Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : BIPLAN
  • : Territoires, réseaux, formation
  • Contact

Le blog d'Odile Plan

Ce blog est animé par Odile Plan         créatrice de BIPLAN

envoyez vos réactions et informations à :

biplan46@wanadoo.fr

undefined









Recherche

territoires-réseaux-formation

BIPLAN, un blog de partage et d’échange d'informations,sur les initiatives participatives des territoires,les partenariats et les réseaux,la création d'activité, l'égalité de chances pour un développement durable et un monde solidaire...

Articles Récents

  • Bertrand Schwartz est parti, un grand monsieur nous a quitté
    Bertrand Schwartz est parti, la nuit de vendredi à samedi, calmement dans son sommeil. Il était très mal depuis plusieurs jours, veillé par Antoinette, mais il souriait toujours. C’était attendu, mais ça fait un grand vide, nous lui devons tant que ce...
  • Les billets suspendus ne tiennent qu’à un fil…à Pamiers –Midi Pyrénées- 09 -
    A Naples il est de tradition, quand on entre dans un café, d’en commander un et d’en payer deux. Le café ainsi ‘’suspendu’’ sera offert à une personne dans le besoin qui viendra le réclamer. Cette initiative a poursuivi sa route à travers l’Europe et...
  • Des plateformes de services pour promouvoir une "mobilité inclusive"
    Les rencontres de la mobilité inclusive ont réuni, le 28 janvier 2016 à Paris, des acteurs associatifs de la mobilité solidaire, des collectivités locales et des entreprises. L'objectif : amplifier la prise de conscience sur cet enjeu et structurer davantage...
  • Territoires ruraux : comment sauver les cafés ?
    Avec la disparition des bistrots, les habitants ont le sentiment que le lien social se délite dans les territoires ruraux, comme le montre une étude de l'Ifop pour France Boissons, présentée le 20 janvier à l'occasion du lancement de la nouvelle édition...
  • E-rando : Bourgogne - 58 -
    Le pays Nivernais Morvan propose depuis l’été 2015 seize e-randos numériques, comme autant d'histoires à découvrir au rythme de la marche. Des circuits aussi variés que les territoires des neuf communautés de communes engagées dans l'aventure ! Les e-randos...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • En 2016, la métamorphose…
    La lune était pleine cette nuit de Noël, maintenant, elle est gibbeuse. Puisse-t-elle éclairer ces périodes sombres… Pour l'année nouvelle, nous vous proposons ce texte écrit en 2010 par Edgar Morin ; c'est un peu long, mais cela en vaut la peine. Eloge...
  • Un séjour à la ferme pour aider à la réinsertion - CIVAm et Accueil Paysan -
    Accueil paysan et le CIVAM (Centres d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu rural) organisent des séjours de rupture à la ferme, allant de quelques jours à quelques semaines, pour des personnes en difficultés. Les profils sont multiples...
  • Réfugiés : En Bretagne, plusieurs dizaines d'offres d'hébergement
    Plusieurs dizaines d'offres d'hébergement de réfugiés en Bretagne ont été reçues par le dispositif CALM ("Comme à la maison") mis en place par l'association Singa d'aide aux demandeurs d'asile. Dans les grandes villes (Brest, Rennes, Nantes, Lorient,...
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 10:06

La monnaie est à la fois l’outil central et bien souvent l’impensé le plus flagrant des modèles économiques dans lesquels nous organisons notre travail et nos échanges. C’est un réel paradoxe car, contrairement aux lieux communs les plus répandus, la nature d’une monnaie n’est pas neutre, et toutes les monnaies ne se valent pas.

               par Nicolas Leblanc, dans la revue Territoires de février 2011
Parce que la monnaie n’est pas qu’un outil technique indifféremment mis au service d’une forme ou d’une autre d’économie, de nombreux économistes ou activistes locaux développent depuis plusieurs décennies l’idée que la monnaie officielle ne saurait être la seule en circulation et que, notamment, les économies locales ont besoin d’un système monétaire plus riche que, par exemple en France, la simple circulation de l’euro. Ainsi sont nées et ont été expérimentées une série de monnaies alternatives, que l’on nomme en fonction de leurs caractéristiques « complémentaires », « fondantes », « sociales », « affectées » ou encore « locales ». Ces expériences ont souvent été des succès en termes de développement, de relocalisation de l’économie, ou de lutte contre l’exclusion. Pourtant, les réticences des acteurs face à cette question de la réappropriation de la monnaie par les citoyens sont nombreux, en partie parce que les monnaies officielles touchent directement à une certaine idée de la souveraineté nationale, voire continentale en ce qui concerne l’euro. Outils séduisants pour soutenir et enrichir l’économie sociale et solidaire, les monnaies complémentaires montrent aujourd’hui des signes de montée en puissance, sans doute parce que l’époque est favorable pour remettre en place les pseudos dogmes de l’économie dominante. Ainsi, du 16 au 18 février 2011, spécialistes et acteurs des monnaies complémentaires se sont réunis à Lyon pour faire le point sur ces avancées lors d’un grand colloque international intitulé : « Trente années de monnaies sociales et complémentaires : et après ? » Une journée sera particulièrement réservée aux acteurs locaux de ces systèmes de monnaies complémentaires, en circulation ou en projet, pour impulser un réseau et des coopérations plus poussées qu’actuellement.
     Enrichir et circuler au Pays
Reprenons donc à la base ce que sont les monnaies complémentaires, à quels enjeux elles répondent et où en est leur expansion actuelle. Le terme « complémentaire » est le terme générique, qui positionne la monnaie alternative en complément de la monnaie officielle. Il s’agit notamment de montrer que la monnaie créée ne vient pas en concurrence de l’euro, mais combler certains manques du système monétaire officiel. Ainsi, les monnaies officielles peuvent être capitalisées, prêtées avec un taux d’intérêt, et ainsi échapper à l’économie locale : produites par le travail local elles peuvent facilement s’envoler vers des placements plus ou moins lointains et ne quasiment pas circuler dans l’économie réelle, d’où un système monétaire qui tend vers une « rareté » problématique de la monnaie. Beaucoup de personnes, d’entreprises et d’institutions n’ont pas d’accès par le système classique à autant de monnaie qu’ils en auraient besoin pour vivre ou se développer. Pour pallier ce problème, les monnaies complémentaires sont « locales » et souvent « fondantes » : leur utilisation est circonscrite à une ville, une agglomération, une région ; de plus, pour qu’elles ne soient pas accumulées – et donc qu’elles ne perdent pas tout intérêt pour l’économie locale, elles sont dites fondantes, car elles perdent de la valeur au fil des mois, ou a une date limite de validité. Les taux les plus habituels de dépréciation tournent autour de 2 % par semestre. Ce système permet ainsi à ces monnaies complémentaires de tourner beaucoup plus vite que l’euro, et par là de créer beaucoup plus richesses localement. Autre défaut de la monnaie officielle : elle peut servir indifféremment à la rémunération de services à la personne ou au commerce des armes ; elle permet toutes les consommations, responsables ou non. Pour corriger cela, les monnaies complémentaires sont plus ou moins « affectées ». La plus connue des monnaies affectée est le chèque déjeuner : sa valeur est indexée sur l’euro, mais il n’est « affecté » qu’à la seule consommation de denrées alimentaires. De même, les monnaies locales orientent pour la plupart la consommation vers des biens et des services responsables socialement et environnementalement, et porteurs de développement local. Cela est rendu possible par l’entrée sélective d’entreprises ou de commerçants acceptant la nouvelle monnaie. D’autres distinctions existent, notamment parce que les monnaies complémentaires créées dans les pays émergents sont souvent couplées avec des systèmes de micro-crédits, encourageant l’investissement productif, alors que les monnaies européennes sont plus souvent centrées sur le soutien et l’orientation de la consommation. Au final, les monnaies complémentaires recouvrent tout de même plus de 4 000 systèmes à travers le monde, touchant une cinquantaine de pays et environ un million de personnes. Une diversité qui comprend les germes d’une réappropriation citoyenne de l’économie au potentiel gigantesque.

Nicolas Leblanc

http://www.adels.org/territoires/515.htm#aun

 


La revue Territoires de février 2011 présente tout un dossier sur le sujet :

Les monnaies locales dans les failles de l'économie

1. La monnaie, nouvel espace de démocratie ? Par Nicolas Leblanc (c'est l'article que nous vous présentons ici)

Article en ligne : http://www.adels.org/territoires/515.htm#adeux

2. Le rôle des pouvoirs publics dans le déploiement des monnaies sociales

Jérôme Blanc et Marie Fare, maître de conférence et doctorante en économie, université Lyon 2

3. "Une monnaie qui circule trois fois plus vite que l'euro"

Entretien avec Jean-Paul Pla, adjoint au maire de Toulouse (PCF) chargé de l'économie sociale et solidaire

4. La banque Palmas : une expérience phare de banque communautaire

Carlos de Freitas, consultant associatif, co-auteur deViva favela ! (Michel Lafont, 2009)

5. L’ébullition des monnaies complémentaires françaises

Célina Whitaker, centre d’étude du développement en Amérique latine

 vous y touverez aussi des tas d'articles sur des initiatives locales, des actualités,  point de vue, reportage…

 ______________________________________________________________

**Lettre d'information électronique de l'Adels et de Territoires** * pour s'inscrire : lettre_info-subscribe@adels.org * pour toute autre question : lettre_info-owner@adels.org

Partager cet article

Repost 0

commentaires