Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : BIPLAN
  • : Territoires, réseaux, formation
  • Contact

Le blog d'Odile Plan

Ce blog est animé par Odile Plan         créatrice de BIPLAN

envoyez vos réactions et informations à :

biplan46@wanadoo.fr

undefined









Recherche

territoires-réseaux-formation

BIPLAN, un blog de partage et d’échange d'informations,sur les initiatives participatives des territoires,les partenariats et les réseaux,la création d'activité, l'égalité de chances pour un développement durable et un monde solidaire...

Articles Récents

  • Bertrand Schwartz est parti, un grand monsieur nous a quitté
    Bertrand Schwartz est parti, la nuit de vendredi à samedi, calmement dans son sommeil. Il était très mal depuis plusieurs jours, veillé par Antoinette, mais il souriait toujours. C’était attendu, mais ça fait un grand vide, nous lui devons tant que ce...
  • Les billets suspendus ne tiennent qu’à un fil…à Pamiers –Midi Pyrénées- 09 -
    A Naples il est de tradition, quand on entre dans un café, d’en commander un et d’en payer deux. Le café ainsi ‘’suspendu’’ sera offert à une personne dans le besoin qui viendra le réclamer. Cette initiative a poursuivi sa route à travers l’Europe et...
  • Des plateformes de services pour promouvoir une "mobilité inclusive"
    Les rencontres de la mobilité inclusive ont réuni, le 28 janvier 2016 à Paris, des acteurs associatifs de la mobilité solidaire, des collectivités locales et des entreprises. L'objectif : amplifier la prise de conscience sur cet enjeu et structurer davantage...
  • Territoires ruraux : comment sauver les cafés ?
    Avec la disparition des bistrots, les habitants ont le sentiment que le lien social se délite dans les territoires ruraux, comme le montre une étude de l'Ifop pour France Boissons, présentée le 20 janvier à l'occasion du lancement de la nouvelle édition...
  • E-rando : Bourgogne - 58 -
    Le pays Nivernais Morvan propose depuis l’été 2015 seize e-randos numériques, comme autant d'histoires à découvrir au rythme de la marche. Des circuits aussi variés que les territoires des neuf communautés de communes engagées dans l'aventure ! Les e-randos...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • En 2016, la métamorphose…
    La lune était pleine cette nuit de Noël, maintenant, elle est gibbeuse. Puisse-t-elle éclairer ces périodes sombres… Pour l'année nouvelle, nous vous proposons ce texte écrit en 2010 par Edgar Morin ; c'est un peu long, mais cela en vaut la peine. Eloge...
  • Un séjour à la ferme pour aider à la réinsertion - CIVAm et Accueil Paysan -
    Accueil paysan et le CIVAM (Centres d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu rural) organisent des séjours de rupture à la ferme, allant de quelques jours à quelques semaines, pour des personnes en difficultés. Les profils sont multiples...
  • Réfugiés : En Bretagne, plusieurs dizaines d'offres d'hébergement
    Plusieurs dizaines d'offres d'hébergement de réfugiés en Bretagne ont été reçues par le dispositif CALM ("Comme à la maison") mis en place par l'association Singa d'aide aux demandeurs d'asile. Dans les grandes villes (Brest, Rennes, Nantes, Lorient,...
24 août 2010 2 24 /08 /août /2010 09:51

Quand un institut d’études s’invite dans les processus de débat public.

Explications de Damien Philippot,

du département opinion et stratégies d’entreprise de l’Ifop.

  Comment un institut d’études trouve-t-il sa place dans un dispositif comme la conférence de citoyen ?

La première conférence de citoyens en France, portant sur les OGM, date de 1998. A l’époque, un appel d’offre avait été lancé pour le recrutement d’un panel de citoyens. L’IFOP avait été sélectionné. Depuis, l’institut a régulièrement été consulté pour constituer des panels en vue de consultations citoyennes. De même que d’autres sociétés d’études, comme TNS Sofres ou CSA.

