Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : BIPLAN
  • : Territoires, réseaux, formation
  • Contact

Le blog d'Odile Plan

Ce blog est animé par Odile Plan         créatrice de BIPLAN

envoyez vos réactions et informations à :

biplan46@wanadoo.fr

undefined









Recherche

territoires-réseaux-formation

BIPLAN, un blog de partage et d’échange d'informations,sur les initiatives participatives des territoires,les partenariats et les réseaux,la création d'activité, l'égalité de chances pour un développement durable et un monde solidaire...

Articles Récents

  • Bertrand Schwartz est parti, un grand monsieur nous a quitté
    Bertrand Schwartz est parti, la nuit de vendredi à samedi, calmement dans son sommeil. Il était très mal depuis plusieurs jours, veillé par Antoinette, mais il souriait toujours. C’était attendu, mais ça fait un grand vide, nous lui devons tant que ce...
  • Les billets suspendus ne tiennent qu’à un fil…à Pamiers –Midi Pyrénées- 09 -
    A Naples il est de tradition, quand on entre dans un café, d’en commander un et d’en payer deux. Le café ainsi ‘’suspendu’’ sera offert à une personne dans le besoin qui viendra le réclamer. Cette initiative a poursuivi sa route à travers l’Europe et...
  • Des plateformes de services pour promouvoir une "mobilité inclusive"
    Les rencontres de la mobilité inclusive ont réuni, le 28 janvier 2016 à Paris, des acteurs associatifs de la mobilité solidaire, des collectivités locales et des entreprises. L'objectif : amplifier la prise de conscience sur cet enjeu et structurer davantage...
  • Territoires ruraux : comment sauver les cafés ?
    Avec la disparition des bistrots, les habitants ont le sentiment que le lien social se délite dans les territoires ruraux, comme le montre une étude de l'Ifop pour France Boissons, présentée le 20 janvier à l'occasion du lancement de la nouvelle édition...
  • E-rando : Bourgogne - 58 -
    Le pays Nivernais Morvan propose depuis l’été 2015 seize e-randos numériques, comme autant d'histoires à découvrir au rythme de la marche. Des circuits aussi variés que les territoires des neuf communautés de communes engagées dans l'aventure ! Les e-randos...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • Jean Le Monnier a quitté nos chemins de traverse…
    Sur nos chemins de traverse, Jean a été pendant très longtemps un compagnon de route qui ne s'est jamais trompé sur la direction à prendre, au GREP comme ailleurs… C'était une oreille attentive aux gens, aux questions émergentes, aux innovations… Repérer...
  • En 2016, la métamorphose…
    La lune était pleine cette nuit de Noël, maintenant, elle est gibbeuse. Puisse-t-elle éclairer ces périodes sombres… Pour l'année nouvelle, nous vous proposons ce texte écrit en 2010 par Edgar Morin ; c'est un peu long, mais cela en vaut la peine. Eloge...
  • Un séjour à la ferme pour aider à la réinsertion - CIVAm et Accueil Paysan -
    Accueil paysan et le CIVAM (Centres d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu rural) organisent des séjours de rupture à la ferme, allant de quelques jours à quelques semaines, pour des personnes en difficultés. Les profils sont multiples...
  • Réfugiés : En Bretagne, plusieurs dizaines d'offres d'hébergement
    Plusieurs dizaines d'offres d'hébergement de réfugiés en Bretagne ont été reçues par le dispositif CALM ("Comme à la maison") mis en place par l'association Singa d'aide aux demandeurs d'asile. Dans les grandes villes (Brest, Rennes, Nantes, Lorient,...
25 avril 2014 5 25 /04 /avril /2014 10:03
Le secteur de l’emploi à domicile plonge dans le noir
Les données publiées vendredi 11 avril par l'Agence centrale des organismes de Sécurité sociale (Acoss) ont de quoi inquiéter. Elles montrent que, en 2013, l'emploi à domicile a enregistré une chute comme il n'en avait pas connu depuis dix ans.

Tous les indicateurs sont au rouge. Le nombre de particuliers déclarant un emploi à domicile (hors assistantes maternelles) a diminué de 3,2 % en un an et repasse sous la barre symbolique des 2 millions (1,990 million d'employeurs). Plus significative encore est la chute du nombre d'heures déclarées : en un an, le volume horaire déclaré s'est effondré de 6,1 % pour s'établir légèrement en dessous de 130 millions d'heures.

