Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : BIPLAN
  • : Territoires, réseaux, formation
  • Contact

Le blog d'Odile Plan

Ce blog est animé par Odile Plan         créatrice de BIPLAN

envoyez vos réactions et informations à :

biplan46@wanadoo.fr

undefined









Recherche

territoires-réseaux-formation

BIPLAN, un blog de partage et d’échange d'informations,sur les initiatives participatives des territoires,les partenariats et les réseaux,la création d'activité, l'égalité de chances pour un développement durable et un monde solidaire...

Articles Récents

  • Bertrand Schwartz est parti, un grand monsieur nous a quitté
    Bertrand Schwartz est parti, la nuit de vendredi à samedi, calmement dans son sommeil. Il était très mal depuis plusieurs jours, veillé par Antoinette, mais il souriait toujours. C’était attendu, mais ça fait un grand vide, nous lui devons tant que ce...
  • Les billets suspendus ne tiennent qu’à un fil…à Pamiers –Midi Pyrénées- 09 -
    A Naples il est de tradition, quand on entre dans un café, d’en commander un et d’en payer deux. Le café ainsi ‘’suspendu’’ sera offert à une personne dans le besoin qui viendra le réclamer. Cette initiative a poursuivi sa route à travers l’Europe et...
  • Des plateformes de services pour promouvoir une "mobilité inclusive"
    Les rencontres de la mobilité inclusive ont réuni, le 28 janvier 2016 à Paris, des acteurs associatifs de la mobilité solidaire, des collectivités locales et des entreprises. L'objectif : amplifier la prise de conscience sur cet enjeu et structurer davantage...
  • Territoires ruraux : comment sauver les cafés ?
    Avec la disparition des bistrots, les habitants ont le sentiment que le lien social se délite dans les territoires ruraux, comme le montre une étude de l'Ifop pour France Boissons, présentée le 20 janvier à l'occasion du lancement de la nouvelle édition...
  • E-rando : Bourgogne - 58 -
    Le pays Nivernais Morvan propose depuis l’été 2015 seize e-randos numériques, comme autant d'histoires à découvrir au rythme de la marche. Des circuits aussi variés que les territoires des neuf communautés de communes engagées dans l'aventure ! Les e-randos...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • En 2016, la métamorphose…
    La lune était pleine cette nuit de Noël, maintenant, elle est gibbeuse. Puisse-t-elle éclairer ces périodes sombres… Pour l'année nouvelle, nous vous proposons ce texte écrit en 2010 par Edgar Morin ; c'est un peu long, mais cela en vaut la peine. Eloge...
  • Un séjour à la ferme pour aider à la réinsertion - CIVAm et Accueil Paysan -
    Accueil paysan et le CIVAM (Centres d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu rural) organisent des séjours de rupture à la ferme, allant de quelques jours à quelques semaines, pour des personnes en difficultés. Les profils sont multiples...
  • Réfugiés : En Bretagne, plusieurs dizaines d'offres d'hébergement
    Plusieurs dizaines d'offres d'hébergement de réfugiés en Bretagne ont été reçues par le dispositif CALM ("Comme à la maison") mis en place par l'association Singa d'aide aux demandeurs d'asile. Dans les grandes villes (Brest, Rennes, Nantes, Lorient,...
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 10:09

Le discours dominant est simple et malheureusement il n’est pas dépourvu d’efficacité : la dette publique s’expliquerait par l’excès de dépenses publiques et, dans ce domaine, la gauche serait dispendieuse alors que la droite serait économe.

par Jean Gadrey pour Alternatives Économiques

Tous les économistes un peu sérieux n’appartenant pas à la meute des « nouveaux chiens de garde » ont depuis longtemps démontré que le gonflement de la dette publique n’avait RIEN A VOIR avec une progression des dépenses (leur poids dans le PIB a nettement reculé s’agissant des dépenses de l’État, et il est à peu près stable dans la dernière période pour l’ensemble des dépenses publiques). En complément, allez voir ce beau graphique mis au point par un ami économiste et membre d’Attac, Robert Joumard. Donc vous ne le verrez pas à la télé, ni lui ni son graphique.

graphdettedroitegauche



Il représente l’augmentation du poids de la dette en % du PIB d’une année sur l’autre depuis 1978. Robert Joumard a eu l’idée fort simple de faire du coloriage en bleu ou en rose en fonction de la nature de droite ou de gauche du gouvernement. Le résultat est limpide : on trouve une tendance à ce que LE POIDS DE LA DETTE PROGRESSE NETTEMENT PLUS EN MOYENNE QUAND LA DROITE EST AU POUVOIR, à l’opposé du discours que j’ai rappelé au début de ce billet.

(Ajout : on trouve sur lemonde.fr un constat précis et voisin dans un article du 20 janvier de Hervé Grémont intitulé “Sur la dette publique, la gauche moins mauvaise gestionnaire que la droite”)

Comme d’habitude, ce genre de « corrélation » n’est pas une preuve suffisante. On pourrait dire : oui mais la droite n’a-t-elle pas plus souvent trouvé un contexte de ralentissement ou de récession ? Il peut y avoir une part de vérité, mais il reste que, comme le montrent de multiples analyses (dont plusieurs fournies par Alternatives économiques, d’autres dans le livre d’Attac sur la dette, d’autres sur mon blog…), la responsabilité historique de la droite, en particulier depuis 2002, est d’avoir DELIBEREMENT privé l’État de recettes énormes au nom de l’idéologie funeste du « moins d’État », en multipliant les niches et cadeaux fiscaux et les réductions de cotisations patronales. C’est pour cela que, pour l’essentiel, l’excès de dette peut être attribué aux politiques de droite d’inspiration néolibérales, à la fois sous l’angle du « moins d’État », des cadeaux aux plus riches et de la soumission aux intérêts des acteurs de la finance.

Dans le double sens des « intérêts » : leurs intérêts de classe, et les intérêts à verser aux prêteurs privés et aux spéculateurs dès lors que les gouvernants ont choisi de se mettre sous leur coupe en leur réservant le droit de prêter directement aux États.

Ce constat est-il un hymne à la « gauche de gouvernement » ? Pas vraiment. S’il est vrai qu’elle n’est pas autant obsédée que la droite par le « moins d’État », elle a son passif au moins deux fautes (à mes yeux, mais je ne suis pas seul).

D’abord, c’est elle qui, en 2000, a initié le processus de fortes baisses d’impôts bénéficiant prioritairement aux plus riches. La droite s’est engouffrée dans la brèche en pouvant dire que cette orientation n’était ni de droite ni de gauche !

Ensuite, elle a participé avec entrain sous le gouvernement Jospin et avec l’appui résolu et décisif de DSK à une vague de privatisations dont le montant équivalait à celui des privatisations de droite antérieures. Cette façon d’augmenter les recettes publiques en vendant au privé « le patrimoine de ceux qui n’en ont pas » (les services publics) fait partie des remèdes du FMI et de la Commission européenne partout, mais on a du mal à la considérer comme une politique de gauche. D’autant que parmi les privatisations de ces dernières décennies, de droite ou de gauche, on trouve au premier plan celles de banques et de compagnies d’assurance livrées ainsi aux actionnaires et vouées à la spéculation, ce qui n’est pas pour rien dans la crise actuelle.

Jean Gadrey, pour Alternatives Économiques, le 22 janvier 2012

http://alternatives-economiques.fr/blogs/gadrey/2012/01/18/la-dette-c%E2%80%99est-la-droite/

logo alternatives économiques

Partager cet article

Repost 0

commentaires