En 2003, nous avons remporté l’appel d’offres lancé par le ministère de l’Ecologie en vue d’une conférence de citoyens sur les boues d’épuration. Cette fois-ci, il ne s’agissait pas seulement de recruter un panel, mais d’animer la conférence. La réussite et l’intérêt de l’opération ont conduit l’IFOP à faire de cette démarche un mode de recueil de l’opinion à part entière, mobilisable sur des sujets pointus où les sondages et les approches qualitatives classiques s’avèrent inopérants.

Il s’agit d’un outil qui peut solliciter des citoyens sans appétence spécifique pour des débats très techniques et lui donner les armes pour donner son avis.

  D’un point de vue méthodologique, comment abordez-vous la conférence de citoyen ?

Nous avons progressivement affiné le dispositif méthodologique, en préconisant le maximum de transparence. Pour résumer, ce dispositif s’articule autour de trois grandes phases : un temps de formation qui permet aux participants de se familiariser avec le sujet, un temps d’interpellation à l’occasion d’un débat public entre les citoyens désormais “éclairés” et des experts et porteurs d’intérêt qu’ils convoquent, un temps de réflexion et de rédaction d’un avis collectif par les citoyens réunis à huis clos.

Nous recrutons un groupe de 15 à 20 personnes - de tous profils, horizons, nivaux sociaux et d’éducation – qui sont formées durant deux à trois week-end, soit jusqu’à six jours au total.

  Sont-elles rémunérées ?

Les panélistes sont transportés, logés, nourris et rémunérés à hauteur d’environ 100 euros par week-end. Il s’agit davantage d’une compensation que d’une rémunération.

  Quel est l’objectif de cette “formation” ?

Rendre le groupe le plus autonome possible, le mettre en capacité de poser avec discernement des questions sur le sujet. Pour le choix des formateurs, nous privilégions les pédagogues aux porteurs d’intérêt – qui interviendront eux lors de la conférence.

Au terme de la formation, nous préconisons une rencontre entre le groupe et le comité de pilotage désigné par le commanditaire. L’idée étant de laisser le groupe prendre la main sur la définition de l’ordre du jour de la conférence et le choix des intervenants. A ce stade, dans les faits, on constate généralement une réelle prise d’indépendance du groupe.

Puis vient le jour de la conférence -une demi journée à une journée de débat. Il s’agit d’instaurer un débat entre le groupe de citoyens et des porteurs d’intérêt, des militants, des observateurs, des experts. Ce, autour de quelques tables rondes thématiques.

Dans la foulée, le groupe travaille, avec notre appui, et en sous-groupes, à la rédaction de son avis. Ce qui estujours à identifier les grandes lignes-frontières du débat, celles que la société n’est pas prête à dépasser.

   Quel sort le commanditaire réserve-t-il à cet avis ?

Il doit a minima s’engager à y répondre, point par point, de manière argumentée et à porter cet avis à la connaissance publique, au législateur.

   Peut-on considérer que la conférence de citoyen fait partie des outils privilégiés par l’Etat en matière de laboratoire de l’opinion ?

Entre 2003 et 2009, la commande publique a essentiellement relevé des collectivités et institutions locales, plutôt dirigées par la gauche, autour de problématiques diverses : aménagement des transports, gestion de l’eau, nanotechnologies, technologies hertziennes…

En 2009, le modèle de la conférence a été à nouveau sollicité à l’échelle nationale, dans le cadre des états généraux de la bioéthique, à l’initiative du ministère de la Santé.

Historiquement, la culture du débat public est plutôt portée par la gauche. Si l’on regarde stricto sensu la conférence de citoyen, il faut bien constater que les dernières initiatives témoignent, au niveau national tout au moins, d’une réappropriation par la droite. Néanmoins, je ne vois pas de réflexion réellement structurée à droite autour de la démocratie participative.

Par Muriel Jaouën dans Place Publique

http://www.place-publique.fr/spip.php?article5842

Partager cet article

Repost 0

commentaires