Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : BIPLAN
  • : Territoires, réseaux, formation
  • Contact

Le blog d'Odile Plan

Ce blog est animé par Odile Plan         créatrice de BIPLAN

envoyez vos réactions et informations à :

biplan46@wanadoo.fr

undefined









Recherche

territoires-réseaux-formation

BIPLAN, un blog de partage et d’échange d'informations,sur les initiatives participatives des territoires,les partenariats et les réseaux,la création d'activité, l'égalité de chances pour un développement durable et un monde solidaire...

Articles Récents

  • Bertrand Schwartz est parti, un grand monsieur nous a quitté
    Bertrand Schwartz est parti, la nuit de vendredi à samedi, calmement dans son sommeil. Il était très mal depuis plusieurs jours, veillé par Antoinette, mais il souriait toujours. C’était attendu, mais ça fait un grand vide, nous lui devons tant que ce...
  • Les billets suspendus ne tiennent qu’à un fil…à Pamiers –Midi Pyrénées- 09 -
    A Naples il est de tradition, quand on entre dans un café, d’en commander un et d’en payer deux. Le café ainsi ‘’suspendu’’ sera offert à une personne dans le besoin qui viendra le réclamer. Cette initiative a poursuivi sa route à travers l’Europe et...
  • Des plateformes de services pour promouvoir une "mobilité inclusive"
    Les rencontres de la mobilité inclusive ont réuni, le 28 janvier 2016 à Paris, des acteurs associatifs de la mobilité solidaire, des collectivités locales et des entreprises. L'objectif : amplifier la prise de conscience sur cet enjeu et structurer davantage...
  • Territoires ruraux : comment sauver les cafés ?
    Avec la disparition des bistrots, les habitants ont le sentiment que le lien social se délite dans les territoires ruraux, comme le montre une étude de l'Ifop pour France Boissons, présentée le 20 janvier à l'occasion du lancement de la nouvelle édition...
  • E-rando : Bourgogne - 58 -
    Le pays Nivernais Morvan propose depuis l’été 2015 seize e-randos numériques, comme autant d'histoires à découvrir au rythme de la marche. Des circuits aussi variés que les territoires des neuf communautés de communes engagées dans l'aventure ! Les e-randos...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • En 2016, la métamorphose…
    La lune était pleine cette nuit de Noël, maintenant, elle est gibbeuse. Puisse-t-elle éclairer ces périodes sombres… Pour l'année nouvelle, nous vous proposons ce texte écrit en 2010 par Edgar Morin ; c'est un peu long, mais cela en vaut la peine. Eloge...
  • Un séjour à la ferme pour aider à la réinsertion - CIVAm et Accueil Paysan -
    Accueil paysan et le CIVAM (Centres d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu rural) organisent des séjours de rupture à la ferme, allant de quelques jours à quelques semaines, pour des personnes en difficultés. Les profils sont multiples...
  • Réfugiés : En Bretagne, plusieurs dizaines d'offres d'hébergement
    Plusieurs dizaines d'offres d'hébergement de réfugiés en Bretagne ont été reçues par le dispositif CALM ("Comme à la maison") mis en place par l'association Singa d'aide aux demandeurs d'asile. Dans les grandes villes (Brest, Rennes, Nantes, Lorient,...
11 juillet 2010 7 11 /07 /juillet /2010 10:00

"Les crises économique, financière et agricole de grande ampleur que nous connaissons ont rattrapé le marché foncier rural." André Thévenot, président de la Fédération nationale des sociétés d'aménagement foncier et rural (FNSafer) a fait montre de pessimisme lors de la présentation des chiffres 2009 du marché immobilier rural le 28 mai.

"Le seul marché qui résiste est celui des collectivités qui continuent à soutenir l'investissement sur leur territoire", a-t-il pointé.

Avec la baisse des revenus agricoles depuis deux ans, la contraction du marché des terres et des prés s'est amplifiée par rapport à 2008 (-4% en nombre de transactions, -10% en surface et -11% en valeur) et pour la première fois depuis 1995, le prix des terres libres (5090 euros/ha) accuse une baisse (-1,6%). Sur le marché des terres louées, les prix ont beaucoup mieux résisté, du fait de la présence d'investisseurs non agriculteurs : le prix moyen (3910 euros/ha) a augmenté de 1,1%. "La terre est à nouveau considérée comme une valeur refuge pour qui souhaite épargner à l'abri des fluctuations des marchés boursiers", a relevé le président de la FNSafer.

