Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : BIPLAN
  • : Territoires, réseaux, formation
  • Contact

Le blog d'Odile Plan

Ce blog est animé par Odile Plan         créatrice de BIPLAN

envoyez vos réactions et informations à :

biplan46@wanadoo.fr

undefined









Recherche

territoires-réseaux-formation

BIPLAN, un blog de partage et d’échange d'informations,sur les initiatives participatives des territoires,les partenariats et les réseaux,la création d'activité, l'égalité de chances pour un développement durable et un monde solidaire...

Articles Récents

  • Bertrand Schwartz est parti, un grand monsieur nous a quitté
    Bertrand Schwartz est parti, la nuit de vendredi à samedi, calmement dans son sommeil. Il était très mal depuis plusieurs jours, veillé par Antoinette, mais il souriait toujours. C’était attendu, mais ça fait un grand vide, nous lui devons tant que ce...
  • Les billets suspendus ne tiennent qu’à un fil…à Pamiers –Midi Pyrénées- 09 -
    A Naples il est de tradition, quand on entre dans un café, d’en commander un et d’en payer deux. Le café ainsi ‘’suspendu’’ sera offert à une personne dans le besoin qui viendra le réclamer. Cette initiative a poursuivi sa route à travers l’Europe et...
  • Des plateformes de services pour promouvoir une "mobilité inclusive"
    Les rencontres de la mobilité inclusive ont réuni, le 28 janvier 2016 à Paris, des acteurs associatifs de la mobilité solidaire, des collectivités locales et des entreprises. L'objectif : amplifier la prise de conscience sur cet enjeu et structurer davantage...
  • Territoires ruraux : comment sauver les cafés ?
    Avec la disparition des bistrots, les habitants ont le sentiment que le lien social se délite dans les territoires ruraux, comme le montre une étude de l'Ifop pour France Boissons, présentée le 20 janvier à l'occasion du lancement de la nouvelle édition...
  • E-rando : Bourgogne - 58 -
    Le pays Nivernais Morvan propose depuis l’été 2015 seize e-randos numériques, comme autant d'histoires à découvrir au rythme de la marche. Des circuits aussi variés que les territoires des neuf communautés de communes engagées dans l'aventure ! Les e-randos...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • En 2016, la métamorphose…
    La lune était pleine cette nuit de Noël, maintenant, elle est gibbeuse. Puisse-t-elle éclairer ces périodes sombres… Pour l'année nouvelle, nous vous proposons ce texte écrit en 2010 par Edgar Morin ; c'est un peu long, mais cela en vaut la peine. Eloge...
  • Un séjour à la ferme pour aider à la réinsertion - CIVAm et Accueil Paysan -
    Accueil paysan et le CIVAM (Centres d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu rural) organisent des séjours de rupture à la ferme, allant de quelques jours à quelques semaines, pour des personnes en difficultés. Les profils sont multiples...
  • Réfugiés : En Bretagne, plusieurs dizaines d'offres d'hébergement
    Plusieurs dizaines d'offres d'hébergement de réfugiés en Bretagne ont été reçues par le dispositif CALM ("Comme à la maison") mis en place par l'association Singa d'aide aux demandeurs d'asile. Dans les grandes villes (Brest, Rennes, Nantes, Lorient,...
25 décembre 2010 6 25 /12 /décembre /2010 10:00

 

La nappe et le couvert : ainsi pourrait-on résumer la moisson opérée par la France à l'occasion de l'annonce des nouvelles inscriptions sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'humanité, annoncée par l'Unesco le 16 novembre. Sur les 46 dossiers acceptés, trois concernent la France.

