Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : BIPLAN
  • : Territoires, réseaux, formation
  • Contact

Le blog d'Odile Plan

Ce blog est animé par Odile Plan         créatrice de BIPLAN

envoyez vos réactions et informations à :

biplan46@wanadoo.fr

undefined









Recherche

territoires-réseaux-formation

BIPLAN, un blog de partage et d’échange d'informations,sur les initiatives participatives des territoires,les partenariats et les réseaux,la création d'activité, l'égalité de chances pour un développement durable et un monde solidaire...

Articles Récents

  • Bertrand Schwartz est parti, un grand monsieur nous a quitté
    Bertrand Schwartz est parti, la nuit de vendredi à samedi, calmement dans son sommeil. Il était très mal depuis plusieurs jours, veillé par Antoinette, mais il souriait toujours. C’était attendu, mais ça fait un grand vide, nous lui devons tant que ce...
  • Les billets suspendus ne tiennent qu’à un fil…à Pamiers –Midi Pyrénées- 09 -
    A Naples il est de tradition, quand on entre dans un café, d’en commander un et d’en payer deux. Le café ainsi ‘’suspendu’’ sera offert à une personne dans le besoin qui viendra le réclamer. Cette initiative a poursuivi sa route à travers l’Europe et...
  • Des plateformes de services pour promouvoir une "mobilité inclusive"
    Les rencontres de la mobilité inclusive ont réuni, le 28 janvier 2016 à Paris, des acteurs associatifs de la mobilité solidaire, des collectivités locales et des entreprises. L'objectif : amplifier la prise de conscience sur cet enjeu et structurer davantage...
  • Territoires ruraux : comment sauver les cafés ?
    Avec la disparition des bistrots, les habitants ont le sentiment que le lien social se délite dans les territoires ruraux, comme le montre une étude de l'Ifop pour France Boissons, présentée le 20 janvier à l'occasion du lancement de la nouvelle édition...
  • E-rando : Bourgogne - 58 -
    Le pays Nivernais Morvan propose depuis l’été 2015 seize e-randos numériques, comme autant d'histoires à découvrir au rythme de la marche. Des circuits aussi variés que les territoires des neuf communautés de communes engagées dans l'aventure ! Les e-randos...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • En 2016, la métamorphose…
    La lune était pleine cette nuit de Noël, maintenant, elle est gibbeuse. Puisse-t-elle éclairer ces périodes sombres… Pour l'année nouvelle, nous vous proposons ce texte écrit en 2010 par Edgar Morin ; c'est un peu long, mais cela en vaut la peine. Eloge...
  • Un séjour à la ferme pour aider à la réinsertion - CIVAm et Accueil Paysan -
    Accueil paysan et le CIVAM (Centres d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu rural) organisent des séjours de rupture à la ferme, allant de quelques jours à quelques semaines, pour des personnes en difficultés. Les profils sont multiples...
  • Réfugiés : En Bretagne, plusieurs dizaines d'offres d'hébergement
    Plusieurs dizaines d'offres d'hébergement de réfugiés en Bretagne ont été reçues par le dispositif CALM ("Comme à la maison") mis en place par l'association Singa d'aide aux demandeurs d'asile. Dans les grandes villes (Brest, Rennes, Nantes, Lorient,...
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 09:31

Le microcrédit, qui bénéfice à des personnes exclues du système bancaire traditionnel, séduit de plus en plus d'épargnants.

Le baromètre de la microfinance réalisé par Convergences 2015, un groupe de réflexion qui réunit différents acteurs ayant pour but commun la réduction de la pauvreté dans le monde en témoigne.

Les montants consacrés par les investisseurs français à la microfinance ont bondi de 33 % en 2011, à 772 millions d'euros, et l'encours des crédits a progressé de 90 % en un an, dépassant 200 millions d'euros. Le nombre d'épargnants (616 000) dépasse désormais le nombre d'emprunteurs (563 000).

      ACHETER DES PARTS (200 EUROS) D'OIKOCREDIT

- Pour participer à cet essor du microcrédit, l'un des moyens les plus simples consiste à acheter des parts (200 euros) d'Oikocredit. Présente dans 70 pays, cette coopérative d'investisseurs néerlandaise compte 45 000 membres. Elle finance des projets à valeur ajoutée sociale en prêtant de l'argent à des institutions de microfinance (IMF) ou en finançant directement des entreprises sociales dans des pays du Sud.

En 2011, les montants investis sur le terrain ont atteint 520 millions d'euros (+8%). La coopérative verse à ses membres un dividende de 2 % brut par an. Les investisseurs peuvent récupérer leur argent à tout moment.

- Le concept de Babyloan, lancé en 2008, est différent, car l'argent apporté par l'épargnant n'est pas rémunéré. La plate-forme de microcrédit en ligne permet aux épargnants de parrainer un micro-entrepreneur de leur choix en lui prêtant une somme (à partir de 20 euros).

"Les projets présentés sur notre site sont sélectionnés par nos douze IMF partenaires, explique Arnaud Poissonnier, le fondateur du site. Chaque mois, l'internaute est remboursé et peut suivre l'évolution du projet soutenu." Babyloan se rémunère en prélevant une commission sur les prêts et en faisant payer un droit d'accès à la plate-forme aux IMF. Le site récupère une partie des frais de gestion d'un fonds baptisé Babyfund, créé avec Ecofi Investissements, la société de gestion du Crédit coopératif. En trois ans et demi, Babyloan a permis à 17 000 internautes de soutenir 9 500 projets en leur prêtant 3,5 millions d'euros.

Un autre moyen de favoriser le développement du microcrédit consiste à acheter des parts du fonds commun de placement (FCP) Faim et Développement. Il s'agit d'un produit dit "de partage", car les souscripteurs renoncent à une partie de leurs revenus (50 % ou 75 %) au profit d'une association choisie parmi une dizaine d'entités. "Environ 90 % des souscripteurs choisissentle CCFD-Terre solidaire, le Comité catholique contre la faim et pour le développement", précise François Lett, responsable de la gestion éthique chez Ecofi.

         PROJETS SOLIDAIRES

Le CCFD apporte les sommes collectées à sa filiale SIDI, qui peut ainsi assurer un soutien technique aux IMF qu'elle finance dans des pays du Sud. L'épargnant peut déduire 66 % des sommes versées au CCFD de ses impôts dans la limite de 20 % de son revenu imposable.

A noter, la SIDI réalise régulièrement des augmentations de capital. Les particuliers qui participent à ces opérations peuvent déduire 18 % du montant souscrit de leur impôt sur le revenu et 50 % de leur impôt sur la fortune, à condition de conserver leurs parts au moins cinq ans.

Dernière possibilité, acheter des parts d'un fonds solidaire dit "90/10", qui peuvent investir jusqu'à 10 % de leur encours dans des projets solidaires. Aucun d'entre eux ne finance directement des micro-entrepreneurs, mais certains, comme Babyfund taux fixe 2013 (Ecofi), donnent de l'argent à des organismes solidaires qui prêtent à des IMF ou à des associations comme l'ADIE, lesquelles accordent des prêts à des personnes exclues du marché du travail en France.

Suivant le même principe, le FCP Nord-Sud Développement (Natixis) finance des IMF travaillant dans des pays du Sud à travers la SIDI. Ce dispositif, comme les autres, rencontre un succès croissant.

Jérôme Porier 

Logo-Le-Monde-N-B-.jpg   LE MONDE ECONOMIE | 30.05.2012

Partager cet article

Repost 0

commentaires