2009 a vu aussi un retournement marqué du marché des vignes : après trois années de croissance, il s'est replié de 14% en nombre de transactions et de 16% en surface. La hausse des prix s'est aussi essoufflée avec un prix national des "vignes à vin de qualité produit dans une région déterminée" (VQPRD, comprenant les appellations d'origine contrôlée) qui n'a progressé que de 2,5%. Le marché des forêts a aussi reculé de 21% en surface, avec un retrait encore plus marqué (36%) pour les domaines de plus de 50 hectares. Après une hausse de 77% entre 1997 et 2008, le prix des forêts ne s'est maintenu (+0,9% entre 2007 et 2009) que grâce à la forte diminution des surfaces vendues. Le marché des maisons à la campagne, dont beaucoup sont des résidences principales, a pour sa part connu la même spirale à la baisse que l'immobilier urbain : sur la période 2007-2009, les transactions ont chuté de 27% et à 188.000 euros, le prix moyen du lot a perdu 10,9%. Fin 2009, le marché a toutefois donné des signes de rétablissement.

   Le gaspillage des terres se poursuit

Le marché de l'urbanisation, qui correspond aux ventes de terres destinées à être utilisées dans les prochaines années pour créer des logements individuels ou collectifs, des zones d'activités commerciales, industrielles, artisanales et des infrastructures, a lui aussi connu un nouveau repli en nombre de transactions (35.900, soit -16%), en surface (37.400 hectares, -24%) et en valeur (3,4 milliards d'euros, -30,6%). Le retrait des acteurs privés a été très marqué. Les personnes morales privées, dont les promoteurs, ont reporté leurs projets et leur retrait s'est amplifié de manière flagrante en 2009 (-26,2% en nombre de transactions et -31,4% en valeur) tandis que les achats des particuliers (hors lotissement) ont été touchés par le durcissement des conditions de crédit (-17,9% en nombre). Par contre, le secteur public a joué le rôle d'"amortisseur de la crise", a souligné la FNSafer. Malgré la baisse de leurs recettes (droits de mutation et impôts locaux), les collectivités ont continué à augmenter le nombre de leurs opérations (+1,6%) pour une valeur globale stable.

Une nouvelle fois, la FNSafer a mis en garde contre la poursuite du gaspillage des terres agricoles. Même si pour la première fois depuis 1997, le taux de prélèvement d'espace naturel connaît une infime régression, les pressions restent très fortes à proximité des grandes agglomérations, le long des grands axes de communication, dans les zones résidentielles et sur le littoral. Le prélèvement de surfaces agricoles et forestières pour l'extension urbaine peut ainsi dépasser le triple de la moyenne nationale, qui représentait 40.400 hectares en 2007-2009, dans le périurbain proche (Lille, Le Havre, grande couronne parisienne, Laval, Le Mans, Tours, Lyon, Toulouse), sur une partie du littoral du Languedoc et en Vendée. La vitesse de l'extension urbaine s'est aussi accélérée dans des zones plus rurales où la surface urbanisée ne représentait jusqu'alors qu'une faible proportion de la surface totale, a constaté la Safer. C'est notamment le cas dans le nord des Alpes, dans une partie de la Corse, en Charente-Maritime, dans le sud de la Mayenne et sur le littoral picard et bas-normand.

Pour les dirigeants de la FNSafer, les dispositions du projet de loi de modernisation de l'agriculture pour freiner le grignotage des terres restent largement insuffisantes. Le texte qui a été adopté le 29 mai en première lecture au Sénat prévoit la création d'un observatoire de la consommation des terres agricoles et d'une commission chargée de donner son avis sur le déclassement de ces terres. "Lorsque nous avons participé aux groupes de travail du ministère de l'agriculture, nous avions proposé d'établir un zonage pérenne des terres agricoles dans les documents d'urbanisme et de rendre le déclassement des terres agricoles plus contraignant en instaurant une commission qui donnerait ou non son accord sur le déclassement", a rappelé André Thévenot. Pour André Barbaroux, directeur général de la FNSafer, "on se retrouve au final avec un observatoire qui n'est qu'un thermomètre et une commission de type loi Royer pour l'urbanisme commercial qui n'a servi à rien et a fini par disparaître".

Anne Lenormand, publié le 31 mai 2010 par localtis

http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/artVeille/artVeille&c=artVeille&cid=1250259925734

Aller plus loin sur le web avec  le site de la FNSafer http://www.safer.fr/

Service des droits des femmes et de l’égalité

Partager cet article

Repost 0

commentaires