Même l'activité des assistantes maternelles, qui jusqu'à présent résistait plutôt bien, retombe sous son niveau de la fin 2011. Le volume horaire déclaré recule de 1,9 % au quatrième trimestre de 2013 et de 1 % sur un an.

PLUS DE 70 000 PARTICULIERS EMPLOYEURS ÉVAPORÉS

Au total, si l'on additionne l'emploi à domicile et les assistantes maternelles, ce sont plus de 70 000 particuliers employeurs qui se sont évaporés et, plus grave encore, de l'ordre de 11,6 millions d'heures déclarées en moins : l'équivalent d'un « plan social » de 7 200 emplois à plein temps !

Certes, cette détérioration continue dans le secteur de l'emploi à domicile est le reflet d'une crise qui se prolonge et pèse sur le pouvoir d'achat des ménages.

Mais cela ne peut constituer le seul facteur d'explication d'une chute aussi brutale. « On n'avait jamais connu une dégradation aussi importante depuis 2004, note Marie-Béatrice Levaux, présidente de la Fédération des particuliers employeurs (Fepem). Or les besoins ont énormément augmenté. Les générations d'aujourd'hui, les jeunes couples actifs ont “appris” à avoir un emploi à domicile. Il faut arrêter de penser que c'est réservé aux classes aisées. »

RECRUDESCENCE DU TRAVAIL NON DÉCLARÉ, AU NOIR OU AU GRIS

La réalité s'impose : un tel effondrement se double d'une recrudescence du travail non déclaré, au noir (absence totale de déclaration) ou au gris (déclaration partielle des heures effectuées). Avec les conséquences qui en résultent pour les salariés, dont les droits sociaux sont minorés d'autant.

Si le phénomène est impossible à quantifier avec rigueur, la France s'inscrit dans une tendance qui touche toute l'Europe. Selon une étude de la Commission européenne sur le travail dissimulé, l'Eurobaromètre 402, plus d'un Européen sur dix (11 %) admet avoir acheté des biens ou des services provenant d'une activité non déclarée.

« L'affaiblissement des marchés du travail depuis 2007 a abouti à une augmentation de l'offre privée du travail non déclaré, constate le rapport. La hausse du nombre de demandeurs d'emploi et l'accroissement de la pauvreté semblent tous deux favoriser l'acceptation du système de paiement de la main à la main. »

La France est loin de figurer parmi les pays où l'on fraude le plus. Avec 9 % de personnes interrogées déclarant avoir eu recours au travail au noir, elle se situe même en dessous de la moyenne.

« UN DOUBLE “EFFET KISS COOL” »

Il n'empêche : le maintien, voire le développement de l'emploi à domicile est un enjeu économique important. « Même si l'emploi est prioritairement et majoritairement l'enjeu des entreprises, il y a aussi d'autres acteurs, d'autres formes et d'autres créateurs d'emploi. Il faut reconquérir l'emploi déclaré », défend Mme Levaux.

Le secteur de l'emploi à domicile a aussi subi les effets de la suppression par le gouvernement de François Fillon, au 1er janvier 2011, de l'abattement de quinze points des cotisations patronales accordé aux particuliers employeurs.

Suivie par la disparition, décidée par le gouvernement de Jean-Marc Ayrault dans le cadre de la loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2013, du système de déclaration du salarié au forfait. « Un double “effet Kiss cool” », selon la présidente de la Fepem, que n'a pas suffi à compenser l'allégement de charges de 75 centimes d'euro par heure de travail adopté à l'initiative du rapporteur général de la commission des finances de l'Assemblée nationale, Christian Eckert (Meurthe-et-Moselle, Parti socialiste).

Les premiers signaux de dégradation de l'emploi à domicile, à l'été 2013, avaient conduit Michel Sapin, alors ministre du travail, à plaider, lors des arbitrages sur le PLFSS pour 2014, en faveur d'un coup de pouce supplémentaire en portant le montant de l'abattement à 1,50 euro. Il était soutenu par M. Eckert, mais tous deux s'étaient heurtés à l'inflexibilité de Pierre Moscovici, alors aux finances, et de Bernard Cazeneuve, au budget. A présent, M. Sapin est aux finances et M. Eckert au budget. C'est à eux d'arbitrer.

Patrick Roger Journaliste au Monde

LE MONDE | 11.04.2014, dans le supplément du Monde Economie et entreprise du 12 avril 2014

Partager cet article

Repost 0

commentaires