérationnel, sachant que les besoins sont de plus en plus diversifiés, explique Etienne Regnaud. On a intérêt à positionner certains postes au niveau régional."

Les chambres d'agriculture de Bretagne ont pour leur part démarré cette transformation depuis plusieurs années. "Depuis quelques temps, on a analysé l'intérêt de travailler davantage ensemble pour créer des économies d'échelle. On a commencé par la recherche appliquée en rationnalisant le réseau des stations de recherche pour les spécialiser et les mettre en commun", explique Patrice Plet, directeur de la chambre régionale d'agriculture de Bretagne.

 

"On a à faire une révolution copernicienne !"

Au-delà de la recherche, quatre autres chantiers de mutualisation ont été identifiés dans cette région : la production de ressources destinées aux élus, la formation, les missions de service public et les fonctions support.

La chambre régionale d'agriculture du Limousin avance aussi vers ce type de mutualisation pour, à terme, souder les trois chambres - Creuse, Haute-Vienne et Corrèze - au sein d'une chambre régionale fédératrice. La mise en place de programmes mutualisés, avec un référent unique pour toutes les chambres du territoire, est ainsi en cours. "Ces programmes sont menés en partenariat avec les chambres mais sont portés par la chambre régionale. Un référent est désigné, chargé de la gouvernance du projet sans autorité budgétaire ni hiérarchique. Les programmes sont ainsi mutualisés sans qu'il y ait changement de lieu ni ajout de niveaux ou de liens hiérarchiques", explique Bernard Rebière.

Le Limousin compte aussi mettre en place des "chefs de mission", chargés de conseiller les élus dans leur décision sur des thématiques diverses : politique de l'eau, environnement, réglementation, trame verte et bleue... Enfin, la région souhaite instaurer des services communs pour créer des économies d'échelle. Une réforme qui reste encore principalement écrite sur le papier, même si le budget des programmes mutualisés a déjà été décidé (200.000 euros), mais dont on connaît déjà les freins. "Les conditions d'emploi entre les quatre chambres du Limousin ne sont pas harmonisées, ça met un coup de canif dans le projet", insiste Bernard Rebière. Même problème pour la région Bretagne. "Il y a aujourd'hui des inquiétudes de la part des salariés, mais nous ne diminuerons pas les charges par des licenciements ; nous profiterons des opportunités, comme les départs à la retraite ou les départs volontaires", détaille Patrice Plet, qui explique qu'il faudra aussi harmoniser les statuts de chacun...

Autre difficulté : la gouvernance des élus. "Aujourd'hui, les élus ont un mandat départemental et non régional. Si on crée des commissions au niveau régional, les élus seront quand même obligés de consulter au niveau départemental, cela va être très lourd à gérer !", détaille le directeur de la chambre régionale d'agriculture du Limousin. Ce que prône la région Limousin pour éviter les doublons et la lourdeur des décisions : des commissions thématiques au niveau régional et des commissions transversales au niveau départemental. De ce côté, en Bretagne, les choses sont aussi en train de se mettre en place, avec une alternance de réunion des bureaux régionaux et départementaux pour aboutir à des décisions prises ensemble.

Quoi qu'il en soit, il faudra que toutes les régions aient dessiné leur principe d'organisation d'ici au 24 mars 2010, pour une mise en œuvre de ces orientations politiques sur les années 2010 et 2011. "Ca avance bien, rassure Etienne Regnaud, mais on a à faire une révolution copernicienne : offrir plus de services tout en développant notre rationalisation économique. Le point le plus difficile est la culture de gestion, qui est assez faible." C'est aussi pour cette raison que le niveau national a décidé de développer ses compétences d'appui et de conseil à travers douze chantiers qui seront également présentés le 24 mars 2010.

          Emilie Zapalski, publié le  15 décembre 2009 par Localtis

Partager cet article

Repost 0

commentaires