Le premier - lancé par Nicolas Sarkozy lors du Salon de l'agriculture 2008 - est "le repas gastronomique des Français", à ne surtout pas confondre avec la gastronomie française. Il ne s'agit pas en effet de couronner le savoir-faire des grands chefs mais - selon l'explication de l'Unesco - de distinguer "une pratique sociale coutumière destinée à célébrer les moments les plus importants de la vie des individus et des groupes, tels que naissances, mariages, anniversaires, succès et retrouvailles", qui permet aux convives de pratiquer "pour cette occasion, l'art du 'bien manger' et du 'bien boire'". Bien manger, mais pas n'importe comment : en effet, "le repas gastronomique doit respecter un schéma bien arrêté : il commence par un apéritif et se termine par un digestif, avec entre les deux au moins quatre plats, à savoir une entrée, du poisson et/ou de la viande avec des légumes, du fromage et un dessert". Le ministre de la Santé et la Sécurité routière apprécieront... L'Unesco a cependant tenu à faire preuve d'oecuménisme. Pendant que les Français mangent et boivent, elle a en effet distingué également "la diète méditerranéenne". Une candidature portée par l'Espagne, la Grèce, l'Italie et le Maroc, et qui risque de placer Provençaux et Languedociens devant des choix cornéliens.
Le second dossier français couronné concerne "le savoir-faire de la dentelle au point d'Alençon", qui "doit son caractère singulier au haut niveau de savoir-faire requis et au temps très long qu'il faut pour la produire (sept heures par centimètre carré)".

Enfin, le troisième inscrit est "le compagnonnage, réseau de transmission des savoirs et des identités par le métier", qui perdure depuis l'Ancien Régime et regroupe près de 45.000 personnes. Son originalité "tient à la synthèse de méthodes et procédés de transmission des savoirs extrêmement variés : itinérance éducative à l'échelle nationale (période dite du 'tour de France') voire internationale, rituels d'initiation, enseignement scolaire, apprentissage coutumier et technique".

Ces trois dossiers vont ainsi rejoindre les autres patrimoines immatériels français inscrits depuis deux ans : les chants corses, la tapisserie d'Aubusson, la technique du tracé dans la charpente française, le maloya (musiques, chants et danses de la Réunion) et les géants participant aux processions dans le Nord et le Sud-Est.

           Le patrimoine immatériel cherche sa place

Si, au vu de la liste des inscrits de 2010, on comprend bien tout l'intérêt de préserver l'art du pain d'épices en Croatie du Nord, la danse des ciseaux au Pérou, le chant de la sibylle de Majorque (chanté une fois par an dans les églises de l'île lors des mâtines de Noël) ou le système normatif wayuu, appliqué par le pütchipü'üi (dans la péninsule de la Guajira en Colombie), la notion même de patrimoine immatériel soulève néanmoins un certain nombre de questions. Ces classements sont le prolongement de la convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, adoptée lors de la 32e conférence générale de l'Unesco en octobre 2003 et entrée en vigueur le 20 avril 2006 (la France l'ayant ratifiée le 10 juillet 2006). Ils n'ont donc rien à voir avec la convention du patrimoine mondial de l'Unesco, qui remonte à novembre 1972 et vise le patrimoine matériel et naturel et/ou les lieux de mémoire. Une dichotomie source de confusion, d'autant plus que les deux listes s'ignorent superbement alors qu'elles relèvent toutes deux de l'Unesco. Difficile, par exemple, de trouver la moindre allusion au patrimoine immatériel sur le site du patrimoine mondial... Il est vrai que la liste du patrimoine immatériel - avec 46 dossiers acceptés en 2010 pour 51 candidatures - semble nettement moins sélective que celle du patrimoine matériel. Par ailleurs, si elle prévoit des obligations pour les dossiers distingués, il est encore trop tôt pour juger de leur efficacité réelle sur la préservation de l'héritage culturel. Mais la principale difficulté réside dans la définition même du patrimoine immatériel, qui couvre l'artisanat, les coutumes, les chants, les danses, les rites sociaux... Potentiellement, ce sont ainsi des centaines de milliers de candidatures qui pourraient se manifester. Le dernier argument est plus terre-à-terre : si l'inscription au patrimoine mondial a un effet incontestable et mesuré sur la fréquentation touristique des sites distingués, il n'en va pas de même - pour l'instant - pour le patrimoine immatériel.

Jean-Noël Escudié / PCA, publié le 17 novembre 2010 par localtis

http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/artVeille/artVeille&c=artVeille&cid=1250260736304

et sur le site de l'UNESCO : http://www.unesco.org/culture/ich/

                                est ce que cela concerne ausi les repas de réveillon ?


Partager cet article

Repost 0

commentaires