Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : BIPLAN
  • : Territoires, réseaux, formation
  • Contact

Le blog d'Odile Plan

Ce blog est animé par Odile Plan         créatrice de BIPLAN

envoyez vos réactions et informations à :

biplan46@wanadoo.fr

undefined









Recherche

territoires-réseaux-formation

BIPLAN, un blog de partage et d’échange d'informations,sur les initiatives participatives des territoires,les partenariats et les réseaux,la création d'activité, l'égalité de chances pour un développement durable et un monde solidaire...

Articles Récents

  • Bertrand Schwartz est parti, un grand monsieur nous a quitté
    Bertrand Schwartz est parti, la nuit de vendredi à samedi, calmement dans son sommeil. Il était très mal depuis plusieurs jours, veillé par Antoinette, mais il souriait toujours. C’était attendu, mais ça fait un grand vide, nous lui devons tant que ce...
  • Les billets suspendus ne tiennent qu’à un fil…à Pamiers –Midi Pyrénées- 09 -
    A Naples il est de tradition, quand on entre dans un café, d’en commander un et d’en payer deux. Le café ainsi ‘’suspendu’’ sera offert à une personne dans le besoin qui viendra le réclamer. Cette initiative a poursuivi sa route à travers l’Europe et...
  • Des plateformes de services pour promouvoir une "mobilité inclusive"
    Les rencontres de la mobilité inclusive ont réuni, le 28 janvier 2016 à Paris, des acteurs associatifs de la mobilité solidaire, des collectivités locales et des entreprises. L'objectif : amplifier la prise de conscience sur cet enjeu et structurer davantage...
  • Territoires ruraux : comment sauver les cafés ?
    Avec la disparition des bistrots, les habitants ont le sentiment que le lien social se délite dans les territoires ruraux, comme le montre une étude de l'Ifop pour France Boissons, présentée le 20 janvier à l'occasion du lancement de la nouvelle édition...
  • E-rando : Bourgogne - 58 -
    Le pays Nivernais Morvan propose depuis l’été 2015 seize e-randos numériques, comme autant d'histoires à découvrir au rythme de la marche. Des circuits aussi variés que les territoires des neuf communautés de communes engagées dans l'aventure ! Les e-randos...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • En 2016, la métamorphose…
    La lune était pleine cette nuit de Noël, maintenant, elle est gibbeuse. Puisse-t-elle éclairer ces périodes sombres… Pour l'année nouvelle, nous vous proposons ce texte écrit en 2010 par Edgar Morin ; c'est un peu long, mais cela en vaut la peine. Eloge...
  • Un séjour à la ferme pour aider à la réinsertion - CIVAm et Accueil Paysan -
    Accueil paysan et le CIVAM (Centres d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu rural) organisent des séjours de rupture à la ferme, allant de quelques jours à quelques semaines, pour des personnes en difficultés. Les profils sont multiples...
  • Réfugiés : En Bretagne, plusieurs dizaines d'offres d'hébergement
    Plusieurs dizaines d'offres d'hébergement de réfugiés en Bretagne ont été reçues par le dispositif CALM ("Comme à la maison") mis en place par l'association Singa d'aide aux demandeurs d'asile. Dans les grandes villes (Brest, Rennes, Nantes, Lorient,...
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 09:37

Fonds européens : La politique régionale exposée à l'excès de centralisation et de bureaucratie

Les tentatives de simplification de l'utilisation des fonds européens sont contredites par les procédures nouvelles de suspension des aides de l'UE en cas de déficit public, selon une analyse de Notre Europe.

Dépenser du mieux possible les 322 milliards d'euros de subventions régionales européennes (Feder et FSE). L'objectif obsède l'UE, sommée d'apporter la preuve qu'elle ne dépense pas à perte des tombereaux d'argent public dans des aéroports inutilisés ou des pistes de ski perchées sur une île. Mais la bonne formule reste à inventer, tant la réforme qui commence tout juste à se mettre en œuvre suscite la circonspection.

Une note publiée récemment par le think tank Notre Europe anticipe déjà "un surcroît de bureaucratie". Au cœur de la polémique, le resserrement des contrôles opérés par la Commission européenne, qui pourra prononcer des suspensions de versements aux Etats en déficit excessif ou n'ayant pas assez réformé leur économie.

  Transposition de la méthode du FMI

En clair, l'UE conditionne le droit d'investir au respect de l'orthodoxie budgétaire, que les gouvernements déclinent ce mois-ci, en remettant à Bruxelles leur "programme de stabilité" accompagné d'un "programme de réformes". La France publiera les siens mercredi 16 avril.

Sur le papier, la méthode ressemble à celle du FMI ou de la Banque mondiale, que l'UE transpose désormais à la politique de cohésion, note l'auteur, Marjorie Jouen, qui a occupé plusieurs postes à Bruxelles avant d'intégrer le Commissariat général à l'égalité des territoires. But recherché : imposer de "fortes exigences aux pays débiteurs". Depuis 2010, la Grèce expérimente ces "conditionnalités", en recevant des tranches de prêts en fonction des progrès budgétaires et économiques accomplis. 

Or, la mise en œuvre, détaillée fin juillet dans une communication, s'annonce plus qu'incertaine. Politiquement, la Commission européenne assume difficilement l'approche punitive. Depuis la fin des années 1990, aucun Etat n'a eu à verser d'amende dans le cadre du pacte de stabilité. Seule la Hongrie a écopé, en mars 2012, d'une suspension de 495 millions d'euros du fonds de cohésion, dans des conditions de tensions exacerbées avec le gouvernement Orban, à l'origine de réformes controversées (remise en cause de l'indépendance de la justice, exclusion des entreprises étrangères, etc.).

A l'avenir, les élus redoutent pourtant de subir des suspensions de fonds. Le risque existe pour 89% des autorités locales interrogées par le Comité des régions, dont 57% estiment que la menace est élevée.

  Reprogrammation "coûteuse et lourde"

La question reste d'ailleurs ouverte : l'UE a-t-elle trouvé la bonne formule pour redorer la réputation de la politique de cohésion ? Rien n'est moins sûr. Si la perspective des sanctions apparaît comme l'hypothèse la plus extrême, la Commission propose d'autres voies d'action, comme la "reprogrammation" des fonds européens.

Une région située dans un pays connaissant des difficultés économiques pourrait subir un remaniement complet de son plan d'investissement, engagé par les autorités nationales ou la Commission européenne elle-même. "Telle qu'envisagée, la reprogrammation risque d'être très coûteuse et lourde à gérer pour les administrations nationales, locales et régionales, puisqu'il faudra la réaliser de manière rapide", relève le centre de réflexion Notre Europe.

Une gageure, lorsque l'on constate le temps moyen s'écoulant entre le moment où les régions françaises ont adressé leurs programmes opérationnels (mi-avril 2014) et le feu vert de la Commission européenne (octobre à décembre 2014). Au plus fort de la crise, huit pays, dont la Grèce, le Portugal ou encore l'Espagne, ont fait l'expérience d'une "reprogrammation" de leurs fonds européens, au profit de la lutte contre le chômage des jeunes. Les fruits de cette opération, qui a "mobilisé d'importants moyens humains", restent aux aussi à démontrer.

Marie Herbet / Contexte.com - Publié le mardi 14 avril 2015 par localtis

http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/LOCActu/ArticleActualite&cid=1250268767888

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires